La langue française

Accueil > Expressions francophones > Soupe au lait : définition et origine de l’expression

Soupe au lait : définition et origine de l’expression

Comment dire à votre voisin qu’il est susceptible sans trop le vexer ? Comment lui faire comprendre son caractère versatile en toute finesse ? L’expression « soupe au lait » s’y emploie parfaitement. Mais vous vous demandez sûrement quel est le rapport entre un plat et un trait de personnalité ? Lisez notre explication et vous comprendrez. Dans le même temps, n’hésitez pas à parcourir les autres articles de cette section dédiée aux expressions françaises ! Bonne lecture !

Définition de l’expression « soupe au lait »

L’expression « soupe au lait » est une locution adjectivale (une unité fonctionnelle de langage – un groupe de mot – remplissant le rôle d’adjectif). Elle est utilisée de deux manières : « être soupe au lait » ou « être monté comme une soupe au lait » ou « s’emporter comme une soupe au lait. » Cette expression familière a deux sens. A l’origine, l’expression se limitait à désigner une personne au caractère colérique, qui s’irritait facilement et était encline aux jugements défavorables. Avec le temps, le sens de cette expression familière s’est élargi : désormais, être « soupe au lait » se dit de toute personne susceptible et qui se laisse facilement atteindre par ses émotions.

On dit d’une personne qu’elle est « soupe au lait » en analogie avec une casserole de lait sur le feu, qui se laisse déborder subitement. Tout comme une violente colère qui retombe aussi facilement qu’elle s’est déclarée.

Evolution historique de l’usage de l’expression « soupe au lait »

L’étude des occurrences dans les ouvrages publiés montre l’évolution de l’usage de l’expression « soupe au lait » au fil du temps (source : Google Ngram) :

évolution soupe au lait
Occurrences de « soupe au lait » dans les sources imprimées

Origine de l’expression « soupe au lait ».

L’origine de l’expression « soupe au lait » n’est pas claire. Elle semble être apparue pour la première fois au XVIIIe siècle : on trouve l’utilisation de la locution au sens figuré, en 1737, dans un ouvrage du Comte de Caylus, l’Histoire de Guillaume Cocher : « Ce mot-là fit élever le mari comme une soupe au lait. » Mais la véritable première occurrence en tant que locution adjectivale se trouve dans le Journal Littéraire (Tome III, 1919, page 295) de Paul Léautaud, écrit entre 1893 et 1956.

A l’époque, la soupe au lait était un plat commun. La préparation nécessite de faire chauffer du lait et de le porter à ébullition. Or cet aliment a la caractéristique de passer d’un état à un autre de manière brutale. Ainsi, lorsqu’une certaine température est atteinte, l’aliment, laissé sans surveillance, se met à bouillir et à déborder de manière inattendue, aussi vite qu’il redescend une fois qu’on le sort du feu. Le changement rapide entre ces deux états explique l’analogie entre un caractère versatile et l’instabilité du lait. Attention cependant à ne pas attiser la colère de celui à qui vous destinez cet agréable qualificatif !  

Pour aller plus loin : Notre article vous offre la recette de la soupe au lait, plat populaire d’origine berrichonne (région du Berry, Centre-Val-de-Loire).

Pour les ingrédients, c’est simple, il vous faut : 1L de lait demi-écrémé, quatre œufs bien frais, 100 gr de farine, 1 pincée de sel.

Fouettez les œufs – dans un saladier de préférence –, ajoutez-y la farine et la pincée de sel. Portez le lait à ébullition dans une casserole – surveillez à ce qu’il ne déborde pas ! –, baissez le feu dès le premier bouillonnement et ajoutez-y la précédente préparation, doucement, puis laissez mijoter un peu en remuant le tout.  Pour finir, disposez dans de jolies assiettes et le tour est joué !

Pour aller encore plus loin : Les expressions qui ont emprunté au domaine culinaire sont nombreuses. Le site de la langue française vous en a fait une sélection :

  • « Avoir un cœur d’artichaut » : se dit d’une personne sensible.
  • « Être une courge » : se dit d’une personne un peu sotte.
  • « Être une poire » : se dit d’une personne qui se laisse facilement tromper.
  • « Faire le poireau / poireauter » : se dit d’une personne qui attend placidement.

Exemples d’usage de l’expression « soupe au lait ».

S’il m’arrivait maintenant d’entendre quelqu’un parler de vous avec peu d’égards, je m’emporterais comme une soupe au lait. Mais ce n’est pas du tout à craindre, car vous êtes précisément du genre de jeunes filles qui plaît aux hommes.

Jane Austen, Catherine Morland, Édition de la Revue blanche, 1898, p. 416-419

Son seul défaut c’était sa pétulance. Il montait… montait, ainsi qu’une soupe au lait, alors qu’il s’apercevait que des religieux n’observaient pas la règle. Il les réprimandait furieusement, frappant du poing la table, puis quand le coupable était parti, il courait après lui, l’embrassait, le suppliait de lui pardonner sa véhémence.

Huysmans, Oblat, 1903

Quelle mouche a piqué ce… ce… A-t-on idée d’un tel emportement ? Une soupe au lait. Une vraie soupe au lait. Car enfin… enfin, oui, c’est stupide. C’est ridicule.

Marcel Arland, L’Ordre, 1929

Si par hasard il la contredisait, elle prenait de brèves mais vives colères, car elle était soupe au lait.

Simone de Beauvoir, Tout compte fait, 1972

... qu'elle pardonne, qu'elle ne fasse pas attention, il est si bon, juste maladroit, nerveux, si soupe au lait. Elle le fixe longtemps sans rien dire et il détourne les yeux.

Nathalie Sarrate, Martereau, 1972

N'hésitez pas à compléter cet article si nécessaire et à ajouter vos réflexions sur cette expression française en commentaire.

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Commentaires

teerz

merci

Répondre
GIRAUDEAU RICHARD

Vous n’y êtes pas!
La France entière d’origine paysanne connaît la soupe de légumes du soir; un bouillon d’eau dans lequel on cuit les légumes, peu importe lesquels… Servi très chaud dans la grande et haute soupière posée au milieu de la tablée. Le temps que chacun soit servi, le bouillon refroidi plus ou moins vite selon que certain se ru ou pas le nez dedans.

Pour accélérer le refroidissement on propose du lait froid, qui du fait de sa nature grasse ne se mélange pas à l’eau. On a beau tourner avec sa cuillère « la sauce ne prend pas », alors que la parole circule, les esprits s’échauffent , tant celui-ci qui était d’avance de bonne humeur à la perspective d’une entrée revigorante, se met à râler… Il est interpellé par l’un ( plutôt l’une ! )  » Tu es bien soupe au lait toi !  » D’où l’expression.
Cordialement. Richard Giraudeau – [email protected]

Répondre
La langue française

Bonjour,
Merci pour ces précisions très intéressantes !

Nicolas.

Répondre
Yahi

D’après mes lectures, il ne s’agit pas d’une pierre dans une forêt, mais plutôt d’une pierre dans une rivière ou un ruisseau par exemple Habituellement, on remarque qu’une pierre qui laisse une partie saillante est souvent entourée par un de petites bulles d’air formant une sorte de mousse.

Répondre
Anne Vacquant

« soupe au lait » : la mise au point est utile pour éviter le contresens fréquent

Répondre
Bassidi Youssoufi

Au Maroc, on parle de quelqu’un dont la théière débordé facilement.
Cordialement

Répondre

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire

Retour au sommaire ➦

Partager