La langue française

Vampire

Définitions du mot « vampire »

Trésor de la Langue Française informatisé

VAMPIRE, subst. masc.

I.
A. − FOLKLORE
1. [Du xveau xviiies., plus partic., en Europe centrale et orientale] Mort qui sort la nuit de sa tombe pour aller sucer le sang des vivants. Nosferatu, le vampire. Rentre, c'est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille (Gautier, Comédie mort, 1838, p. 36).
En appos. Quelque chose (...) qui laisse douter si le poète a voulu finir par un trait de satire, ou si cette belle morte que Lautrec a tirée du linceul n'était pas une sorte de femme vampire, comme les légendes nous en présentent souvent (Nerval, Filles feu, Chans. et lég. du Valois, 1854, p. 632).P. métaph. Elle le voyait (...) dans quelque salon aristocratique du faubourg Saint-Germain, où des femmes vampires buvaient tout le sang de son cœur (A. Daudet, Jack, t. 1, 1876, p. 124).
Loc. adj. De vampire. Qui possède des caractéristiques attribuées aux vampires. Ses lèvres rouges ressortaient plus étrangement encore sur son visage pâle. On eût dit une bouche de vampire empourprée de sang (Gautier, Fracasse, 1863, p. 17).La barbe noire du passant, son cheval rouge comme guigne, sa pâleur de vampire distingué ne déplurent pas à la jeune fille (Colette, Mais. Cl., 1922, p. 18).
2. Synon. de goule.Elle confessa qu'elle était un vampire qui rassasiait d'amour les beaux jeunes hommes, afin de pouvoir se nourrir de leur chair, parce que rien en effet n'est plus sain pour ces sortes de fantômes que le sang des amoureux (Flaub., Tentation, 1849, p. 300).
B. − P. anal.
1. Personne qui s'enrichit aux dépens du travail ou du bien d'au- trui, en l'épuisant ou en le ruinant. Synon. rapace, sangsue.L'espoir d'une liquidation heureuse s'affaiblissait en moi. J'étais à bout d'expédients; je ne savais plus comment satisfaire la légion de vampires qui m'entourait (Reybaud, J. Paturot, 1842, p. 399).J'étais la croix sur la terre! J'aurais jamais la conscience!... J'étais seulement que des instincts et puis du creux pour tout bouffer la pauvre pitance et les sacrifices des familles. J'étais un vampire dans un sens (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 340).
2. Personne possessive, qui tire son bien-être, son plaisir, son épanouissement de la domination affective et psychologique qu'elle exerce sur ses proches. En compos. Ce livre [le Géranium sur la fenêtre], qui raconte l'histoire d'une année scolaire, s'adresse aux grandes personnes, et ces « parents intelligents » ont fait couler beaucoup d'encre et de venin. Croyant que ce livre était destiné en priorité aux enfants, le DrDolto a conclu: « Il s'agit d'une maîtresse d'école, mais, pour l'enfant, c'est une mère-vampire (...) » (Réalités, déc. 1973, p. 49).
C. − Spécialement
1. CIN., vieilli. Synon. rare de vamp (v. ce mot A).La femme fatale, qu'ils [les Américains] appellent vampire, est brune, étrange et décolletée (Diamant-Berger, Le Cin., 1919, p. 197).
2. CRIMINOL., PSYCH. Criminel ou aliéné qui commet de nombreux crimes sadiques ou des violations de sépultures avec, en général, des intentions lubriques. Le vampire de Düsseldorf (Lexis1975).
II. − ZOOL. Grande chauve-souris d'Amérique tropicale et subtropicale qui suce le sang des animaux, voire des hommes, pendant leur sommeil. Venus des forêts, les vampires aux larges ailes, rôdant près des pêcheurs endormis, à leurs pieds nus, à leurs lèvres, suçaient la vie et les accablaient de sommeil au palpitement silencieux de leurs ailes (Gide, Voy. Urien, 1893, p. 29).
En appos. Les grandes chauves-souris vampires passent silencieusement devant la lune sur leurs ailes de velours (Cendrars, Du monde entier, 1924, p. 154).
REM.
