Tunnel : définition de tunnel


Tunnel : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TUNNEL, subst. masc.

A. − Galerie souterraine, généralement voûtée, percée à travers une montagne, sous un cours d'eau ou sous une grande ville pour permettre le passage d'une voie de communication. Court, long tunnel; tunnel ferroviaire, routier, sous-marin; tunnel sous le Mont-Blanc; sous la Manche; ouverture, entrée, sortie du tunnel; percement d'un tunnel; creuser, percer un tunnel; s'engouffrer dans un tunnel. Quand le train s'est remis en marche pour s'enfoncer dans le tunnel, la lumière n'était pas encore allumée (...); il y a eu quelques instants de noir absolu, puis l'issue vert émeraude, cette trouée de ciel crépusculaire au-dessus des vallées sombres, raides et vastes du Piémont (Butor, Modif., 1957, p. 192).
Loc. fam. Un combat de nègres dans un tunnel. V. nègre I A.
P. anal.
[À propos d'une galerie creusée dans la terre par un animal] Tunnel d'une taupe; tunnels d'une fourmilière. [Le blaireau] creuse des galeries et s'enfonce dans le sol. Il multiplie les tunnels (Pesquidoux, Chez nous, 1921, p. 9).
[À propos d'un objet naturel ou fabriqué] Tunnel de feuillage, de verdure. On ne rencontrait ses yeux qu'au fond d'un petit tunnel formé par le tuyautage raidi de sa coiffe godronnée (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 286).Soudain le tunnel d'une forêt feuillue, désertée, au sol rebondissant sous les gouttes (Gracq, Beau tén., 1945, p. 72).
B. − Au fig. Longue période de difficultés, de souffrances physiques ou morales dont on ne voit pas la fin. Être dans le tunnel; arriver au bout, voir la fin du tunnel. L'impression de sortir d'un tunnel, de trouver la lumière, de commencer vraiment une nouvelle vie! (Martin du G., J. Barois, 1913, p. 546).Je parle des incurables, de ceux dont la maladie n'est pas un tunnel vite traversé (Mauriac, Journal 1, 1934, p. 53).
Arg. du théâtre. Long monologue où l'acteur peut être sujet à un trou de mémoire. Entrer dans un tunnel. J'attaque le grand monologue de don Carlos (...) le plus sacré tunnel de tous les tunnels (Arnoux, Zulma, 1960, p. 296).
C. − Spécialement
1. CIRQUE. ,,Accessoire utilisé dans les numéros équestres: sorte de tonneau sans fond à travers lequel passe l'écuyère`` (Giteau 1970). ,,Couloir de grilles qui amène les fauves de la voiture-ménagerie à la cage centrale`` (Giteau 1970).
2. HORTIC. Abri de forme demi-cylindrique utilisé pour les cultures maraîchères. Le tunnel est fait d'arceaux métalliques recouverts de feuilles de plastique clair (Bén.-Vaesk.Jard.1981).
3. GÉOL. Tunnel (de lave). Cavité située sous la croûte d'une coulée de lave. Si la lave s'échappe de sous la carapace par flots successifs (...), il se forme des cavernes de lave (...) des tunnels (Baulig1956).
4. MAR. Espace bordé de tôles qui abrite l'arbre entre la chambre des machines et le presse-étoupe. J'avais 4 ou 5 ans, et l'on ne voyait que moi à bord, escorté de mon matelot (...) me promenant dans les machines et jusqu'au bout du tunnel des arbres de couche, là où il faut se glisser en rampant pour atteindre le point où l'on sent gargouiller les hélices, vibrer la coque comme une membrane (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 26).
