La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « tirade »

Tirade

Variantes Singulier Pluriel
Féminin tirade tirades

Définitions de « tirade »

Trésor de la Langue Française informatisé

TIRADE, subst. fém.

A. −
1. Vx. Action de tirer (quelqu'un ou quelque chose) d'un mouvement continu durant un certain temps. Les chevaux ayant été attelés, les tirades [pour l'écartèlement] commencèrent (Balzac, Œuvres div., t. 1, 1830, p. 565).À chaque tirade des chevaux, les flancs du misérable [Ravaillac] donnaient rudement contre les pieux; à chaque coup une côte se rompait (Tharaud, Trag. de Ravaillac, 1913, p. 255).
2. Spécialement
a) MUS. Ensemble de ,,notes de passage diatoniques exécutées entre deux notes disjointes d'une mélodie`` (Mus. 1976). Une tirade brillante (Ac. 1798-1878).
b) SPORTS. ,,Effort brusque de traction (en lutte, en gymnastique, athlétisme)`` (Petiot 1982). Anton. répulsion.On (...) désigne une tirade, portée debout, par l'expression tiré-court (Comment parlent sportifsds Vie Lang.1954, p. 373).
B. −
1. Morceau de prose ou de vers constituant le développement, continu et d'une certaine longueur, d'un sujet concernant une même idée, un même fait; développement littéraire. Tirade inspirée, lyrique, poétique. Avez-vous présente par hasard la tirade vigoureuse et quelquefois un peu dégoûtante de Sénèque sur les maladies de son siècle? (J. de Maistre, Soirées St-Pétersb., t. 1, 1821, p. 50).Analyse une belle tirade de vers et une autre de prose, tu verras laquelle est la plus pleine (Flaub., Corresp., 1853, p. 361).
Fam., vx. Une tirade d'injures. ,,Beaucoup d'injures dites de suite`` (Ac. 1835-1878). Synon. bordée* d'injures.
2. Péjoratif
a) Phrase, développement emphatique, pompeux; couplet déclamatoire. Ma grand'mère lui reprochait seulement de parler un peu trop bien, un peu trop comme un livre, (...) elle s'étonnait aussi des tirades enflammées qu'il entamait souvent contre l'aristocratie, la vie mondaine, le snobisme (Proust, Swann, 1913, p. 68).
b) Développement de lieux communs n'ayant qu'un rapport éloigné avec le sujet traité. Maître Quantin faisait une tirade sur les jeunes hommes qui ont des parents, des mères, des sœurs, et qui chassent sans pitié les petits des animaux (Champfl., Bourgeois Molinch., 1855, p. 201).
3. THÉÂTRE. Longue suite de phrases ou de vers débitée par un personnage sans qu'il soit interrompu par un de ses interlocuteurs. Quand l'action de la pièce le permettait, des regards s'échangeaient entre la loge et le théâtre. Léandre (...) savait diriger sa voix et lancer une tirade amoureuse de façon qu'une personne de la salle pouvait croire qu'il la disait pour elle seule (Gautier, Fracasse, 1863, p. 235).[Selon Sainte-Beuve] les personnages [de la Lucrèce de Ponsard] parlent trop longuement, en tirades (A. Daudet, Crit. dram., 1897, p. 293).
Prononc. et Orth.: [tiʀad]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 2emoit. du xves. tirade « action de forlonger (des chiens) » (Epitaphe du bon Relay, p. 40 ds Tilander, Glanures lexicographiques, hapax); 1552 d'une tirade « tout d'un trait, sans s'arrêter » (Ronsard, Amours, LXXXVI, 1 ds Œuvres, éd. P. Laumonier, t. 4, p. 86); 1578 [éd.] « vol » (Du Bartas, 1reSem., 6eJ., p. 191); b) ca 1610 « développement de lieux communs sans rapport marqué avec le sujet » (Florimont de Raemond, Naissance de l'hérésie, p. 1010 ds Gdf. Compl.); 1672 « morceau d'un ouvrage en prose et qui est le développement d'une même idée » (Sévigné, Lettre à Mmede Grignan du 22 janv. ds Corresp., éd. R. Duchêne, t. 1, p. 420); 1672 « ce qu'un personnage débite au théâtre sans être interrompu » (Id., Lettre à Mmede Grignan du 16 mars, ibid., p. 459); c) 1644 « longueur et difficulté d'une affaire » (Guez De Balzac, Lettres inédites, LXIII, éd. Ph. Tamizey De Larroque, p. 584); 2. 1571 [éd.] « action de tirer » (La Porte, Epithètes, p. 263); 1582 « écartèlement par des chevaux » (Journal de L'Estoile pour le règne de Henri III, éd. L.-R. Lefèvre, p. 303). Dér. de tirer*; suff. -ade*. Cf. au sens de « portée d'un arc » l'a. prov. tirada att. vers 1290 (Rayn.). Fréq. abs. littér.: 325. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 363, b) 762; xxes.: a) 593, b) 306. Bbg. Baldinger (K.). Z. rom. Philol. 1982, t. 98, p. 213-216.

