La langue française

Astre

Sommaire

  • Définitions du mot astre
  • Étymologie de « astre »
  • Phonétique de « astre »
  • Évolution historique de l’usage du mot « astre »
  • Citations contenant le mot « astre »
  • Images d'illustration du mot « astre »
  • Traductions du mot « astre »
  • Synonymes de « astre »

Définitions du mot « astre »

Trésor de la Langue Française informatisé

ASTRE, subst. masc.

A.− ASTRON. Corps céleste, lumineux par lui-même (soleil, étoiles) ou réfléchissant la lumière solaire (lune, planètes) :
1. Avais-je tort de dire que c'est l'astronomie qui nous a fait une âme capable de comprendre la nature; que, sous un ciel toujours nébuleux et privé d'astres, la terre elle-même eût été pour nous éternellement inintelligible; que nous n'y aurions vu que le caprice et le désordre, et que, ne connaissant pas le monde, nous n'aurions pu l'asservir? H. Poincaré, La Valeur de la sc.,1905, p. 165.
2. De bonne heure également, les Égyptiens distinguèrent, comme les Chaldéens, les astres mobiles ou planètes, des étoiles fixes, et s'ils ne donnèrent pas leurs noms aux jours, puisqu'ils ne se servirent pas ou très peu de la semaine, ils les connaissaient néanmoins parfaitement. Chauve-Bertrand, La Question du calendrier,1920, p. 36.
3. C'est encore une chance que chaque atome soit capable d'émettre des radiations lumineuses, grâce auxquelles les animaux et l'homme peuvent être conscients, avoir des sensations raffinées. L'existence de planètes tournant autour d'un astre central a été également un événement décisif, la planète plus petite et refroidie plus rapidement, servant d'habitat solide, l'astre central étant la source inépuisable d'énergie. La gravitation est la loi sine qua non de la formation d'un tel système. Il est très heureux également que les astres soient très largement disséminés dans l'espace; ... Ruyer, Esquisse d'une philos. de la struct.,1930, p. 332.
Les sept astres géants. Les astres du système solaire.
P. compar. Être beau, belle comme un astre. Être resplendissant(e). Se faire beau, belle comme un astre. Se parer avec éclat :
4. Le lendemain, les voilà tous quatre, en veste de serge bleue, mais sans un grain de poussière au collet, le linge éclatant de blancheur, nets, frais, rasés, brossés, briqués, beaux comme des astres. Pourrat, Gaspard des montagnes,Le Pavillon des amourettes, 1930, p. 41.
P. métaph. :
5. Un nuage, monté de la grande pièce d'eau, avait caché le disque de la lune. Après être passé du vert foncé au sombre, puis au noir, le paysage avait disparu. Caroline et Édouard furent plongés dans la plus épaisse obscurité. − Vous me demandez, Caroline, ce qui a remplacé la noblesse? Demandez ce qui peut tenir lieu de cette clarté céleste que nous venons de voir s'éclipser; car la noblesse était aussi un astre, foyer de toutes les lumières et de toute fécondité, levé sur les âges et par lequel on comptait des jours d'honneur et des jours de vertu. Gozian, Le Notaire de Chantilly,1836, p. 83.
SYNT. Attraction, orbite, rotation, trajectoire d'un astre; clarté, déclin, chute d'un astre; constellation, collision, conjonction d'astres; masse, poids, lois des astres; astre lent, fixe, rapide, brûlant, refroidi, éteint, inhabité, disparu, lointain; l'astre régulateur des marées, la lune; astres éphémères, errants, étincelants, formidables, silencieux; observer les astres.
ASTROL. Corps céleste considéré par rapport à son influence supposée sur les hommes. Consulter les astres :
6. Les Chaldéens avaient leurs astres bons et mauvais, et des intelligences attachées à ces astres, et qui en partageaient la nature, bonne ou mauvaise. On retrouve aussi dans le nouveau monde, ce même dogme reçu généralement par l'ancien, sur la distinction des deux principes et des génies bienfaisans et malfaisans. Dupuis, Abr. de l'orig. de tous les cultes,1796, p. 90.
7. ... l'analogie essentielle qui existe entre la nature et l'homme permet d'admettre, sans étonnement, que chaque destinée soit liée au cours des astres et des constellations. L'homme est au centre de la création, où il occupe une place privilégiée dans la chaîne des êtres, grâce à sa dignité de créature pensante et consciente, de miroir où l'univers se reflète et se connaît. Et, inversement, l'homme retrouve la création tout entière au centre de lui-même. Béguin, L'Âme romantique et le rêve,1939, p. 50.
SYNT. Astre bienveillant, maléfique; les astres du Zodiaque; astres contraires; valeur significative des astres; divination par les astres.
