La langue française

Trousseau

Définitions du mot « trousseau »

Trésor de la Langue Française informatisé

TROUSSEAU, subst. masc.

I.
A. −
1.
a) Vx. Réunion d'objets de même nature liés ensemble. Trousseau de poignards, de cordelettes. Il partit avant le jour, bien équipé, une arbalète sur l'épaule et un trousseau de flèches à l'arçon de la selle (Flaub., St Julien l'Hospitalier, 1877, p. 92).
b) Trousseau de clefs ou, absol., trousseau. Réunion de plusieurs clefs attachées ensemble. Elle ferma la porte vitrée du meuble et en détacha la clef qui prit place, parmi d'autres, dans le trousseau qu'elle portait toujours avec elle (Bourget, Disciple, 1889, p. 80).Quand il fut devant la porte secrète, il respira plus librement et tira de sa poche l'énorme trousseau de clefs qui ne le quittait jamais (Duhamel, Passion J. Pasquier, 1945, p. 187).
[Dans un cont. métaph.] Il semble qu'on soit en droit de récapituler, en faisant sonner haut et clair, une dernière fois, les quelques clés d'or qu'il convient de suspendre au trousseau du réformateur (Antoine, Passeron, Réforme Univ., 1966, p. 135).
2. ANAT. Petit faisceau de fibres ou de vaisseaux. Trousseau ligamenteux, musculaire. Les fibres de ce tissu sont volumineuses, serrées les unes contre les autres, formant des trousseaux fibreux plus ou moins denses (Dopter dsNouv. Traité Méd.fasc. 31927, p. 290).
B. − Ensemble de vêtements, de linge, d'objets de toilette.
1. Ensemble de vêtements et de linge de maison que reçoit une jeune fille qui se marie ou qui entre en religion. Trousseau de mariage; se marier sans trousseau. Dès qu'une fille naissait, on commençait son trousseau. Achevé, les voisins et les voisines étaient conviés à venir l'admirer. Les lits, les bancs en étaient chargés, la table surtout où s'étalait le linge fin de corps (Pesquidoux, Livre raison, 1932, p. 22).
P. méton. Rayon de grand magasin où l'on vend les trousseaux de mariage. Il était près d'elle, aux trousseaux, quand un garçon de magasin, qui enlevait un paquet, la heurta d'un tel coup, qu'elle porta les deux mains à son ventre (Zola, Bonh. dames, 1883, p. 730).
En partic., vieilli. Œuvre du, des trousseau(x). Œuvre religieuse où l'on apprenait aux jeunes filles à confectionner leur trousseau et où on leur enseignait les qualités de bonne ménagère. Armande: Nous sommes en effet secrétaires de l'œuvre des trousseaux. L'Inspecteur: Et de quoi est-il question, en ce moment, à l'œuvre des trousseaux? (Giraudoux, Intermezzo, 1933, I, 5, p. 34).
2. Ensemble de vêtements, de linge et d'objets de toilette dont on pourvoit un enfant qui quitte sa famille. Trousseau de collège, de pension; trousseau de collégien, de pensionnaire. La voix d'homme reprit:La petite a un trousseau? (...)Sans doute elle a un trousseau, le pauvre trésor (...). Et un beau trousseau encore! Un trousseau insensé. Tout par douzaines; et des robes de soie comme une dame (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 192).Il avait obtenu une bourse entière d'internat; quant à son trousseau et à ses menus frais, le patron de sa mère s'en chargea (Arland, Ordre, 1929, p. 123).
3. Ensemble de linge et de menus objets nécessaire à un enfant nouveau-né; p. anal., vêtements et accessoires de poupée, de baigneur. Synon. layette.Ses esclaves (...) s'empressaient à manier l'aiguille, la navette et le fuseau, et travaillaient à l'envi au trousseau de l'enfant attendu (A. France, Balth., Laeta Acilia, 1889, p. 113).Tous les jouets sont rangés avec goût dans une armoire. La poupée et le trousseau sont dans un tiroir (Frapié, Maternelle, 1904, p. 119).