Vampirologue, subst. masc.,hapax. Vampirologue. J'aimerais vous entendre parler du papa, car je suis friand de détails inédits et votre père s'est tracé une belle carrière dans l'activité que j'ai donnée comme objet à mon érudition (Queneau, Journ. intime, in Les Œuvres complètes de Sally Mara, 1950, p. 173 ds Quem. DDL t. 28).
Prononc. et Orth.: [vɑ ̃pi:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. a) 1738 « être imaginaire qui sortirait du tombeau, la nuit, pour sucer le sang des vivants » (D'Argens, Lettres juives, t. 4, p. 150); b) 1756 au fig. « personne qui s'enrichit aux dépens des autres en les ruinant sans vergogne » (Mirabeau, L'Ami des hommes, t. 1, p. 227); c) 1835 « criminel ou aliéné qui commet des assassinats ou des violations de sépulture » (Gautier, Préf. de Mllede Maupin, éd. G. Matoré, p. 20); 2. 1763 zool. (Buffon, Hist. nat., t. 10, p. 57). Empr., au sens 1, à l'all.Vampir, att. dep. 1732 (Kluge20), lui-même empr. au serbo-cr. vāmpι ̄r. FEW t. 20, p. 51b. Fréq. abs. littér.: 146.
DÉR. 1.
Vampirique, adj.,littér. Qui a rapport aux vampires. a) [Corresp. à supra I A 1] α) [En parlant d'une pers., de son aspect physique] Qui ressemble à un vampire. Pour un artiste, qu'y a-t-il de plus tentant que de lutter avec ces femmes pâles, frêles, délicates, vampiriques? (Balzac, Œuvres div., t. 2, 1832, p. 571).Je découvrais (...) à chaque jour quelque détail aimable à la vampirique laideur de mon ami Pinamonte (Milosz, Amour. init., 1910, p. 101). β) [En parlant d'un inanimé abstr.] Qui a trait aux actions des vampires; qui a la cruauté des vampires. Ce Quercinois à l'imagination vampirique, affirmant des choses énormes, affirmant que N. avait tué un enfant qu'elle avait eu de Silvestre, en lui perçant le cœur avec une épingle d'or (Goncourt, Journal, 1892, p. 285).b) [Corresp. à supra I B] α) [En parlant d'une pers., d'une entité considérée comme une pers.] Qui a l'avidité du vampire. Synon. rapace.Nous n'avons jamais été riches en numéraire; pourquoi? c'est qu'un gouvernement vampirique a, depuis plus d'un siècle, sucé le sang des peuples (Mirabeau, Coll. compl. des travaux, 1792 [1790]Paris, t. 4, p. 131). β) [En parlant d'un sentiment] Dominateur, possessif. Adolescent traumatisé par l'amour vampirique de sa mère et l'ambiance étouffante d'une petite ville anglaise (Elle, 21 avr. 1966, p. 52, col. 2). [vɑ ̃piʀik]. 1resattest. a) 1790 « qui a le caractère, la cruauté, l'avidité des vampires » (Mirabeau, loc. cit.), b) 1832 « qui a le caractère du vampire, être imaginaire » (Balzac, loc. cit.); de vampire, suff. -ique*.
2.
Vampiriser, verbe trans.a) Rare [Le suj. désigne un vampire] Sucer le sang de sa victime. L'atroce histoire du Boucher de Hanovre, le Gille de Rais de la République de Weimar. Dracula des quais de gare, il vampirisait les adolescents; une fois qu'il les avait bien saignés, il fourguait leur viande au marché noir (Le Nouvel Observateur, 30 juin 1975, p. 60, col. 3).Au passif. Être victime d'un vampire. L'acteur de films d'horreur, qui, grand spécialiste de vampires, se retrouve vampirisé à son corps défendant et de la manière la plus inattendue (Télérama, 11 déc. 1974, p. 69, col. 3).b) Au fig., fam. [Le suj. désigne une pers.] Dominer affectivement et psychologiquement quelqu'un de manière à lui retirer progressivement toute volonté. Vampiriser la foule. Gina n'était pas une voleuse d'énergie comme les autres, les trop donneuses, les trop preneuses, les cérébrales, les maternelles, les masculines (...). Je me sentais moins vampirisé (comme je l'eusse été par les autres) que mystifié (Abellio, Pacifiques, 1946, p. 162). [vɑ ̃piʀize], (il) vampirise [-ʀi:z]. 1reattest. 1795 « absorber la substance, la force vitale de quelqu'un » (ap. Brunot t. 10, 1, p. 57, note 6); de vampire, suff. -iser*.
BBG.Behrens D. 1923, pp. 37-38. − Dub. Pol. 1962, p. 442. − Gohin 1903, p. 348.

