La langue française

Alchimie

Définitions du mot « alchimie »

Trésor de la Langue Française informatisé

ALCHIMIE, subst. fém.

A.− Pratique de recherche en vogue notamment au Moyen Âge, ayant pour objet principal la composition d'élixir de longue vie et de la panacée universelle, et la découverte de la pierre philosophale en vue de la transmutation des métaux vils en métaux précieux. L'alchimie a été une préparation à la chimie (Ac. 1878-1932) :
1. La physique dans sa naissance n'étoit que de la métaphysique; l'astronomie a commencé par l'astrologie, et la chimie par l'alchimie. Il en est de même de la science de l'homme; il faut se tromper long-temps, avant d'arriver au moment où les vérités vont croissant par les vérités. Ch.-V. Bonstetten, L'Homme du Midi et l'homme du Nord,1824, p. 195.
2. Un masque de verre, que Jehan remarqua parmi les ustensiles d'alchimie, et qui servait sans doute à préserver le visage de l'archidiacre lorsqu'il élaborait quelque substance redoutable, était dans un coin, couvert de poussière, et comme oublié. À côté gisait un soufflet non moins poudreux, et dont la feuille supérieure portait cette légende incrustée en lettres de cuivre : spira, spera. V. Hugo, Notre-Dame de Paris,1832, p. 307.
3. ... les trois portes que les archéologues qui ne sont point initiés à la symbolique chrétienne et occulte, désignent sous le nom de porte du jugement, de porte de la Vierge, de porte de Sainte-Anne ou de Saint-Marcel, représentent en réalité, la mystique, l'astrologie et l'alchimie, les trois grandes sciences du moyen-âge. J.-K. Huysmans, Là-bas,t. 1, 1891, p. 212.
4. Il faut, sans faire abstraction de son aspect de recherche concrète, de ses visées pratiques, considérer l'alchimie comme étant essentiellement une méthode de « réalisation spirituelle ». Les formulations, parfois contradictoires, des principes de l'alchimie ne sont pas l'aboutissement d'un raisonnement ou d'une série de tentatives pratiques, plus ou moins désordonnées, mais se présentant comme déduites de certaines connaissances métaphysiques acquises à partir d'une initiation. M. Caron, S. Hutin, Les Alchimistes,1959, p. 179.
Fam. Faire l'alchimie avec ses dents. Remplir sa bourse par l'épargne de sa bouche (Land. 1834, Ac. Compl. 1842).
B.− P. anal. ou au fig.
1. Souvent iron. [En parlant d'obj. concr., p. allus. aux instruments bizarres ou aux manipulations compliquées de l'alchimie] Bric-à-brac, mélange hétéroclite :
5. Toute cette alchimie dont elles se parent [les actrices] a ... l'avantage de sentir fort bon, et de répandre autour d'elles une atmosphère musquée qui a son ivresse. O. Feuillet, Un Mariage dans le monde,1875, p. 160.
6. ... Giulia mélangea je ne sais quelles alchimies d'eau, de sucre, et de fleur d'orange. Elle posa ensuite par dessous, une lampe d'alcool enflammé, et le poêlon, presque aussitôt, commença de frémir à bas bruit. É. Bourges, Le Crépuscule des dieux,1884, p. 311.
2. Non péj. [P. allus. aux mutations recherchées par les alchimistes] Transformation (quasi) miraculeuse :
a) [En parlant de phénomènes naturels] :
7. Avouons d'abord qu'on ne sait pas encore par quelle alchimie le miel se transforme en cire dans le corps plein d'énigmes de nos mouches suspendues. M. Maeterlinck, La Vie des abeilles,1901, p. 129.
8. Quelle nuit! L'odeur des écorces et des résines surchauffées, l'odeur des arbres centenaires, vigoureux et musqués comme des bêtes, avait détruit tous les parfums plus fragiles composés par la délicate alchimie du jour, et flottait seule à présent, dans l'ombre complice, ... G. Bernanos, La Joie,1929, p. 711.
b) [En parlant de phénomènes de la civilisation matérielle] :
9. ... par une série de cycles d'opérations chimiques commandées à distance, le plutonium se trouve finalement séparé de l'uranium et des produits de fission (...) ces usines d'alchimie moderne furent construites uniquement d'après les données de base obtenues sur moins d'un milligramme de produit. Une fois le plutonium extrait, il fallut apprendre à le mettre sous forme de métal très pur pour fabriquer la bombe, ... B. Goldschmidt, L'Aventure atomique,1962, pp. 41-42.
c) Dans le domaine de la vie psychol. ou spirituelle :
10. Je sais, parbleu bien, que cette alchimie divine, que cette transmutation de la créature humaine en Dieu est, la plupart du temps, impossible, car le Sauveur réserve d'habitude ces extraordinaires faveurs à ses élus, mais enfin, si indigne qu'il soit, chacun est présumé pouvoir atteindre ce but grandiose, puisque c'est Dieu seul qui décide et non l'homme, dont l'humble concours est seulement requis. J.-K. Huysmans, En route,t. 1, 1895, p. 71.