4. Ensemble de vêtements, d'accessoires et d'objets de toilette dont dispose une personne ou dont elle se munit pour effectuer un voyage, un déplacement. Trousseau d'ouvrier, de soldat; trousseau de campagne; avoir un mince trousseau. Je suis si occupée à mon petit trousseau de voyage, qu'il n'y a pas moyen d'écrire ni de lire (E. de Guérin, Journal, 1838, p. 243).Sept ans sans acheter un seul vêtement, sauf quelques bleus de travail pour remplacer ceux qui étaient usagés. J'avais la chance de pouvoir user un bon trousseau, cela allait pour le quotidien (Debatisse, Révol. silenc., 1963, p. 61).
P. métaph. Joie est mon caractère, c'est la faute à Voltaire, misère est mon trousseau, c'est la faute à Rousseau (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 460).
II.
A. − FOND. ET LAMINAGE. Procédé de moulage au sable des pièces de révolution. Moulage au trousseau. (Ds Peyroux Techn. Métiers 1985). Appareil permettant ce type de moulage. Pour faire le modèle [pour moulage du canon], on prend un axe de bois léger, bien dressé (...). Cet axe se nomme le trousseau (M.-A. Muller, Roger, Évol. fond. cuivre, 1903, p. 260).
B. − NUMISM. ,,Nom donné, lors du monnayage au marteau, au coin inférieur ou coin de revers`` (Adeline, Lex. termes art, 1884).
REM.
Trousseau, subst. masc. vitic.a) Cépage noir à petits grains en grappes serrées, spécifique au Jura, et donnant du vin rouge. Le vin rouge [d'Arbois] est fourni par les cépages trousseau et pinot noir. (...) si c'est (...) le trousseau [qui domine], le vin est alors rouge rubis, souple et léger (Vins, Encyclop. prat. des vins du monde, Paris, Atlas, t. 1, 1979, p. 135).b) P. méton. Vin rouge issu de ce raisin. Un excellent trousseau, corsé, avec beaucoup de matière et de fond, laissant présager une bonne garde (R. du vin de France, juin 1986, p. 110).
Prononc. et Orth.: [tʀuso]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1160 torsel « paquet de quelque chose » (Eneas, 4529 ds T.-L.); 1160-74 troussel « botte d'herbe » (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, II, 2422); 1260 troussiau « id. » (Estienne Boileau, Métiers, éd. Lespinasse et Bonnardot, 1repart., LXXXV, 6); 1352-56 trousseaul (Jehan le Bel, Chron., chap. 38, éd. J. Viard et E. Deprez, t. 1, p. 200); b) 1508 trousseaul « bande de métal propre à trousser quelque chose » (Comptes de dépenses de la construction du château de Gaillon, éd. A. Deville, 536); 1633 « paquet de clés réunies par un anneau » (L'Heureuse tromperie, de M. de Bois Robert ds Mém. Soc. Hist. de Paris et de l'Île-de-France, t. 28, p. 129); 2. a) 1228 trossel « vêtements, linge, tout ce qu'on donne à une jeune fille, lorsqu'elle se marie » (Jean Renart, Guillaume de Dole, éd. F. Lecoy, 4070); 1260 trousel (Estienne Boileau, op. cit., 2epart., I, 32); b) 1832 « vêtements, linge, qu'on donne pour vêtir un enfant que l'on met en nourrice » (Raymond); 1834 « vêtements, linge, qu'on donne à un jeune homme en le mettant au collège » (Boiste); 3. 1522 trousseaul « coin qui porte l'empreinte de l'effigie ou de la croix et servant à marquer la monnaie au marteau (opposé à pile) » (doc. ds Gay t. 2). Dér. de trousse*; suff. -eau*. Fréq. abs. littér.: 329. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 343, b) 658; xxes.: a) 600, b) 391.

Trousseau, subst. masc. vitic.a) Cépage noir à petits grains en grappes serrées, spécifique au Jura, et donnant du vin rouge. Le vin rouge [d'Arbois] est fourni par les cépages trousseau et pinot noir. (...) si c'est (...) le trousseau [qui domine], le vin est alors rouge rubis, souple et léger (Vins, Encyclop. prat. des vins du monde, Paris, Atlas, t. 1, 1979, p. 135).b) P. méton. Vin rouge issu de ce raisin. Un excellent trousseau, corsé, avec beaucoup de matière et de fond, laissant présager une bonne garde (R. du vin de France, juin 1986, p. 110).

Wiktionnaire

Nom commun 1

trousseau \tʁu.so\ masculin

  1. Petite trousse. — Note : Il n’est guère usité, en ce sens, que dans l'expression ; trousseau de clefs.
    • Comme maîtresse de maison, Alix a en gouvernation les clefs des appartements. Elle a tiré du trousseau poudreux relégué a l'office la clef qui ouvre la porte de la chambre de son cousin, […]. — (Le journal de mon ami Pamphile, dans L'Austrasie : Revue de Metz et de Lorraine, vol.4, 1856, p.534)
    • Toutes les clés de la maison, des armoires et des coffres, cliquetaient autour de sa taille en un trousseau noué à sa ceinture. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 22-23)
  2. Vêtements, linge, tout ce qu’on donne à une jeune fille lorsqu’elle se marie ou se fait religieuse.
    • Elle cousait, de ses petites mains maladroites, son humble trousseau de fiancée nomade. — (Isabelle Eberhardt, Yasmina,1902)
    • A douze ans, les filles se marient, si toutefois elles ont un trousseau complet ; autrement, les partis ne se présenteraient pas. Ce trousseau, il faut qu'elles le fassent elles-mêmes; la plus habile est la mieux ornée. — (Pierre Louÿs, Lesbos aujourd'hui, 1901, dans Archipel, 1932)
    • MARIE. – Moi, madame, j’aurai dix mille francs de dot. Mon trousseau est prêt depuis longtemps. C’est celui d’une sœur de ma mère qui est morte à dix-huit ans, il y a une vingtaine d’années. J’aurai aussi une machine à coudre qu’on a gagnée à la loterie. — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 181.)
    • Dose après dose, les éditeurs ont scellé un pacte tacite avec la plateforme, un pacte aux allures de mariage de raison. Il faut dire que le trousseau de la mariée est bien garni avec ses deux milliards d’utilisateurs. — (Mediapart du 01/12/2017, Comment Facebook achète la presse française [1])
  3. (Vieilli) Ensemble des vêtements, du linge, etc., que devait apporter un élève, ou qu’on lui fournissait, lors de son entrée dans une école, dans une maison d’éducation, etc.
    • Les pièces dont se compose le trousseau réglementaire.
  4. (Par extension) Liste de vêtements que les enfants doivent avoir lorsqu’ils partent en colonie de vacances, en centre ou à l’hôpital.
    • Avant de partir, je dois t’acheter des chaussettes pour compléter ton trousseau.

Nom commun 2

trousseau \tʁu.so\ masculin

  1. (Œnologie) Cépage originaire du Jura, où il est utilisé pour les vins rouges.
    • L’appellation Arbois, qui se décline en blanc et en rosé, est surtout connue pour ses rouges réalisés avec le trousseau, un cépage authentique d’origine comtoise et qui fournit des vins élégants et lumineux aux saveurs poivrées et épicées. — (Jean-Marc Toussaint, La renaissance d’Henri Maire, Le Mag n° 87, 7 mai 2017)
    • Capitale du cépage du trousseau, Montigny est un village bâti en amphithéâtre sur le versant occidental du Jura. — (montigny-les-arsures.fr)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TROUSSEAU (trou-sô) s. m.
  • 1Petite trousse, c'est-à-dire petit faisceau ; usité en ce sens seulement, en parlant de clefs. Une large ceinture de cuir, d'où pendait d'un côté un trousseau de clefs, et de l'autre un chapelet à gros grains, Lesage, Gil Blas, II, 1. Il allait me donner le trousseau ; la clé de la jalousie n'y est-elle pas ? Beaumarchais, Barb. de Sév. III, 6.

    Un trousseau de flèches, un faisceau de flèches (locution vieillie).

  • 2 Terme d'anatomie. Réunion d'un certain nombre de fibres musculaires, ligamenteuses.
  • 3Hardes, habits, linge, tout ce qu'on donne à une fille lorsqu'on la marie ou qu'elle se fait religieuse. Les leurs [femmes de nos aïeux] ne lisaient point, mais elles vivaient bien ; Leurs ménages étaient tout leur docte entretien, Et leurs livres un dé, du fil et des aiguilles Dont elles travaillaient au trousseau de leurs filles, Molière, F. sav. II, 7. Je n'eus point de trousseau, mais je fus très bien mise le jour de mon mariage, Genlis, Mme de Maintenon, t. I, p. 109, dans POUGENS.
  • 4Dans les colléges, etc., habits, linge, etc. que doit apporter un élève.
  • 5Ancien terme de monnaie. Le coin supérieur contenant la croix ou l'effigie du roi, par opposition au coin inférieur dit pile.

HISTORIQUE

XIIe s. Puis vint au lit Richart, si l'a fait tost lever, Dedenz un troussel d'erbe l'a fait enveloper, Rou, v. 3162.

XIIIe s. Trousel à espousée qui vait hors de la vile de Paris ne doit point de chaucie, se il est chargiés dedens la vile de Paris, Liv. des mét. 279. Que chascun troussiau de cordouan ou de basane, soit dedenz les bones [bornes] de la foire ou dedenz la banliue de Paris, que chascun troussiau doit deux sous de siege, ib. 232. S'adont, fait-il, estoie là, Mes toursiaus [ma pacotille] puet estre vendroie ; Si cuit [je pense] que jou i gaigneroie, Fl. et Bl. 1376. À tant sont mis hors li toursel, Recargié sont tost et isnel, ib. 1413. Tout [il] prent, tout robe, tout pelice, N'i a laissié croiz ne chalice ; Un troussiau fet ; troussiau ? mès trousse, Rutebeuf, 314.