Wiktionnaire

Nom commun

vampire \vɑ̃.piʁ\ masculin (pour la femelle on dit : vampiresse) ou masculin et féminin identiques

  1. (Par extension) (Mythologie) (Fantastique) Mort-vivant se nourrissant du sang de ses victimes, ces dernières étant par la suite contaminées et changées en vampire si la saignée ne les avait pas tuées.
    • De ces grands yeux noirs et humides s’échappait une âme de feu, comme un vampire qui sort d’une tombe, et s’attachait sur le beau visage de l’étranger. — (Chevalier Léopold de Sacher-Masoch, Don Juan de Kolomea, in « Contes Galiciens », traduction anonyme de 1874)
    • Voici madame Gregoriska qui était toute prête à faire de votre bon marchand de Bâle en Suisse un vampire polonais, valaque ou hongrois. Est-ce que, pendant votre séjour dans les monts Carpathes, continua en riant le docteur, est-ce que par hasard vous auriez vu des vampires ? — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
    • Ils affirmaient, « avec preuves à l’appui », que les loups-garous courent la campagne, que les vampires, appelés stryges, parce qu’ils poussent des cris de strygies, s’abreuvent de sang humain, que les « staffii » errent à travers les ruines et deviennent malfaisants, si on oublie de leur porter chaque soir le boire et le manger. — (Jules Verne, Le Château des Carpathes, J. Hetzel et Compagnie, 1892, p. 17-27)
    • Quant à la hyène, sa forme étrange, ses allures mystérieuses, son invisibilité le jour et les ricanements sinistres par lesquels elle annonce sa présence la nuit, en font pour l’indigène une espèce de vampire ou de loup-garou. On lui attribue le pouvoir de fasciner l’homme, qu'elle entraîne ensuite à sa tanière pour le dévorer. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 224)
    • La plus récente causerie de Wambery portait sur l’existence d’un tyran walachien, le Voïvode Drakula (ou Vlad Drakul), réputé buveur de sang humain. Le tout-Londres ne parle bientôt plus que de vampires. — (François Rivière, Dracula, cent ans et toutes ses dents, dans Libération, 31 décembre 1987)
  2. (Par extension) (Figuré) Profiteur accusé de s’enrichir aux dépens d’autrui.
    • C’est ainsi que ce Vampire politique suçoit le sang de toute la France, tiroit de l’argent de tout le monde, & n’en donnoit à personne. — (Jean-Baptiste-Louis Coquereau, Mémoires concernant l’administration des finances, sous le ministere de M. l’Abbé Terrai, 1776, p. 53)
    • J’étais la croix sur la terre ! J’aurais jamais la conscience !… J’étais seulement que des instincts et puis du creux pour tout bouffer la pauvre pitance et les sacrifices des familles. J’étais un vampire dans un sens. — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Mort à crédit, Denoël, Paris, 1936)
  3. (Figuré) Violateur de sépultures. Référence nécessaire
  4. Chauve-souris d’Amérique du Sud, suceuse de sang.
    • On trouve aussi dans les pays chauds du Nouveau-Monde un autre quadrupède volant dont on ne nous a pas transmis le nom américain, et que nous appellerons vampire, parce qu’il suce le sang des hommes et des animaux qui dorment, sans leur causer assez de douleur pour les éveiller […] Le vampire est plus petit que la rougette, qui est plus petite elle-même que la roussette. — (Georges-Louis Leclerc de Buffon, Œuvres complètes de Buffon, tome 11, 1835, p. 278)
    • Ce que dit ici notre voyageur, sur les Vampires, n'a rien d'exagéré (...) Il avait tué un Vampire, qui portait 32 pouces d'envergure — (Voyage dans le Nord du Brésil, fait durant les années 1613 et 1614 (Reproduit en fac-similé) par le Père Yves d'Évreux ; publié, d'après l'exemplaire unique conservé à la Bibliothèque impériale de Paris)

Forme de verbe

vampire \vɑ̃.piʁ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de vampirer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de vampirer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de vampirer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de vampirer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de vampirer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

VAMPIRE (van-pi-r') s. m.
  • 1Dans l'Europe orientale, être chimérique qui, suivant la superstition populaire, sort du tombeau pour sucer le sang des vivants. Quoi ! c'est dans notre dix-huitième siècle… que le révérend père dom Augustin Calmet… abbé de Sénone, abbaye de cent mille livres de rente, a imprimé et réimprimé l'histoire des vampires avec l'approbation de la Sorbonne, signée Marcilli ! Voltaire, Dict. phil. Vampire. Calmet rapporte qu'en Hongrie deux officiers délégués par l'empereur Charles VI, assistés du bailli du lieu et du bourreau, allèrent faire enquête d'un vampire, mort depuis six semaines, qui suçait tout le voisinage, Voltaire, ib. S'il y a dans le monde une histoire attestée, c'est celle des vampires ; rien n'y manque ; procès-verbaux, certificats de notables, de chirurgiens, de curés, de magistrats ; la preuve juridique est des plus complètes ; avec cela, qui est-ce qui croit aux vampires ? Rousseau, Lett. à l'arch. de Par.
  • 2 Fig. Il se dit de ceux qu'on accuse de s'enrichir par des gains illicites et aux dépens du peuple. Les vrais vampires sont les moines qui mangent aux dépens des rois et des peuples, Voltaire, Dict. phil Vampire. Tous ces vampires qui suçaient perpétuellement la fortune des courtisans, Bachaumont, Mém. t. XXXIV, p. 123. Ils se seraient associés dans votre capitale avec des aventuriers agioteurs, avec ces vampires dont tout l'art est de pressurer vos peuples, Mirabeau, Collect. t. I, p. 327.
  • 3Très grosse chauve-souris, dite aussi stryge.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

VAMPIRE. - ÉTYM. Ajoutez : C'est un mot slave qui se trouve dans les langues russe, tchèque et polonaise, sous la forme oupir, d'où l'on peut déduire une forme archaïque vompir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

VAMPIRE, s. m. (Hist. des superstit.) c’est le nom qu’on a donné à de prétendus démons qui tirent pendant la nuit le sang des corps vivans, & le portent dans ces cadavres dont l’on voit sortir le sang par la bouche, le nez & les oreilles. Le p. Calmet a fait sur ce sujet un ouvrage absurde dont on ne l’auroit pas cru capable, mais qui sert à prouver combien l’esprit humain est porté à la superstition. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « vampire »

Mot venu d'Allemagne, mais non d'origine germanique.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1738) De l’allemand Vampir (« vampire »), dérivé du serbe вампир, vampir via le hongrois vámpir, mot qui désigne originellement, dans la plupart des langues slaves, une chauve-souris ; à comparer avec le russe упырь, upyr’, le tchèque upír, l’ukrainien упир, upyr, le polonais upiór.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

De l’allemand Vampir (« vampire »), dérivé du serbe вампир, vampir via le hongrois vámpir, mot qui désigne originellement, dans la plupart des langues slaves, une chauve-souris ; à comparer avec le russe упырь, upyr’, le tchèque upír, l’ukrainien упир, upyr, le polonais upiór.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « vampire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
vampire vɑ̃pir

Citations contenant le mot « vampire »

  • L'art d'aimer ? C'est savoir joindre à un tempérament de vampire la discrétion d'une anémone. Émile Michel Cioran, Syllogismes de l'amertume, Gallimard
  • Lord Byron, gentleman-vampire, Hystérique du ténébreux ; Anglais sec, cassé par son rire, Son noble rire de lépreux. Édouard Joachim, dit Tristan Corbière, Les Amours jaunes
  • Toi, jeune homme, ne te désespère point ; car tu as un ami dans le vampire, malgré ton opinion contraire. En comptant l'acarus sarcopte qui produit la gale, tu auras deux amis ! Isidore Ducasse dit le comte de Lautréamont, Chants de Maldoror
  • Rentre ! C’est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille. De Théophile Gautier / Comédie maudite
  • L'art d'aimer ? C'est savoir joindre à un tempérament de vampire la discrétion d'une anémone. De Emil Michel Cioran / Syllogismes de l’amertume
  • Tout le monde connaît la figure du vampire, issu des mythes anciens et de notre imaginaire commun : une créature dangereuse que se repaît de notre sang. Elle peut prendre plusieurs formes mais son caractère de prédateur ne fait nul doute. Force Ouvrière, [Livres]Vampires, vous avez dit vampires ? - Force Ouvrière
  • Le trailer nous montre donc le tout début du jeu, on nous explique qu’au XXIe siècle, il est difficile de rester cacher en tant que vampire. Même la Camarilla, la plus grande secte qui se charge de garder le secret de leur existence, est en difficulté face à ce monde moderne. L’histoire se déroule dans la ville de Boston aux Etats-Unis où un nouveau prince prend la tête de cette organisation. ActuGaming.net, Vampire The Masquerade Swansong lâche un trailer et de nouvelles infos
  • Ils ont les dents longues et le teint pâle et aiment le sang... Des origines de Dracula aux gentils monstres d'Hôtel Transylvanie, voici 5 films de vampires à voir sur Netflix. AlloCiné, Netflix : 5 films de vampires à voir sur la plateforme - Actus Ciné - AlloCiné
  • Déjà j'ai trouvé toutes l'intrigue des vampires super ennuyante surtout qu'on on se concentré sur Hector et la meuf même si ta quelques bonnes scènes avec Isaac et Dracula.Sauf dans la saison 1 je me suis fait chié tout le long sauf 2 ou 3 fois Breakingnews.fr - Actualités en temps réel !, Vampires saison 1 sur Netflix : une série totalement ratée !
  • Elle était l’héroïne de série la plus badass de notre adolescence. « Buffy contre les vampires » a révolutionné le petit écran avec son élan féministe et rebelle. Icône des années 90, on aime se demander : comment s’habilleraient la tueuse de vampires et ses amis en 2020 ? , Buffy contre les vampires : comment s’habilleraient les personnages en 2020 ? - Elle

Traductions du mot « vampire »

Langue Traduction
Anglais vampire
Espagnol vampiro
Italien vampiro
Allemand vampir
Chinois 吸血鬼
Arabe مصاص دماء
Portugais vampiro
Russe вампир
Japonais 吸血鬼
Basque banpiroa
Corse vampire
Source : Google Translate API

Synonymes de « vampire »

Source : synonymes de vampire sur lebonsynonyme.fr

Vampire

Retour au sommaire ➦

Partager