La langue française

Suraigu

Sommaire

  • Définitions du mot suraigu
  • Étymologie de « suraigu »
  • Phonétique de « suraigu »
  • Citations contenant le mot « suraigu »
  • Images d'illustration du mot « suraigu »
  • Traductions du mot « suraigu »
  • Synonymes de « suraigu »

Définitions du mot suraigu

Trésor de la Langue Française informatisé

SURAIGU, -UË, adj.

A. − [En parlant d'un son, d'une voix] Qui est très aigu. Cri suraigu; voix suraiguë. [Brague] frappe du poing la cloison de planches, derrière laquelle répond un « oui » suraigu (Colette, Entrave, 1913, p. 101).
MUS. Qui est placé dans une octave supérieure à l'aigu. Un trait vocalisé volant comme une flèche jusqu'à l' « ut » suraigu (Berlioz, À travers chants, 1862, p. 198).Le registre suraigu des soprani et des ténors doit être évité; même s'il est parfaitement émis, il a tendance à manquer de calme et de naturel: il appartient à la musique profane (Potiron, Mus. église, 1945, p. 46).
B. −
1. Très intense.
a) [En parlant d'une douleur] [La douleur provoquée par une colique hépatique] s'intensifie pour devenir vite intolérable. Elle évoque un broiement, une torsion, une déchirure profonde, continue mais avec des paroxysmes suraigus (Quillet Méd.1965, p. 145).
b) [En parlant de l'évolution d'une maladie, d'une crise] Des septicémies à évolution suraiguë (Nocard, Leclainche, Mal. microb. animaux, 1896, p. 470).
2. Au fig. Très pénétrant.
a) [En parlant du regard, de l'attention, du jugement] Ce qu'il s'agissait de montrer, c'est la nécessité de cette profonde sagacité, de ce sens critique suraigu, dont font part les chercheurs orientés dans cette voie (P. Morand, Confins vie, 1955, p. 13).
b) [En parlant d'une sensation, d'une impression] Meredith était beau, d'une beauté singulière, suraiguë, angoissante, creusée par la douleur et le rêve (L. Daudet, Entre-deux-guerres, 1915, p. 286).
Prononc. et Orth.: [syʀ εgy], [-ʀe-]. Littré, Lar. Lang. fr. [ε], Passy 1914, Rob. 1985 [e]. Barbeau-Rodhe 1930, Warn. 1968 (,,soutenu`` et ,,courant`` respectivement), Martinet-Walter 1973 (13 et 4 sujets respectivement) [ε], [e]. Att. ds Ac. dep. 1798. Le Conseil sup. de la lang. fr. ds Doc. admin. du J.O., 6 déc. 1990, p. 16a recommande de placer le tréma sur la voy. prononcée: suraigüe. Étymol. et Hist. 1. 1705 mus. (Brossard, p. 307); 2. 1855 méd. (Nysten); 3. 1883 fig. (Bourget, Essais psychol., p. 220: par une continuelle et suraiguë conscience de sa personne). Dér. de aigu*; préf. sur-*. Fréq. abs. littér.: 84.

Wiktionnaire

Adjectif

suraigu \sy.ʁe.ɡy\

  1. (Figuré) Qui est très aigu.
    • Une voix suraiguë.
    • Des notes suraiguës.
    • (Médecine) Inflammation suraiguë.
  2. (Figuré) Extrême.
    • Nous sommes quelques centaines [...] qui croyons fermement que toutes les réclamations, toutes ces conquêtes prochaines et nécessaires ne font que poser, avec une insistance suraiguë, l'éternel problème de l'éducation et de l'enseignement, celui devant lequel, il faut bien le dire, les chefs reculent toujours. — (Marie-Victorin, « Pour un institut de géologie », Le Devoir, 27 janvier 1937, page 10)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SURAIGU, UË. adj.
Qui est très aigu; il ne s'emploie qu'au figuré. Une voix suraiguë. Des notes suraiguës. Il se dit aussi en termes de Médecine. Inflammation suraiguë.