tirade, -

Wiktionnaire

Nom commun - français

tirade \ti.ʁad\ féminin

  1. Morceau d’une certaine étendue qui fait partie d’un ouvrage en prose ou en vers et qui roule ordinairement sur une même idée, sur un même fait.
    • Il y a de belles tirades dans ce panégyrique. - Il nous a dit une belle tirade de son poème.
  2. (En particulier) (Théâtre) Suite de phrases, de vers, qu’un des personnages débite sans être interrompu.
    • […] ; si l’on dérange cet accord, la pensée de l’auteur, cesse d’être intelligible ; telle tirade, telle expression, vraie à la lecture, devient fausse et froide à la scène ; le style jure avec l’habit… — (Julie de Quérangal, « Philippe de Morvelle », Revue des Deux Mondes, tomes 2, 4, 1833)
  3. (Péjoratif) Lieux communs qu’on emploie avec quelque développement et qui n’ont qu’un rapport éloigné au sujet de l’ouvrage.
    • L’orateur aurait bien dû nous faire grâce de ces inutiles tirades.
    • Georges se lança ensuite dans l’une de ses tirades favorites sur l’inertie profonde et la propension à la paresse des adolescents de l’époque. — (Delphine de Vigan, Rien ne s’oppose à la nuit, J.-C. Lattès, 2011)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TIRADE. n. f.
Morceau d'une certaine étendue qui fait partie d'un ouvrage en prose ou en vers et qui roule ordinairement sur une même idée, sur un même fait. Il y a de belles tirades dans ce panégyrique. Il nous a dit une belle tirade de son poème. Il se dit particulièrement, dans les pièces de théâtre, d'une Suite de phrases, de vers, qu'un des personnages débite sans être interrompu. Les longues tirades interrompent fâcheusement le dialogue. Cet acteur a bien dit sa dernière tirade. Il se dit, en mauvaise part, des Lieux communs qu'on emploie avec quelque développement et qui n'ont qu'un rapport éloigné au sujet de l'ouvrage. L'orateur aurait bien dû nous faire grâce de ces inutiles tirades.

Littré (1872-1877)

TIRADE (ti-ra-d') s. f.
  • 1Action de tirer. S'il [Ravaillac] avoua des choses étranges, ce ne fut que lorsqu'il eut demandé, à la première tirade des chevaux, qu'on le relâchât, Saint-Foix, Ess. Paris, Œuv. t. III, p. 121. Les tirades et les secousses durèrent une heure [dans l'écartèlement de Damiens] ; les membres s'allongèrent et ne se séparèrent pas, Voltaire, Hist. parl. XXX.
  • 2 Fig. Morceau d'un ouvrage en prose ou en vers, et qui est le développement d'une même idée. Voilà une tirade où ma plume m'a conduite, sans y penser, Sévigné, 27 janv. 1687. Vous avez des pensées et des tirades incomparables ; il ne manque rien à votre style, Sévigné, 22 janv. 1672.

