Râtelier : définition de râtelier


Râtelier : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RÂTELIER, subst. masc.

I.
A. − Assemblage à claire-voie de lattes de bois en plan incliné, fixé au mur d'une écurie ou d'une étable, pour recevoir la ration de fourrage des animaux. Mettre de la paille, du foin dans le râtelier. Il entendait au pied des écuries le piétinement des chevaux restés debout, et le bruit de leurs mâchoires tirant et broyant le foin des râteliers (Maupass.,Contes et nouv., t. 1, Père Amable, 1886, p. 219).Le cheval est attaché au râtelier par le licol (Brion,Jurispr. vétér., 1943, p. 254).
P. métaph. Il faut seulement s'occuper de tirer le plus de foin à soi du râtelier. Voilà la vie à Paris (Balzac,Cous. Bette, 1846, p. 98).
Loc. fig. fam.
Manger au râtelier de qqn. Vivre aux crochets de quelqu'un. Manger à deux (trois...) râteliers, à beaucoup de râteliers, à plusieurs râteliers, à tous les râteliers. Tirer profit de toute situation intéressante, quitte à devoir pour cela servir des intérêts opposés. [Les vulgarisateurs] du Journal des Débats, les mignons du pouvoir, mangent à beaucoup de râteliers (Balzac, Œuvres div., t. 3, 1843, p. 573).Ce devait être un type qui mangeait à tous les râteliers (Le Monde,23 mars 1985,p. 14, col. d).
Mettre le râtelier bien haut à qqn (vieilli). Rendre une entreprise particulièrement difficile à quelqu'un. (Dict. xixes.).
Proverbe. Quand le foin manque (quand il n'y a plus de foin) au râtelier, les chevaux se battent. V. cheval B 4 e.
P. ell. Quand le foin manque (quand il n'y a plus de foin) au/dans le râtelier. Quand l'argent vient à manquer. (Ds Rob. et Rey-Chantr. Expr. 1979).
B. − P. anal.
1. Support généralement mural comportant des encoches ou des éléments saillants régulièrement espacés servant à ranger verticalement, ou à suspendre des objets de forme allongée. Râtelier à cierges, à outils; râtelier de couteaux; prendre une clé au râtelier. Allons, dit M. le préfet Worms-Clavelin, en prenant une queue [de billard] au râtelier, allons! Peloux, nous en faisons une? (A. France,Orme, 1897, p. 208).Le soleil brillait sur les pointes des piques [des picadors] de rechange, zébrées de rouge, étendues sur leur râtelier (Montherl.,Bestiaires, 1926, p. 541).
a) En partic. Râtelier à/de pipes. Petite étagère murale percée de trous, destinée à recevoir des pipes. Au mur, ratelier [sic] de pipes, affiches du bal des étudiants (Mauriac,Baiser Lépreux, 1922, p. 150).
b) Spécialement
ARMUR. Râtelier (d'armes). Bâti composé de deux montants garnis de crochets sur lesquels on pose horizontalement des fusils ou de deux étagères munies d'encoches sur lesquelles on les range verticalement. Mettre un fusil au râtelier. Ils s'étaient jetés du lit au râtelier d'armes et s'étaient réunis dans la cour (Vigny,Serv. et grand. milit., 1835, p. 116).Tes soldats rentreront Dans les casernes (...). Et les fusils pendront Au râtelier (Péguy,Quatrains, 1914, p. 487).
INDUSTR. TEXT. ,,Dans les corderies, les rateliers [sic] sont des traverses scellées dans les murs, et sur lesquelles on élonge momentanément les torons et autres cordages nouvellement commis`` (Will. 1831).