Littré (1872-1877)

SURAIGU (su-rè-gu, gue) adj.
  • 1 Terme de musique. Fort aigu.

    Se dit de ce qui, dans chaque genre de voix, dépasse les notes aiguës ordinaires.

    Tétracorde des suraiguës, sixième tétracorde ajouté par Gui d'Arezzo dans le haut système des Grecs.

  • 2 Terme de médecine. Dont l'acuité est extrême. Inflammation suraiguë. Péritonite suraiguë.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « suraigu »

Sur 1, et aigu ; provenç. sobreagut

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « suraigu »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
suraigu syregy

Citations contenant le mot « suraigu »

  • Je pense qu’il y a une forme de timidité. Pendant les répétitions scéniques, je vais passer plusieurs jours à observer, et puis tout d’un coup, paf, je passe au cran supérieur, j’enlève une couche, et ainsi de suite. Je prends du temps pour trouver comment être crédible, pour trouver à quel point ce qu’on me demande répond en moi à l’émotion la plus juste, au mot le plus juste. Et mon deuxième défaut, en tant que chanteur, c’est que j’ai gardé pendant trop longtemps des choses pour moi. Aujourd’hui j’arrive à un âge où j’ai envie que ma voix soit encore plus claire dans les suraigus, pour donner plus. J’ai toujours été très riche dans le médium, mais dans le suraigu je n’ai jamais été assez convaincant à mon goût, et j’aimerais maintenant en tant que ténor me développer dans un répertoire qui me convienne complètement et sentir quelque chose d’irréprochable dans toute l’étendue de la tessiture. , Bernard Richter : La profondeur et la clarté | Forum Opéra
  • Pourtant, le fameux Prélude peine à quitter terre pour les hauteurs mystiques du chevalier au cygne : la faute en incombe à des violons fragiles dans le suraigu, et à une direction qui favorise un jeu très incarné. En effet, dès l’entrée des vents, la cheffe Karina Canellakis s’éloigne de toute lecture éthérée de la partition : au lieu de cet effet d’entonnoir qui déploie, progressivement, le thème principal, les vents imposent d’emblée un son compact, affirmé, bientôt rejoints par les altos, violoncelles et contrebasses. , Wagner, Ravel, Bartók - Philharmonie - Paris - Critique | Forum Opéra
  • Charles Castronovo retrouve à nouveau les habits de Roberto Devereux. Enfin, façon de parler, puisqu'il termine à chaque fois sa cabalette en caleçon (il semble que ce chanteur doive exhiber systématiquement son anatomie quel que soit le rôle qu'il interprète). Cette saison le voit toujours aussi agréable à regarder, mais légèrement plus potelé qu'à l'ordinaire. Vocalement, la voix a gagné en homogénéité. L'émission reste toutefois un peu engorgée. Dans ce rôle sans suraigu écrit, le ténor américain est parfaitement à son aise. L'émission est vaillante, le timbre chaud. L'interprétation est vibrante, culminant avec le trio de l'acte II « Un perfido, une vile, un mentitore, tu sei » et la scène de la prison, proprement enthousiasmants. Nous connaissions surtout Vito Priante pour ses incursions dans des répertoires plus légers. Le baryton-basse napolitain se révèle excellent dans cet emploi dramatique dont il rend bien tous les aspects : le pauvre Nottingham passe ainsi du statut d'ami indéfectible à celui d'assoiffé de vengeance quand il comprend son malheur conjugal. Priante alterne parfaitement la noblesse de coeur, et l'expression d'un monstre froid, à la limite du sadisme dans sa vengeance. La projection est impeccable, le style belcantiste parfait. Silvia Tro Santafé est une superbe Sara, mais le livret ne laisse que peu de variété d'émotions à transmettre. Le timbre est chaud, la projection sonore et la technique belcantiste parfaitement maîtrisée, avec de beaux jeux de couleurs. Aux côtés de ce quatuor d'exception, les autres chanteurs n'ont guère d'occasion de briller. Toutefois, les comprimari affichés par l'Opéra d’État