La langue française

Racler

Définitions du mot « racler »

Trésor de la Langue Française informatisé

RACLER, verbe trans.

A. −
1. Qqn racle qqc.Gratter, frotter la surface d'un corps avec un objet dur et tranchant afin de le nettoyer ou de l'égaliser. Racler une peau, le fond d'une casserole, des sabots pleins de boue. La métayère, qui venait de boulanger, raclait sa maie avec un vieux couteau (Pourrat,Gaspard, 1922, p. 173).Elle a râclé sa bêche, soigneusement, avec une petite pierre plate, pour faire tomber la terre (Giono,Colline, 1929, p. 194).
Loc. fig., fam. Racler les tiroirs, les fonds de tiroirs. Rassembler tout l'argent disponible, recourir à ses dernières économies. Ma mère avait pas dit les sommes que ça coûterait au ménage pour m'équiper... de pied en cap... C'était un total fabuleux par rapport à nos moyens... On a raclé les fonds de tiroirs (Céline,Mort à crédit, 1936, p. 353).
En partic.
Racler une mesure de grain. ,,Passer la racloire sur une mesure, pour faire tomber le grain qui s'élève au-dessus des bords`` (Ac.).
Racler la gorge ou, plus couramment, en empl. pronom. réfl. indir., se racler la gorge. Produire une expiration brutale et un son rauque pour débarrasser la gorge des mucosités qui l'encombrent. Gondran s'est raclé la gorge où la salive s'empâtait (Giono,Colline, 1929, p. 58).Ce léger gonflement [de la muqueuse] donne l'impression d'une mucosité collante (...) qui oblige à râcler la gorge avant le chant (Wicart,Chanteur, t. 1, 1931, p. 205).
2. Qqn racle qqc.1de qqc.2Enlever en grattant.Voûtés, cassés, ratatinés, raclant le gravier de leurs semelles, ils surprenaient d'abord par la faiblesse de leur taille (Druon,Gdes fam., t. 2, 1948, p. 241).
[Avec ell. du compl. second.] Il commençait de brosser sa veste et, de temps en temps, avec la pointe du canif, il raclait quelque petite tache d'un air appliqué (Duhamel,Cécile, 1938, p. 37).
3. Arg., vieilli. Prendre, voler. Racler le pognon (France1907).Schorel se tenait les côtes: « (...) Il fait l'usure à toute la jeunesse dorée d'Amsterdam. Sur le seul Van Beverningk il a râclé une petite fortune (...) » (L. Daudet,Voy. Shakespeare, 1896, p. 191).[Le capitaine:] Cette somme était dans l'avant-dernier fourgon; l'ennemi me l'a volée (...). [Le général:] Se faire racler de sept mille francs! (D'Esparbès,Guerre sabots, 1914, p. 62).
B. −
1. Qqc. racle qqc.Frotter rudement. On n'entendait que le clapotis de l'eau courant le long de la nacelle, le bruit de l'aviron raclant régulièrement le bois du bordage (Moselly,Terres lorr., 1907, p. 51).Sauf (...) le doux frottement des chaînes qui râclaient de temps en temps le bord du râtelier de bois, il n'y avait plus un seul bruit autour du mas Théotime (Bosco,Mas Théot., 1945, p. 42).
2. En partic., fam. Qqc. ou qqn racle qqc. ou qqn
a) [Le suj. désigne une boisson ou qqc. d'irritant pour la gorge] Gratter, produire une sensation d'âpreté. Synon. râper.Le cidre qu'ils buvaient (...) râclait la gorge et piquait la langue (Lorrain,Sens. et souv., 1895, p. 196).Sa tiédeur rayonnante [du poêle] créait dans la pièce (...) un voile de fumée jaunâtre (...), fumée qui vous picotait les yeux à la longue et dont l'âpreur vous râclait la gorge (Cendrars,Bourlinguer, 1948, p. 341).
b) Gén. péj. [Le compl. désigne un instrument à cordes] Racler un/du violon; racler une/de la guitare. En jouer maladroitement. Mais c'est une demoiselle (...) très bien (...) qui joue du piano (...) Le père râcle du violon (Labiche,Pieds ds crime, 1866, I, 3, p. 330).Dans le soir, quelqu'un raclait une mandoline, et il y avait des voix fraîches qui chantaient dans la langue de là-bas (Aragon,Beaux quart., 1936, p. 161).
[P. méton.] Racler un air. Jouer maladroitement un air (sur un instrument à cordes). Le gros Blaise, monté sur un tonneau et raclant sur son violon ce vieil air (Murger,Scène vie jeun., 1851, p. 137).Le violoniste ambulant (..) raclait un air de la Favorite ou du Trouvère (A. Daudet,Rois en exil, 1879, pp. 230-231).
Prononc. et Orth.: [ʀ ɑkle], [ʀa-], (il) racle [ʀ ɑ:kl], [ʀakl]. Martinet-Walter 1973 [-ɑ-], [-a] (13, 4). Att. ds Ac. dep. 1694. Besch. 1845: râcler. Étymol. et Hist. 1. a) α) 1377 raicler « enlever avec un instrument quelques parties de la surface d'un corps (en le grattant ou en le frottant) » (doc. ds B. Prost, Inv. mobiliers des ducs de Bourgogne, t. 1, 3123); de nouv. 1495 [éd.] racler (Bernard de Gordon, Pratique I, 27 ds Littré); β) vers 1450 part. passé « pelé » (Sottie du gaudisseur et du sot, 142 ds Rec. Trepperel, Sotties, éd. E. Droz, p. 12: deux malastrus racletz); b) α) 1579 « piller, rafler » (H. Estienne, De la precellence du langage françois, éd. Ed. Huguet, p. 129); β) 1936 racler les fonds de tiroirs (Céline, loc. cit.); c) 1887 champ. « faire remonter avec effort de la trachée les mucosités qui s'y trouvent » (A. Baudouin, Gloss. du pat. de la Forêt de Clairvaux ds Mém. de la sté ac. d'agric., des sc., arts et belles-lettres du départ. de l'Aube, 3esérie, t. 24, p. 16); 1929 se racler la gorge (Giono, loc. cit.); 2. a) 1623 mus. racler les boyaux (Sorel, Francion, éd. E. Roy, t. 1, p. 111); b) 1772 racler un air (Voltaire, Mélanges de poésies, 35 ds Littré); 3. a) 1768 [éd.] gozier raclé par la piquette (Id., Guerre civile de Genève, Chant V, Bezançon, N. Grandval, p. 58); b) 1839 « frotter rudement sur » (Flaub., Smarh, p. 90). Empr. au prov.rasclar « passer la racloire sur une mesure de grains pour faire tomber ce qui s'élève au-dessus du bord » (ca 1240, Donat provensal ds Levy Prov.) et « enlever avec un instrument quelques parties de la surface d'un corps » (xives., Merveilles d'Irlande, ibid.), d'un lat. pop. *rasclare, issu par syncope de *rasǐcŭlare, du lat. rasus (v. ras3), part. passé de radere « raser ». Fréq. abs. littér. Racler: 281. Râcler: 9. Fréq. rel. littér. Racler: xixes.: a) 122, b) 260; xxes.: a) 571, b) 598. Bbg. Sculpt. 1978, p. 652.

Wiktionnaire

Verbe

racler \ʁa.kle\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se racler)

  1. Gratter, frotter la surface d’un corps avec quelque chose de dur ou de tranchant, de manière à en enlever quelques parties. Râteler.
    • Racler des peaux, l’intérieur d’une casserole.
    • Racler des allées.
    • Raclant, ravageant, dévastant la côte ouest de l’Île, le cyclone roula vers la mer Polaire, mettant à mal bateaux, engins de pêche, quais, maisons, bétail, récoltes. — (José Gers, Sur la mort du Pourquoi pas ?, France libre, vol. 6, 1936)
  2. Enlever en raclant, en grattant.
    • Il faut racler le grillé au fond de la cocotte.
  3. Heurter en frottant.
    • La quille de notre voilier a raclé le fond.
    • (Figuré) Ce vin racle le gosier. Il est dur et âpre.
  4. (Figuré) (Familier) Mal jouer du violon, du violoncelle, etc.
    • Il passe des heures à racler son crincrin !
    • Au coin de la rue Greneta, il y eut un rassemblement autour de quatre chanteurs. Il n’était pas encore dix heures et, à un dernier coin de rue, ils chantaient peut-être leur dernière chanson. Le père raclait un violon de bois rouge dont la voix neuve et grimaçante faisait du bruit, et regardait le cercle de badauds avec des yeux aigus où l’on voyait passer des étincelles et du sang. — (Charles-Louis Philippe, Bubu de Montparnasse, 1901, réédition Garnier-Flammarion, page 63)
  5. Polir une pièce au racloir (menuiserie).
  6. (Pronominal) Dans l’expression se racler la gorge : tousser volontairement pour se débarrasser de mucosités embarrassant l’arrière-gorge.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RACLER. v. tr.
Gratter, frotter la surface d'un corps avec quelque chose de dur ou de tranchant, de manière à en enlever quelques parties. Racler des peaux, du parchemin. Racler de l'ivoire, de la corne de cerf. Racler des allées. Racler une mesure de grain, Passer la racloire sur une mesure, pour faire tomber le grain qui s'élève au-dessus des bords. Fig. et fam., Ce vin racle le gosier, Il est dur et âpre. Fig. et fam., Racler du violon, du violoncelle, etc., se dit de Quelqu'un qui joue mal du violon, du violoncelle, etc. On dit de même, par dénigrement : Racler un air.

Littré (1872-1877)

RACLER (ra-klé ; plusieurs prononcent râ-klé, et de même dans les mots qui tiennent à racler) v. a.
  • 1Enlever avec un instrument quelques parties de la superficie d'un corps. Çà, que je racle un peu de tous côtés Votre cuvier, et puis que je l'arrose, La Fontaine, Cuvier. Ce riche métal [l'or] est si commun dans la contrée [de Bambouk en Afrique], qu'on en peut ramasser presque indifféremment partout, en raclant seulement la superficie d'une terre argileuse, légère et mêlée de sable, Raynal, Hist. phil. XI, 16. On racla les vieux parchemins généralement dans la Grèce pendant les onzième, douzième, treizième et quatorzième siècles, Mongez, Inst. Mém. litt. et beaux-arts, t. V, p. 471.

    Fig. et famil. Ce vin racle le gosier, il est dur et âpre.

    Fig. Cela racle les boyaux, se dit de tout breuvage médicinal ou autre, qui donne des tranchées.

  • 2Racler une mesure de grain, passer la racloire sur une mesure, pour faire tomber ce qui s'élève au-dessus du bord.
  • 3 Fig. et familièrement, racler le boyau, mal jouer d'un instrument à cordes.

    Racler un instrument, même sens. Il racle de temps en temps une guitare, en chantant des romances de sa composition, Lesage, Diable boit. 3. Un petit Français… habit vert-pomme, raclait un violon de poche, Chateaubriand, Itin. part. 7.

    Absolument. Mes symphonistes raclaient à percer le tympan, Rousseau, Conf. IV.

    On dit de même par dénigrement : racler un air. Deux méchantes voix dont l'une chantait le dessus et l'autre raclait une basse, Scarron, Rom. com. I, 15. Ma muse épique… Sur un vieux luth qu'il faut monter toujours S'en va raclant quelque air mélancolique, Voltaire, Poésies mél. 35.

    Par assimilation, en parlant du style, avoir un langage dur, raboteux, peu agréable. Phébus, voyant sa mine constipée [d'un abbé qui récite ses vers], Dit : quelle est donc cette muse éclopée Qui vient ici racler du violon En manteau court ? Rousseau J.-B. Épigr. en rondeau. Ô Chapelain, toi dont le violon De discordante et gothique mémoire, Sous un archet maudit par Apollon, D'un ton si dur a raclé son histoire [de la Pucelle], Voltaire, Puc. I.

  • 4Racler les bois, éclaircir les bois taillis qu'on ne veut couper qu'à onze ou quinze ans.

HISTORIQUE

XIVe s. Et soit [l'ongle] raclé de voirre [verre], B. de Gordon, Traduction, I, 27.

XVe s. Oncques nul ne vint au devant, Sinon deux malostrus racletz [tondus], Ancien théâtre français, t. II, p. 298. Il fut rez, chef, barbe et sourcil, Comme ung navet qu'on racle et pelle, Villon, Gr. testam. Rond.

XVIe s. Les gens y fourmillent, ainsi qu'ils faisoyent dans la comté de Flandres, avant que ces derniers orages eussent raclé ses habitans, ses richesses et ses superbes bourgs, Lanoue, 356. Les superstitions sont raclées du monde, afin que la pure religion y florisse, Calvin, Instit. 29. Les gresles et tempestes raclent tout ce qu'elles rencontrent, Calvin, ib. 137. C'est un point raclé [la chose est faite], Cotgrave Et n'est gueres homme qui ne se trouble à ce bruit aigre et poignant que font les limes en raclant, Montaigne, II, 367.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RACLER, v. act. (Grammaire.) ratisser quelque chose, en ôter les inégalités & le superflu. Les Parcheminiers & les Corroyeurs raclent, ceux-ci leurs cuirs, ceux-là les peaux dont ils fabriquent le parchemin & le vélin.

Racler, en terme de Mesureurs de grains, signifie ôter avec la racloire ou radoire, ce qu’il y a de trop de grains sur les minots, boisseaux, & autres mesures lorsqu’elles ne doivent pas être données combles. Voyez Mesure & Comble ; on dit aussi rader. Voyez Rader, Dictionn. de comm.

Racler, (Jardinage.) se dit d’une allée où il n’y a point d’herbes, & où il ne faut que passer le racloir pour la nettoyer.

Racler ou Gratter, en terme d’Orfevre en grosserie, c’est polir avec le grattoir les parties creuses d’une piece d’orfevrerie, où la lime, de quelque espece qu’elle soit, ne peut être introduite. Voyez Gratter & Grattoir.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « racler »

Catal. rasclar ; ital. raschiare ; d'un latin fictif rasiculare, qui provient d'un diminutif du lat. rasus, rasé.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) De l’ancien occitan rasclar lui-même issu du latin populaire *rasiculare forme diminutive de *rasicare du latin classique radere (« gratter ») dont le participe est rasus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « racler »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
racler rakle

Citations contenant le mot « racler »

  • Pour renflouer les caisses de l’Etat, le gouvernement est prêt à racler les fonds de tiroirs. Quitte à s’assoir sur une promesse de campagne faite en 2017… et une décision du Conseil constitutionnel énonçant que tous les ménages, quels que soient leurs revenus, devaient bénéficier de la suppression totale de cet impôt. Investir, La taxe d’habitation sera bien supprimée pour tous, Actualité - Investir-Les Echos Bourse
  • La maryse, qui se décline en plusieurs tailles, est munie d’une lame souple avec un angle arrondi et un angle droit. Cela permet de racler tout type de récipient sans l’abîmer et, surtout, sans pertes. On peut ainsi transvaser les préparations les plus délicates ou étaler facilement crèmes et glaçages. , Courrier-service | Ustensile de cuisine : la spatule maryse
  • Vous pouvez ensuite appliquer du sable sec sur la plaie puis racler doucement avec un morceau de carton pour retirer les tentacules. Enfin, sachez que le venin de la méduse est thermolabile, c’est-à-dire qu’il est sensible à la chaleur. Vous pouvez donc approcher une cigarette, en prenant garde de ne pas vous brûler, pour le détruire. Europe 1, Les "bobos" de la plage : 3 mauvais réflexes à éviter
  • Rappelons que, le jour de l’accident, les trois travailleurs se trouvaient sur le viaduc en construction surplombant la rue Einstein. Ils y effectuaient des travaux de finition lors d’une opération de coulée de béton. Leurs tâches consistaient à racler et à niveler le béton avant le passage de l’appareil. Quebec Hebdo, Effondrement d’un viaduc de l'autoroute Henri-IV: La CNESST dévoile les conclusions de son enquête
  • Après avoir parcouru les foires et appris à racler en compagnie d’Eddy Baillifard, leur robot a lâché les demi-meules et présente cette fois la collection printemps-été 2021 de Philipp Plein. Rien que ça. Pour les non-initiés, ce créateur allemand au succès fulgurant fait partie des stars mondiales de la mode avec sa marque de prêt-à-porter. , Le roboclette, star de la Fashion Week de Milan pour le...
  • Le racleur pour stabulation de bovins proposé par CRD se retrouve dans de nombreuses fermes. Il permet de racler les couloirs de stabulation des bovins qui ne sont pas droits, ou qui présentent un angle jusqu'à 90°, de racler un ou plusieurs couloirs de stabulation avec un seul racleur, de réduire les coûts d'investissement et de séparer le lisier liquide et pailleux. Un équipement qui, encore aujourd'hui, réduit le temps de travail de l'éleveur. Web-agri, Evolution élevage : innovations bovin machinisme alimentation Innov'Space

Images d'illustration du mot « racler »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « racler »

Langue Traduction
Anglais scrape
Espagnol raspar
Italien raschiare
Allemand kratzen
Chinois
Arabe كشط
Portugais raspar
Russe скрести
Japonais 削る
Basque labordeta
Corse scarta
Source : Google Translate API

Synonymes de « racler »

Source : synonymes de racler sur lebonsynonyme.fr

Racler

Retour au sommaire ➦

Partager