11. La supposition que je pourrais un jour être l'ami de telle ou telle de ces jeunes filles, que ces yeux, dont les regards inconnus me frappaient parfois en jouant sur moi sans le savoir comme un effet de soleil sur un mur, pourraient jamais par une alchimie miraculeuse laisser transpénétrer entre leurs parcelles ineffables l'idée de mon existence, ... M. Proust, À la recherche du temps perdu,À l'ombre des jeunes filles en fleurs, 1918, p. 795.
12. Il n'est pas d'exemple que les mages aient peu tenu à l'état de propreté éclatante de leurs vêtements et de leur âme et je ne comprendrais pas qu'attendant ce que nous attendons de certaines pratiques d'alchimie mentale nous acceptions de nous montrer, sur ce point, moins exigeants qu'eux. A. Breton, Les Manifestes du Surréalisme,1930, p. 175.
13. ... pendant quelques minutes, j'ai senti la douceur de vivre. Peut-être les souvenirs m'y aidaient-ils, car je ne sais par quelle alchimie la tristesse d'hier se transforme en sensations de bonheur, mais un bonheur tranquille, un bonheur d'ombres. J. Green, Journal,1937, p. 92.
En partic. [En parlant de création poétique ou du langage] Transformation de la réalité banale en fiction hallucinatoire ou/et poétique. Alchimie du verbe :
14. La vieillerie poétique avait une bonne part dans mon alchimie du verbe. Je m'habituai à l'hallucination simple : je voyais très-franchement une mosquée à la place d'une usine, une école de tambours faite par des anges, des calèches sur les routes du ciel, un salon au fond d'un lac; ... A. Rimbaud, Une Saison en enfer,Délires, 1873, p. 230.
15. Nous n'avons pas besoin d'imaginer des rencontres pathétiques, et toute une alchimie naïve qui transforme la moindre composition littéraire en pièce à clef, pour songer à Pierre Corneille, seul dans une pièce de Rouen ou de Petit-Couronne, déjà marié ou prêt de l'être, et imaginant cette aventure si simple : un être qui a aimé, ... R. Brasillach, Pierre Corneille,1938, p. 213.
Prononc. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [alʃimi]. − Rem. Fér. 1768 indique : alkimi-e, prononc. qu'il qualifie dès 1787 de ,,vieille prononc.`` (cf. également Littré, DG). 2. Dér. et composés : alchimique, alchimiste. 3. Forme graph. − Var. arch. : alchymie (cf. Fér. 1768). Ac. Compl. 1842 a une forme concurrente alchémie.
Étymol. ET HIST. − 1275 « chimie du Moyen Âge qui avait pour objet la transmutation des métaux et la découverte de la panacée universelle » (Rose, éd. Langlois, 16083-4 : Nepourquant, c'est chose notable, Alkimie est art véritable); d'où a) 1447 « métal ou substance de composition alchimique [c.-à-d. mélange d'or et d'argent avec un métal inférieur] » (Arch. nat., JJ 178, no168, année 1447 ds Du Cange s.v. arquemia : ung des habilles hommes du monde, nommé Baratier, qui estoit le meilleur Arquemien que on peust trouver, et avecques faisoit escuz d'Arquemie les plus beaulx que on pourroit dire). − 1771, Trév.; b) 1547 « tromperie » (Marg. de Nav., Les Marguerites, la Coche, IV, 236 ds Hug. : Car entre nous sa trop faulse alquemie Est descouverte), au xvies. seulement, puis résurgences ou créations anal. à l'époque mod. (supra). Empr. au lat. médiév. alchimia, attesté dep. 1134-1145, Plato Tiburtinus (scriptor. Arabicorum et Hebraïcorum interpres), Tab., 1, p. 494, 5 ds Mittellat. W. s.v., 436, 41 : ostensio aptationis alchimie; cf. Albert Le Grand, Cael. Hier., 15, 3, p. 401 b, 47 ibid., 436, 47 : aurum alchimiae; ce lat. est formé sur l'ar. al Kīmíj̄a, article al, et Kīmīj̄a « pierre philosophale, alchimie », passé en esp. ca 1250, Bocados de Oro ds Cor. t. 1 1954, s.v. alquimia; en cat., 1295, Lull, Arbre de Sciencia ds Alc.-Moll., s.v.; l'ar. viendrait lui-même − soit du gr. χ υ μ ε ι ́ α « mélange de liquides » (χ υ μ ο ́ ς « suc, jus ») − soit du copte chame « noir », terme servant aussi à désigner l'Égypte, et appliqué aux arts qu'on attribue à ses habitants (Lok. 1927, 1157, s.v. égyptien Kemi; Dauzat 1968). L'hyp. d'un emprunt du fr. à l'esp. (FEW t. 19, s.v. Kīmiyā ) est moins vraisemblable étant donné la légère antériorité de l'entrée du mot en fr. par rapport aux lang. hisp. et au contraire l'antériorité du lat. médiév. largement attesté au xiies. (Mittellat. W. s.v. alchimia; Latham, Revised medieval latin Word-list, London, 1965, ibid.) vraisemblablement formé directement sur l'arabe.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 123.
BBG. − Bél. 1957. − Boiss.8. − Brard 1838. − Chesn. 1857. − Duval 1959. − Fér. 1768 (s.v. alchymie).Galiana Déc. sc. 1968. − Gay t. 1 1967 [1887]. − Goug. Mots t. 1 1962, p. 29, 39; pp. 41-42. − Grand. 1962. − Laborde 1872. − Lavedan 1964. − Le Roux 1752. − Littré-Robin 1865. − Nysten 1814-20. − Prév. 1755. − Ros.-Ioud. 1955. − Uv.-Chapman 1956. − Wagner Magie 1939.