de Bavière sont une fois de plus impeccables, la maison pouvant compter sur une troupe d'un haut niveau d'excellence. Le ténor Francesco Petrozzi (accessoirement homme politique péruvien) offre un timbre clair et une diction incisive. La voix de Kristof Klorek est idéalement sombre en Raleigh. Mention spéciale au Page de Boris Prýgl (qui a plutôt le physique d'un bucheron, surtout torse nu) : la voix surprend par son ampleur, et ses quelques phrases sont chantées avec une musicalité et une caractérisation parfaites. En quelques secondes, on comprend pourquoi ce jeune artiste a été recompensé par le Prix Birgit Nilson à l'occasion de l'édition 2017 du concours Operalia patronné par Plácido Domingo. Assurément une voix à suivre. La direction de Friedrich Haider est vive et souvent très rapide, mais attentive à ne pas couvrir les chanteurs. Les chœurs sont excellents vocalement et scéniquement.  , Roberto Devereux - Munich - Critique | Forum Opéra
  • Enfant, elle rêvait d’être comédienne, voire danseuse, "sûrement pas chanteuse d’opéra", confie Natalie Dessay. Ado, elle enlève le h de son prénom en hommage à Natalie Wood, mais n’ose pas repousser les conseils de ceux qui l’encouragent à une carrière lyrique. Premier prix de conservatoire en poche, elle s’impose par sa voix de soprano colorature, très à l’aise dans le suraigu. Pendant près de deux décennies, elle enchaîne Mozart, Verdi, Massenet, et vend des milliers de disques. Les festivals internationaux se l’arrachent quatre ans à l’avance. Challenges, Jobs de rêve: ces métiers créatifs côté coulisses - Challenges
  • Enregistré dans la foulée d'un concert donné à Carnegie Hall, le 14 mars 1976, le présent enregistrement est d'une qualité parfaite, très largement supérieure aux autres témoignages de la diva espagnole (pardon : catalane !). On retrouve ici le soprano avec ses immenses qualités, mais déjà des défauts qui tourneront plus tard à la caricature : suraigus parfois criés, coups de glotte, graves excessivement poitrinés dans des effets dramatiques un peu outrés, consonnes qui disparaissent à l'approche d'un passage aigu, absence de variations… Au positif, on retrouve un timbre unique, un souffle inépuisable, un art de la coloration et de belles nuances, trouvant leur apothéose dans la grande scène finale saluée par une juste ovation du public.  , Gemma di Vergy - Donizetti, Gaetano - Sony Classical - Critique CD | Forum Opéra
  • Oliver von Dohnányi dirige cet ouvrage complexe avec métier, sans fulgurances particulières, travaillant à la cohésion des ensembles et au soutien des solistes, plus martial que poète. L'orchestre est de bonne qualité. Les coupures sont extrêmement nombreuses puisque l'ouvrage dure moins de trois heures, au lieu des quelque 3h45 et plus des représentations récentes : le duo de l'acte IV (le sommet de l'ouvrage) est amputé de ses premières minutes, puis plusieurs mesures sont coupées ici ou là ; le grand trio extatique de l'acte V (autre moment magnifique) disparait intégralement ; la plupart des reprises sont coupées, ce qui empêche la musique de s'installer dans l'esprit d'un spectateur qui la découvrirait ; une mesure par ci, deux autres par là, passent aux oubliettes, créant des hiatus dans les enchaînements. Un suraigu manquant laisse place à un silence du chanteur quand l'orchestre fait le point d'orgue. Pour l'auditeur qui connait l'ouvrage, toutes ces modifications nuisent à la fluidité et à la cohérence de la partition. Objectivement, ces coupures ne semblent pas avoir gêné le public, particulièrement enthousiaste. A l'inverse, on entend ici des passages rarement entendus, comme l'ensemble précédent le grand finale de l'acte IV recréé à Bruxelles. , Les Huguenots - Budapest - Critique | Forum Opéra
  • Survolté, agité, suraigu, bondissant... les adjectifs ne manquent pas pour décrire la personnalité de William Rovelli, à la fois animateur (France 2, Gulli, TF1, Europe 1, France Inter...), auteur, comédien et humoriste dans le sens large du terme, maniant les disciplines, multipliant les terrains de jeu comme autant de portes de sortie pour sa suractivité en permanence au bord de la surchauffe. www.paris-normandie.fr, Willy Rovelli sur la scène du théâtre À l’Ouest, à Rouen les 27 et 28 décembre 2019
  • En démarrant une vidéo d'elle en train de combattre, Amale commence à se marrer, presque malgré elle. « C'est moi, là », détaille-t-elle en se désignant du doigt. Sur l'écran de son portable, on aperçoit alors une silhouette en body qui se met à ceinturer son adversaire, avant de l'envoyer par l'arrière en poussant un cri suraigu. « C'était une catcheuse japonaise que j'ai affrontée lors d'un tournoi à Frankfort », raconte la jeune femme de 25 ans, avant de montrer d'autres extraits, où elle enchaîne les prises en hurlant. « J'aime bien être hargneuse sur le ring, c'est plus facile pour moi d'être détestée que d'être aimée », avoue Amale, une pointe d'accent du Sud dans la voix. leparisien.fr, Oise : la double vie d’Amale, professeure des écoles et catcheuse - Le Parisien
  • Trois jours plus tard, un son suraigu, comme un souffle, résonne dans sa tête. Un son qui persiste depuis maintenant neuf ans. Et auquel il a fallu s’habituer pendant des mois. "Au début, c’était dur. Je n’arrivais pas à dormir, car plus c’est silencieux, plus on a tendance à écouter l’acouphène". , Acouphènes: un musicien chaux-de-fonnier raconte son...
  • Avec un timbre assez fruité, un suraigu facile et aérien, Caroline Jestaedt donne bien du caractère au rôle de Dalinda sans pour autant évacuer les difficultés de la partition, notamment dans ses parties imprécatoires. James Platt fait résonner dans le rôle du Roi d’Écosse une voix de basse imposante, aux graves percutants et sonores, à la prononciation superbe, même si les parties vocalisées n’appartiennent pas au meilleur de sa technique. En retour, la sensibilité imprègne son interprétation toute entière. Comme James Platt, la virtuosité, voire l’éclat le concernant, échappent quelque peu à la prestation du ténor Valerio Contaldo dans le rôle du frère d’Ariodante, Lurcanio. Et pour autant, son investissement dramatique intéresse à chaque instant, captive même le public par les autres qualités déployées, comme la sincérité vocale et une réelle intensité de la ligne. Le contre-ténor Yuriy Mynenko démontre une technique belcantiste aguerrie, avec notes piquées et une recherche dans les contrastes qui fait réapparaître de façon bien abrupte sa tessiture antérieure de baryton. Mais le charisme qui s’impose pour ce rôle de Polinesso, le traître et le méchant de l’histoire, peine à transparaître pour véritablement convaincre. Dans le bref rôle d’Odoardo, le ténor aigu Paco Garcia se fait heureusement remarquer dans l’attente de le réentendre par ailleurs de façon plus significative.  Olyrix.com, Marianne Crebassa, suprême Ariodante de Haendel - Actualités - Ôlyrix
  • «A chaque fois que le genre s'est embourgeoisé, on est passé à un cran différent», poursuit le spécialiste, dont l'alias était «Zoltar» du temps d'une radio associative. Le speed metal - «rythme accéléré, chant suraigu, comme chez Agent Steel» - sert de pont entre le heavy et le thrash metal, «plus rapide et technique, avec une attitude proche du punk, plus urbaine». Les portes drapeaux en sont Megadeth, Anthrax, Slayer et Metallica, avant que les membres de cette dernière formation ne se coupent les cheveux, lèvent le pied et «franchissent le cap entre une scène ghetto et le grand public avec le fameux Black Album (1991)». La Croix, Death metal, doom metal... les 7 familles de la scène metal
