La langue française

Sigisbée

Sommaire

  • Définitions du mot sigisbée
  • Étymologie de « sigisbée »
  • Phonétique de « sigisbée »
  • Citations contenant le mot « sigisbée »
  • Traductions du mot « sigisbée »
  • Synonymes de « sigisbée »

Définitions du mot sigisbée

Trésor de la Langue Française informatisé

SIGISBÉE, subst. masc.

Vx ou p. plaisant. Homme qui entoure une femme de soins assidus. Synon. cavalier servant (v. cavalier1), chevalier servant (v. chevalier1, mod.; plus usuel).Vous avez la chance − comme elle est un peu mûre − qu'elle soit d'une pudicité absolue. Sans cela elle vous aurait certainement pris comme sigisbée, comme on disait dans ma jeunesse, une espèce de cavalier servant (Proust, Sodome, 1922, p. 724).
Prononc. et Orth.: [siʒisbe]. Barbeau-Rodhe 1930 [-sb-], [-zb-]. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol et Hist. 1736 (Marquis d'Argens, Lettres juives, éd. 1738, t. 1, 298 ds Quem. DDL t. 7: toutes les Dames [en Italie] ont leurs Sigisbées. C'est ainsi qu'on appelle l'Ami de Cœur du Mari, qui se donne dans le Public pour Soupirant de la Femme). Empr. à l'ital.cicisbeo « chevalier servant » (dep. 1726, Salvini), d'abord « damoiseau » (av. 1601, Caporali ds Batt.), prob. dér. d'une racine onomat. exprimant le bavardage (cf. vénit. cicì « babillage, caquetage ») à l'aide d'un suff. tiré de prénoms tels que Matteo, Taddeo, etc. Voir Migl. Nome propr., p. 276; Hope, p. 365; DEI. Cf. FEW t. 22, p. 170a. Fréq. abs. littér.: 12.
DÉR.
Sigisbéisme, subst. masc.,littér. État de sigisbée; coutume d'avoir des sigisbées. La plupart des liaisons de société, la camaraderie, etc., tout cela est à l'amitié ce que le sigisbéisme est à l'amour (Chamfort, Max. et pens., 1794, p. 45).La galanterie des femmes est le moindre inconvénient du sigisbéisme (Bonstetten, Homme Midi, 1824, p. 114). [si ʒisbeism̭]. 1reattest. 1794 (Chamfort, op. cit., p. 14); de sigisbée, suff. -isme*.
BBG. Quem. DDL t. 34, s.v. sigisbéisme.

Wiktionnaire

Nom commun

sigisbée \si.ʒis.be\ masculin

  1. Homme qui, dans l’Italie du XVIIIe siècle, accompagnait officiellement et au grand jour une dame mariée avec un autre homme.
    • Ceux qui croient que le sigisbée est un amant sont dans une grande erreur : il est l’ami commode de la femme, quelquefois l’espion du mari, mais il ne couche point, et c’est sans doute, de tous les rôles, le plus plat à jouer en Italie. — (Donatien Alphonse François de Sade, Histoire de Juliette, ou les Prospérités du vice, partie 4, 1801)
    • Les Italiens, par ailleurs sévères et jaloux, sont ici l’exemple des maris débonnaires ; toutes les dames ont leurs sigisbées. C’est ainsi qu’on appelle l’ami du cœur du mari, qui se donne dans le public pour soupirant de la femme. — (Jean-Baptiste Boyer d’Argens, Lettres juives, Tome II, 1736)
    • Ils croient tous que c’est mon sigisbée et tu imagines le soin que j’ai de donner de fameux gants à ceux qui le croient. — (Jean Giono, Le hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, page 259)
  2. Homme qui entoure une dame d’hommages et de soins attentifs et constants.
    • Il était d’ailleurs le sigisbée, ou plutôt le complaisant de madame la comtesse de Boufflers, très amie elle-même de d’Alembert ; et le chevalier de Lorenzy n’avait d’existence et ne pensait que par elle. — (Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions, 1782-1789, Livre XI)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SIGISBÉE. n. m.
Cavalier servant. Ce jeune homme lui sert de sigisbée. Elle l'a pour sigisbée. Elle est toujours accompagnée de son sigisbée.

Littré (1872-1877)

SIGISBÉE (si-ji-sbée) s. m.
  • Homme, dit aussi cavalier servant, qui fréquente assidûment une maison et se montre très empressé auprès de la maîtresse. On nomme hardiment amour un caprice de quelques jours… des simagrées de sigisbée, une froide habitude…, Voltaire, Dict. phil. Amour. Je remplis, en ces lieux, des fonctions qui consistent à venir dîner tous les jours, à découper à table, à raconter des histoires, à être l'ami de monsieur, le chevalier de madame ; c'est ce qu'on appelle en Italie le sigisbée, Scribe, DUPIN et DUMERSAN, la Pension bourgeoise, sc. 2. Le duc avait chez lui, sans s'en douter et dans la même personne, un sigisbée précieux et une duègne incomparable qui ne lui coûtaient rien, Scribe, Nouvelles, la Maîtresse anonyme, § 8.

    Quelques-uns écrivent et disent cicisbée.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « sigisbée »

(1736) De l’italien cicisbeo (« galant », « dameret »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ital. cicisbeo, galant, dameret, qui vient, d'après Pasqualino, cité par Diez, du français chiche, petit, et beau.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « sigisbée »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sigisbée siʒisbe

Citations contenant le mot « sigisbée »

  • Grâce à la passion des femmes, il faut que l’homme le plus honnête soit ou un mari, ou un sigisbée ; ou un crapuleux, ou un impuissant. De Chamfort / Maximes et pensées
  • Un mari gentil mais obstinément tourné vers la politique. Une fille grave, brillante, mais lointaine. Il y avait place dans son existence lente et dorée pour l'apparition d'une comète. Elle surgit, un jour, au Polo, sous la forme séduisante de Blaise Brancillon, écrivain prometteur qui n'écrit plus, photographe doué, bel homme mondain, le verbe vif et drôle, les répliques fulgurantes, cultivé, désinvolte, provocant, hâbleur, en quête de fortune. La comète se fait étoile et dispense à la milliardaire mélancolique sa lumière, son humour, son appétit de vivre, ses insolences, surtout sa présence. En retour, elle lui signe des chèques de plus en plus gros, lui fait des cadeaux de plus en plus somptueux. Le magot du sigisbée devient considérable au point de scandaliser les ayants droit. Et pourquoi pas l'héritage tout entier? La justice y met bon ordre. lejdd.fr, "La milliardaire et son sigisbée", la chronique de Bernard Pivot
  • Chevalier servant, ami de cœur. Agréable aguicheur très complaisant auprès des femmes, le sigisbée manie avec grâce, doigté et courtoisie les multiples nuances de la galanterie. Sorte de prétentieux dandy qui navigue aux confins de l'obséquiosité. Le Figaro.fr, Des mots pour s'ébaubir ou pour s'ébaudir
  • Bonjour ! Dans la définition de sigisbée il me semble que aie devrait être remplacé par ait non ? Culture générale, Le mot du mercredi : Remugle - Culture générale
  • À la veille de la Révolution, David Hume, en visite à Versailles, admirait les relations aisées qui pouvaient se nouer dans les salons entre les deux sexes, tandis qu’en Angleterre et dans tous les pays protestants, les femmes étaient tenues à l’écart des clubs et de la société, d’où peut-être la fureur actuelle de certaines de leurs héritières. Il en allait de même dans les pays catholiques, avec la duègne espagnole, qui empêchait la jeune fille d’être courtisée, ou le sigisbée italien, transposition plus aimable, Le Figaro.fr, La galanterie, une histoire très française

Traductions du mot « sigisbée »

Langue Traduction
Anglais sigisbée
Espagnol sigisbée
Italien sigisbée
Allemand sigisbée
Chinois 西吉斯比
Arabe sigisbée
Portugais sigisbée
Russe sigisbée
Japonais sigisbée
Basque sigisbée
Corse sigisbée
Source : Google Translate API

Synonymes de « sigisbée »

Source : synonymes de sigisbée sur lebonsynonyme.fr
Partager