Wiktionnaire

Nom commun

alchimie \al.ʃi.mi\ féminin

  1. Science occulte et chimérique qui consistait surtout dans la recherche d’un remède universel et d’un moyen propre à opérer la transmutation des métaux.
    • La vraie question, nous le verrons, est de définir ce qu’était la magie pour les Anciens : science des « Mages » ou sorcellerie ? La frontière entre les deux est indécise, certainement autant qu’elle ne l’était, au Moyen-Âge, entre alchimie et science. — (André-Julien Fabre, Mythologie et plantes médicinales de l'Antiquité, publié dans Histoire des Sciences Médicales. vol 37(1), 2003, p. 65)
    • Mais le but ultime de l'alchimie ne peut être obtenu que par le Grand-Œuvre, ou Grand Magistère, menant à la pierre rouge, c'est-à-dire la fameuse pierre philosophale, capable de transformer par simple contact les métaux en or. — (Philippe de La Cotardière, Histoire des sciences de l'antiquité à nos jours, Tallandier, 2004)

Nom commun

alchimie

  1. Alchimie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ALCHIMIE. n. f.
Science chimérique qui consistait surtout dans la recherche d'un remède universel et d'un moyen propre à opérer la transmutation des métaux. L'alchimie était en usage au moyen âge. L'alchimie a été une préparation à la chimie.

Littré (1872-1877)

ALCHIMIE (al-chi-mie. Le dictionnaire grammatical de 1784 dit qu'on prononce alkimie ; aujourd'hui on prononce alchimie, comme chimie) s. f.
  • Chimie du moyen âge, qui, au lieu d'avoir pour but l'étude de la composition des corps, cherchait la panacée universelle et la transmutation des métaux. L'alchimie a été la préparation de la vraie chimie. Mazarin se faisait un mérite de ce qu'il avait fait évanouir avec un peu de poudre d'alchimie cette nuée de prétentions, Retz, II, 375.

HISTORIQUE

XIIIe s. Ou d'alquemie tant aprengne Que tous metaus en color taingne, Qu'el [l'art] se porroit ainçois tuer, Que les especes remuer, Se tant ne fait qu'el les ramaine à lor nature premeraine, la Rose, 16267.