P. ext., au fig. Conjoncture favorable et déterminante, chance, réussite. L'astre de qqn. Être né sous un astre favorable.
MYTHOL. Corps céleste considéré comme divinité (cf. astrolâtrie, sabéisme) :
8. Pythagore pensait que les corps célestes étaient immortels et divins; que le soleil, la lune et tous les astres étaient autant de dieux qui renfermaient avec surabondance la chaleur, qui est le principe de la vie. Il plaçait la substance de la divinité dans ce feu ether, dont le soleil est le principal foyer. Parménide imaginait une couronne de lumière qui enveloppait le monde, et il en faisait aussi la substance de la divinité, dont les astres partageaient la nature. Dupuis, Abr. de l'orig. de tous les cultes,1796, p. 47.
SYNT. Astre tutélaire; les astres vénérables; Vénus, astre de l'amour; avec l'aide, le secours des astres; adoration, culte des astres; adorer, invoquer, révérer les astres.
B.− Au fig., littér.
1. Symbole de l'éclat, de la valeur de quelque chose ou de quelqu'un :
9. Que je suis content de l'[Valéry] avoir dès 1920 qualifié d'astre : il a tout d'un astre : intact, quoi qu'il fasse, quoi qu'il lise et quoi même qu'il veuille; séparé toujours; inhumain, mais de telle sorte que l'inhumanité ici rayonne et que même alors qu'on la sait un manque, elle apparaît un pur prestige. Du Bos, Journal,1927, p. 189.
10. Tandis que chancellent la force et le prestige allemands, on voit monter au zénith l'astre de la puissance russe. Le monde constate que ce peuple de 175 millions d'hommes est digne d'être grand parce qu'il sait combattre, c'est-à-dire souffrir et frapper, qu'il s'est levé, armé, organisé lui-même et que les pires épreuves n'ébranlent pas sa cohésion. De Gaulle, Mémoires de guerre,1954, p. 546.
2. Personne en laquelle resplendissent des dons excellents :
11. Lorsque Atala parut, je reçus une lettre de Cambridge signée G. Gordon, Lord Byron. Lord Byron âgé de quinze ans était un astre non levé : des milliers de critiques ou de félicitations m'accablaient... Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 1, 1848, p. 515.
3. Personne resplendissante de jeunesse, de beauté. Bel astre, jeune astre; astre de beauté, astre de ma vie :
12. Qu'elle fût bien ou mal coiffée, Que mon cœur fût triste ou joyeux, Je l'admirais. C'était ma fée, Et le doux astre de mes yeux! Hugo, Les Contemplations,t. 2, 1856, p. 375.
PRONONC. : [astʀ ̥].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. xiies. « corps céleste » (Ms. bibl. Tours 433, fo1-5, éd. L. Delisle ds Bibliothèque de l'École des Chartes, 6esérie, t. 5, p. 327 : ignitabulum, astre); 1372 « id. » (Corbichon, Propr. des choses, VIII, 23, éd. 1522, cité par Delboulle ds R. Hist. litt. Fr., t. 2, p. 265 : Elles [les étoiles] sont aussy appelées astres, pour ce que aucunes d'elles sont fichees au firmament ainsy comme clous fichez en la circonférence d'une roe de charrette); 2. 1549 astrol. « corps célestes par rapport à leur influence prétendue sur les corps terrestres, et partic. sur les hommes » (Calvin, Traité ou avertissement contre l'astrologie judiciaire ds Dict. hist. Ac. fr. : Il y a eu de long-tems une folle curiosité de juger par les astres de tout ce qui doit advenir aux hommes); 3. 1630 fig. « pers. illustre et brillante » (Malherbe, Odes, I, 11, ibid. : O toute parfaite princesse, L'etonnement de l'univers, Astre par qui vont avoir cesse Nos ténèbres et nos hivers). Empr. au lat. astrum « corps céleste » (Varron, Ling., 9, 25 ds TLL s.v., 975, 73); dans un cont. d'astrologie (Virgile, Géorgiques, 1, 232, ibid., 971, 55 : per duodena regit mundi sol aureus astra); (le plus souvent au plur.) synon. de gloire, faîte des honneurs (cf. l'emploi 3) Horace, Sat., 2, 7, 29, ibid., 974, 8 : urbem tollis ad astra. Terme de la lang. poét. emprunté par le lat. au gr. α ́ σ τ ρ ο ν; le terme lat. usuel est sidus.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 2 910; Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 5 890, b) 5 326; xxes. : a) 3 442, b) 2 424.
BBG. − Archéol. chrét. t. 1 1924. − Bach.-Dez. 1882. − Bible 1912. − Bouillet 1859. − Brard 1838. − Duch. 1967, § 15, 19, 40, 56, 64, 71. − Feugère (F.). En marge de l'exposition Charles V. Ds le vocab. de Duguesclin. Déf. Lang. fr. 1968, no45, p. 26. − Feugère (F.). La Première Renaissance et notre vocab. d'Oresme à Christine de Pisan. Déf. Lang. fr. 1970, no51, p. 14. − Foi t. 1 1968. − Gottsch. Redens. 1930, p. 6. − Goug. Mots t. 1 1962, p. 40. − Marcel 1938. − Muller 1966. − Noter-Léc. 1912. − Nysten 1814. − Privat-Foc. 1870. − Rog. 1965, p. 57. − Théol. bibl. 1970. − Timm. 1892. − Uv.-Chapman 1956.

