La langue française

Accueil > Expressions francophones > Bayer aux corneilles : définition et origine de l’expression

Bayer aux corneilles : définition et origine de l’expression

Sommaire

  • Définition de l’expression « Bayer aux corneilles »
  • Origine de l’expression « Bayer aux corneilles »
  • Exemples d’usage de l’expression « Bayer aux corneilles »

Vous aussi, vous faites peut-être partie de ces enfants dont les bulletins scolaires indiquaient la mention « À tendance à bayer aux corneilles »... Et si vous vous doutiez que cela avait un rapport avec les siestes récurrentes prises pendant les cours de mathématiques, vous ne connaissiez pourtant pas vraiment le sens de cette appréciation. Pas de problème, nous vous donnons l’occasion de vous rattraper et de découvrir ici les origines de cette expression. N’hésitez pas à parcourir les autres articles de cette section dédiée aux expressions francophones ! Bonne lecture !

Définition de l’expression « Bayer aux corneilles »

Selon le dictionnaire de l’Académie française de 1832 (6e édition), « bayer aux corneilles » signifie « s’amuser à regarder en l’air niaisement ». Si l’on en croit le Larousse, « bayer aux corneilles » veut aussi dire « rêvasser en regardant en l’air » et « rester à ne rien faire ». Cette expression se dit d’une personne qui souvent n’écoute pas ce qu’on lui dit, qui ne prête pas attention à ce qui se passe autour d’elle ou qui occupe son esprit à des sujets sans intérêt. 

Cette expression engendre souvent une grande confusion quant à l'orthographe du verbe « bayer » qu’on aurait tendance à écrire « bailler », mais qui tire son origine du verbe latin batare et de l’ancien français bader ou baer, signifiant tous les deux « ouvrir grand la bouche, désirer avidement ou regarder avec étonnement ». Oui, la nuance est subtile.

Origine de l’expression « Bayer aux corneilles »

L’expression « bayer aux corneilles » remonte probablement au XVIIe siècle, où l’on retrouve une expression similaire : « bayer aux grues ». L'idée était de désigner la futilité de la corneille en tant que proie pour les chasseurs. La corneille est en effet un petit oiseau qui n'a pas de valeur pour le chasseur tant il est petit. La corneille désigne également de façon dépréciative le fruit du cornouiller dont la saveur est peu appréciée et donc de peu d'intérêt. Ainsi, « bayer aux corneilles » prend ton sens sens, en signifiant « perdre son temps en regardant une chose aussi insignifiante que l’est la corneille pour le chasseur » ou « le fruit du cornouiller pour l’amateur de fruits ».

Par ailleurs, comme nous l’avons expliqué plus haut, le verbe bayer donne à l’expression tout son sens. La 4e édition du dictionnaire de l’Académie française, qui remonte à 1792, fait déjà mention du terme et de l’expression :

BAYER. v.n. (On disoit autrefois BÉER.) Tenir la bouche ouverte en regardant longtemps quelque chose. Il ne fait que bayer pendant tout le jour. On dit, Bayer aux corneilles, pour dire, S'amuser à regarder en l'air niaisement

Dictionnaire de l'Académie française, 4e édition

Il faut par ailleurs souligner que le verbe « bayer » ne s’utilise guère plus que dans le cadre de cette phrase.

La première interprétation de cette expression, très terre à terre, nous ferait comprendre que les corneilles désignent ici le simple fait de regarder en l’air. Tout comme l’expression « bayer aux grues » et, par extension, « être dans la lune » : on a souvent le menton levé, les yeux perdus au loin, le nez en l’air…

Souvenirs d'une vieille corneille, Grandville, Musée Carnavalet

Cependant, la mention de la « corneille » n’est pas ici complètement fortuite. De fait, l’utilisation de ce nom d’oiseau s’explique par le fait que ce volatile à plumage noir qui ressemble à un petit corbeau, a souvent été utilisé dans le cadre d’analogies pour renvoyer à l’idée d’inutilité ou de futilité d’une chose ou d’une entreprise. Dans le TLFi, on en trouve quelques exemples : « courir comme des corneilles en peine », qui signifie s’agiter pour rien. Ainsi, « bayer aux corneilles » voudrait signifier que l’on a l’esprit affairé à des pensées insignifiantes.

Pour aller plus loin : dans le registre des expressions disparues, voici une expression typiquement occitane : « bader la figue » ou « badar la figa » en patois local. Venant du verbe occitan badar, et de l’ancien français bader ou baer, elle signifie rester bouche bée, avec un air idiot. On retrouvera aussi d’autres expressions synonymes, telles que « gober des mouches », ou « regarder les mouches voler ».

Exemples d’usage de l’expression « Bayer aux corneilles »

Allons vous, vous rêvez et bayez aux corneilles
Jour de Dieu ! Je saurai vous frotter les oreilles.

Molière, Tartuffe, ou l'imposteur, 1664)

La plupart des gens de province ne se rendent évidemment pas un compte exact des procédés que les gens illustres emploient pour mettre leur cravate, marcher sur le boulevard, bayer aux corneilles ou manger une côtelette.

Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844

Pour la nième fois déjà elles se tenaient, les bras tendus, du savon plein les mains, à bayer aux corneilles, grâce à la divine catatonie, devant le portrait de leur grand-père Zàkupecky, patron d'une savonnerie. 

Pavel Rezníček, Le Plafond, Collection Du monde entier, Gallimard

Nous regardions les grosses carpes et les tanches lymphatiques venir en surface bayer aux corneilles

Luc Baranger, Tupelo Mississipi Flash, Gallimard

La couturière, exaspérée, s'écria « Bon. Ne reste pas là à bayer aux corneilles. Va donc faire du thé pour Mme Garnier. [...] »

Annick Geille, La voyageuse du soir

Je m'arrêtais devant les maisons des voisins qui avaient mis le nez dehors et bayaient aux corneilles. J'avais eu tout d'un coup la sensation que mon tour était venu, à moi aussi, de me ranger. Que c'était fini, les idées de voyages et d'aventures.

Milan Kundera, La plaisanterie

N'hésitez pas à compléter cet article si nécessaire et à ajouter vos réflexions sur cette expression française en commentaire.


S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire
Partager