La langue française

Toton

Sommaire

  • Définitions du mot toton
  • Étymologie de « toton »
  • Phonétique de « toton »
  • Citations contenant le mot « toton »
  • Traductions du mot « toton »
  • Synonymes de « toton »

Définitions du mot toton

Trésor de la Langue Française informatisé

TOTON, subst. masc.

JEUX
A. − Vieilli
1. Jeu de hasard, jouet en forme de dé traversé par une tige métallique ou une cheville, que l'on fait tourner comme une toupie jusqu'à l'arrêt sur l'une de ses quatre faces marquées des lettres A (prend) D (donne) R (rien) et T (tout, le joueur emporte la mise). Ce sont les Romains qui ont inventé ce jeu de hasard. Ils le nommaient totum, d'où nous avons fait toton (Alleau1964).
2. Jeu avec un dé similaire comportant six faces ou plus où sont inscrits des nombres (de 1 à 6 ou à 12 par exemple). Certains totons sont taillés de douze faces marquées de chiffres de 1 jusqu'à 12; les joueurs font tourner le jouet à tour de rôle et comptent le nombre de points qu'il marque quand il s'arrête (Lar. 19e).
B. − Petite toupie que l'on actionne entre le pouce et l'index. Ce toton d'ivoire qui tourne, ce porte-crayon à demi pris dans un tiroir de commode, ce papier blanc, cette plume d'oie ont l'air d'une condensation de l'atmosphère matérielle [dans le tableau de Chardin: L'enfant au toton] (Faure, Hist. art, 1921, p. 118).
P. métaph. Un journaliste, c'est un drôle de type (...) cela va, cela revient, s'enthousiasme et se déprend (...). C'est un toton que la saveur du monde ne cesse de passionner (Les Lettres fr., 6 oct. 1966, p. 5, col. 2).
P. compar.
Tourner comme un toton, aller à la vitesse d'un toton. Tourner, aller à toute allure. Synon. tourner* comme une toupie.[Le suj. désigne une pers.] Elle piqua tout à coup dans le sol un de ses talons et tourna sur elle-même, comme un toton, fermant un œil toutes les fois qu'elle se heurtait au rayon de soleil (Boylesve, Leçon d'amour, 1902, p. 64).[Le suj. désigne une chose] Depuis hier, la boussole s'est affolée, elle tourne comme un toton, il n'y a plus de Nord pour elle (Claudel, Chr. Colomb, 1929, 1repart., p. 1167).
Faire le toton. Faire la toupie. Ces tourbillons gestuels qui reviennent toujours dans le même chemin, comme l'enfant qui fait le toton (Jeux et sports, 1967, p. 99).
[Dans un cont. fig.]
Tourner comme un toton. Être manœuvré, manipulé. Avec ses airs absolus, Grange était homme à tourner ainsi qu'un toton entre les mains de celle qui flatterait sa vanité (Pourrat, Gaspard, 1922, p. 171).
Faire tourner (qqn) comme un toton. Le manœuvrer à sa guise. Je ne me laisserai pas manœuvrer comme un toton par ce zigoto là (Arnoux, Zulma, 1960, p. 289).
C. − P. anal.
1. Jeu où l'enfant tourne le plus vite possible sur lui-même. Un jeu comme celui du toton qui consiste à tourner sur soi-même ne peut que glisser naturellement vers le désordre, et il finit d'ordinaire par la chute et la bousculade (Jeux et sports, 1967, p. 103).
2. PSYCHOL. (pyschol. exp. et colorimétrie). Toton ou disque de Benham. ,,Disque comportant un demi-cercle noir et un demi-cercle blanc, sur lequel figurent des arcs de cercles noirs situés à différentes distances du centre (...). La rotation de ce disque donne lieu à une stimulation achromatique intermittente qui provoque la perception de couleurs dites couleurs subjectives`` (Thinès-Lemp. 1975). Le disque tournant du toton de Benham, en faisant se succéder un demi-cercle blanc à un noir, réalise de brèves stimulations par la lumière blanche (Piéron, Sensation, 1945, p. 162).
P. anal. (mais procédant d'une démarche inverse: dans l'ex. de Baudelaire, la rotation du disque coloré engendre le gris). La nature ressemble à un toton qui, mû par une vitesse accélérée, nous apparaît gris, bien qu'il résume en lui toutes les couleurs (Baudel., Salon, 1846, p. 105).
REM.
Tonton, subst. masc.,var. sans doute par déformation enf. Valsons et tournons, comme des toupies, comme des tontons (Meilhac, Halévy, Gde-duchesse Gérolstein, 1867, I, 1, p. 182).Hortensia vous jouez de nous comme de tontons! Vouz lasserez bientôt notre patience (Anouilh, Répét., 1950, II, p. 50).
Prononc. et Orth.: [tɔtɔ ̃]. Ac. 1694-1740: totum ,,on prononce toton``; dep. 1762: toton. Francisation des mots lat., v. Catach-Golf. Orth. Lexicogr. 1971, p. 100. Étymol. et Hist. 1. 1611 totum « sorte de dé traversé par une cheville sur laquelle on le fait tourner » (Cotgr.); 1653 toton (Ch. D'Assoucy, Le Ravissement de Proserpine, p. 44: totons et piroüettes); av. 1783 expr. faire de qqn un toton (MmeD'Épinay, Mém., t. 1, p. 306 ds Pougens ds Littré); 1876 faire tourner comme un toton (Lar. 19e); 2. 1904 « petite toupie » (Nouv. Lar. ill.). Empr. au lat.totum « tout » (prononcé toton, cf. dicton, rogaton), nom de la dernière des quatre indications dont les initiales figuraient sur les faces du dé non traversées par la cheville: A = accipe « prends (un jeton) »; D = da « donne (un jeton) »; R = rien (à donner ni à recevoir); T = totum « tout » (le joueur prend tout l'enjeu) (cf. Littré et Bl.-W.). D'apr. NED, s.v. Teetotum, les indications originales étaient les lettres A, D, N, T, init. des mots lat. anfer, depone, nihil, totum. Le corresp. angl. totum est att. dep. 1500-20 (cf. NED). Fréq. abs. littér.: 15.

