La langue française

Ratisser

Sommaire

  • Définitions du mot ratisser
  • Étymologie de « ratisser »
  • Phonétique de « ratisser »
  • Citations contenant le mot « ratisser »
  • Images d'illustration du mot « ratisser »
  • Traductions du mot « ratisser »
  • Synonymes de « ratisser »

Définitions du mot ratisser

Trésor de la Langue Française informatisé

RATISSER, verbe trans.

A. − Vieilli. Racler la surface d'une chose pour la nettoyer. On y voyoit autrefois le tableau de la Conversion de saint Paul, un des meilleurs de Lebrun; on l'a ratissé avec la lame d'un sabre: Turba ruit! (Chateaubr., Voy. Amér. et Ital., Voy. Clermont, t. 2, 1827, p. 288).Un tableau représentant une grosse cuisinière ratissant le dos d'un cabillaud (Stendhal, Prom. ds Rome, t. 2, 1829, p. 209).
P. anal., en empl. pronom. réfl. indir. Ce que vous me dites du vin de Bordeaux est bien tentant, surtout pour qui vient de se ratisser le gosier pendant un mois avec du sherry (Mérimée, Lettres Fr. Michel, 1850, p. 18).
B. − Nettoyer ou égaliser le sol en y passant le râteau. Ratisser une allée.
Empl. abs. J'ai défendu de ratisser; l'odieux jardinier est venu hier avec son manche à balai ferré. Il allait toucher le sable... La trace de vos pas, plus légère que le vent, n'était pourtant pas effacée (Musset, Mouche, 1854, p. 266).
P. métaph. Et il faudra marcher tout le long de cette pente perforée par les obus, ratissée par les mitrailleuses (Romains, Hommes bonne vol., 1938, p. 277).
C. − Rassembler, ramasser à l'aide d'un râteau. Ratisser les feuilles mortes; ratisser le sol. En chemise et jupon court, le cou et les bras nus, elle ratissait l'herbe et la mettait en tas (Rolland, J.-Chr., Adolesc., 1905, p. 268).
P. anal., arg. du rugby. Talonner. Tel talonneur se fait remarquer par l'art avec lequel, accroché au cou de ses deux piliers, il ratisse la balle; entendons qu'il s'empare du ballon en se servant de ses pieds comme d'un râteau (Comment parlent les sportifsds Vie Lang.1952, p. 232).
JEU. Ramasser les jetons, les cartes à l'aide du râteau du croupier. Lenoir qui taillait au Passage-Club regarda avec reproche le croupier. Par deux fois, celui-ci avait oublié de ratisser les cartes, il avait fallu lui faire signe (Aragon, Beaux-quart., 1936, p. 438).Fam. Se faire ratisser. Perdre ses enjeux. (Dict. xxes.).
D. − P. anal., fam.
1. Ramasser de l'argent:
... et ce n'est qu'à la fin de la nuit, l'affaire faite, le coup réussi, les bateaux déroutés, le bénéfice empoché (c'était le premier gros fric que je ratissais depuis 1914) que je pus enfin m'engouffrer, avec un soupir de soulagement, dans la Mercédès-Benz de rupin mise à ma disposition... Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 78.
2. Voler quelqu'un ou quelque chose. Non, aucun voleur à la tire (...) ne me les avait ratissés [cinq sous un paquet de friandises] (Arnoux, Zulma, 1960, p. 74).
3. Au passif. Être complètement ruiné. Et qui est-ce qui paiera? demanda violemment Madame Lorilleux. Pas nous, qui avons perdu de l'argent la semaine dernière; pas vous non plus, puisque vous êtes ratissés (Zola, Assommoir, 1877, p. 658).
E. − ART MILIT., POLICE. Procéder avec l'aide de nombreux spécialistes (et parfois d'animaux dressés à cet effet), se déplaçant en ligne et de manière systématique, à la fouille d'un terrain, afin de découvrir des indices, de neutraliser ou d'arrêter des personnes pouvant s'y cacher. Ces fameuses patrouilles ne devaient pas ratisser la plaine au peigne fin. Il devait y avoir moyen de passer entre les dents (Giono, Hussard, 1951, p. 194).Le coup fait, il faut au plus vite s'esquiver, parce qu'aussitôt l'adversaire amène du monde, barre les routes, ratisse les alentours (De Gaulle, Mém. guerre, 1956, p. 251).