Wiktionnaire

Nom commun

astre \astʁ\ masculin

  1. (Astronomie) Corps céleste.
    • Levers et couchers du soleil, de la lune et des autres astres peuvent résulter respectivement d’une inflammation et d’une extinction. — (Épicure, Lettre à Pythoclès, traduction anonyme)
    • Calculer le mouvement des astres.
    • Un astre brillant.
  2. (Astrologie) Corps célestes par rapport à leur influence sur les corps terrestres, et particulièrement sur les hommes.
    • Il s’agit d’un langage symbolique. Les astres des astrologues sont des symboles qui, à mon avis, n’ont rien à voir avec les étoiles et les planètes que les astronomes observent dans leurs télescopes. — (« Les Grands Esprits manipulés par les astrologues », dans Le Québec sceptique, n°56, printemps 2005, p. 29)
    • Certes, on ne voit pas bien en quoi les astres peuvent avoir quoi que ce soit à carrer de ce qui peut m'arriver, étant donné que justement, ce sont des astres, c'est-à-dire soit de grosses pierres dénuées de la moindre intelligence, […]. — (Gilles Vervisch, Comment ai-je pu croire au Père Noël ? : Philosopher au quotidien, Max Milo, 2009, chap.14)
    • Dr. Elefun : Tout le monde a sa propre destinée, Toby.
      Astro Boy : Ne l’as-tu pas entendu ? Je ne suis pas Toby. Je suis un astre, une étoile !
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ASTRE. n. m.
Corps céleste. Le mouvement des astres. Le cours des astres. L'aspect des astres. Observer les astres. Calculer le mouvement des astres. Un astre brillant. Poétiq., L'astre du jour, Le soleil. L'astre de la nuit, des nuits, La lune. Il se disait, en termes d'Astrologie, des Corps célestes par rapport à leur influence prétendue sur les corps terrestres, et particulièrement sur les hommes. Les astres influent sur les corps sublunaires. Consulter les astres. Astre bénin. Astre favorable. Astre malin. L'astre qui préside à la naissance. Être né sous un astre favorable, sous un astre malheureux. Il prétendait connaître l'avenir par l'inspection des astres. Lire dans les astres. Cette femme est belle comme un astre, Elle est extrêmement belle ou extrêmement parée. On dit, avec une nuance d'ironie, Vous êtes beau comme un astre.

Littré (1872-1877)

ASTRE (a-str') s. m.
  • 1Tout corps cheminant régulièrement dans les espaces célestes.

    Astres de Bourbon, petits corps qu'on a dit avoir vus circuler autour du soleil, au-delà de Mercure.

    L'astre des nuits, la lune.

    L'astre du jour, le soleil. L'astre du jour a vu ma course vagabonde Jusqu'aux lieux où, cessant d'éclairer nos climats…, Voltaire, Alz. II, 1. Prends garde que jamais l'astre qui nous éclaire Ne te voie en ces lieux mettre un pied téméraire, Racine, Phèd. IV, 2. Il voit l'astre qui nous éclaire, Racine, Esth. II, 3. Le soir est près de l'aurore ; L'astre à peine vient d'éclore Qu'il va terminer son tour, Lamartine, Harm. II, 1.

    Poétiquement, au pluriel, le ciel. Ta gloire montera jusqu'aux astres, Fénelon, Tél. II.

  • 2 Terme d'astrologie. Les astres, les corps célestes considérés par rapport à leur influence prétendue sur la destinée des hommes. Sous quel astre ennemi faut-il que je sois née ! Racine, Mithr. I, 2. Sous quel astre cruel avez-vous mis au jour Le malheureux objet d'une si tendre amour ? Racine, Iphig. V, 3. De son astre opposé telle est la violence, Corneille, Sertor. I, 1. Quel astre agit sur vous avec tant de rigueur ? Corneille, D. San. III, 1. Hymen !… sous quel astre odieux Mon père a-t-il formé tes redoutables nœuds ! Voltaire, Alz. III, 2. Sous quel astre, bon Dieu, faut-il que je sois né ? Molière, Fâch. I, 1. Mon astre me disait ce que j'avais à craindre, Molière, Mis. IV, 3. Si son astre en naissant ne l'a formé poëte, Boileau, Art. p. I.
  • 3 Fig. et poétiquement, personne illustre. On vit paraître Guise, et le peuple, inconstant, Tourna bientôt ses yeux vers cet astre éclatant, Voltaire, Henr. III, 65. Il est l'astre naissant qu'adorent nos États, Corneille, Nicom. II, 1.

    Familièrement. Cette femme est belle comme un astre, elle est très belle. C'est un astre. Dès que ces nouveaux astres parurent à la cour…, Hamilton, Gram. 9.

HISTORIQUE

XVIe s. Non pas qu'au vrai nous croyons que les astres, Qui sont reiglez, permanans en leurs atres…, Rabelais, Épître à Jehan Bouchet, 1837, p. 358.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ASTRE, astrum, s. m. est un mot général qui s’applique aux étoiles, tant fixes qu’errantes ; c’est-à-dire, aux étoiles proprement dites, aux planetes, & aux cometes. Voyez Etoile, Planete, &c.

Astre se dit pourtant le plus ordinairement des corps célestes lumineux par eux-mêmes, comme les étoiles fixes & le soleil. Voyez Soleil. (O)

* Astres, (Myth.) les payens ont adoré les astres ; ils les croyoient immortels & animés, parce qu’ils les voyoient se mouvoir d’un mouvement continuel, & briller sans aucune altération. Les influences que le soleil a évidemment sur toutes les productions de notre globe, les conduisirent à en attribuer de pareilles à la lune, & en généralisant cette idée, à tous les autres corps célestes. Il est singulier que la superstition se soit rencontrée ici avec l’Astrologie physique.

Astre, s. m. aster, (Hist. nat. bot.) genre de plante à fleur radiée, dont le disque est composé de fleurons, & dont la couronne est formée par des demi-fleurons qui sont posés sur des embryons, & soûtenus par un calice écailleux ; les embryons deviennent dans la suite des semences garnies d’aigrettes, & attachées au fond du calice. Tournefort, Inst. rei herb. Voyez Plante. (I)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « astre »

(XIIe siècle) Du latin astrum (« constellation, astre »), issu du grec ἄστρον, astron (« astre, constellation »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. astre ; espagn. et ital. astro ; de astrum ; angl. star ; allem. Stern ; grec ἄστρον ; persan, stare ; zend, astu ; sanscrit védique, strĭ. Tous ces mots sont fondamentalement les mêmes, et paraissent se rapporter à un radical sanscrit str, qui signifie disperser : de sorte que les astres sont la dispersion, la dissémination.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « astre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
astre astr

Évolution historique de l’usage du mot « astre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « astre »

  • Déploie ton jeune courage, enfant ; c'est ainsi qu'on s'élève jusqu'aux astres. Virgile en latin Publius Vergilius Maro, L'Énéide, IX, 641
  • Sous quel astre ennemi faut-il que je sois née ! De Jean Racine / Mithridate
  • La gloire, astre tardif, lune sereine et sombre Qui se lève sur les tombeaux. De Victor Hugo / Toute la lyre
  • J'ai sellé des chevaux que je n'ai pas touchés et touché des astres que je n'ai pas vus. De Adonis / Zócalo
  • Trop peu d'un firmament pour des millions d'astres. De Louis Aragon / Les yeux d'Elsa
  • Dieu est l'astre qui fuit et qu'il faut suivre sans jamais pouvoir s'arrêter. De Yves Raguin / Chemins de la contemplation
  • "Voyez Ma prière toujours dans vos cieux comme un astre, Et mon amour toujours comme un chien à tes pieds." De Victor Hugo / Les Contemplations
  • Mars, Vénus, Saturne, ce qui m'étonne ce n'est pas qu'on ait découvert tous ces astres lointains, c'est qu'on connaisse leur nom. De Jean Nohain
  • C'est un soir calme et libre, et d'infinie beauté, L'heure sacrée est muette comme une nonne , Eperdue d'adoration; l'astre rayonne. De William Wordsworth / Poèmes, 2001
  • Le monde est fait avec des astres et des hommes. De Emile Verhaeren / La Multiple splendeur
  • Qui nous donna des yeux pour voir les astres sans nous donner des bras pour les atteindre ? De Florbela Espanca / Sonnet
  • Déploie ton jeune courage, enfant ; c'est ainsi qu'on s'élève jusqu'aux astres. De Virgile / L'éneide
  • Les pays sont comme les astres, ils peuvent étinceler et éclairer des siècles après leur extinction. De Jean Giraudoux / De pleins pouvoirs à sans pouvoir
  • C'est en vain qu'au Parnasse un téméraire auteur Pense de l'art des vers atteindre la hauteur […] Si son astre en naissant ne l'a formé poète […] Pour lui Phébus est sourd, et Pégase est rétif. Nicolas Boileau dit Boileau-Despréaux, L'Art poétique
  • […] Voici qu'enfin la traversée Effrayante, d'un astre à l'autre, est commencée ! Victor Hugo, La Légende des siècles, Vingtième Siècle
  • Penser qu'on vivra jamais dans cet astre*, Parfois me flanque un coup dans l'épigastre. Jules Laforgue, L'Imitation de Notre-Dame la Lune, Clair de lune
  • Je vous salue, Enfants de la première nuit, Heureux astres divins […]. Pierre de Ronsard, les Hymnes, Hymne des astres
  • Tout-puissants étrangers, inévitables astres […]. Paul Valéry, La Jeune Parque, Gallimard
  • Si les astres étaient immobiles, le temps et l'espace n'existeraient plus. De Maurice Maeterlinck / La grande loi, la gravitation universelle et la force centripète
  • L'admiration prend quelquefois un télescope pour regarder les choses de la terre, mais elle n'en fait pas des astres pour cela. De Jules Barbey d’Aurevilly
  • Y a-t-il donc vraiment, tel que le disent les fanatiques du destin réglé par les astres, une ordonnance préalable de tout ce que nous sommes et de tout ce que nous serons ? De Yves Thériault / Valérie
  • Il y a environ 800 millions d’années, cet astre a fusionné avec un trou noir de 23 masses solaires et cet événement a produit une onde gravitationnelle puissante. L’Institut de Physique des 2 Infinis de Lyon l'a analysé. Alex Andrix, artiste lyonnais, l'a illustré. Explications.  France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, Des chercheurs lyonnais contribuent à la découverte d’un astre mystérieux pesant environ 2,6 fois la masse du Soleil
  • Astroparticules et cosmologie Les collaborations Virgo et LIGO annoncent la découverte d’un astre compact pesant environ 2,6 fois la masse du Soleil, ce qui le place entre l’étoile à neutrons la plus lourde et le trou noir le plus léger connus. Il y a environ 800 millions d’années, cet astre a fusionné avec un trou noir de 23 masses solaires et cet événement a produit une onde gravitationnelle puissante. L’observation de ce signal seul – détecté sur Terre en août 2019 – ne permet pas de déterminer la nature de l’astre compact léger (trou noir ou étoile à neutrons), laquelle reste donc énigmatique.     Lire l’article complet , Virgo et LIGO détectent la fusion d’un astre compact énigmatique avec un trou noir
  • Situé à une distance de 16.000 années-lumière, dans la constellation du Sagittaire, cet astre baptisé Swift J1818.0−1607 se distingue avant tout par sa masse gigantesque, le double ou le triple de celle du Soleil, mais concentrée dans un volume extrêmement réduit. En effet, Swift est 1.000 milliards de fois plus petit. , Un astre jeune aux caractéristiques inédites découvert par des chercheurs - Sputnik France
  • Au cours de son existence, relativement courte pour un astre, l’étoile aurait perdu l’équivalent de trois masses solaires. À l’échelle de l’univers, elle ne devrait donc pas tarder à mourir et voir son cœur s’effondrer sur lui même.   Le HuffPost, Cette étoile est si grosse qu'elle irait jusqu'à Jupiter si c'était notre Soleil | Le HuffPost
  • Ce vendredi 19 juin, les deux astres les plus proches de la Terre, la Lune et Vénus, se donnent rendez-vous dans la clarté du ciel en plein jour. Vu de notre planète, le plus grand va engloutir le plus petit et le redigérer une heure plus tard. Un beau phénomène que l'on peut observer à l'œil nu ou avec un instrument, tout en évitant soigneusement de regarder le Soleil. Futura, Vénus va disparaître pendant une heure le 19 juin
  • Pendant la durée du confinement, les astronomes amateurs, astreints comme tout le monde à rester à leurs domiciles alors que les conditions météorologique ont été particulièrement favorables à leur passion qu'ils n'ont pas pu assouvir sur le terrain, ont échangé en guise d'exutoire leurs créations astrophotographiques, poétiques, voire humoristiques ou détournées. , Un journal du confinement 2020 : astronomes confinés, ou la découverte de l'astre au logis | ECHOSCIENCES - Grenoble

Images d'illustration du mot « astre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « astre »

Langue Traduction
Anglais star
Espagnol estrella
Italien stella
Allemand star
Chinois
Arabe نجمة
Portugais estrela
Russe звезда
Japonais
Basque izar
Corse stella
Source : Google Translate API

Synonymes de « astre »

Source : synonymes de astre sur lebonsynonyme.fr
Partager