XIVe s. Le penser est erreur infaicte Contre le noble art d'alchymie Et profonde philosophie, L'alch. à nat. 728.

XVe s. Il fauldroit faire l'arquemie, Qui vouldroit forgier faulceté, Tant qu'elle devint loyaulté, Quant en malice est endurcie, Orléans, Rondel. Il avoit acointance à ung des habiles hommes du monde qui estoit le meilleur arquemiex que on peust trouver, et avecques faisoit escuz d'arquemie les plus beaulx que on pourroit dire, Du Cange, arquemia. Y dussai-je employer mon bien, Je ne vueil point d'autre alchymie ; Encore n'y perdrai-je rien ; Car boire contente ma vie, Basselin, XI.

XVIe s. À la fin tout leur cas s'en va en fumée, tellement que leur arquemie se pourroit plus proprement dire art qui mine, ou art qui n'est mie, Despériers, Contes, XI.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ALCHIMIE, s. f. est la chimie la plus subtile par laquelle on fait des opérations de chimie extraordinaires, qui exécutent plus promptement les mêmes choses que la nature est long-tems à produire ; comme lorsqu’avec du mercure & du soufre seulement, on fait en peu d’heures une matiere solide & rouge, qu’on nomme cinabre, & qui est toute semblable au cinabre natif, que la nature met des années & même des siecles à produire.

Les opérations de l’alchimie ont quelque chose d’admirable & de mystérieux ; il faut remarquer que lorsque ces opérations sont devenues plus connues, elles perdent leur merveilleux, & elles sont mises au nombre des opérations de la chimie ordinaire, comme y ont été mises celles du lilium, de la panacée, du kermès, de l’émétique, de la teinture de l’écarlate, &c. & suivant la façon, dont sont ordinairement traitées les choses humaines, la chimie use avec ingratitude des avantages qu’elle a reçûs de l’alchimie : l’alchimie est maltraitée dans la plûpart des livres de chimie. Voyez Alchimistes.

Le mot alchimie est composé de la préposition al qui est Arabe, & qui exprime sublime ou par excellence, & de chimie, dont nous donnerons la définition en son lieu. Voyez Chimie. De sorte que alchimie, suivant la force du mot, signifie la chimie sublime, la chimie par excellence.

Les antiquaires ne conviennent pas entre eux de l’origine, ni de l’ancienneté de l’alchimie : si on en croit quelques histoires fabuleuses, elle étoit dès le tems de Noé. Il y en a même eu qui ont prétendu qu’Adam savoit de l’alchimie.

Pour ce qui regarde l’antiquité de cette science ; on n’en trouve aucune apparence dans les anciens auteurs, soit Medecins, soit Philosophes, soit Poëtes, depuis Homere, jusqu’à quatre cens ans après Jesus-Christ. Le premier auteur qui parle de faire de l’or est Zozime, qui vivoit vers le commencement du cinquieme siècle. Il a composé en Grec un Livre sur l’art divin de faire de l’or & de l’argent. C’est un Manuscrit qui est à la Bibliotheque du Roi. Cet ouvrage donne lieu de juger que lorsqu’il a été écrit, il y avoit déjà long-tems que la chimie étoit cultivée ; puisqu’elle avoit déjà fait ce progrès.

Il n’est point parlé du remede universel, qui est l’objet principal de l’Alchimie, avant Geber, auteur Arabe, qui vivoit dans le septieme siecle.

Suidas prétend que si on ne trouve point de monument plus ancien de l’Alchimie, c’est que l’Empereur Dioclétien fit brûler tous les Livres des anciens Egyptiens ; & que c’étoient ces Livres qui contenoient les mysteres de l’Alchimie.

Kirker assûre que la théorie de la Pierre-philosophale est expliquée au long dans la table d’Hermès, & que les anciens Egyptiens n’ignoroient point cet art.

On sait que l’Empereur Caligula fit des essais, pour tirer de l’or de l’orpiment. Ce fait est rapporté par Pline, Hist. nat. ch. iv. liv. XXXIII. Cette opération n’a pû se faire sans des connoissances de Chimie, supérieures à celles qui suffisent dans la plûpart des arts & des expériences pour lesquelles on employe le feu.