5. MÉCAN. DES FLUIDES. Tunnel (aérodynamique). Chambre d'expérience d'une soufflerie. On essaye la maquette de l'avion complet au tunnel (Guillemin, Constr., calcul et essais avions, 1929, p. 247).
6. PHYS., en appos. Effet tunnel. Phénomène de microphysique par lequel un électron peut franchir une barrière de potentiel en raison des lois de la mécanique des fluides (et contrairement aux lois de la mécanique newtonienne). Une diode découverte par Esaki en 1957 a permis de construire des amplificateurs de faible puissance. Elle est caractérisée par une jonction extrêmement mince, que les électrons et les trous peuvent traverser par « effet tunnel », ainsi que le prévoit la mécanique ondulatoire (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 308).
7. TECHNOL. Appareil, chambre d'expérimentation de forme très allongée et dans lequel se déroule une opération. Tunnel de congélation. Four à tunnel, séchoir à tunnel (Duval 1959).
REM. 1.
Serre-tunnel, subst. fém.Serre en forme demi-cylindrique. Une serre-tunnel à double paroi d'une surface de 105 m2et d'un volume d'air de 211 m3(Le Sauvage,1erjuill. 1977, p. 36, col. 3).
2.
Tunnelier, subst. masc.,technol. Foreuse rotative comprenant un cylindre métallique de dimensions comparables au gabarit du tunnel à creuser, utilisée pour le forage des tunnels et des galeries de travaux publics. Synon. taupe.Le tunnelier qui fore le lien fixe transmanche entre Sangatte (Pas-de-Calais) et l'Angleterre est « inutilisable » après quelques semaines de fonctionnement (L'Est Républicain, 8 mai 1988, p. 426, col. 3).
3.
Tunnellisation, subst. fém.,chir. ,,Création d'un conduit artificiel au sein d'un tissu`` (Man.-Man. Méd. 1980).
Prononc. et Orth.: [tynεl]. Att. ds Ac. dep 1878. Étymol. et Hist. 1. 1794 subst. fém. tonnelle, trad. du mot angl. tunnel dans la description du tunnel du canal de Boisgelin à Orgon (Soulès, Trad. Voyages d'A. Young, 2, 400 ds Wexler 1955, p. 64); 1825 tonnelle donné comme nom angl. désignant le passage souterrain creusé sous la Tamise (Encyclopédie méthodique. Architecture, 3, 504, ibid., p. 67); 1825 citat. du mot angl. tunnel (J. hebdom. des arts et métiers de l'Angleterre, 1, 157, ibid.); 1825 chemin souterrain: dit Tunnel (B. Schlick, Rapport à l'Ac. des Beaux Arts, 25 Nov., ibid.); 1827 nom commun fém. tunnel (Trad. Lettre de W. Smith, 4 sept., A.N. F1411173, ibid., p. 68); 1829 nom commun masc. tunnel (Bulletin des sciences technologiques, XIII, 82 ds Höfler Anglic.); 2. a) 1857 p. ext. « galerie, passage à travers ou sous quelque chose » (Michelet, Insecte, p. 334); b) 1929 technol., p. anal. « dispositif qui forme une voûte » (Guillemin, loc. cit.); c) 1964 cirque (M. Cheret, Pinder, nov. ds Hotier Cirque 1973, p. 81); 3. 1897 « période de difficulté » sortir du tunnel (France, Mannequin, p. 138). Empr. à l'angl.tunnel, att. dep. le xves., d'abord sous la forme tonel et pour désigner un type de filet de chasse à la perdrix en forme de tube évasé, puis un conduit de cheminée ou autre (v. NED) et dep. 1765 au sens 1 (NED Suppl.2, v. aussi Wexler 1955, p. 62), dep. 1911 à l'empl. att. en 2 b et dep. 1879 au sens 3 (NED Suppl.2). L'angl. tonel, tonnell, tunnel est empr. au fr. tonnelle*. Fréq. abs. littér.: 282. Fréq. rel. littér. : xixes.: a) 14, b) 158; xxes.: a) 791, b) 625. Bbg. Bonn. 1920, p. 162. − Quem. DDL t. 27. − Wexler 1955, pp. 61-75, p. 80, 93, 128.