  • Un cri de douleur dans le suraigu, d’une intensité expressive tendue à l’extrême, qui trahit d’emblée le personnalité viscérale de son interprète. "Le texte que je chante est important mais je n’ai pas à l’interpréter. Cela, Nono et Grisey l’ont déjà fait. Moi, je dois juste être ‘dedans’, incorporer littéralement la musique." L'Echo, Les passions de Barbara Hannigan | L'Echo
  • Les couleurs dominantes sont ici le rouge de la brique, du bois et du sol, claquant sous un ciel souvent bleu. Mais toute la palette chromatique est présente. On s’arrête sur le vert. C’est celui du premier végétal poussé sur la terre, grinçant et suraigu, comme une vibration en suspension dans l’air, glorieux et neuf comme la vie - le vert, c’est la rizière et la vie! Une orgie de couleurs que l’on retrouvera à midi en dégustant un «Vegetable thali» sur un plateau d’argent où sont disposées en cercle une dizaine de petites coupes contenant les légumes et les sauces… On ferme les yeux, on pique au hasard au bout de la fourchette, et c’est une explosion de plaisirs variés, violents comme un incendie au fond du palais. On a envie de tout mélanger, la confiture de mangue épicée, gluante, orange comme le soleil, le safran délicat, les poivrons verts, le gingembre sucré-salé, la coriandre, les cardamomes, les petits pois baignant dans l’huile rouge. Libération.fr, Katmandou, les sens dessus dessous - Libération
  • Notre constat à la patinoire : L’ambiance est dingue, avec des tonnerres d’applaudissements pour chaque Coréen, même s’il prétend à une troisième place sur la finale B. On a remarqué aussi ce cri suraigu des supporters (sorte de sifflement) pour influencer les décisions arbitrales. , JO 2018: Autoritaires, les Coréens? Et timides? Et misogynes? Le short-track a bousculé nos idées reçues sur la Corée
  • Le dessin et les couleurs à l’aquarelle qui ont fait la renommée de Juanjo Guarnido sur « Blacksad » s’étalent ici en grand format sur 160 pages. Avec, comme à son habitude, un sens suraigu des ambiances et des palettes chromatiques. Quant au scénario, Alain Ayroles s’est surpassé dans sa maîtrise de la narration, multipliant les rebondissements sans la plus petite incohérence. Un livre qui, à la manière d’un « Fight Club » ou d’un « Sixième sens », donne envie d’être relu immédiatement dès qu’on l’a terminé. Justifiant ainsi largement un prix plutôt élevé. L'Obs, Découvrez le palmarès du Festival d’Angoulême 2020 (et ce que « l’Obs » en a pensé)
  • Cette voix capte l’attention immédiatement. Un soprano colorature au timbre gracieux, aux vocalises sans failles et au suraigu ébouriffant. Mais Jodie Devos n’est pas qu’une virtuose hors normes. Dotée d’un médium étonnamment ample, elle est aussi capable de beaux élans lyriques. Sans parler d’une diction toujours nette même dans le haut de la tessiture – une vertu plutôt rare parmi les sopranos légers. , Jodie Devos chez Offenbach : charme, verve et virtuosité « À Emporter « ResMusica
  • Pour revenir sur le découpage linguistique du disque, disons d’abord que les deux premiers airs sont chantés dans un français assez acceptable – on a connu tellement pire – bien que très perfectible. On y entend surtout une certaine raideur dans l’émission des suraigus, et d’invraisemblables ralentis « à la Olympia » dans l’air des Clochettes, comme si Lakmé avait besoin qu’on manipule régulièrement ses engrenages pour que le mécanisme redémarre… Surtout, on a l’impression que la chanteuse est là en représentation, qu’elle se produit purement pour éblouir la galerie, sans chercher le moins du monde à nous dire quelque chose, alors que même ces airs virtuoses laissent la place à l’émotion. , Aida Garifullina - Decca - Critique CD | Forum Opéra
  • Les Télétubbies, série britannique pour tout-petits (diffusée entre 1998 et 2008 sur PBS aux États-Unis), était complètement inoffensive; on aurait presque dit une parodie d’émission pour la jeunesse. Elle avait pour protagonistes quatre créatures rondouillardes vivant dans une campagne britannique stylisée –des créatures qui passaient leur temps à manger des toasts et de la crème anglaise, à se rouler dans l'herbe et à gazouiller comme des bébés sur un ton suraigu. Pour le téléspectateur moderne, l’aspect le plus choquant de l’ensemble était encore le fait qu’ils avaient des écrans de télévision incrustés dans leurs abdomens. Slate.fr, Vingt ans après, le débat est tranché: le Télétubby violet est gay (et c'est une bonne chose) | Slate.fr
  • Olga Pudova, est une Konstanze à l'aise dans le médium aigu malgré son défaut de graves, péché très véniel cependant au regard de l'étendue vocale aisée et naturelle. Sa projection donne l’éclat à ses sommets et elle possède également un suraigu chaud et sonore. Les coloratures si difficiles qui caractérisent le rôle sont rondement menés, avec même les couleurs tristes qu’il convient d’y apporter. Elle joue également avec aisance ce qui lui est demandé, mais comme se refrénant d'être trop touchante. Julien Behr enfin propose Belmonte avec une voix de ténor claire, solide, charnue et d’une tenue tout aristocratique. La ligne est racée, aisée et longue, sonore tout le temps même dans les ensembles, touchant dans ses airs emplis d'émotions (faisant fi de la mise en scène). Olyrix.com, L'Enlèvement au Sérail, sombre relecture à Genève - Actualités - Ôlyrix
  • Le silence. Un battement d’aile. Le cri suraigu d’un oiseau aux plumes laiteuses se reflétant dans le miroir d’un étang de vie… Le chapelet d’étangs palavasiens, ces lagunes qui parcourent notre littoral unique de la petite Camargue aux Pyrénées-Orientales, est source de rêveries singulières. Toujours identiques. Toujours différentes. Et pourtant, dans le monde, cet écosystème remarquable est menacé. L’Europe, notamment, ne s’y est pas trompée qui a développé des programmes puissants de conservation de la faune et la flore, comme Life + Envoll. Dis-leur !, Environnement : Quand l'art magnifie les lagunes du littoral - Dis-leur !
  • Avec cet album ouvrant l'année du bicentenaire Offenbach, Jodie Devos parcourt tubes et raretés dans un programme des plus variés. Pour Laurent Bury, « la virtuosité est bien au rendez-vous, comme on s’y attendait, le suraigu souvent triomphant, et les héroïnes plus mélancoliques prennent toute l’épaisseur psychologique souhaitable ». Un bel apport à la discographie du compositeur ! , Trophées 2019 : le palmarès | Forum Opéra
  • Cyrille Dubois multiplie les différents effets vocaux au fil d'une série d’interventions formant un crescendo, de volume et d'intentions. Si le phrasé est toujours animé (à l'image du corps du chanteur se mouvant constamment de côté et en hauteur), il commence par un volume inaudible, alternant voix blanche et quelques accents. Le reflux qui définit toutes ses lignes empêche l'intelligibilité du texte ou des mélodies, mais il s'élève vers une douce voix mixte et se déploie ensuite par accents successifs, réitérés, marqués. Le ténor glisse sur les vocalises (qu'il accompagne toutes de mouvements de tête et de torsions de bouche). La voix droite est tenue, puis vibrée par une montée râpeuse, continuant son élan vers un son trompetant par un soutien resserré (jusqu'au suraigu tendu). Dans la seconde œuvre au programme, la voix installée, Cyrille Dubois atteint ce mariage d'appui et de tendresse, de douceur et de douleur gravé par Mozart mourant, dans la partition du Requiem.  Olyrix.com, Davide Penitente et Requiem, de Mozart et de Caractères à Versailles - Actualités - Ôlyrix
