La langue française

Abreuvoir

Sommaire

  • Définitions du mot abreuvoir
  • Étymologie de « abreuvoir »
  • Phonétique de « abreuvoir »
  • Évolution historique de l’usage du mot « abreuvoir »
  • Citations contenant le mot « abreuvoir »
  • Images d'illustration du mot « abreuvoir »
  • Traductions du mot « abreuvoir »
  • Synonymes de « abreuvoir »

Définitions du mot abreuvoir

Trésor de la Langue Française informatisé

ABREUVOIR. subst. masc.

I.− Point d'eau naturel ou aménagé, généralement d'eau courante, où les animaux vont boire.
A. Point d'eau naturel :
1. Elle [la maison du commandant] est située sur une place fort irrégulière, à l'angle de laquelle coule un ruisseau, servant d'un côté de fontaine et de l'autre d'abreuvoir. E. Fromentin, Un Été dans le Sahara,1857, p. 114.
2. Le rose de la nature passe au violet, puis au bleu sombre... En bas, dans les cailloux de la rivière, luisait comme un miroir à main une petite flaque d'eau claire. C'était l'abreuvoir des fauves. A. Daudet, Aventures prodigieuses de Tartarin de Tarascon,1872, p. 121.
Rem. Ex. 2, nuance iron.; abreuvoir n'est gén. empl. que pour les anim. domestiques.
B. Bassin ou auge recevant l'eau dont viennent s'abreuver les anim. :
3. Abreuvoir. Petit vaisseau dans lequel on met l'eau pour faire boire les oiseaux dans les cages; dites, augat, diminutif d'auge. Gasconismes corrigés,1823.
4. Le comte, voyant que les deux époux commençaient à parler par paraboles, prit l'air distrait, et regarda avec l'attention la plus profonde et l'approbation la plus marquée Édouard qui versait de l'encre dans l'abreuvoir des oiseaux. A. Dumas, Le Comte de Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 23.
5. ... − aux extrémités des routes centrales, des touffes de palmiers font flotter leurs larges feuilles au-dessus des citernes, abreuvoirs des éléphants. A.-M. de Villiers de L'Isle-Adam, Contes cruels, Épilogue, l'Annonciateur, 1883, p. 374.
6. Il convenait de profiter de ces loisirs et de cette abondance d'eau coutumière. Restait, en effet, à creuser le fossé-abreuvoir, aussi indispensable aux bêtes que la fontaine aux hommes. J. de Pesquidoux, Le Livre de raison,t. 2, 1928. p. 147.
7. On entendait couler l'eau du côté de la grange. C'était un abreuvoir creusé dans un tronc d'arbre. Dans la boue, tout autour, des empreintes d'hommes comme d'un troupeau avaient effacé les empreintes de moutons et de vaches, on n'en voyait plus que quelques-unes vers le pré, à l'endroit sec. J. Giono, Le Grand troupeau,1931, p. 44.
8. Devant l'église de Santa Cecilia, une admirable fontaine dresse un fronton triangulaire au-dessus d'une auge d'abreuvoir : rien de plus net ni de plus constructif. A. T'Serstevens, L'Itinéraire espagnol,1933, p. 136.
9. ... la plupart des fermiers consacraient les bénéfices exceptionnels du marché noir à l'amélioration de l'outillage mécanique de leur exploitation : écrémeuses électriques, eau courante à l'étable, abreuvoirs automatiques, faucheuses ramasseuses, moissonneuses lieuses. R. Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 140.
Rem. 1. Ex. 3, il s'agit ici du petit récipient dans lequel boivent les oiseaux et non du piège : ,,prendre les oiseaux à l'abreuvoir``, (cf. Littré). 2. Les ex. suiv. montrent que l'abreuvoir peut accessoirement servir pour la toilette, surtout des hommes :
10. Enfin, nos salles contenaient encore une pierre immense où restaient en tout temps deux seaux pleins d'eau, espèce d'abreuvoir où nous allions chaque matin nous débarbouiller le visage et nous laver les mains à tour de rôle en présence du maître. H. de Balzac, Louis Lambert,1832, p. 51.
11. Les hommes se lavent à l'abreuvoir. Lui, il s'humecte la face, où l'eau sèche instantanément, tant la peau brûle; rafraîchit sa bouche parcheminée, où un peu de salive colle en croûte verdâtre au coin des lèvres. H. de Montherlant, Le Songe,1922, p. 171.
II.− P. ext. Tout lieu ou source où l'homme s'abreuve (au propre ou au fig.).
A. Emplois concr.
Fam. Partie d'un ménage :
12. Les fortifications d'acier poli élevées autour d'une femme anglaise, encagée dans son ménage par des fils d'or, mais où sa mangeoire et son abreuvoir, où ses bâtons et sa pâture sont des merveilles, lui prêtent d'irrésistibles attraits. H. de Balzac, Le Lys dans la vallée,1836, p. 227.
Arg. et fam. Cabaret :
13. Savez-vous ce qui est trivial, hommes difficiles, gens de goût? C'est de ramasser dans les égouts des répertoires et les ordures des almanachs des idées mortes de vieillesse, de traîner sur les tréteaux des guenilles qui ont servi à tout le monde, et d'aller comme les bestiaux désaltérer votre soif de gloire et d'argent dans les abreuvoirs publics. A. de Musset, Articles publiés dans le journal« Le Temps », 17 mai 1831, p. 141.
14. Abreuvoir. Cabaret. On dit aussi et avec plus juste raison Assommoir. C'était primitivement le nom d'un cabaret de Belleville. France1907.