XVIe s. Un trousseau de flesches liées ensemble, Lanoue, 48. Les chardons, mis en trousseaux, seront gardés suspendus en lieu sec, De Serres, 738. À André Belenfant orfevre demeurant à Bourges, six sols pour avoir fait une pille et ung trousseau, en laquelle pille a troys moutons coronés, et audit trousseau ung bituris coroné et taillé, De Fontenay, Manuel de l'amateur de jetons, p. 197. Fils ou filles mariez ne sont tenus de raporter les fraiz de nopces et banquets, mais seulement robes nuptiales, joyaux et trousseaux, comme lits, draps et autres choses, Coust. gén. t. I, p. 209. Son troussel, c'est à sçavoir son lict, son coffre, ses robes et joyaux, ib. t. II, p. 782.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TROUSSEAU, s. m. (Gram.) nippes qu’une mere donne à sa fille, quand elle la marie, au-delà de sa dot. On en use de même avec celles qui entrent en religion.

On dit un trousseau de clés, pour un paquet de clés enfilées dans une corde ou un anneau qu’on appelle clavier.

Trousseau, s. m. (terme de Fondeur.) longue piece de bois taillée en cône, c’est-à-dire, plus menue par un bout que par l’autre, sur laquelle on forme les moules des pieces de canon. (D. J.)

Trousseau, (terme d’ancien monnoyage.) signifioit, lorsque l’on monnoyoit au marteau, le coin où étoit l’empreinte de l’effigie, laquelle fut longtems précédée par une croix.

Le trousseau étoit long d’environ sept à huit pouces ; après avoir posé le flanc sur la pile avec la main gauche, on posoit le trousseau sur le flanc à plomb des empreintes, & le tenant perpendiculairement de la main droite, on donnoit plusieurs coups sur ce trousseau avec une espece de marteau ou maillet de fer ; en conséquence le flanc se trouvoit monnoyé des deux côtés ; mais si quelque endroit étoit mal empreint, on réitéroit les coups de marteaux jusqu’à ce que le flanc fût monnoyé, autant bien que cette mauvaise manutention le pouvoit permettre. Voyez Pile.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « trousseau »

Trousse.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom 1) → voir trousse et -eau
(Nom 2) Proviendrait du verbe trousser[1]
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « trousseau »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
trousseau truso

Citations contenant le mot « trousseau »

  • Tous les mots en "al" font leur pluriel en "aux". Par exemple : un anal, des anaux. Sauf dans le cas d'une jeune mariée. Parce que, pour une jeune mariée, on un dit un trousseau et deux trous sales. De Coluche / L'Horreur est humaine
  • Avec iOS 14, Apple propose un nouveau menu appelé “Conseils de sécurité” qui montre nos mots de passe qui pourraient mettre nos comptes en danger. Ils peuvent être faciles à deviner les mots de passe ou ils peuvent même avoir été piratés et mis à disposition sur le Web. Maintenant, le trousseau iCloud clarifie le problème avec un certain mot de passe et aide les utilisateurs à créer un nouveau mot de passe plus sécurisé. iPhonote, iOS 14 : alerte du trousseau iCloud si un mot de passe a été piraté
  • Pour le ministre, le terme « violences policières » est « antinomique ». « Il peut y avoir des dérives, qu'on doit sanctionner, et je pense que le gouvernement les sanctionne et s'il ne le fait pas, la presse, les syndicats, les parlementaires rappellent à la hiérarchie policière, au ministre de l'Intérieur, ce qu'il doit faire et c'est bien légitime », a-t-il estimé. Jugeant que « la crise de l'autorité vient de loin », Gérald Darmanin pense que « les clés de la solution, […] c'est le trousseau du ministre de l'Éducation nationale ». Le Point, « Je m'étouffe » : la famille Chouviat scandalisée par les mots de Darmanin sur les violences policières - Le Point
  • Cette fonction, si elle parvient à se faufiler jusqu’à une prochaine version finale de Chrome, a un certain potentiel. Le navigateur de Google fait aussi office de coffre-fort de mots de passe pour de nombreux utilisateurs, comme peut l’être Safari. Mais contrairement au trousseau d’accès iCloud, Chrome ne se limite pas aux plateformes d’Apple et c’est ce qui rend cette fonction si intéressante. iGeneration, Chrome va devenir un gestionnaire de mots de passe sur iOS | iGeneration
  • Les cinq cépages autorisés dans le Jura (savagnin et chardonnay, poulsard, trousseau et pinot noire) peuvent prétendre à l'AOC Arbois qui produit environ 70% des vins rouges jurassiens et 30% des blancs. , Magazine Gastronomie et Vins | Arbois, la première AOC française

Images d'illustration du mot « trousseau »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « trousseau »

Langue Traduction
Anglais clothing
Espagnol ropa
Italien capi di abbigliamento
Allemand kleidung
Chinois 服装
Arabe ملابس
Portugais roupas
Russe одежда
Japonais 衣類
Basque arropa
Corse vistimenti
Source : Google Translate API

Synonymes de « trousseau »

Source : synonymes de trousseau sur lebonsynonyme.fr

Trousseau

Retour au sommaire ➦

Partager