MAR. Râtelier (de manœuvre). Pièce de bois ou de fer, percée de trous dans lesquels on place des cabillots pour tourner les manœuvres (d'apr. Soé-Dup. 1906). Ils se cramponnaient fortement aux râteliers des bastingages (Verne,Enf. cap. Grant, t. 2, 1868, p. 52).
MENUIS. Râtelier (d'établi, de menuisier). ,,Planche que l'on met sur les côtés d'un établi et qui sert à placer les outils à manche`` (Chabat t. 2 1876). L'outillage individuel se place quelquefois dans un râtelier fixé sur la table, du côté opposé à l'ouvrier (A. Gaillard, J. Muron,Le Menuisier, Paris, éd. Eyrolles, 1952, p. 42).
TISS. Cadre portant les bobines, placé à l'arrière de l'ourdissoir. Le métier français comprend un premier système de fils qui, provenant de bobines placées sur un râtelier, se présentent à l'avant du métier sous forme d'une nappe verticale (Thiébaut,Fabric. tissus, 1961, p. 98).
2. P. anal., région. (notamment du Massif Central à la Suisse). Huche à pain; dressoir. Elle avait été chercher (...) dans le dessous du râtelier, une miche de pain frais (Ramuz,Gde peur mont., 1926, p. 157).
II.
A. − Vieilli. Râtelier (de dents). Denture. Ouvrant la bouche de façon à montrer les magnifiques trente-deux dents qui la garnissaient. Regarde bien, (...) si tu trouves une dent creuse dans ce râtelier-là (Verne,Île myst., 1874, p. 211).Une envie de le gifler les prenait, à le voir avec son râtelier de dents trop blanches (Zola,Pot-Bouille, 1882, p. 191).
B. − Fam. Faux râtelier (vieilli); râtelier. Dentier. Un rire muet (...) se dessinait sur ses lèvres froides, tendues par un faux râtelier (Balzac,Peau chagr., 1831, p. 211).Il a cassé son râtelier, vous comprenez? ses fausses dents (Duhamel,Notaire Havre, 1933, p. 190).V. enlever ex. 5.
Prononc. et Orth.: [rɑtəlje], [-a-]. V. râteau. Ac. 1694, 1718: rastelier; dep. 1740: râ-. Étymol. et Hist. 1. Planche munie de chevilles, de clous où l'on suspend divers objets a) ca 1250 [copie 1275] Douai, chez un meunier (d'apr. G. Espinas, Vie urbaine de Douai, t. 3, 1913, p. 217: On fait le ban que tout li mosnier metent à leur meulins boins rasteliers); b) 1290 Tournai, chez un boucher (doc. Arch. Tournai ds Gdf. Compl.); 1296 Tournai (ibid.: .i. rastelier a claus pour pos pendre); 1412 id. (ibid.: rasteliers en le cuisine [...] a y pendre [...] caudrelach; c) 1426-27 id. pour ranger les armes portatives (ibid.); d) 1691 mar. « sur les bateaux, encadrement en bois sur lequel sont rangées les poulies » (Ozanam, p. 249, 38); e) 1752 cord. (Trév.); 2. 1303 Artois rateiller « mangeoire dans une étable, une écurie » (Compte ds B. Sté hist. Paris, 1890, p. 153); 1310 (Gervais du Bus, Fauvel, 14 ds T.-L.); 1671 fig. je leveray le ratelier a ce gourmand « ejus gulam fame domabo » (Pomey); 1740-1755 id. (Saint-Simon, Mém., éd. A. Chéruel et Ad. Régnier, t. 12, p. 241: Brancas parvint à manger au râtelier de la guerre et à celui de la Cour); 3. a) av. 1590 « rangée de dents d'une personne » (Tabourot, Escraignes, 5 ds Hug.); b) 1718 rastelier de fausses dents (Ac., qui note ,,fam.``); 1777 ratelier (Corr. litt. secrète, 1ermars, p. 7, d'apr. B. Henschel ds Fr. mod. t. 37, p. 129). Dér. de râteau*; suff. -ier*. Fréq. abs. littér.: 171. Bbg. Quem. DDL t. 16.

Râtelier : définition du Wiktionnaire

Nom commun

râtelier \ʁɑ.tə.lje\ masculin

  1. Sorte de balustrade qui ressemble à une échelle posée horizontalement et qu’on attache au-dessus de la mangeoire, dans les écuries, dans les étables, dans les champs pour contenir le foin ou la paille que mangent les chevaux, les bœufs, etc.
    • Lorsque Hans, c’était le nom que le comte donnait à son cheval, eut été attaché à l’une des places vacantes, que sa litière eut été confortablement garnie de paille, son auge d’avoine et son râtelier de foin, le chevalier songea alors à lui-même, […]. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Même pour faire seulement de bonnes bêtes de travail, il faudrait rentrer le jeune bétail aussitôt que l'herbe devient rare sur les herbages et distribuer au râtelier une nourriture non-seulement bonne, mais un peu variée, donner des gesses, des vesces, du bon foin, en y ajoutant de petites rations de racines et de tubercules, […]. — (Jean-Henri Magne, Hygiène vétérinaire appliquée étude de nos races d'animaux et les moyens de les améliorer, 2e éd., tome 2, Paris : chez Labé, 1857, p. 388)
    • […], elle était parvenue,certaine nuit à couler dans la grange son corps vermiforme, et de là, tombant par les abat-foin dans le râtelier des vaches, à pénétrer dans l’étable chaude où logeaient les poules. — (Louis Pergaud, De Goupil à Margot, 1910)
  2. (Par extension) Définition manquante ou à compléter. (Ajouter)
    • Ce fut un départ tout militaire. Il y avait là Legray, le photographe, Lockroy, le dessinateur, etc., enfin, une quatorzaine de troupiers finis, plus ou moins moustachus, plus ou moins barbus, le sac au dos, le fusil à deux coups sur l'épaule, et chacun avec un râtelier varié à sa ceinture. — (Henri Durand-Brager, Quatre mois de l'expédition de Garibaldi en Sicile et en Italie, Paris : chez E. Dentu, 1861, p. 84)
  3. Sorte d’étagère où les soldats ou les chasseurs placent leurs fusils.
    • Les chasseurs s’étaient précipités sur leurs fusils, mais je donnai l’ordre de les remettre au râtelier. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  4. (Familier) Appareil de fausses dents, dentier.
    • Au lit, ils enlevaient leurs lunettes d’abord et leurs râteliers ensuite dans un verre et plaçaient le tout en évidence. — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Voyage au bout de la nuit, Denoël et Steele, Paris, 1932, éd. mars 1942, p. 155)
    • Christophe, dans les aventures du savant Cosinus, attribue au dentiste Max Hilaire, devenu fou, l’intention de poser un râtelier aux Bouches du Rhône.
  5. (Marine) Sur les anciens voiliers, pièce de bois ou de fer, percée de trous dans lesquels on place des chevilles appelées cabillots, pour enrouler les cordages de manœuvre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Râtelier : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÂTELIER. n. m.
Sorte de balustrade qui ressemble à une échelle posée horizontalement et qu'on attache au-dessus de la mangeoire, dans les écuries, dans les étables, pour contenir le foin ou la paille que mangent les chevaux, les bœufs, etc. Mettre du foin au râtelier. Il n'y a rien dans ce râtelier. Le râtelier est tout plein. Attacher des chevaux au râtelier pour empêcher qu'ils ne se couchent. Fig. et fam., Manger à plus d'un râtelier, Tirer du profit de plusieurs emplois différents. On dit de même : Manger à deux râteliers, à plusieurs râteliers.

RÂTELIER se dit aussi d'une Sorte d'étagère où les soldats placent leurs fusils, dans les corps de garde, dans les casernes. Un râtelier d'armes. Un râtelier fixé à la muraille. Un râtelier mobile. Mettre son fusil au râtelier. Fig., Remettre les armes au râtelier, Quitter les armes, ne plus faire la guerre. Râtelier de pipes, Petite étagère où l'on accroche des pipes.

RÂTELIER se dit encore d'un Appareil de fausses dents. Porter un râtelier.

Râtelier : définition du Littré (1872-1877)

RÂTELIER (râ-te-lié ; l'r ne se prononce pas et ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des râ-te-lié-z élevés) s. m.
  • 1Espèce d'échelle à bâtons arrondis, plus ou moins rapprochés, fixes ou tournants, destinée à recevoir les foins, les pailles distribuées aux herbivores, et placée horizontalement dans l'écurie. Le soir je fus lassé d'avoir passé la journée à table, comme un cheval à son râtelier, Fénelon, t. XIX, p. 40. Il mange haut et avec grand bruit ; il roule les yeux en mangeant ; la table est pour lui un râtelier, La Bruyère, XI. La bergerie doit être garnie de râteliers, ou contre les murs dans tout le tour, ou dans le milieu, Genlis, Maison rust. t. I, p. 153, dans POUGENS.

    Fig. Et plus d'un âne a mangé quelquefois Au râtelier des coursiers de nos rois, Voltaire, Étrennes aux sots.

    Fig. Manger à plus d'un râtelier, tirer du profit de plusieurs endroits différents. Brancas parvint à manger également au râtelier de la guerre et à celui de la cour, Saint-Simon, 421, 82.

    On dit de même : manger à deux râteliers. Bridoison : A-t-il vu mon secrétaire, ce bon garçon ? - Figaro : N'est-ce pas Doublemain, le greffier ? - Bridoison : Oui, c'est qu'il mange à deux râteliers, Beaumarchais, Mar. de Figaro, III, 13. N'oubliez pas que je suis homme à manger à deux râteliers, Béranger, Ventru aux él.

    Fig. Mettre le râtelier bien haut à quelqu'un, lui rendre une chose si difficile qu'il ait beaucoup de peine à y réussir.

  • 2Bâti sur lequel on place les armes portatives, et qui consiste en deux montants garnis de chevilles ou de crochets sur lesquels on pose horizontalement des fusils, des carabines ; ou en deux pièces de bois établies à trois ou quatre pieds l'une de l'autre, et qui servent à placer des fusils verticalement.

    Fig. Remettre les armes au râtelier, ne plus faire la guerre, quitter les armes.

  • 3Tringle attachée au côté de l'établi du menuisier, pour y placer les outils à manche.
  • 4 Terme de marine. Se dit de chevilles fixées à des planches épaisses et étroites pour amarrer et tourner des cordages.

    Se dit aussi des planches ainsi garnies.

    Encadrement de bois où certaines poulies effectuent leur jeu.

  • 5Dans les corderies, traverse qui porte les torons et cordages.
  • 6 Fig. Les deux rangées de dents. Un beau râtelier. Un râtelier de fausses dents. Se faire mettre un râtelier. Quoique les dents du duc de Bourgogne ne fussent pas vilaines, le râtelier supérieur s'avançait trop, Saint-Simon, 322, 211. Un beau râtelier, pour de belles dents, expression condamnée comme basse et impropre, Genlis, Mém. t. V, p. 92, dans POUGENS. (elle croit l'expression récente).
  • 7Un râtelier de perles, collier de perles fait en forme de râtelier. Mais elle m'épuisait, et changeait tous les jours De jupes, de mouchoirs, de bijoux et d'atours, Voulait voir à son col un râtelier de perles, Montfleury, Femme juge et partie, IV, 3.

HISTORIQUE

XIVe s. Se la beste est ferue [d'une flèche] haut au derriere des espaules, c'est un endroit qui est appelé le ratelier, Modus, f° LV.

XVIe s. Ils leur firent abandonner leur garde et en furent seigneurs et maistres, ensemble de leurs armes estans aux rasteliers, Du Bellay, M. 528. Les rasteliers [rafles], ou escheletes, ou draches, diversement nommées, esquelles les grains des raisins se tiennent, De Serres, 208. Retirer les lards du saloir, pour les pendre aux rasteliers du charnier, De Serres, 838.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

RÂTELIER.
1Ajoutez :

Fig. Hausser le râtelier, couper les vivres, retrancher l'argent. La mauvaise prêtraille ne mérite pas moins que les fermiers généraux que vous lui haussiez le râtelier, Cahier des plaintes des dames de la halle, p. 14, 1789, dans CH. NISARD, Parisianismes, p. 140.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « râtelier »

Étymologie de râtelier - Littré

Rastel, râteau ; wallon, rislîr.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de râtelier - Wiktionnaire

(Date à préciser) Dérivé de râteau (anciennement rastel) avec le suffixe -ier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « râtelier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
râtelier ratœlie play_arrow

Citations contenant le mot « râtelier »

  • J’avais vu, sur la route de Saint-Céneré, un râtelier adossé à une petite falaise, au-dessus d’une mare, avec un toit en tôle : je ne connais, dans toute l’iconographie chrétienne, pas de plus belle évocation de Bethléem. J’ai enfin revu le clocher d’Argentré, au loin, un peu avant le kilomètre 21, et j’ai levé, difficilement, les bras en signe de victoire et de résurrection.  France Culture, Jour 22 : Mégalithisme
  • Kartell ” L’homme visionnaire a mangé à tous les râteliers et aujourd’hui fort de son expérience de girouette, il nous prédit son futur et c’est bien là que le bas blesse du flagorneur opportuniste et fier de l’être . Mais en réalité, il sert la soupe chaude au pouvoir en s’érigeant comme sherpa zélé du pouvoir ... Madagascar-Tribune.com, « Il faut transformer cette situation en opportunité pour Madagascar », selon (...) - Madagascar-Tribune.com
  • Pour les vélos, Cet été, 230 nouvelles places provisoires, des râteliers, ont été créées cet été sur le front de mer. , Pornichet : vers une limitation de la vitesse à 30 km/h dans (presque) toute la ville | L'Écho de la Presqu'île
  • "On veut encore nous mettre à Millau un râtelier à malbouffe !" France Bleu, À Millau, un futur fast-food ravive la colère des habitants contre la "malbouffe"
  • C’est alors que les choses décollent : le trublion revient, affublé d’une perruque et d’un faux râtelier, sous une identité fictive, s’inventant un personnage nommé « Toni Erdmann » – un peu comme le faisait celui d’Andy Kaufman dans Man on the Moon (1999), de Milos Forman. Il se dédouble donc, dans une forme de schizophrénie pratique, où le postiche joue le rôle d’une prothèse : puisque le père et la fille sont des infirmes de l’échange, c’est par le truchement de l’artifice que passe, désormais, la communication. Et celle-ci prend la forme d’un jeu incontrôlable, d’une fiction toujours plus glissante, à laquelle Inès va peu à peu se prêter. Le Monde.fr, Un père imprévisible, une fille sans humour : la folie douce de « Toni Erdmann »
  • Pour améliorer le confort des bovins et équins au pâturage, notamment lors des période de fortes chaleurs, Patura a conçu un râtelier bioclimatique. Il confère de l'ombre et de la ventilation (grâce à une cheminée) aux animaux qui viennent s'y alimenter. Web-agri, Râtelier avec un toit pour ombrage et ventilation au pâturage
  • Quand le foin manque au râtelier, les chevaux se battent. De Proverbe français

Images d'illustration du mot « râtelier »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « râtelier »

Langue Traduction
Corse rack
Basque rack
Japonais ラック
Russe стеллаж
Portugais prateleira
Arabe رف
Chinois
Allemand gestell
Italien cremagliera
Espagnol estante
Anglais rack
Source : Google Translate API

Synonymes de « râtelier »

Source : synonymes de râtelier sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires