La langue française

Accueil > Expressions francophones > Partir à Tataouine : définition et origine de l’expression

Partir à Tataouine : définition et origine de l’expression

Pour une grande partie de nos chers lecteurs, dont la moyenne d’âge se rapproche davantage de la sortie du premier Star Wars (1999) que de la fermeture d’un célèbre bagne tunisien en 1938, l’expression « partir à Tataouine » fera davantage référence à la planète Tatooine (planète-désert de la saga de George Lucas) qu’à tout autre chose.

Et si ce n’est pas le cas, une grande partie de notre lectorat est certainement persuadée que Tataouine est un lieu imaginaire, qui n’a jamais existé. Eh bien, ce n’est pas le cas. Tataouine est un endroit qui existe bel et bien sur notre planète Terre et d’où nous vient l’expression « partir à Tataouine ». Nous vous expliquons ici sa signification et son origine. Bonne lecture !

Définition de l’expression « partir à Tataouine »

L’expression populaire française « partir à Tataouine » est une locution verbale appartenant au registre familier. Elle est utilisée aujourd’hui au sens figuré pour désigner une destination imaginaire, un lieu qui n’existe pas ou un endroit très lointain. Elle est majoritairement employée avec une connotation péjorative. Lorsqu’il s’agit d’un lieu qui existe, l’expression peut sous-entendre que l’endroit en question n’est pas agréable, accueillant, voire complètement dénué d’intérêt. 


S'abonner

À noter qu'on retrouve aussi l’expression sous la forme dérivée, « partir à Tataouine-Les-Bains ».

Origine de l’expression « partir à Tataouine »

L’expression « partir à Tataouine » nous vient du début du XXe siècle. Elle était en particulier utilisée chez les militaires, et ce pour une simple et bonne raison : Tataouine était le nom d’un bagne situé dans la ville tunisienne du même nom (anciennement appelée Foum Tataouine). Jusqu’en 1938, année de sa fermeture, le bagne accueillait les soldats français qui avaient été condamnés pour insubordination. « Une prison qui deviendra jusqu'en 1938 le réceptacle des “déserteurs”, des “insoumis des Bat d'Af” et des “condamnés de droit commun” », complète un article du Figaro sur le sujet. 

De plus, les geôles de cette prison tunisienne étaient réputées pour n’être pas très accueillantes, et c’est un euphémisme. Les conditions de détention y étaient, paraît-il, extrêmement rudes. Ces soldats sont donc envoyés très loin de la Métropole, dans une contrée au climat difficile, sous un soleil de plomb et sous la surveillance des caïdes, qui n’étaient pas toujours très tendres.

Recevez nos nouveaux articles par courriel

Inscrivez-vous à notre lettre d'information hebdomadaire pour recevoir tous nos nouveaux articles, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Rapidement, l’expression « partir à Tataouine » a donc été utilisée péjorativement pour signifier que l’on partait au bout du monde, voire au bout de l’enfer, dans un lieu qui n’avait rien de paradisiaque. 

Morale de l’histoire : la prochaine fois qu’on vous proposera de « partir à Tataouine », dites oui, cela vous fera voyager un peu. Et puis, il paraît que la ville, surnommée « la porte du désert », est réputée pour ses magnifiques ksours (des villages fortifiés qu’on dirait creusés directement dans la pierre et dans le sable). 

Pour aller plus loin : les Français ont toujours été très forts pour inventer des expressions tirées par les cheveux. On trouvera donc une multitude de lieux imaginaires équivalents à Tataouine (mais qui sont, pour leur part et contrairement à notre chère ville tunisienne, vraiment fictifs) : Pétaouchnoque, Perpète-les-Oies, Trifouillis-les-Oies, Trou-en-Cambrousse… Sinon, vous pouvez imiter Léon Bloy et dire : « Partir à Cochons-sur-Marne ». Bref, vous l’aurez compris, libre à vous de composer avec ce que vous avez sous la main. 

Pour aller encore plus loin : nous n’avons pas cité Star Wars en introduction de cet article. Le saviez-vous ? Le réalisateur de la saga, George Lucas, s’est inspiré de la région et de la ville en question pour sa planète-sable Tatooine et la caserne qui se trouve désormais à l’emplacement de l’ancien bagne a même servi de décor à plusieurs scènes. 

Exemples d’usage de l’expression « partir à Tataouine »

De Perpète-lès-oies, de nulle part, partir à Tataouine ? Se soustraire à la volonté d'embellir et d'améliorer les choses de la vie, de sa petite vie et de son petit monde tout autant que le vaste monde ?

Gil Pen, Voyage alambiqué, 2021

Elle décide de partir à Tataouine en 2012 après avoir fait un mariage religieux sur le web avec un salafiste antillais converti à l'islam. Elle a accepté d'être la deuxième épouse.

Agnès de Féo, Derrière le niqab, 10 ans d'enquête sur les femmes qui ont porté et enlevé le voile intégral, 2020

N’hésitez pas à parcourir les autres articles de cette section dédiée aux expressions francophones

S'abonner

Recevez tous les articles de la semaine par courriel

Inscrivez-vous à notre lettre d'information hebdomadaire pour recevoir tous nos nouveaux articles, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Commentaires

Boum60

Au Québec, il existe le verbe « tataouiner » qui signifie se perdre dans des choses initiales afin de retarder un travail important. « Il a tataouiné pendant 2 heures avant de se mettre au travail »

Répondre
Maude

Le premier Star Wars est sorti en 1977 et non pas en 1999. Lecture intéressante, merci !

Répondre

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire

Retour au sommaire ➦

Partager