La langue française

Tard

Sommaire

  • Définitions du mot tard
  • Étymologie de « tard »
  • Phonétique de « tard »
  • Citations contenant le mot « tard »
  • Images d'illustration du mot « tard »
  • Traductions du mot « tard »
  • Synonymes de « tard »
  • Antonymes de « tard »

Définitions du mot « tard »

Trésor de la Langue Française informatisé

TARD, adv.

A. −
1. Après un temps qui paraît long ou relativement long; sur la fin d'une longue période. Synon. tardivement; anton. tôt.Le goût se forme tard chez les hommes ordinaires et seulement par une expérience longue, parfois pénible (A. France, Vie fleur, 1922, p. 451):
1. La culture de Marcel Proust ne ressemble à celle d'aucun autre écrivain parce que, s'étant si tard ménagé le loisir de perdre à sa guise ce temps retrouvé peu avant d'entrer dans l'immortalité, il avait lu des ouvrages que maints lettrés négligent, ignorés de bien des normaliens. Blanche, Modèles, 1928, p. 139.
Proverbe. Mieux vaut tard que jamais*.
2. Expressions
a) Tôt* ou tard.
b) Trop tard, (mais) un peu tard. Après un temps trop long, au moment où une échéance est passée, où une occasion est manquée. Je ne crois pas, ô Christ! à ta parole sainte: Je suis venu trop tard dans un monde trop vieux. D'un siècle sans espoir naît un siècle sans crainte (Musset, Rolla, 1833, p. 3).Aussi bien ces analyses, d'ailleurs si remarquables, que nous allons résumercette adaptation des Maximes de La Rochefoucauld aux choses de la vie spirituelleNicole les regrettera-t-il un jour. Il essaiera, mais un peu tard, d'exorciser les scrupules qu'auront déchaînés ses charmes subtils (Bremond, Hist. sent. relig., t. 4, 1920, p. 506).
[En tour exclam., avec connotation métaphys.] Trop tard! Alors le « trop tard », les deux mots inconsolés où tient tout le malheur de notre espèce, vint aux lèvres de MlleChantal, avec une plainte étouffée, un cri rauque, qu'on eût dit arraché au sein maternel (Bernanos,Joie, 1929, p. 680).
Il est bien tard/trop tard/un peu tard pour + inf. Il n'est plus temps de. En admettant que vous ayez commis une imprudence digne de mille morts, il est un peu tard pour vous alarmer touchant notre convive (Villiers de L'I.-A., Contes cruels, 1883, p. 126).Il est bien tard pour réparer tant de généreuses imprudences! Gardez un peu mieux vos secrets(Bernanos, Joie, 1929, p. 694).
Il n'est pas trop tard pour + inf. Il est encore temps de. Je ne lis votre article qu'ici et aujourd'hui; mais il n'est pas trop tard pour vous dire ma reconnaissance et ma sympathie (Hugo, Corresp., 1862, p. 416).
Il n'est pas/jamais trop tard pour bien faire. Var. du proverbe mieux vaut tard que jamais*. Oui, rêva-t-elle sans conviction, si maman vous avait écoutée (...).Il n'est jamais trop tard pour bien faire (Drieu La Roch., Rêv. bourg., 1937, p. 163).Après tout, il n'est pas trop tard pour bien faire (Camus, État de siège, 1948, 1repart., prol., p. 218).
c) Plus tard
α) Dans un futur indéterminé; ultérieurement. Si cette affection toute subite qu'il éprouve pour votre enfant, devait l'amener plus tard à prendre quelques dispositions en sa faveur, vous gagneriez peut-être à ne pas irriter un vieillard pour rester dans les meilleurs termes avec lui (Becque, Corbeaux, 1882, iii, 6, p. 183):
2. ... un examen et une courte revision du catéchisme avant la première communion, et Gilbert Cloquet avait été jugé, par les plus hautes autorités qu'il connût, les seules qui se fussent occupées de son âme, suffisamment armé pour vivre honnêtement, résister à tout mal du dehors et du dedans, et conseiller plus tard les enfants qui naîtraient de lui. R. Bazin, Blé, 1907, p. 44.