P. anal., POL. Ratisser large. Ce sont des primaires normales, sans danger, qui permettront à l'opposition de « ratisser large » au premier tour et, en définitive, aux électeurs de choisir leur maire (Minute, 18 déc. 1982ds R. Trad. 1983, n o18, p. 40).
Prononc. et Orth.: [ʀatise], (il) ratisse [-tis]. Passy 1914 [ɑ]; Barbeau-Rodhe 1930, Warn. 1968, Lar. Lang. fr., Rob. 1985 [a] mais Martinet-Walter 1973 9/17 [ɑ], 8/17 [a]. [ɑ] s'explique p. anal. avec râteau. Étymol. et Hist. 1. 2emoit. xives. ratissier « ôter, emporter, en raclant, la surface de quelque chose ou ce qui s'y est attaché » (Livre chevalier la Tour Landry, 101 ds T.-L.); cf. dès le xiiies. gastieax rastiz propr. « gâteaux faits avec des raclures de pâte » (Du Prestre et d'Alisan, 260 ds Fabliaux fr. du Moy. Âge, éd. Ph. Ménard, t. 1, p. 66; v. aussi la note de l'éd. p. 146); 1390 « enlever des lettres, des mots, à l'aide d'un canif » (Registre criminel du Châtelet de Paris, éd. H. Duplès-Agier, t. 1, p. 299); 2. a) 1679 « nettoyer à l'aide du râteau » (Rich.); b) 1866 ratisser « prendre, chiper » (Delvau); 1866 se faire ratisser « perdre tout l'argent qu'on avait engagé au jeu » (ibid.); c) milit. 1951 ratisser la plaine (Giono, loc. cit.). Dér. de l'a. verbe rater « raturer, racler, peler » (xive-xvies. ds Gdf. et FEW t. 10, p. 90b), lui-même tiré soit de rature* soi du verbe lat. rasitare « raser souvent ». Cette dernière hyp. est étayée par l'existence de raston « sorte de pâtisserie » (1240-80, Gautier le Leu, Veuve, éd. Ch. H. Livingston, 540), prob. dér. d'un verbe *raster « racler » qui semble remonter au xiiies.; 2 sous l'infl. de râteau*. Fréq. abs. littér.: 107.
DÉR. 1.
Ratisseur, -euse, adj. et subst.(Personne) qui ratisse. Arg. du rugby. Talonneur. Transformer un de ces deux piliers en ratisseur (L'Équipe, 9 déc. 1950ds Petiot 1982). [ʀatisœ:ʀ], fém. [-ø:z]. Supra prononc. 1resattest. a) 1530 subst. « instrument pour râper » (Palsgr., p. 215), b) α) subst. 1532 « celui qui rature le papier » (Rabelais, Pantagruel, éd. V. L. Saulnier, chap. 20, p. 162, 93), 1558 « celui qui ratisse » (p. plaisant. en parlant du barbier) » (B. Des Periers, Nouvelles récréations et joyeux devis, éd. K. Kasprzyk, 30, 143), β) adj. 1910 « qui ratisse » (Lar. pour tous); de ratisser, suff. -eur*2.
2.
Ratissoire, subst. fém.Outil de jardinage servant à sarcler ou à biner légèrement. (Dict. xixeet xxes.). [ʀatiswa:ʀ]. Supra prononc. Att. ds Ac. 1694-1878. Lar. Lang. fr.: ratissoir n. m. (rare). 1resattest. 1517 une ratissoire à ratisser la langue... (Rec. d'actes notariés, éd. E. Coyecque, t. 1, p. 19), 1538 « instrument pour racler » (Est., s.v. radula); de ratisser, suff. -oir(e)*.
3.
Ratissure, subst. fém.Ce que l'on ôte en ratissant. La ratissure de parchemin sert à fabriquer de la colle fine (Bouasse, Cordes et membranes, 1926, p. 482). [ʀatisy:ʀ]. Supra prononc. Ac. 1694: -eure; dep. 1718: -ure. 1reattest. 1552 (Est., s.v. rasura); de ratisser, suff. -ure*.
BBG.Quem. DDL t. 5 (s.v. ratisseur), 27. − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 124, 125. − Vaganay (H.). Pour l'hist. du fr. mod.: Rom. Forsch. 1913, t. 32, p. 144 (s.v. ratissoire; ratissure).

Wiktionnaire

Verbe

ratisser \ʁa.ti.se\ ou \ʁɑ.ti.se\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Nettoyer à l’aide du râteau.
    • Ratisser les allées d’un jardin.
    • La roue tourne, un numéro sort, ceux qui ont choisi la bonne couleur doublent leur mise, les autres voient leurs jetons ratissés par le croupier. — (Antoine Bello, Scherbius (et moi), Gallimard, 2018, p. 62)
  2. Ôter, emporter, en raclant, la surface de quelque chose ou ce qui s’y est attaché.
    • De gros scrapers décapaient le sol et stockaient les roches, d’autres ratissaient et aplanissaient la surface dégagée pour délimiter nettement le trou circulaire que les ingénieurs avaient décidé de creuser pour atteindre le minerai. — (Jean Darmen, P900, tome 3: Les Pirates, Numeriklivres, 2016, chap. 4)
    • Ratisser un cuir.
    • Ratisser des peaux de parchemin.
    • Ratisser des navets, des carottes, des salsifis.
  3. (Figuré) Pénétrer comme les dents d’un râteau.
    • Le convoi approche maintenant d’Aix-en-Provence. La nuit est sombre et un froid mistral ratisse violemment la contrée, par rafales convulsives. Une météo sévère très dissuasive pour un émeutier. — (Thierry Nélias, L'Adieu à l'Empire: Napoléon, de Leipzig à l’île d’Elbe, Librairie Vuibert, 2016)
  4. (Figuré) (Police) Quadriller une zone à la recherche de quelque chose.
  5. (Par extension) Ramasser, voire voler, ce qui traîne de manière brutale.
    • Le paradis du capitalisme ! Ils se contentaient de ratisser la monnaie. — (Alain Monnier, Notre seconde vie, Flammarion, 2017)
    • Mais l’âge n’est pas un critère déterminant, pas plus que la catégorie sociale. Jeunes, vieux, riches ou plus modestes… par sa sophistication, l’escroquerie a ratissé large, du surveillant de lycée au retraité, du maçon au patron. — (Yann Bouchez, Anne Michel, L’incroyable arnaque aux diamants, Le Monde. Mis en ligne le 28 février 2018)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RATISSER. v. tr.
Nettoyer à l'aide du râteau. Ratisser les allées d'un jardin. Il signifie aussi Ôter, emporter, en raclant, la surface de quelque chose ou ce qui s'y est attaché. Ratisser un cuir. Ratisser des peaux de parchemin. Ratisser des navets, des carottes, des salsifis.

Littré (1872-1877)

RATISSER (ra-ti-sé) v. a.
  • 1Ôter en raclant la superficie d'une chose. La prétendue croix miraculeuse dont nous avons parlé dans l'éloge de Fléchier, et contre laquelle il donna une lettre pastorale, avait été érigée par un berger que le prélat fit sortir de son diocèse ; on ratissait le bois de cette croix comme une relique, D'Alembert, Éloges, Fléchier, note 10. J'ai supprimé le lavage dans ma fabrique [de sucre], et je me borne à faire couper les collets et les radicules, et à faire ratisser ou nettoyer la surface des betteraves avec un couteau, Chaptal, Instit. Mém. acad. scienc. t. I, p. 362. On y voyait autrefois [à la cathédrale de Clermont] le tableau de la conversion de saint Paul, un des meilleurs de Lebrun ; on l'a ratissé avec la lame d'un sabre, Chateaubriand, Voy. à Clermont.

    Populairement et fig. On vous en ratisse, vous n'aurez pas ce dont il s'agit, la chose n'est pas pour vous. On vous en ratisse, On vous en ratissera, Vadé, Nicaise, sc. 17.

  • 2Il se dit pour râteler. Ratisser les allées d'un jardin.

HISTORIQUE

XVIe s. On perce les os, ratisse, scie, lime, coupe, Paré, Introd. 2. Ratisser le cerveau, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RATISSER, v. act. (Gramm.) c’est détacher des parties de la surface d’un corps, en y appliquant quelque instrument tranchant. Voyez les articles suivans.

Ratisser, façon que les fondeurs de caracteres d’Imprimerie donnent à toutes les lettres que l’on crene, qui sont plus nombreuses dans les caracteres italiques que dans ceux de romain ; ces lettres crenées ont une partie de leur figure qui saille & excede le corps du côté qu’on frotte les autres ; on ne peut frotter celle-ci, parce que la pierre emporteroit cette partie qui saille, & estropieroit la lettre. Pour suppléer à cette fonction de la pierre, après que la lettre est crenée, on ratisse & emporte avec un canif, depuis l’œil de la lettre jusqu’au pié, tout ce qu’il y a d’étranger au corps. Cela les polit de façon qu’elles s’accollent & se joignent comme si elles avoient été frottées. Voyez Crener, Frotter, Pierre a frotter, & nos Planches.

Ratisser, Ratissage, (Jardinage.) est le soin que l’on a de tenir un jardin très-propre dans ses allées, en coupant les herbes qui y croissent, & en y passant le rateau fin ; cet ouvrage demande un tems qui ne soit pas trop sec.

Lorsqu’au commencement de l’automne les allées sont remplies de feuilles & de graines d’arbres ou de marrons, on les racle seulement avec un rabot de bois.

Ratissage exprime encore la quantité d’allées qu’il faut ratisser dans un jardin.

Il se dit aussi pour faire entendre que dans un parterre entre les pieces de broderie, il y a de grandes parties blanches qu’on ratisse.

Pour éviter le grand ratissage des allées, on met souvent au milieu des tapis de gazon avec deux sentiers sur les côtés pour la promenade.

Ratisser les balles, en termes d’Imprimerie, c’est ôter de dessus les cuirs l’encre, ou lorsqu’elle se trouve trop abondante, ou qu’elle jette une espece de crasse qui s’y forme, & qui remplit l’œil de la lettre : pour cet effet, après avoir versé sur chaque balle une demi-cueillerée d’huile déteinte, & l’avoir étendue sur toute la surface des cuirs, on se sert d’un couteau dont la lame est très-plate, & n’a presque point de tranchant.

Ratisser les veaux, (terme de Reliure.) avant de couper les peaux de veau, les relieurs les trempent dans de l’eau de puits, & les tordent bien ; puis ils étendent la peau entiere, du côté du tan, sur une douve ou planche cambrée, qui appuie d’un bout à terre & de l’autre contre le ventre de l’ouvrier, & avec la dague ils ôtent le tan qui a pu rester sur la peau. On dit ratisser les veaux. Voyez Tremper les veaux, Dague, Douve, & Planches de Reliure.

Ratisser les gouttieres d’un livre à dorer sur tranche ; lorsque les relieurs doreurs ont mis leur livre dans la presse à dorer, ils en ratissent avec la racloir la superficie de la marbrure, tant du côté de la gouttiere que du haut & du bas. Ils se servent pour les gouttieres du racloir des gouttieres, & pour les tranches unies du haut & du bas du racloir des bouts. Voyez Racloir, Gouttiere, Tranche, Dorer, Marbrer, & nos Planches de Relieure.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « ratisser »

Dérivé de l’ancien français raster, rater (« raturer, racler ») avec l’influence de râteau.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ratisser, étant écrit sans s, vient non pas de râteau, mais de l'anc. verbe rater, effacer, ôter (voy. RATURE, à l'historique).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « ratisser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ratisser ratise

Citations contenant le mot « ratisser »

  • Pendant ce temps-là, les policiers de la CSI75 continuent de ratisser le quartier. Et retrouvent les deux hommes un peu plus loin et les interpellent. L'un d'eux, âgé de 25 ans, résident dans le XVIIe, qui présentait des difficultés respiratoires, a été confié aux pompiers qui l'ont transporté à l'hôpital Bichat (XVIIIe). leparisien.fr, Paris : les voleurs de montres du Triangle d’Or toujours aux aguets - Le Parisien
  • La SPAA Bête est une bière aux fruits, à la framboise, en fait, une sure aux framboises. La proposition vient de Geneviève Bouffard. «Je voulais ratisser plus large plutôt que d’aller vers un style plus spécialisé, comme une IPA, par exemple, a-t-elle expliqué. Elle se conserve aussi plus longtemps, ce qui permet aussi de l’avoir un peu plus longtemps dans la région.» La Nouvelle Union et L'Avenir de l'Érable, Une bière pour le bien-être animal, SPAA Bête! - La Nouvelle Union et L'Avenir de l'Érable

Images d'illustration du mot « ratisser »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « ratisser »

Langue Traduction
Anglais rake
Espagnol rastrillo
Italien rastrello
Allemand rechen
Chinois
Arabe مجرفة
Portugais ancinho
Russe грабли
Japonais レーキ
Basque rake
Corse rake
Source : Google Translate API

Synonymes de « ratisser »

Source : synonymes de ratisser sur lebonsynonyme.fr
Partager