    Une tirade de, beaucoup de pensées, de phrases qui se suivent sur le même sujet. Je vous conjure de pardonner ces tirades de réflexions à l'extrême tendresse que j'ai pour vous, Sévigné, à Mme de Grignan, 6 avril 1672.

    Familièrement. Une tirade d'injures, beaucoup d'injures débitées de suite.

  • 3 Terme de théâtre. Ce qu'un personnage débite sans être interrompu. Rien de parfaitement beau, rien qui enlève ; point de ces tirades de Corneille qui font frissonner, Sévigné, 126. Villars ne parlait que par tirades de théâtre, Saint-Simon, 259, 219. Il ne faut pas aller à bride abattue ; mais toute tirade demande à être un peu pressée ; c'est un point essentiel, Voltaire, Lett. Mlle Clairon, janv. 1750. On trouve dans ses pièces [de Boissy] plus de détails que de grands effets, plus de tirades que de scènes, et plus de portraits que de caractères, D'Alembert, Élog. Boissy. La facilité du public à applaudir les tirades et les portraits, a fait de nos scènes de comédie des galeries d'enluminures, Marmontel, Œuv. t. VI, p. 491. Quant au reste de la tirade [dernière scène d'Alzire], c'est la substance de la morale évangélique, Chateaubriand, Génie, II, II, 7. La tirade, ou, en termes de coulisses, la tartine, voilà ce que l'on va chercher au théâtre… la tirade, bien analysée, peut presque toujours se réduire à une conversation entre l'auteur et le public, à laquelle les personnages de la pièce ne servent que de prétexte, Globe, 17 janvier 1825.
  • 4En mauvaise part, développement de lieux communs sans rapport bien marqué avec le sujet. Une ennuyeuse tirade. Il ne lui restera que l'ignominie d'avoir fait des tirades contre des gens de bien, Grimm, Corresp. t. I, p. 176.
  • 5 Terme de musique. Passage que fait la voix ou l'instrument dans l'intervalle d'une note à une autre, par les notes diatoniques de cet intervalle distinctement articulées. Une tirade brillante.
  • 6D'une tirade, tout d'une tirade, loc. adv. et famil. Tout d'un trait, sans s'arrêter. Il nous a récité une ode tout d'une tirade. Cela dura le reste du voyage de Marly, qui, d'une tirade, nous conduisit à Fontainebleau sans retourner à Versailles, Saint-Simon, 305, 244.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

TIRADE. Ajoutez :
7Longueur et difficulté d'une affaire. Je suis bien plus épouvanté que vous de cette longue tirade de négoce, dont vous êtes venu à bout, Guez de Balzac, Lettres inédites, LXIII, éd. Tamizey-Larroque.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TIRADE, s. f. (Littérat.) expression nouvellement introduite dans la langue, pour désigner certains lieux communs dont nos poëtes, dramatiques sur-tout, embellissent, ou pour mieux dire, défigurent leurs ouvrages. S’ils rencontrent par hasard dans le cours d’une scène, les mots de misere, de vertu, de crime, de patrie, de superstition, de prêtres, de religion, &c. ils ont dans leurs porte-feuilles une demi-douzaine de vers faits d’avance, qu’ils plaquent dans ces endroits. Il n’y a qu’un art incroyable, un grand charme de diction, & la nouveauté ou la force des idées, qui puissent faire supporter ces hors d’œuvre. Pour juger combien ils sont déplacés, on n’a qu’à considérer l’embarras de l’acteur dans ces endroits ; il ne sait à qui s’adresser ; à celui avec lequel il est en scène, cela seroit ridicule : on ne fait pas de ces sortes de petits sermons à ceux qu’on entretient de sa situation ; au parterre, on ne doit jamais lui parler.