Loc. verb. Remettre, renvoyer à plus tard. Différer. Déjà un vieux a quelque chose à me demander. Je l'entraîne dans un coin. Il commence une histoire. Je le remets à plus tard, quand le conseil sera formé (Renard, Journal, 1900, p. 580).
Plus tôt ou plus tard. En avance ou en retard par rapport à un moment donné. Quand l'heure du repas eut sonné, ils entrèrent au réfectoire, non pas tous ensemble, mais un à un ou deux à deux, selon qu'ils avaient terminé plus tôt ou plus tard leur travail du moment (Lamart., Voy. Orient, t. 2, 1835, p. 84).
Plus tôt* que plus tard.
β) [Précédé ou suivi d'un compl. de temps qui précise le délai] Après. Quelques jours, quelques minutes plus tard. Six mois plus tard, une crise industrielle éclatait, le dernier retombait à six cent mille francs (Zola, Germinal, 1885, p. 1198).Là, sur une grève déserte, mais où un chercheur d'épaves de Lescoff ou de Plogoff jetterait sûrement un coup d'œil plus tard dans la journée, ils les auraient descendus (Queffélec, Recteur, 1944, p. 25).
Pas plus tard que + adv. ou loc. adv. de temps. [Pour marquer l'imminence d'un événément] Pas plus tard que demain. Je lui exposerai la situation, et pas plus tard que tout à l'heure, dès son arrivée (Pailleron, Monde où l'on s'ennuie, 1869, i, 7, p. 30).
Pas plus tard qu'hier. [Pour insister, paradoxalement, sur le caractère tout récent d'un événement] Tenez, pas plus tard qu'hier, je les ai surpris dans un couloir de la maison (Aymé, Cléramb., 1950, iv, 7, p. 226).
d) Le plus tard. En tout dernier lieu, à la dernière limite, au dernier moment d'une évolution. L'histoire primitive de l'Europe celtique et germanique se résume en une série de migrations, contre lesquelles la puissance romaine et le plus tard carlovingienne s'efforcèrent, souvent en vain, de réagir (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, p. 46).Au Palais, j'ai toujours été un solitaire. Ils m'ont élu le plus tard possible au Conseil de l'Ordre. Après tous les crétins qu'ils m'ont préféré, je n'aurais pas voulu du Bâtonnat (Mauriac, Nœud vip., 1932, p. 101).
Au plus tard. [Précédé ou suivi d'un compl. ou d'un adv. de temps] En envisageant le délai extrême. Il est resté à Genève pour faire quelques emplettes qu'il destine à sa cousine... Mais je pense qu'il sera ici dans deux jours au plus tard (Guilbert de Pixer., Coelina, 1801, p. 14).Si j'avais été faire un tour dans l'après-midi, il fallait rentrer au plus tard s'habiller à cinq heures (Proust, Sodome, 1922, p. 1035).
B. − À une heure avancée de la matinée, de la journée ou de la nuit. Synon. tardivement; anton. tôt.Se lever, se coucher tard. Le lendemain matin fort tard, quand le geôlier le réveilla:Il faut que vous ayez un fameux cœur, Monsieur Julien, lui dit cet homme (Stendhal, Rouge et Noir, 1830, p. 455):
3. Un soir que ma grand'mère m'avait laissé assez bien, elle rentra dans ma chambre très tard dans la soirée, et s'apercevant que la respiration me manquait: « Oh! mon Dieu, comme tu souffres », s'écria-t-elle, les traits bouleversés. Proust, J. filles en fleurs, 1918, p. 497.
Il est tard, il se fait tard. L'heure est avancée. Mais il est tard, vous êtes fatigués: demain je vous raconterai mon histoire (Crèvecœur, Voyage, t. 2, 1801, p. 142).Revenons-nous au bateau? lui dis-je d'une voix ensommeillée. Il doit se faire tard, déjà (Gracq, Syrtes, 1951, p. 161).
Rare, poét. ou région (Sud-Ouest), en empl. adj. Le gentil Auberon, par les tardes soirées, Mène danser au bois les filles de Nérée (Moréas, Sylves, 1896, p. 190).
C. − Empl. subst. masc. Sur le tard, (parfois) vers le tard
1. Vieilli. À la fin de la journée; à une heure tardive. Un soir qu'elle était venue sur le tard à confesse, il la retint longtemps (Courier, Pamphlets pol., Réponses aux anon., 2, 1822, p. 158).Si j'avais l'habitude lâche d'écrire un journal, je mettrais: « Ce soir, dîné en dix minutes, remonté fumer, étouffé d'ennui avec un soupçon de colère sur le tard » (Valéry, Corresp.[avec Gide], 1894, p. 207).
