La langue française

Accueil > Expressions francophones > Haut les cœurs : définition et origine de l’expression

Haut les cœurs : définition et origine de l’expression

Sommaire

  • Définition de l’expression « haut les cœurs »
  • Evolution historique de l’usage de l’expression « haut les cœurs »
  • Origine de l’expression « haut les cœurs »
  • Exemples d’usage de l’expression « haut les cœurs »

L’expression « haut les cœurs » ressemble un peu à ce genre de phrase que l’on n’entend que dans un film, où un homme bourré de charisme exhorte sa troupe avant la bataille. Quelque peu médiéval donc. Si vous avez la même impression, vous n’avez pas complètement tort. Il serait grand temps de remettre cette expression au goût du jour ! Et pour ce faire, notre article vous en explique l’origine et la signification. N’hésitez pas à parcourir les autres articles de cette section dédiée aux expressions françaises ! Bonne lecture !

Définition de l’expression « haut les cœurs »

L’expression « haut les cœurs » vient compléter la longue liste des formules françaises d’encouragement. Cette locution est une interjection elliptique destinée à solliciter une vertu supérieure chez un quidam ou une troupe de personnes. Celui qui la prononce fait appel à la bravoure, à l’ardeur et au courage de ses camarades.

L'expression « haut les cœurs » sera ainsi utilisée pour encourager quelqu'un à porter haut son cœur, à se lancer dans une bataille avec fougue et passion.

Evolution historique de l’usage de l’expression « haut les cœurs »

L'expression « haut les cœurs » connaît un regain de popularité ces dernières années. Elle était très usitée durant la Première guerre mondiale.

haut les cœurs usage
Source : Google Ngram

Origine de l’expression « haut les cœurs »

Attention à ne pas confondre cette expression avec « un haut-le-cœur » qui désigne une convulsion très forte de l’estomac. Le terme « cœur » n’a en réalité pas le même sens dans les deux expressions. En effet, l'expression « haut les cœurs » est une métaphore dans la mesure où le cœur ici ne désigne aucunement l’organe musculaire qui nous sert à pomper le sang mais le courage. En ancien français et dès le XIe siècle, le terme « cœur », écrit « coer, cuer, quer » ou encore « quor », a le sens plus large de siège de la vie et des émotions.

Aux alentours des années 1100, le terme de « cœur » sera ainsi employé au sens de siège du sentiment moral et du courage. Dans la Chanson de Roland, on trouve la phrase suivante : « mal seit del coer ki el piz se cuardet », qui, en français moderne signifie : « Honni le cœur qui dans la poitrine s’accouardit ! ». Le cœur est ici entendu au sens de courage, tout comme dans cette expression utilisée par G. De Coincy dans Les Miracles de Nostre-Dame, ouvrage écrit entre 1218 et 1228 : « Son cuer reprendre », qui signifie littéralement « reprendre courage ». Plus tard, le cœur sera aussi considéré comme le siège du sentiment d’intelligence et donc de la volonté et du discernement : « de son cuer » à traduire par : « de toute son ardeur, très sincèrement. »

Aujourd’hui, on retrouve l’expression « haut les cœurs », et, en d’autres termes et plus littéralement, « levez vos cœurs », dans le Canon de la messe catholique latine : le prêtre dit « sursum corda » juste avant l’élévation.

Pour aller plus loin : Le sens figuré du cœur est désormais communément acquis et accepté. En témoignent les multiples expressions et locutions qui en font usage. Certaines d’entres elles trouvant leur origine dans des siècles reculés. Au début du XIVe siècle, on disait « avoir au cuer de faire » quelque chose. D’autres sont plus fréquentes : de gaîté de cœur, de tout son cœur, avoir du cœur à l’ouvrage, du meilleur de son cœur, à cœur ouvert, prendre à cœur, si le cœur vous en dit, avoir le cœur gros etc…

Exemples d’usage de l’expression « haut les cœurs »

Haut les cœurs ! Les élèves de l'école des garçons, qui viennent braire un chœur imbécile : "Sursum corda ! Sursum corda ! Haut les cœurs ! Que cette devise soit notre cri de ralliement"

Colette, Claudine à l'école

Ils sont plus enragés que Piram ! Haut les cœurs ! que j'exhorte Jules. Moi j'ai l'instinct du désespoir, la manœuvre qui sauve, tout l'héroïsme ! Haut les cœurs ! Roulotte vache !

Louis-Ferdinand Céline, Maudits soupirs pour une autre fois

Ils n'osèrent pas avouer, Gens de gauche et gens de droite, Qu'avec le reste, ils se l'étaient laissé flouer, Hélas par la girafe adroite, Un jour, yeux dans les yeux, qu'on criait « Haut les cœurs ! » Gardons-nous bien pour un empire (C'est vraiment le cas de le dire) De confondre à jamais gigantisme et candeur.

Jean Anouilh, Fables

« Enfin ! se dit le jeune homme, enfin mon heure est arrivée! Nul doute que ces demoiselles ne soient effrayées par quelque terrible monstre. Haut les cœurs, et en avant a Dame ! cria-t-il en mettant sa tête le plus près possible de la fenêtre, voici le chasseur de dragons qui vous délivrera de tous les monstres qui vous effraient.

Yvonne Escoula, Contes de la Ventourlère

N'hésitez pas à compléter cet article si nécessaire et à ajouter vos réflexions sur cette expression française en commentaire.


S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Commentaires

VIL

C’est vraiment nécessaire

Répondre
ROSELYNE MOUILLON

Je suis très heureuse de découvrir votre site et je me régale à l’avance des connaissances que je vais acquérir grâce à vous !
Je vais de suite transmettre vos données à des amis curieux comme moi de la langue française .
Grand MERCI à vous et bonne continuation !

Répondre
La langue française

Merci à vous Roselyne et à bientôt !

Nicolas.

Répondre
MAISEL

Madame ou Monsieur,
Je lis toujours avec intérêt les définitions et les origines des expressions que vous présentez. Je viens cependant de trouver , me semble-t-il, quelques erreurs de français, qui devraient être proscrites dans un site intitulé « La langue française ».

1. Dans la définition de l’expression « Haut les cœurs » : « … chez un quidam ou une troupe de personne ». « Personne » devrait être au pluriel car, dans une troupe, il y a beaucoup de personnes !
2. Dans l’origine de cette même expression : « … où le cœur ici ne désigne aucune l’organe musculaire… » Je pense que l’auteur a voulu écrire « aucunement » , mais le fait de n’avoir pas relu a permis au lecteur de rencontrer ainsi plusieurs fautes.

Ce qui ne m’empêchera pas d’attendre, toujours avec le même intérêt, votre prochaine notification.

Bien cordialement.

Répondre
La langue française

Bonjour,
Merci pour votre message, nous avons corrigé l’article. Nous allons faire un effort de relecture à l’avenir !

À bientôt,
Nicolas.

Répondre

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire
Partager