Les tirades quelque belles qu’elles soient, sont donc de mauvais goût ; & tout homme un peu versé dans la lecture des anciens les rejettera, comme le lambeau de pourpre dont Horace a dit : Purpureus late qui splendeat unus & alter assuitur pannus ; sed non erat his locus. Cela sent l’écolier qui fait l’amplification.

Tirade, en Musique ; lorsque deux notes sont séparées par un intervalle disjoint, & qu’on remplit cet intervalle par plusieurs autres notes qui passent diatoniquement de l’une à l’autre, cela s’appelle une tirade.

Les anciens nommoient en grec ἀγωγὴ, & en latin ductus, ce que nous appellons aujourd’hui tirade ; & ils en distinguoient de trois sortes. 1°. Si les sons se suivoient en montant, ils appelloient cela εὐθεῖα, ductus rectus : 2°. s’ils se suivoient en descendant, c’étoit ἀνακάμπτουσα, ductus revertens : 3°. que si après avoir monté par bémol, ils redescendoient par béquarre, cela s’appelloit περιφερὴς, ductus circumcurrens. On auroit bien à faire, aujourd’hui que la musique est si prodigieusement composée, si l’on vouloit donner des noms à tous ces différens passages. (S)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tirade »

Tirer ; provenç. et espagn. tirada, portée, trait, jet ; ital. tirata.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(moitié XVe siècle) Du verbe tirer avec le suffixe -ade. La forme attestée dans l’ancien occitan tirada (« portée de tir d’un arc ») ne semble par avoir de rapport vue sa date d’apparition : (1290).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tirade »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tirade tirad

Citations contenant le mot « tirade »

  • Étant donné que le club se bat encore pour se qualifier pour la Ligue des champions, Schmeichel a déclenché une tirade sur Lingard. Urban Fusions, La légende de Man United, Peter Schmeichel, lance une tirade furieuse contre `` choquant '' Jesse Lingard qui `` n'appartient pas '' au milieu des liens de West Ham | Sports
  • La tirade de Netanyahu est intervenue alors qu’un tribunal de Jérusalem a décidé que son fils Yair Netanyahu devait supprimer un tweet qui publiait les noms, adresses et numéros de téléphone d’éminents manifestants et appelait ses partisans à manifester devant leurs maisons «jour et nuit». Les manifestants ont déclaré avoir reçu des appels menaçants après le tweet. Le tribunal a également décidé qu’il devait «s’abstenir de harceler» les manifestants pendant six mois. News 24, Netanyahu d'Israël dénonce les médias pour les manifestations contre lui - News 24
  • Lundi 26 avril 2020, le chanteur Français Didier Barbelivien a publié une "tirade des incompétents" sur sa page Facebook. Dans celle-ci, il blâme le gouvernement français en s'inspirant de la tirade de Ruy Blas, pièce de Victor Hugo. Femme Actuelle, Coronavirus : Didier Barbelivien fustige le gouvernement avec sa "tirade des incompétents" : Femme Actuelle Le MAG
  • Nous vous avons demandé sur les réseaux sociaux quelle tirade ou quel monologue de théâtre vous faisait vibrer l'âme. Voici les résultats du sondage : entre "Cyrano de Bergerac", "On ne badine pas avec l'amour", et "Phèdre", votre cœur balance. France Culture, Rostand, Racine, Musset, Molière : vos cinq tirades préférées au théâtre
  • Puis, deux heures plus tard, il a rappelé sur un numéro privé et après que Mme Collins soit décrochée, il a commencé à se lancer dans une tirade. News 24, Benjamin Tiplady condamné pour sa campagne contre la violence domestique - News 24

Traductions du mot « tirade »

Langue Traduction
Anglais tirade
Espagnol diatriba
Italien filippica
Allemand tirade
Chinois 长篇大论
Arabe خطبة
Portugais discurso
Russe тирада
Japonais ティラデ
Basque tirade
Corse tirade
Source : Google Translate API

Synonymes de « tirade »

Source : synonymes de tirade sur lebonsynonyme.fr

Tirade

Retour au sommaire ➦

Partager