Wiktionnaire

Nom commun 1

toton masculin

  1. Petite toupie qui porte souvent sur ses faces latérales des lettres ou des chiffres qui servent à indiquer le gagnant lorsqu’on y joue à plusieurs.
    • Je vous jure, Que je ne comprends rien à ce maudit jargon,
      Et ne sais, pour tout jeu, que l'oie et le toton.
      — (Régnard)
    • Des Juives aussi ont dansé. Elles ont bondi désordonnément comme des totons en délire.— (A. Gide, Journal 1889-1939, Gallimard, Pléiade, 1951, p. 85)
    • Le patron doute
      Payera-t-on
      Je tourne en route
      Comme un toton.
      — (Guillaume Apollinaire ; « Hôtels », in Alcools, 1913)
    • (Figuré) Rambervillers servait un peu de toton : pris, repris, donné en gage, vendu, racheté… — (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1923)
  2. Idiot, abruti, personne que l'on fait tourner en bourrique.
    • Faire de quelqu'un un toton, le faire tourner, aller, agir à volonté.
    • C'est plus fort que nous, comme de s'étirer le cou pour voir c'est qui le toton qui vient de se faire pincer par les flics le long du boulevard Industriel. — (Brigitte Pellerin, Épître aux tartempions, 1999, p. 68)

Nom commun 2

toton masculin

  1. (Québec) Variante de téton.
    • Vous êtes pas tannés de parler du maudit toton de Janet Jackson!
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TOTON (to-ton) s. m.
  • Espèce de dé à quatre faces, qui est percé d'une cheville, et qu'on fait tourner sur cette cheville ; les quatre faces sont marquées des lettres A, D, R, T : A, initiale du latin accipe, prends, fait prendre un jeton ; D, initiale de da, donne, fait mettre un jeton ; R, initiale de rien, indique qu'on n'a rien à mettre ni à prendre ; T, initiale du latin totum, tout, indique que le joueur prend tout l'enjeu ; c'est un jeu d'enfants. Cette danseuse tourne comme un toton. Bien que j'aie toujours entendu prononcer des opéras comme on dit des factums et des totons, je ne voudrais pas assurer qu'on le doive écrire, et je pourrais bien m'être trompé en l'écrivant de la sorte, Boileau, Réflex. crit. sur Longin, VIII. Je vous jure, Que je ne comprends rien à ce maudit jargon, Et ne sais, pour tout jeu, que l'oie et le toton, Regnard, le Bal, sc. 14. Croirait-on qu'un toton Fût l'image De tout mortel ici-bas Qui, poussé pas à pas, En aveugle voyage, Barré, (un des fondateurs du théâtre du Vaudeville), Chanson.

    Fig. Faire de quelqu'un un toton, le faire tourner, aller, agir à volonté. Si l'on croit faire de moi un toton, on se trompe, Mme D'Épinay, Mém. t. I, p. 306, dans POUGENS.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

TOTON. - ÉTYM. Ajoutez : Les Anglais disent teetotum, c'est-à-dire : le T emporte tout.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TOTON, s. m. terme de Tablettier, espece de dé traversé d’une petite cheville, sur laquelle on le fait tourner ; & il est marqué de différentes lettres sur ses quatre faces. Les enfans en ont fait un jeu, par lequel lorsque faisant tourner cette espece de dé il tombe sur le T, qui signifie totum, on prend tout ce qui est au jeu ; & c’est de-là que ce jeu tire son nom. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « toton »

(XVIIe siècle)[1] Du latin totum (« tout »)[2]. Un toton est une toupie changée en jeu de hasard. Elle comporte quatre faces portant les lettres A (accepter [un jeton]), D (donner) R (rien) et T (tout prendre). Les Anglais disent teetotum, c'est-à-dire : le T emporte tout[2].
Le -um latin se prononçait -on → voir dicton et rogaton.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. totum, tout (voy. ce mot) ; totum prononcé à la manière ancienne, toton.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « toton »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
toton tɔtɔ̃

Citations contenant le mot « toton »

  • Pendant une heure et demie, on a vu une fille se montrer les totons, des gros plans sur ses totons, des plans larges sur ses totons. Bref, avec une cinquantaine d’autres amis de Danielle Ouimet, on a assisté à un visionnement privé de Valérie, le film de fesses qui fête ses 50 ans. Le Journal de Montréal, Valérie et les totons | Le Journal de Montréal

Traductions du mot « toton »

Langue Traduction
Anglais toton
Espagnol toton
Italien toton
Allemand toton
Chinois
Arabe تون
Portugais toton
Russe toton
Japonais トトン
Basque toton
Corse toton
Source : Google Translate API

Synonymes de « toton »

Source : synonymes de toton sur lebonsynonyme.fr
Partager