15. Il semble que, désormais, en réaction contre un Freud et un Proust, ceux qui s'aiment ne souhaitent plus que de courber sous le même joug leurs têtes rapprochées, de les pencher en même temps vers l'abreuvoir qui est un bar de nickel et d'acajou. F. Mauriac, Journal,1937, p. 179.
Rem. Ex. 13, 15, noter l'environnement styl. : trivial, bestiaux, joug.
B. Emplois abstr. :
16. Pourquoi a-t-elle refusé de boire aux eaux troubles, aux eaux lourdes de la passion, seul abreuvoir de la déplorable humanité? J. Péladan, Le Vice suprême,1884, p. 61.
17. Tu t'enivres [pauvre siècle!] À l'abreuvoir banal des journaux et des livres Qui te gonflent avec l'espoir empoisonneur Que tu vivras demain dans le parfait bonheur J. Richepin, Les Blasphèmes,1884, p. 308.
18. Seule assise au foyer, Au coin du feu, Sur un banc de noyer, Voûtée un peu. Cœur tant de fois lavé À l'abreuvoir, Tant de fois abreuvé Au dépotoir. Ch. Péguy, Quatrains,1914, p. 558.
19. La dernière fois que nous nous étions ainsi penchés de front, âmes à l'abreuvoir, sur le même volume, il se trouvait que c'était sur un texte allemand, sur Schopenhauer. J. Giraudoux, Siegfried et le Limousin,1922, p. 116.
III.− P. anal. Abreuvoir désigne diverses réalités concrètes rappelant la forme d'un abreuvoir en auge.
Arg. Abreuvoir à mouche. Balafre sur le visage ou au cou (cf. hist.) :
20. « Oui, dit Cornu [condamné à mort], tout cela serait bel et bon, s'il ne s'agissait pas de la coloquinte (tête), mais... ce n'est pas déjà si réjouissant d'aller faire des abreuvoirs à mouches. F. Vidocq, Mémoires de Vidocq, chef de la police de sûreté jusqu'en 1827,t. 1, 1829, p. 384.
21. − Eh bien, moi, dit Carmen, je te ferai des abreuvoirs à mouches sur la joue, et je veux y peindre un damier. − Là-dessus, vli-vlan! elle commence, avec le couteau dont elle coupait le bout des cigares, à lui dessiner des croix de Saint-André sur la figure. P. Mérimée, Carmen,1847, p. 33.
Emplois techn.
BÂT., CONSTR. :
22. ... en creusant dans les joints verticaux des abreuvoirs, c'est-à-dire des canaux obtenus en creusant symétriquement les deux faces du joint, qu'on remplit en mortier mou de ciment Portland, [on évite la chute des avant-becs d'un viaduc] Bricka, Cours de chemins de fer,t. 1,1894, p. 178.
FOREST. Gélivure, gouttière.
Prononc. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [abʀoevwa:ʀ]. − Rem. DG note la 2eSyllabe avec [ø] fermé. Enq. : /abʀøvwaʀ/. 2. Dér. et composés : cf. abreuver. 3. Hist. − Le mot apparaît sous sa forme actuelle au xvies. (cf. ex. de Hug.), et régulièrement sous cette forme dans les dict. à partir de Ac. 1740. Le mot entre dans la lang. au xiiies. sous la forme abreveor (cf. étymol.). Au xvies., on rencontre la forme abbreuvoir (cf. ex. ds Gdf. et ds Hug.) empl. comme vedette de Nicot 1606 à Ac. 1718.
Étymol. − 1. xiiies. « lieu disposé pour abreuver les animaux » (St Graal II, 218 ds Gdf. Compl. : Li abreveors de cevax del chastel, si estoit tous pavés de marbre); 1284 « id. » (Jean de Meun, Art Chevalerie, 95 ds Cohn, Bemerk. TL ds Arch. St. n. Spr. CXXXIX, 64) : li abuvroirs. 2. 1390 « verre à boire » (Arch. nat., JJ 139, pièce 224 ds Gdf. : Gillot tenant en sa main un abuvroir ou abuvoir ou il buvoient plein de vin...), attest. unique. Dér. de l'a. fr. abevrer (abreuver*), suff. -oir*; corresp. lat. médiév. abrevatorium au sens 1 dep. 1219 (Du Cange s.v.). HIST. − Le sens propre « lieu disposé pour abreuver les animaux » est attesté dep. le xiiies. (cf. étymol. 1) et reste stable jusqu'à l'époque contemp., avec qq. nuances néanmoins : durant les xviieet xviiies., il se dit surtout à propos de chevaux (cf. abreuver, hist. A) et d'oiseaux; il connaît un élargissement à partir de Ac. 1798 qui ajoute ,,pour se baigner``; enfin, aux xixeet xxes., il concerne également les hommes (cf. sém.). Un emploi p. anal. « verre à boire » attesté au xives. (cf. étymol. 2) a disparu. Au cours des siècles apparaissent en outre des sens fig. et techn. 1. Au fig. a) Abreuvoir à mouches « plaie où les mouches peuvent s'abreuver », attesté dep. le xvies. et mentionné par tous les dict., subsiste et appartient à la lang. fam. et imagée : Vous le recognoistrez à ses grandes moustaches noires, retroussées en dents de sanglier, et à un grand abreuvoir à mouches qu'il a sur la joue gauche. Tournebu, Les Contens [1584], III, 1 (Hug.). b) « Cabaret » (lang. pop.), cf. DG. 2. Techn. a) Maçonn., 1reattest. lexicogr. chez Fur. 1690, subsiste. b) Eaux et forêts « gélivure, gouttière », 1reattest. lexicogr. ds Trév. 1771, subsiste (cf. Lar. encyclop.).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 120.
BBG. − Baudr. Chasses 1834. − Blanche 1857. − Chabat t. 1 1875. − Dainv. 1964. − Gay 1967. − Jossier 1881. − Privat-Foc. 1870. − Réau-Rond. 1951.

Wiktionnaire

Nom commun

abreuvoir \a.bʁœ.vwaʁ\ masculin

  1. Lieu où les chevaux et les bestiaux peuvent boire.
    • Aux alentours et dans les lointains invisibles, les tintements joyeux des clochettes argentines et les bourdons graves des sonneaux indiquaient à Mimile que les autres petits bergers, ainsi que les bergères de son âge rapatriaient comme lui vers l’abreuvoir et vers l’étable leurs troupeaux repus. — (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Dans le Luxembourg, on recommande aux enfants de ne pas aller jouer sur les bords des étangs, des rivières, des abreuvoirs, parce que Marie Crochet les attirerait dans l’eau […]. — (L’Ethnographie : Nouv. sér, 1936, no 32-34, p.31)
  2. (Canada) Machine où l’on peut s’abreuver ; fontaine dans les lieux publics (écoles, hôpitaux).
    • Viens-tu à l’abreuvoir avec moi ? J’ai soif.
  3. (Maçonnerie) (Taille de pierre) Entaille verticale en V inversé, pratiquée dans la face de joint d’une pierre taillée qui permet de couler le coulis de mortier entre deux faces de joint et une meilleure accroche du mortier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ABREUVOIR. n. m.
Lieu où l'on mène les chevaux et les bestiaux boire et se baigner. L'abreuvoir est à l'entrée du village. Mener les chevaux à l'abreuvoir.

Littré (1872-1877)

ABREUVOIR (a-breu-voir) s. m.
  • 1Lieu où l'on mène les bestiaux et les chevaux boire et se baigner. Un abreuvoir qui est un petit canal, Sévigné, 543.
  • 2Lieu où les oiseaux vont se désaltérer. Chasser à l'abreuvoir, prendre des oiseaux à l'abreuvoir.
  • 3 Terme d'arboriculture. Fusée qui gâte le pied de l'arbre. La blessure [faite par le marteau à un arbre] ne se cicatrise jamais parfaitement, et souvent elle produit un abreuvoir au pied de l'arbre, Buffon, Exp. sur les végét. 2e mém.
  • 4 Fig. Abreuvoir à mouches, large balafre. Il lui fit d'un coup de sabre un abreuvoir à mouches. Le ceste est encore taché Du sang et du cerveau séché, Quand Hercule, après mainte touche, Lui fit un abreuvoir à mouche De son ceste…, Scarron, Virg. trav. V.
  • 5Intervalle que les maçons laissent entre les pierres pour y faire entrer du mortier.
  • 6Proverbe. Un cheval va bien tout seul à l'abreuvoir, se dit de ceux qui se lèvent de table pour aller eux-mêmes au buffet et se servir.

HISTORIQUE

XIVe s. Gillot tenant en sa main un abuvroir ou abuvoir où ils buvoient, plein de vin, Du Cange, abevragium.

XVe s. Disant le suppliant qu'il lui rueroit [jetterait] ung abeuvrouer ou verre à la teste, Du Cange, ib.

XVIe s. Cependant ceste eau servoit d'abbreuvoir pour le bestail, Calvin, Inst. 1105. Un abbreuvoir à mousches, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « abreuvoir »

(XIIIe siècle) Dérivé de abreuver avec le suffixe -oir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Abreuver ; provenç. abeurador ; espagn. abrevador ; ital. abbeveratojo.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « abreuvoir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
abreuvoir abrœvwar

Évolution historique de l’usage du mot « abreuvoir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « abreuvoir »

  • On peut conduire un cheval à l'abreuvoir, mais non le forcer à boire. De Proverbe anglais
  • Le mariage peut être un lac orageux, mais le célibat est presque toujours un abreuvoir boueux. De Thomas Love Peacock / Mélincourt
  • Deux catégories d’abreuvoirs sont adaptées au troupeau allaitant en bâtiment (1) : les abreuvoirs de type bol et les abreuvoirs isothermes. Le classique bol se décline en abreuvoir à palette, abreuvoir à tube (soupape tubulaire) et abreuvoir à niveau constant. Les abreuvoirs isothermes, généralement posés sur un socle en béton, ne nécessitent pas d’électricité pour protéger contre le gel mais sont plus encombrants. Ils sont soit à boule soit à coupelle de réserve. « Il existe une centaine de références d’abreuvoirs en magasin, parmi lesquelles il faut choisir en général seulement un ou deux modèles », observe Jérôme Cosnet, directeur général de Cosnet industrie. « Pour que l’abreuvement se fasse au mieux pour tous les animaux d’un lot, le dispositif d’abreuvement doit être pensé en amont de l’aménagement du bâtiment », explique aussi Élodie Collinet, responsable marketing et communication de La Buvette. Ceci pour disposer dès le départ des canalisations adéquates. Réussir machinisme, Abreuvoirs : de l’eau disponible en quantité et sans gaspillage | Réussir machinisme
  • La Buvette dévoile deux abreuvoirs en inox alimentaire de 45 et de 100 cm de large conçu pour les vaches laitières et pour garantir la qualité et la propreté de l'eau. Les Easy Stall sont faciles à fixer et à entretenir, leur cuve se vidange sans outil. Web-agri, La Buvette dévoile deux abreuvoirs inox muraux pour stabulation
  • A Vremy, sympathique village au Nord-Est de Metz et à deux pas de la place de l'abreuvoir, se trouve l'élevage Les Cocottes Vertes, 1200 poulettes élevées en plein air  sans OGM sur plus d'un hectare de terrain. Sur l'exploitation ou au marché de Metz Cathédrale, les samedis matins, vous rencontrerez une femme courageuse et souriante qui vous parlera avec passion de son élevage. France Bleu, Isabelle Doyen et Les Cocottes Vertes à Vremy
  • Un homme suspecté d’empoisonner l’abreuvoir d’un cheval a été interpellé dans la nuit de lundi à mardi au sein du centre équestre de Verneuil-en-Halatte. Courrier picard, À Verneuil-en-Halatte, arrêté pour avoir empoisonné un cheval à l’acide chlorhydrique
  • Faut vivre au Liban pour s’accommoder de pareille schizophrénie : un État décrépi et corrompu qui prétend lutter contre le tabac, et qui détient en même temps le monopole de la fabrication, de la distribution et de la vente de cigarettes. Tout cela par le biais d’une structure publique vermoulue, pompeusement appelée Régie des tabacs et tombacs, à la fois abreuvoir et tonneau des Danaïdes pour la plus grande joie des larrons de la politique. L'Orient-Le Jour, Tiens, fume ! - L'Orient-Le Jour

Images d'illustration du mot « abreuvoir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « abreuvoir »

Langue Traduction
Anglais trough
Espagnol abrevadero
Italien abbeveratoio
Allemand tränke
Portugais bebedouro
Source : Google Translate API

Synonymes de « abreuvoir »

Source : synonymes de abreuvoir sur lebonsynonyme.fr
Partager