  • Pendant quarante-cinq minutes, on pense tenir le grand film de ce début d’année. Une comédie d’actu qui capte l’air du temps et sur laquelle flotte un parfum de réel entêtant, marié à des effets poétiques et un sens de l’observation suraigu. Comme toujours chez Leclerc, il y a cette incroyable capacité à mêler politique, autobiographie et douceur. Il est question cette fois-ci de l’école et surtout de nos fantasmes, de nos peurs et crispations quand il s’agit de confier nos gamins à une institution qui dévisse. Sofia et Paul partent vivre en banlieue et mettent leur môme dans le collège public. Ce qui paraissait au début totalement naturel va se révéler héroïque, puis suicidaire... Baer est impeccable dans le rôle d’un quinqua punk très à cheval sur ses principes mais jetlagué côté réel, et Leila Bekhti parfaite en working girl qui a compris qu’il vaut mieux s’adapter que se prendre des murs. L’ensemble est attachant et regorge de trouvailles, de rebondissements et de chouettes moments de cinéma (la fête de quartier où tous les mecs ont la trace de rouge à lèvres sur la joue laissée par le personnage de Bekhti). Pourtant ça coince au bout d’un moment, quand il s’agit de raconter une histoire, de quitter le stade de l’observation pour fabriquer un film. Leclerc finissant par s’embourber dans les clichés idéalistes ou la morale convenue. Mais comme dans Le Nom des gens, il faut reconnaître que, à force de se moquer à la fois de notre société, de notre époque et de nous, il se dégage du film quelque chose de sympathique, une noirceur aussi, qui finit par toucher. Peut-être pas le grand film de ce début d’année, mais pendant un moment, une satire gonflée. Premiere.fr, La lutte des classes : L’école publique sur le gril [Critique] | Premiere.fr
  • Est-ce que le fait de se mettre à brailler sur un ton suraigu est une sorte de réflexe involontaire? Il semble bien, d'une certaine manière. On peut le penser comme la réponse du corps à un stimulus, un acte spontané plutôt qu'étudié. Pourtant, les grands yeux –implorants, suppliants– qui accompagnent si souvent leurs beuglements ont l'air si intentionnels, que l'on a vite tendance à juger que le pleur est un calcul, et à y répondre non pas avec en tête l'idée que son enfant a accidentellement fait quelque chose d'agaçant, mais plein de colère à l'idée qu'il nous manipule délibérément. «Ne récompensez pas un enfant qui braille», nous recommandent les guides de parentalité. «Si cela fonctionne, l'enfant va intégrer qu'il faut continuer à chouiner pour obtenir ce qu'il veut.» Slate.fr, Les enfants ne pleurent pas dans le vide | Slate.fr
  • L’entrée en matière de la première sonate d’un immense compositeur est malheureusement trop peu connue. Pourtant, il fut probablement le plus grand virtuose du violon de l’école allemande du XVIIe siècle, et un des rares à s’aventurer jusqu’aux 6e et 7e positions, c’est-à-dire dans le suraigu.   Né en bohème, Kapellmeister de la cour de Salzbourg à partir des années 1670, Heinrich Ignaz Franz von Biber a laissé quelques œuvres qui valent le détour.    France Musique, Variations Enigma de Claude Abromont – Énigme n° 6 / indice 2 : Les Sonates du Rosaire de Heinrich Biber
  • Chaque jeune pousse est venue avec un «parrain» ou une «marraine». Tandis que Kyan Khojandi confie qu'il est «méga ému» d'être nominé pour «Rosalie Blum» et accompagné ce soir par Cédric Klapisch, qui lui a inspiré la série «Bref», le parrain en question s'échappe pour claquer la bise à Nathalie Baye. Dans une courte robe rouge et sous une cascade de boucles, Valérie Lemercier fait retentir un suraigu : «On va se faire une petite coupette ?». Avant de crier à Marina Foïs : «Marina, je te présente ma filleule !» Lorsqu'on les interroge, les aînés font l'article de leur poulain. leparisien.fr, César : dans les coulisses du dîner des «révélations» - Le Parisien

Images d'illustration du mot « suraigu »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « suraigu »

Langue Traduction
Anglais high-pitched
Espagnol agudo
Italien acuto
Allemand hoch
Chinois 高音调
Arabe عالي النبرة
Portugais estridente
Russe пронзительный
Japonais 高音
Basque goi-zelai
Corse high-pitched
Source : Google Translate API

Synonymes de « suraigu »

Source : synonymes de suraigu sur lebonsynonyme.fr
Partager