Au reste, le monde est si ancien, & il s’y est fait tant de révolutions, qu’il ne reste point de monumens certains de l’état où étoient les sciences dans les tems qui ont précedé les vingt derniers siecles ; je n’en rapporterai qu’un exemple : la Musique a été portée, dans un certain tems chez les Grecs, à un haut point de perfection ; elle étoit si fort au-dessus de la nôtre, à en juger par ses effets, que nous avons peine à le comprendre ; & on ne manqueroit pas de le révoquer en doute, si cela n’étoit bien prouvé par l’attention singuliere qu’on sait que le gouvernement des Grecs y donnoit, & par le témoignage de plusieurs auteurs contemporains & dignes de foi. Voyez An ad sanitatem musice, de M. Malouin. A Paris, chez Quillau, rue Galande.

Il se peut aussi que la Chimie ait de même été portée à un si haut point de perfection, qu’elle ait pû faire des choses que nous ne pouvons faire aujourd’hui, & que nous ne comprenons pas comment il seroit possible que l’on exécutât. C’est la Chimie ainsi perfectionnée qu’on a nommée Alchimie. Cette science, comme toutes les autres, a péri dans certains tems, & il n’en est resté que le nom. Dans la suite, ceux qui ont eu du goût pour l’Alchimie, se sont tout d’un coup mis à faire les opérations, dans lesquelles la renommée apprend que l’Alchimie réussissoit ; ils ont ainsi cherché l’inconnu sans passer par le connu : ils n’ont point commencé par la Chimie, sans laquelle on ne peut devenir Alchimiste que par hasard.

Ce qui s’oppose encore fort au progrès de cette science, c’est que les Chimistes, c’est-à-dire, ceux qui travaillent par principes, croient que l’Alchimie est une science imaginaire, à laquelle ils ne doivent pas s’appliquer ; & les Alchimistes au contraire croient que la chimie n’est pas la route qu’ils doivent tenir.

La vie d’un homme, un siecle même, n’est pas suffisant pour perfectionner la Chimie ; on peut dire que le tems où a vécu Beccher, est celui où a commencé notre Chimie. Elle s’est ensuite perfectionnée du tems de Stahl, & on y a encore bien ajoûté depuis ; cependant elle est vraissemblablement fort éloignée du terme où elle a été autrefois.

Les principaux auteurs d’Alchimie sont Geber, le Moine, Bacon, Ripley, Lulle, Jean le Hollandois, & Isaac le Hollandois, Basile Valentin, Paracelse, Van Zuchten, Sendigovius, &c. (M)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « alchimie »

Provenç. alkimia ; espagn. alquimia ; ital. alchimia ; de l'article arabe, al, et chimie.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin médiéval alchemia issu de l’arabe كِيمِيَاءُ, (al)kîmiyâʾ (« (la) chimie, art de faire de l'or, art de purifier son coeur »), lui-même issu du grec ancien χυμεία, khumeía (« art de faire fondre les métaux »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « alchimie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
alchimie alʃimi

Évolution historique de l’usage du mot « alchimie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « alchimie »

  • La langue de l'alchimie est une langue de la rêverie, la langue maternelle de la rêverie cosmique. Gaston Bachelard, La Poétique de la rêverie, P.U.F.
  • Le Chemin est une alchimie du temps sur l'âme. De Jean-Christophe Rufin / Immortelle randonnée
  • Le champion est le fruit d’une alchimie des 3 C : le coeur, le cerveau, les c... De Louis Fernandez
  • L'alchimie est à mi-chemin entre la poésie et les mathématiques, entre le monde du symbole et celui du nombre. De Marie-Madeleine Davy / Initiation à la symbolique romane
  • Le leadership est une alchimie singulière, sans lien direct avec le secteur d’activité, permettant d’agir sur la performance d’un collectif. De Sabine Dandiguian / Leadership d'Eric-Jean Garcia
  • Etrange est l'équilibre qui s'établit entre la page blanche, la machine à écrire, le corps, l'esprit, secrète osmose, jeu de vases communicants, alchimie. De Morgan Sportès / Solitudes
  • Celui qui, par quelque alchimie sait extraire de son coeur, pour les refondre ensemble, compassion, respect, besoin, patience, regret, surprise et pardon crée cet atome qu'on appelle l'amour. De Khalil Gibran
  • Le miracle de l'alchimie correspond à la nature la plus fondamentale de l'homme, celle de coïncider d'une façon vivante et absolue avec tout ce qui est. De Marie-Madeleine Davy / Initiation à la symbolique romane
  • Nous sommes un peu comme des éponges qui aspirons la vie sans le savoir et qui la rendons ensuite, transformée, sans connaître le travail d'alchimie qui s'est produit en nous. De Georges Simenon
  • La poésie passe par l'amour des mots, l'alchimie du verbe. C'est aussi ce qui nous délivre de nous-même, qui nous permet de trouver ce qui est ailleurs. De Laurent Terzieff / Extrait de l'interview du Figaroscope du 23 septembre 1998
  • Les deux garçons sont liés par un destin particulièrement funeste. A Amestris, où ils vivent, l’alchimie est une science révérée. Les Elric ont été abandonnés par leur père, un alchimiste renommé, mais ont décidé d’étudier cette discipline pour entretenir un lien avec lui. Le jour où leur mère meurt, les deux enfants entreprennent de la ressusciter en utilisant une formule dangereuse et taboue. Le Monde.fr, Manga : « Fullmetal Alchemist », une alchimie toujours à l’œuvre
  • Après le collectif « Et demain », Lara Fabian, Calogero, Jean-Jacques Goldman… des artistes moins connus rendent hommage aux soignants, et aux personnes propulsées en première ligne dans la lutte contre la Covid-19. C’est le cas de l’auteur-compositeur-interprète Steph Buhé. Le Crac’hois a mis en ligne « L’alchimie du cœur », sa dernière chanson. « Des mains qui réparent, des mots qui rassurent… » les paroles ne doivent rien au hasard. Le texte est fort. La musique taillée sur mesure. Un bel hommage à découvrir et à partager sur https://soundcloud.com/steph-buhe/ Le Telegramme, Le Crac’hois Steph Buhé rend hommage aux soignants avec « L’alchimie du cœur » - Crach - Le Télégramme
  • C’est la belle surprise en ce début d’été  ! Barcella revisite avec la jolie Claire Keim le titre Améthyste extrait de son dernier album "Soleil". « Je souhaitais enrichir ce titre d’une sensibilité féminine. Une alchimie solaire, délicate et enjouée au travers de laquelle nos sensibilités se conjuguent en toute simplicité », explique l’artiste sur son site internet. Journal L'Union, VIDEO. Le chanteur rémois Barcella en duo avec Claire Keim
  • Stratégiquement, sur le papier, l’histoire a du sens. Plutôt commerce de centre-ville, Bio c' Bon était bien apprécié par les clients jusqu’à ce que les rayons se vident progressivement. L’enseigne combine la proximité et l’offre bio qui correspond à une clientèle toujours plus exigeante sur l’alimentation. D’un côté, une entreprise en difficulté, de l’autre, un financier qui fait une offre (dont le montant n’a pas été rendu public) : tout est là pour créer l’alchimie. Franceinfo, Le brief éco. Les surgelés Picard avalent l’enseigne Bio c' Bon
  • Une troisième version latine se trouve dans un traité d’alchimie datant probablement aussi du XIIe siècle (mais dont on ne connaît pas de manuscrit avant le XIIIe ou le XIVe siècle), le Liber Hermetis de alchimia (Livre d’alchimie d’Hermès). C'est cette version, dite « vulgate » qui est la plus répandue. Techno-Science.net, 🔎 Table d'émeraude - Définition et Explications
  • Depuis leurs plus jeune âge Pascal et Manu ont voyagé à travers la France entière avec le quartet Borruto Family. C’est au sein de cette famille musicienne où les deux frères se construisent une expérience de la scène et une passion pour la musique. Leur spectacle est une alchimie entre différentes guitares et styles, agrémenté de percussions et de rythmes subtils assaisonné d’une pointe d’humour. Un envol de notes et de rythmes à travers des sketches, du jazz, du blues, des improvisations et des compositions. , Borruto Family, Les deux freres : Concert Jazz a Digoin

Traductions du mot « alchimie »

Langue Traduction
Anglais alchemy
Espagnol alquimia
Italien alchimia
Allemand chemie
Portugais alquimia
Source : Google Translate API

Synonymes de « alchimie »

Source : synonymes de alchimie sur lebonsynonyme.fr

Alchimie

Retour au sommaire ➦

Partager