2. À la fin de la vie; dans l'âge mûr. Polyphile de génie, [Gœthe] pontifex maximus, c'est-à-dire grand constructeur de ponts entre les siècles et les formes de la culture, il vieillit lumineusement, parmi ses antiques, ses herbiers, ses gravures, ses livres, entre ses pensées et ses confidents. Vers le tard, pas un mot qu'il ne dît qui ne devint oracle (Valéry, Variété IV, 1938, p. 125).J'en ai connu des hommes qui ont couché sur le tard avec une femme vieillie par cette seule raison qu'ils l'avaient désirée dans leur jeunesse (Sartre, Mots, 1964, p. 199).
Prononc. et Orth.: [ta:ʀ]. Homon. tare. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Adv. 1. Ca 1050 lui est tart quet + subj. « il lui tarde que » (St Alexis, éd. Chr. Storey, 65); 2. ca 1100 « passé le moment opportun convenable » (Roland, éd. J. Bédier, 2483); 1160-74 trop tart (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, III, 7020); 3. id. « après un laps de temps considéré comme long » plus tart (Id., op. cit., III, 1634: Huge s'en turnë altre part, Ki de l'estur turna plus tart); 1174-76 u tost u tart (Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 5714); 4. « à la fin d'une période déterminée » a) 1160-74 « à une heure avancée » soi colcheir tart (Wace, Rou, III, 6640); id. a un seir tart (Id., op. cit., III, 3645); b) 1559 « à un âge avancé de la vie » (Amyot, trad. Plutarque, Hommes illustres, Caton le Censeur, V, éd. G. Walter, t. 1, p. 754). B. Adj. 1. Ca 1265 [ms. anno 1284] « lent » (Brunet Latin, Trésor, éd. P. Chabaille, II, II, 53, p. 348: il [li sages hom] haste les choses tardes [éd. Fr. J. Carmody, II, 58, 49: tardives]); déb. xvies. tarde digestion (Jardin de santé, I, 180 impr. La Minerve ds Gdf.); 2. a) [1301 lat. médiév. tarda hora « heure tardive » (ds Martene, Thes. anecdotorum, t. 1, col. 1335 ds Du Cange, s.v. tardus)] 1450 heure tarde (Arch. nat. JJ 180, ch. 151, ibid.), syntagme relevé jusqu'à la fin du xvies. (Hug.); b) 1636 il se fait Tart « la nuit approche » (Monet). C. Subst. [xiies. tarde fém.? Gl. de Tours, p. 328 ds T.-L.: serotunum, -i: tarde] 1. 1376 quant il vient suz le tart « quand il se fait tard » (Roi Modus, éd. G. Tilander, 60, 200, p. 110); 1395 sur le tart « dans la soirée » (St Voyage de Jherusalem, 319 ds T.-L.); 2. 1656 id. « tardivement, après le moment opportun » (Corneille, Imitation, III, 44 ds Œuvres, Paris, Seuil [L'Intégrale], 1963, p. 1003a). Tard, d'abord adv., est issu de l'adv. lat. tarde « tard, tardivement; lentement ». De l'adv., sont issus les empl. comme adj. et subst.; cf. le lat. tardus « tardif, qui tarde; lent ». Fréq. abs. littér.: 15 069. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 14 830, b) 21 402; xxes.: a) 21 175, b) 27 231.
DÉR.
Tardillon, subst. masc.a) Petit animal né tardivement. (Dict. xixeet xxes.). b) Enfant né tardivement après ses frères et sœurs. P. métaph. Sorte de tardillon après les Jeunes-France de 1830, il [A. Thomas] n'avait qu'(...)un génie de seconde zone (Boschot, Mus. et vie, 1931, p. 81). [taʀdijɔ ̃]. 1resattest. a) 1842 « agneau tardif » (Ac. Compl.), b) 1893 « enfant dernier né d'une famille » (DG), c) id. « haie à floraison tardive » (Martellière, Gloss. Vendômois, p. 302); de tard, suff. -illon (-ille* et -on1*); cf. tardon « agneau né plus tard que les autres » (1785, Fr. Rozier, Cours complet d'agric., Paris, t. 6, p. 693 b).
BBG.Regula (M.). Plus tôt que plus tard. Z. fr. Spr. Lit. 1938, t. 62, p. 227. − Togeby (K.). Gramm. fr. 4. Les Mots inv. Copenhague, 1984, p. 208.

Wiktionnaire

Adverbe

tard \taʁ\

  1. Après le moment voulu ; après le temps ordinaire et accoutumé.
    • Bakounine se levait tard, nous ne pouvions donc nous rendre chez lui que vers les dix heures. — (Debagori-Mokrievitch, Souvenirs sur Bakounine, traduits par Marie Stromberg, La Revue blanche, 1895)
    • Louis le pieux meurt en 840 sur le Rhin. Un an plus tard, la flotte danoise embouque l’estuaire de la Seine. — (Patrick Louth, La civilisation des Germains et des Vikings, Genève : éd. Famot, 1976, page 141)
    • Vous venez un peu tard. — Il arriva tard.
    • Vous avez attendu bien tard.
    • Nous ne pouvons vous arriver que tard.
  2. À un moment avancé, vers la fin de la journée, de l’année, de la vie, d’une période quelconque.
    • Il fait beau tard cette année.
    • Se lever, se coucher tard.
    • Les vendanges se font tard cette année.

Nom commun

tard \taʁ\ masculin

  1. Vers la fin de la soirée, en retard.
    • Vous vous en avisez sur le tard.
    • Il est arrivé sur le tard.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TARD. adv. de temps
. À un moment avancé de la journée, de l'année, de la vie, d'une période quelconque; après le temps ordinaire et accoutumé. Il arriva tard. Vous venez un peu tard. Se lever, se coucher tard. Les vendanges se font tard cette année. Vous avez attendu bien tard. Nous ne pouvons vous arriver que tard. Prov., Mieux vaut tard que jamais. Trop tard, Après le moment nécessaire. On l'a soigné trop tard. Le secours arriva trop tard de quelques jours. Plus tard, Dans un temps plus avancé. Nous irons plus tard. Il a remis cela à plus tard. Je partirai le plus tard possible. Tôt ou tard, Un jour ou l'autre, inévitablement. Il faut mourir tôt ou tard.

TARD s'emploie particulièrement avec Être ou Se faire impersonnels et désigne un Moment avancé de la journée, d'une période quelconque. Il est bien tard pour commencer. Il est déjà tard. Il se fait tard. Je ne croyais pas qu'il fût si tard. Le soleil se couche, il commence à se faire tard.

TARD s'emploie aussi comme nom masculin dans le même sens. Vous vous en avisez sur le tard. Il est arrivé sur le tard.

Littré (1872-1877)

TARD (tar ; le d no se lie jamais) adv. de temps
  • 1Quand le temps convenable est passé ; après le temps ordinaire. Le corbeau, honteux et confus, Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus, La Fontaine, Fabl. I, 2. On se levait trop tard, on se couchait trop tôt, La Fontaine, ib. VII, 2. La mort est un remède à trouver quand on veut, Et l'on s'en doit servir le plus tard que l'on peut, Molière, le Dép. IV, 1. Voiture et Sarrasin étaient nés pour leur siècle, et ils ont paru dans un temps où il semble qu'ils étaient attendus ; s'ils s'étaient moins pressés de venir, ils arrivaient trop tard, et j'ose douter qu'ils fussent tels aujourd'hui qu'ils ont été alors, La Bruyère, XIII. Ancienne histoire, ancienne astronomie, ancienne physique… tout cela n'est qu'ancienne absurdité, qui doit faire sentir le bonheur d'être né tard, Voltaire, Dict. phil. Axe. Les gouvernements sont comme les hommes : ils se forment tard, Voltaire, Mœurs, 188. Il faut dans ces affaires [persécutions pour un livre] agir comme en temps de peste : cito, longe, tarde, fuyez vite, allez loin, revenez tard, Voltaire, Lett. Tressan, 11 févr. 1776.

    Tôt ou tard, dans un temps éloigné ou dans un temps prochain. Tout doit à la fin rentrer dans l'ordre, et mon tour viendra tôt ou tard, Rousseau, 2e promen.

    Pas plus tard que demain, très prochainement. Vous, ma nièce et ma fille, deux impertinentes que je renfermerai dans un couvent pas plus tard que demain, Dancourt, Prix de l'arqueb. sc. 11.

  • 2Tard, par rapport à la journée, vers la fin du jour. Il est rentré fort tard.
  • 3Il s'emploie adjectivement au même sens. Il est tard, après tout, de m'en vouloir dédire ; Aujourd'hui l'on s'assemble, aujourd'hui l'on conspire, Corneille, Cinna, I, 2. Mais, seigneur, c'est bien tard s'opposer à l'orage, Racine, Alex. II, 2.

    Il se dit de la fin de la journée. Je ne croyais pas qu'il fût si tard. Je vais donc couper la tête à mon coq [qui devait ressusciter à l'aide d'un élixir], continuait le charlatan ; mais, comme il est tard et que cette opération est digne du grand jour, ce sera pour demain, Voltaire, Dial. 26. Il se fait déjà tard, et partons au plutôt, Boissy, Deh. tromp. III, 3.

  • 4 Substantivement. Au plus tard, dans le cas où on tarderait le plus. Dans une heure au plus tard vous essuierez ses larmes, Corneille, Poly. I, 1.

    Sur le tard, dans la soirée. Lui donner tous les matins le bonjour, et sur le tard le bonsoir, Pascal, Prov. IX. On voit toujours sur le tard Venir l'omelette au lard Qu'au secours de ta faim le ciel propice envoie, Chaulieu, à La Fare, à Fontainebleau, en 1701.

    Fig. Tardivement. À peine sur le tard rentre-t-on en soi-même, Corneille, Imit. III, 44. M. de Mortemart, s'étant avisé sur le tard d'un héroïsme de probité et de vertu, n'en prit que le fanatisme, Saint-Simon, 127, 145.

    Terme de pêche. Voyage de tard, second voyage que les pêcheurs de morue font dans l'année à Terre-Neuve.

PROVERBE

Il vaut mieux tard que jamais. Je ne crois pas que nous puissions recevoir de nouvelles bien fraîches ; et c'est en cette occasion qu'il faut dire : il vaut mieux tard que jamais, Maintenon, Lett. à M. d'Aubigné, 28 juin, t. I, p. 115, dans POUGENS.

REMARQUE

Tard adverbe ne se met qu'après le verbe.

HISTORIQUE

XIe s. Mais lui ert tart [il lui tarde] qued il s'en fust alez, Saint Alexis, XII. En Rencesvals est tart del repairer… [il est tard pour se rendre en…], Ch. de Rol. CLXXVII.

XIIIe s. À tart avez, dame, ce conseil pris, Quesnes, Romancero, p. 108. Qui mangée l'auront ains que soit guere tart, Berte, XXII. Et par ce pot on entendre k'on pot bien venir trop tart à fere se [sa] demande, Beaumanoir, VIII, 11. Le soir tout tart me dit monseigneur Aubert de Narcy, que nous l'alissions veoir, Joinville, 218.

XIVe s. Et quant vient sur le tard, Modus, f° XLVIII.

XVe s. Alors elle, pour l'heure tarde, le baisa, et puis luy dist : Allez-vous-en, je ne sçay que voulez dire, Jeh. de Saintré, ch. 18. Il estoit jà sur le tard, Commines, II, 1. Encor vault mieux tart que jamais Soy repentir de ses meffais, Deschamps, Poés. mss. f° 541.

XVIe s. On dit qu'il se meit bien tard et sur l'arriere saison de son aage à apprendre les lettres grecques, Amyot, Caton, 5. Il estoit grossier et peu subtil de nature, et s'appercevoit à tard des faultes qu'on luy faisoit, Amyot, Anton. 28. Ils sortiront du colombier, sans beaucoup s'en esloigner pour l'obscurité et l'heure tarde du jour, De Serres, 395. Qui tard veut ne veut, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « tard »

Génev. venir à tard, arriver à tard ; Berry, ne venez pas à tard ; wallon, târ, taur ; provenç. tart, tard ; espagn. tardo, tarde ; ital. tardo, tardi ; du lat. tardus, et l'adv. tarde.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin tardē (« lentement », « tardivement », « tard »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tard »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tard tar

Citations contenant le mot « tard »

  • 25 ans plus tard, "La Haine" ressort en salle cet été. L’œuvre réalisée par Mathieu Kassovitz avait à l’époque marqué les esprits en jetant un nouveau regard sur les jeunes qui vivent en banlieue et leurs rapports avec la police. Franceinfo, "La Haine" : le film culte ressort en salle 25 ans plus tard
  • L'avenir est à ceux qui se lèvent tard. De Daniel Filipacchi
  • Il n’est jamais assez tard pour faire une sottise. De Proverbe français
  • Souriez afin que vos rides, plus tard, soient bien placées. De Ménie Grégoire
  • Tout est dit, et l'on vient trop tard depuis plus de sept mille ans qu'il y a des hommes et qui pensent. Jean de La Bruyère, Les Caractères, Des ouvrages de l'esprit
  • Je ne crois pas, ô Christ, à ta parole sainte : Je suis venu trop tard dans un siècle trop vieux. D'un siècle sans espoir naît un siècle sans crainte. Alfred de Musset, Poésies, Rolla
  • Ils sont sages trop tard. Cicéron en latin Marcus Tullius Cicero, Lettre à des familiers, VII, 16
  • Se coucher tard nuit. De Raymond Devos
  • Mieux vaut tard que jamais. De Libanios
  • Mariage de mai fleurit tard ou jamais. De Dicton français
  • Les impatients arrivent toujours trop tard. De Jean Dutourd
  • Il vaut mieux comprendre tard que jamais. De Jacques Filion / Un an de sursis pour Timi
  • Vouloir tard, ce n'est pas vouloir. De Sénèque / De bénéficiis
  • Il n’est jamais trop tard pour bien faire. De Proverbe français
  • Pour les reparties, mieux vaut jamais que tard. De André Roussin
  • Les champignons sortent avec leur petit parapluie trop tard. De Jules Renard
  • Je voudrais mourir jeune le plus tard possible. De Marcel Prévost
  • Il n'est jamais plus tard que minuit. De Proverbe birman
  • Sage est le juge qui écoute et qui tard juge. De Proverbe français
  • Même s'il a raison que le plan arrive trop tard en fin août, cela ne sert à rien d'écouter le PS qui a perdu depuis longtejmps toute crédibilité. Peine perdu. Le Figaro.fr, Le plan de relance arrive «trop tard», selon Boris Vallaud
  • Passé professionnel avec les Blues de Chelsea en 2009, l’international franco-congolais est successivement prêté à Fulham puis à Bolton Wanderers en 2011. Un passage bref à Dijon puis le joueur découvre le championnat néerlandais avec le Vitesse Arnhem. Son tour d’Europe se poursuit après son prêt à la Lazio Rome puis au Rayo Vallecano en Espagne. En 2015, Kakuta signe au FC Séville. Il s’exile en Chine pour évoluer sous les couleurs du Hebei China Fortune. Deux saisons plus tard, il regagne l’Espagne avec La Corogne. Un énième prêt l’envoie à Amiens avant qu’il y soit définitivement transféré en 2019. L'Avenir de l'Artois, Gaël Kakuta, dix ans plus tard

Images d'illustration du mot « tard »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tard »

Langue Traduction
Anglais late
Espagnol tarde
Italien in ritardo
Allemand spät
Chinois 晚了
Arabe متأخر
Portugais tarde
Russe поздно
Japonais 遅い
Basque berandu
Corse tardu
Source : Google Translate API

Synonymes de « tard »

Source : synonymes de tard sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « tard »

Partager