Tunnel : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TUNNEL, subst. masc.

A. − Galerie souterraine, généralement voûtée, percée à travers une montagne, sous un cours d'eau ou sous une grande ville pour permettre le passage d'une voie de communication. Court, long tunnel; tunnel ferroviaire, routier, sous-marin; tunnel sous le Mont-Blanc; sous la Manche; ouverture, entrée, sortie du tunnel; percement d'un tunnel; creuser, percer un tunnel; s'engouffrer dans un tunnel. Quand le train s'est remis en marche pour s'enfoncer dans le tunnel, la lumière n'était pas encore allumée (...); il y a eu quelques instants de noir absolu, puis l'issue vert émeraude, cette trouée de ciel crépusculaire au-dessus des vallées sombres, raides et vastes du Piémont (Butor, Modif., 1957, p. 192).
Loc. fam. Un combat de nègres dans un tunnel. V. nègre I A.
P. anal.
[À propos d'une galerie creusée dans la terre par un animal] Tunnel d'une taupe; tunnels d'une fourmilière. [Le blaireau] creuse des galeries et s'enfonce dans le sol. Il multiplie les tunnels (Pesquidoux, Chez nous, 1921, p. 9).
[À propos d'un objet naturel ou fabriqué] Tunnel de feuillage, de verdure. On ne rencontrait ses yeux qu'au fond d'un petit tunnel formé par le tuyautage raidi de sa coiffe godronnée (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 286).Soudain le tunnel d'une forêt feuillue, désertée, au sol rebondissant sous les gouttes (Gracq, Beau tén., 1945, p. 72).
B. − Au fig. Longue période de difficultés, de souffrances physiques ou morales dont on ne voit pas la fin. Être dans le tunnel; arriver au bout, voir la fin du tunnel. L'impression de sortir d'un tunnel, de trouver la lumière, de commencer vraiment une nouvelle vie! (Martin du G., J. Barois, 1913, p. 546).Je parle des incurables, de ceux dont la maladie n'est pas un tunnel vite traversé (Mauriac, Journal 1, 1934, p. 53).
Arg. du théâtre. Long monologue où l'acteur peut être sujet à un trou de mémoire. Entrer dans un tunnel. J'attaque le grand monologue de don Carlos (...) le plus sacré tunnel de tous les tunnels (Arnoux, Zulma, 1960, p. 296).
C. − Spécialement
1. CIRQUE. ,,Accessoire utilisé dans les numéros équestres: sorte de tonneau sans fond à travers lequel passe l'écuyère`` (Giteau 1970). ,,Couloir de grilles qui amène les fauves de la voiture-ménagerie à la cage centrale`` (Giteau 1970).
2. HORTIC. Abri de forme demi-cylindrique utilisé pour les cultures maraîchères. Le tunnel est fait d'arceaux métalliques recouverts de feuilles de plastique clair (Bén.-Vaesk.Jard.1981).
3. GÉOL. Tunnel (de lave). Cavité située sous la croûte d'une coulée de lave. Si la lave s'échappe de sous la carapace par flots successifs (...), il se forme des cavernes de lave (...) des tunnels (Baulig1956).
4. MAR. Espace bordé de tôles qui abrite l'arbre entre la chambre des machines et le presse-étoupe. J'avais 4 ou 5 ans, et l'on ne voyait que moi à bord, escorté de mon matelot (...) me promenant dans les machines et jusqu'au bout du tunnel des arbres de couche, là où il faut se glisser en rampant pour atteindre le point où l'on sent gargouiller les hélices, vibrer la coque comme une membrane (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 26).
5. MÉCAN. DES FLUIDES. Tunnel (aérodynamique). Chambre d'expérience d'une soufflerie. On essaye la maquette de l'avion complet au tunnel (Guillemin, Constr., calcul et essais avions, 1929, p. 247).
6. PHYS., en appos. Effet tunnel. Phénomène de microphysique par lequel un électron peut franchir une barrière de potentiel en raison des lois de la mécanique des fluides (et contrairement aux lois de la mécanique newtonienne). Une diode découverte par Esaki en 1957 a permis de construire des amplificateurs de faible puissance. Elle est caractérisée par une jonction extrêmement mince, que les électrons et les trous peuvent traverser par « effet tunnel », ainsi que le prévoit la mécanique ondulatoire (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 308).
7. TECHNOL. Appareil, chambre d'expérimentation de forme très allongée et dans lequel se déroule une opération. Tunnel de congélation. Four à tunnel, séchoir à tunnel (Duval 1959).
REM. 1.
Serre-tunnel, subst. fém.Serre en forme demi-cylindrique. Une serre-tunnel à double paroi d'une surface de 105 m2et d'un volume d'air de 211 m3(Le Sauvage,1erjuill. 1977, p. 36, col. 3).
2.
Tunnelier, subst. masc.,technol. Foreuse rotative comprenant un cylindre métallique de dimensions comparables au gabarit du tunnel à creuser, utilisée pour le forage des tunnels et des galeries de travaux publics. Synon. taupe.Le tunnelier qui fore le lien fixe transmanche entre Sangatte (Pas-de-Calais) et l'Angleterre est « inutilisable » après quelques semaines de fonctionnement (L'Est Républicain, 8 mai 1988, p. 426, col. 3).
3.
Tunnellisation, subst. fém.,chir. ,,Création d'un conduit artificiel au sein d'un tissu`` (Man.-Man. Méd. 1980).
Prononc. et Orth.: [tynεl]. Att. ds Ac. dep 1878. Étymol. et Hist. 1. 1794 subst. fém. tonnelle, trad. du mot angl. tunnel dans la description du tunnel du canal de Boisgelin à Orgon (Soulès, Trad. Voyages d'A. Young, 2, 400 ds Wexler 1955, p. 64); 1825 tonnelle donné comme nom angl. désignant le passage souterrain creusé sous la Tamise (Encyclopédie méthodique. Architecture, 3, 504, ibid., p. 67); 1825 citat. du mot angl. tunnel (J. hebdom. des arts et métiers de l'Angleterre, 1, 157, ibid.); 1825 chemin souterrain: dit Tunnel (B. Schlick, Rapport à l'Ac. des Beaux Arts, 25 Nov., ibid.); 1827 nom commun fém. tunnel (Trad. Lettre de W. Smith, 4 sept., A.N. F1411173, ibid., p. 68); 1829 nom commun masc. tunnel (Bulletin des sciences technologiques, XIII, 82 ds Höfler Anglic.); 2. a) 1857 p. ext. « galerie, passage à travers ou sous quelque chose » (Michelet, Insecte, p. 334); b) 1929 technol., p. anal. « dispositif qui forme une voûte » (Guillemin, loc. cit.); c) 1964 cirque (M. Cheret, Pinder, nov. ds Hotier Cirque 1973, p. 81); 3. 1897 « période de difficulté » sortir du tunnel (France, Mannequin, p. 138). Empr. à l'angl.tunnel, att. dep. le xves., d'abord sous la forme tonel et pour désigner un type de filet de chasse à la perdrix en forme de tube évasé, puis un conduit de cheminée ou autre (v. NED) et dep. 1765 au sens 1 (NED Suppl.2, v. aussi Wexler 1955, p. 62), dep. 1911 à l'empl. att. en 2 b et dep. 1879 au sens 3 (NED Suppl.2). L'angl. tonel, tonnell, tunnel est empr. au fr. tonnelle*. Fréq. abs. littér.: 282. Fréq. rel. littér. : xixes.: a) 14, b) 158; xxes.: a) 791, b) 625. Bbg. Bonn. 1920, p. 162. − Quem. DDL t. 27. − Wexler 1955, pp. 61-75, p. 80, 93, 128.

Tunnel : définition du Wiktionnaire

Nom commun

tunnel \ty.nɛl\ masculin

  1. Voie souterraine percée à travers une montagne, une colline, établie sous une rivière, etc.
    • Le tunnel sous la Manche.
    • Pour construire cette voie ferrée il a fallu percer plusieurs tunnels.
    • Le tunnel du Métropolitain de Paris, sous la Seine.
    • À dix heures un quart, le capitaine Nemo prit lui-même la barre. Une large galerie, noire et profonde, s'ouvrait devant nous. Le Nautilus s'y engouffra hardiment. Un bruissement inaccoutumé se fit entendre sur ses flancs. C'étaient les eaux de la mer Rouge que la pente du tunnel précipitait vers la Méditerranée. Le Nautilus suivait le torrent, rapide comme une flèche, malgré les efforts de sa machine qui, pour résister, battait les flots à contre-hélice. — (Jules Verne, Vingt Mille Lieues sous les mers, 1870)
    • — Alors, ça ne va pas, ton mariage avec Ozil ? Je m’étais laissé dire que, tous les jours, tu filais le rejoindre par le tunnel.
      Elle haussa les épaules.
      — Ah ! ouitche ! mon mariage… ça m’amuse, le tunnel. Deux kilomètres et demi à galoper dans le noir, avec l’idée qu’on peut être coupé par un train, si l’on n’ouvre pas l’œil. Faut les entendre, les trains, ronfler là-dessous !… Mais il m’a ennuyée, Ozil. Ce n’est pas encore celui-là que je veux.
      — (Émile Zola, La Bête humaine, 1890)
    • À cette époque, Paris était bien plus loin de Marseille que ne l’est aujourd’hui Moscou.
      Il y avait trois jours et trois nuits de voyage, une centaine d’arrêts dans les gares, et plus de cinquante tunnels, dont M. Thiers avait annoncé qu’il n’en pourrait sortir que des trains de cadavres enfumés.
      — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 38)
  2. Trou noir, période de difficultés.
    • Arriver au bout du tunnel.
    • Voir la fin du tunnel.
    • Je parle des incurables, de ceux dont la maladie n’est pas un tunnel vite traversé… — (François Mauriac, Journal 1, 1934)
  3. (Figuré) Tirade ou monologue interminable.
    • J’attaque le grand monologue de don Carlos […] le plus sacré tunnel de tous les tunnels. — (Alexandre Arnoux, Zulma l’infidèle, 1960)
  4. (Agriculture) Serre basse en matière plastique soutenue par des arceaux.
  5. (Internet) Système permettant de faire transiter des données entre deux points du réseau, à l’intérieur de flux de données existants.

Nom commun

tunnel \ˈtʌ.nl̩\

  1. Tunnel.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Tunnel : définition du Littré (1872-1877)

TUNNEL (tu-nèl) s. m.
  • Terme du génie civil. Souterrain qui passe sous une rivière ou sous un chemin.

    S'applique maintenant à tout passage pratiqué sous terre, à travers des montagnes, etc.

    Tunnel sous-marin, tunnel qui passe sous un bras de mer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « tunnel »

Étymologie de tunnel - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Issu du moyen anglais tonel (« filet tubulaire »), issu de l’ancien français tonnelle. Référence nécessaire
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de tunnel - Wiktionnaire

(1794) De l’anglais tunnel[1], issu du moyen anglais tonel (« filet tubulaire »), issu de l'ancien français tonnelle, diminutif de tonne.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de tunnel - Littré

Angl. tunnel, du franç. tonnelle.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « tunnel »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tunnel tynɛl play_arrow

Citations contenant le mot « tunnel »

  • Le groupement d'entreprises baptisé «Renouveau La Fontaine» est constitué à 50% des filiales de Vinci Eurovia et Dodin Campenon Bernard et à 50% de la société Pomerleau, a précisé le géant du BTP dans un communiqué. L'objectif des travaux, qui vont se dérouler de début 2021 à juillet 2025, est de rénover le tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine et ses voies d'accès. «Inauguré en 1967, le tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine est le plus long tunnel immergé du Canada, traversant le fleuve Saint-Laurent sur une longueur de 1,5 km», explique le communiqué. «C'est un axe de transport névralgique de l'agglomération montréalaise reliant la partie est de l'île de Montréal à la ville de Longueuil, avec un trafic de 120.000 véhicules par jour», souligne-t-il. «La rénovation vise à améliorer la sécurité du tunnel, tout en décongestionnant la circulation actuelle et en favorisant le covoiturage et les transports en commun», détaille Vinci. Le Figaro.fr, Vinci: contrat de 726 M EUR pour rénover un tunnel à Montréal
  • Le tunnel industriel, commercial et touristique du Covid 19 devrait se poursuivre encore plusieurs mois enThaïlande, avant que revienne la lumière de la croissance. L'activité économique du royaume pourrait en effet ne pas revenir aux niveaux observés avant la pandémie de COVID-19 avant 2022. Le taux d'intérêt directeur record de 0,50 % du pays ne devrait pas atteindre 0 %, a déclaré mardi 28 juillet la banque centrale. , THAÏLANDE- ÉCONOMIE: L'épidémie de coronavirus, tunnel industriel, commercial et touristique
  • Sous les pavés, la gare. Le tunnelier Ellen du Grand Paris Express a achevé ce mardi matin le percement du tunnel du Grand Paris Express reliant Bagneux à Clamart (Hauts-de-Seine). , Paris : « C'est une belle opération »... Un nouveau tunnel achevé pour le Grand Paris Express
  • Vous empruntez la pénétrante du Paillon? Le tunnel de la Condamine sera en partie fermé pour travaux Nice-Matin, Vous empruntez la pénétrante du Paillon? Le tunnel de la Condamine sera en partie fermé pour travaux - Nice-Matin
  • Un train est tombé en panne dans un tunnel entre les communes de Vif et Monestier-de-Clermont, sur la ligne reliant Grenoble à Veynes. Une centaine de passagers ont été évacués. Ils vont être acheminés vers leur destination par cars, indique la SNCF. , Faits-divers - Justice | Le train tombe en panne dans un tunnel : une centaine de passagers évacués
  • En matière de tunnels, une date a tout changé : le 24 mars 1999. Ce jour-là, un incendie dans le tunnel du Mont-Blanc fait 39 morts. Depuis, l’approche de la sécurité dans ces ouvrages a été bouleversée. Plus rien n’est laissé au hasard. www.lepopulaire.fr, Le tunnel de Noailles, sur l'A 20 en Corrèze : un ouvrage sous haute surveillance les jours de grands départs - Limoges (87000)
  • Le tunnel Brotteaux-Servient, situé dans le sixième arrondissement de Lyon, sera fermé à la circulation toutes les nuits, de 21 h à 6 h, jusqu’à ce samedi. Lyonmag.com, Lyon 6e : le tunnel des Brotteaux fermé toutes les nuits jusqu’à ce samedi
  • Une mère a tenté de libérer son fils meurtrier de prison en creusant un tunnel de plus de 10 mètres de long. sudinfo.be, Une mère creuse un tunnel de 10 mètres de long pour faire échapper son fils, condamné pour meurtre, de prison: «C’est une vraie mère» (photos)
  • La préfecture de la région Grand Est a adressé un courrier aux élus locaux concernant le développement de l'A31bis. Elle confirme que la réalisation d'un tunnel "profond" est bien envisagé à Florange. , RTL 5minutes - Mobilité: A31bis: revoilà le tunnel sous Florange
  • J'ai compris que le temps n'a aucune valeur. C'est un caméléon. Il se transforme en puits, un tunnel qui se prolonge dans les entrailles de la terre et tu t'y perds. De Boris Razon / Palladium
  • Le rêve est un tunnel qui passe sous la réalité. C'est un égout d'eau claire, mais c'est un égout. De Pierre Reverdy / Le Gant de crin
  • Quand vous verrez la lumière au bout du tunnel, priez pour que ce ne soit pas le train. De Daniel Lemire

Images d'illustration du mot « tunnel »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tunnel »

Langue Traduction
Corse tunnel
Basque tunel
Japonais トンネル
Russe тоннель
Portugais túnel
Arabe نفق
Chinois 隧道
Allemand tunnel
Italien tunnel
Espagnol túnel
Anglais tunnel
Source : Google Translate API

Synonymes de « tunnel »

Source : synonymes de tunnel sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires