La langue française

Maxillaire

Sommaire

  • Définitions du mot maxillaire
  • Étymologie de « maxillaire »
  • Phonétique de « maxillaire »
  • Citations contenant le mot « maxillaire »
  • Images d'illustration du mot « maxillaire »
  • Traductions du mot « maxillaire »
  • Synonymes de « maxillaire »

Définitions du mot maxillaire

Trésor de la Langue Française informatisé

MAXILLAIRE, adj. et subst. masc.

I. − Adj., ANAT. Qui se rapporte aux mâchoires. Artère, muscles, os, sinus maxillaire(s):
. Les nerfs sciatiques nous ont offert également le virus ainsi que les glandes maxillaires, parotides et sublinguales. Tout le système nerveux du centre à la périphérie est donc susceptible de cultiver le virus rabique. Pasteurds Travaux, 1884, p.384.
II. − Subst. masc. Chacun des os formant les mâchoires. Synon. mandibule.Maxillaire inférieur. Maxillaire supérieur. ,,Os pair formant avec son homologue la mâchoire supérieure`` (Man.-Man. Méd. 1977). Un retour de bras lui arrivant à toute volée en lui ouvrant transversalement la face, de la tempe droite au maxillaire inférieur gauche (Courteline, Train 8 h 47, 1888, II, p.18).De même voyons-nous, dans les mâchoires des rongeurs, une dent du maxillaire inférieur s'allonger, si celle qui lui fait face dans le maxillaire supérieur vient à manquer (Gide, Journal, 1928, p.872).
REM.
Maxillaire, adj.[Dans des composés] Sous-maxillaire, inter-maxillaire, etc. Dans les cétacés, les os maxillaires et inter-maxillaires sont prolongés en une espèce de bec applati (Cuvier, Anat. comp., t.2, 1805, p.67).Nous avons dans la section du nerf de la glande sous-maxillaire l'image d'une maladie évolutive (Cl. Bernard, Princ. méd. exp., 1878, p.141).
Prononc. et Orth.: [maksil(l)ε:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. Ca 1370 adj. «relatif aux mâchoires» (Gui de Chauliac, Chirurgie ds Sigurs, p.66); 2. 1805 subst. (Cuvier, op. cit., p.77). Empr. au lat. maxillaris «relatif aux mâchoires», dér. de maxilla «mâchoire» (v. mâchelier, -ière et mâchoire). Fréq. abs. littér.: 238. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1011, b) 23; xxes.: a) 91, b) 80.

Maxillaire, adj.[Dans des composés] Sous-maxillaire, inter-maxillaire, etc. Dans les cétacés, les os maxillaires et inter-maxillaires sont prolongés en une espèce de bec applati (Cuvier, Anat. comp., t.2, 1805, p.67).Nous avons dans la section du nerf de la glande sous-maxillaire l'image d'une maladie évolutive (Cl. Bernard, Princ. méd. exp., 1878, p.141).

Wiktionnaire

Adjectif

maxillaire \mak.si.lɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Qui appartient aux mâchoires, relatif aux mâchoires.
    • Muscles, nerfs, artères, glandes maxillaires.
  2. (En particulier) Relatif à la mâchoire supérieure.

Nom commun

maxillaire \mak.si.lɛʁ\ masculin

  1. Chacun des os composant la mâchoire.
  2. (En particulier) Os de la mâchoire supérieure.
  3. (Botanique) Genre d'orchidée d'Amérique, comprenant d'une centaine d'espèces.
    Maxillaria avis - cropped.jpg
    • Le Mexique est la patrie de cette maxillaire, dont la fleur exhale une odeur suave de cannelle. — (M. Drapier, Encyclographie du Règne Végétal, Bruxelles, 1835)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MAXILLAIRE. (On prononce les deux L.) adj. des deux genres
. T. d'Anatomie. Qui appartient aux mâchoires, qui a rapport aux mâchoires. Muscles, nerfs, artères, glandes maxillaires. Os maxillaire ou, substantivement, MAXILLAIRE, Chacun des os composant la mâchoire.

Littré (1872-1877)

MAXILLAIRE (ma-ksil-lê-r') adj.
  • 1 Terme d'anatomie. Qui a rapport aux mâchoires. Artères, veines maxillaires.

    Os maxillaire inférieur, os de la mâchoire inférieure ; os maxillaire supérieur, os de la mâchoire supérieure.

    Sinus maxillaire ou antre d'Highmore, grande cavité creusée dans l'épaisseur de l'os maxillaire supérieur.

  • 2 Terme de zoologie. Mollusques maxillaires, mollusques dont la bouche est composée au moins d'un labre, de deux mandibules, d'une languette et de deux mâchoires rapprochées antérieurement.

    Palpes maxillaires, filets articulés insérés sur le bord externe des mâchoires des insectes.

HISTORIQUE

XVIe s. L'os maxillaire majeur, Paré, IV, 9.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MAXILLAIRE, adj. (Anatomie.) se dit de quelques parties relatives aux mâchoires. Voyez Machoire.

Les glandes maxillaires sont au nombre de deux, situées chacune à côté de la face interne de l’angle de la mâchoire inférieure. Il part de la partie postérieure interne de ces glandes un conduit, qu’on appelle conduit salivaire de Warthon, & conduit salivaire inférieur.

Ces conduits viennent gagner le frein de la langue, où ils se terminent par deux orifices séparés, & quelquefois par un seul commun. Voyez Langue & Frein, &c.

L’artere maxillaire inférieure est cette branche de la carotide externe, qui se distribue aux glandes maxillaires, sublinguales, &c. Voyez Carotide.

L’artere maxillaire externe est cette branche de la carotide externe qui passe antérieurement sur le milieu de la mâchoire inférieure à côté du menton, ce qui lui fait donner le nom d’artere mentonniere, elle monte sous la pointe du muscle triangulaire vers l’angle des levres où elle produit deux rameaux, dont l’un se distribue à la levre supérieure, & l’autre à la levre inférieure : ces rameaux vont après plusieurs contours s’anastomoser avec de semblables rameaux du côté opposé ; l’artere maxillaire va ensuite à côté des narines où elle jette quelques rameaux, & vient enfin gagner le grand angle où elle produit plusieurs rameaux qui se distribuent au muscle orbiculaire des paupieres, &c. l’un de ces rameaux se porte le long de la partie latérale interne de l’œil, & va s’anastomoser avec une branche de la carotide interne ; on l’appelle dans ce trajet artere angulaire.

L’artere maxillaire interne vient de la carotide externe vis-à-vis le condyle de la mâchoire inférieure. Entre les petits rameaux qu’elle produit, elle se partage en trois rameaux principaux. Le premier va passer dans l’orbite par la fente sphéno-maxillaire, & s’appelle artere spheno-maxillaire, qui se distribue aux narines postérieures par le trou spheno-palatin, à la dure-mere par la fente sphénoïdale, où elle communique avec l’artere épineuse, à la mâchoire supérieure par le canal orbitaire, & communique à sa sortie par le trou orbitaire inférieur avec l’artere angulaire.

Le second rameau se glisse dans le canal de la mâchoire inférieure, se distribue aux dents, & vient communiquer à sa sortie par le trou mentonnier antérieur avec l’artere maxillaire externe.

Le troisieme rameau va gagner le trou épineux de la sphénoïde, & se distribuer à la dure-mere ; on l’appelle artere spheno-épineuse, ou artere épineuse : elle prend quelquefois son origine au-dessous de la laringée, quelquefois du premier des trois rameaux de la maxillaire interne. Voyez Laringée.

Les nerfs maxillaires sont de six branches de la cinquieme paire auxquels on donne ce nom. Voyez Nerf & Trigémaux.

Les os maxillaires ou les grands os de la mâchoire supérieure sont au nombre de deux, situés l’un à côté de l’autre à la partie antérieure & moyenne de la face.

On peut distinguer dans chacun de ces os, lorsqu’ils sont en situation cinq faces, une antérieure un peu latérale externe. On remarque 1° dans sa partie moyenne la fosse maxillaire : 2° vers son bord supérieur une portion inférieure & interne de l’arcade orbitaire, qui se termine à la partie latérale externe, à une apophyse appellée orbitaire ou apophyse malaire, à la partie latérale interne, à l’apophyse montante où apophyse nasale au-dessous, & à la partie moyenne de cette arcade du trou orbitaire inférieur ou orifice antérieur du canal orbitaire : 3° son bord inférieur qui cache la face inférieure & qui est percé de plusieurs trous, nommés alvéoles ; c’est ce qui lui a fait donner le nom d’apophyse alvéolaire : 4° son bord latéral interne est divisé en deux par l’échancrure nasale à la partie supérieure de laquelle se trouve l’apophyse nasale, & à sa partie inférieure l’épine des narines située au-dessus de la partie latérale interne de l’arcade alvéolaire : 5° son bord latéral externe, c’est un petit arc compris entre la partie inférieure des apophyses malaire & alvéolaire.

La face supérieure est légerement concave, triangulaire, & forme la portion inférieure de l’orbite.

On remarque 1° à sa partie moyenne une fissure ou felure du dessus du canal orbitaire, cette fissure se termine presque à l’angle postérieur de cette face par une gouttiere, à l’extrémité de laquelle on a donné le nom de trou orbitaire postérieur. 2° Entre l’angle postérieur & l’apophyse malaire une échancrure. 3° Entre ce même angle & l’apophyse montante un bord échancré à sa partie antérieure pour recevoir l’os unguis.

La face postérieure est renfermée entre l’angle postérieur de la face supérieure la partie postérieure de l’apophyse malaire, & l’extrémité postérieure de l’arcade alvéolaire.

On y remarque une grosse tuberosité percée de plusieurs trous.

La face inférieure est inégalement concave, & forme une portion de la voûte du palais.

On voit à sa partie latérale interne & antérieure un demi canal, qui, avec un pareil du côté opposé, forme le trou incisif.

La face latérale interne est inégalement concave, & forme une partie des fosses nasales.

On remarque 1° l’ouverture du sinus maxillaire, qui est une cavité creusée sous l’orbite dans l’épaisseur de l’os ; il a plus ou moins d’étendue, & il en a tant quelquefois, qu’il communique avec les fosses alvéolaires ; il communique avec les fosses nasales par des ouvertures qui sont beaucoup plus élevées que le fond du sinus, & sont situées à la partie postérieure du conduit lacrimal entre le cornet inférieur de l’os éthmoïde & celui du nez. 2° Une gouttiere ou portion du conduit nasal entre la partie antérieure de cette ouverture & la partie postérieure de l’apophyse montante. 3° Une échancrure à la partie inférieure de ce sinus pour recevoir l’os du palais, & sur cette échancrure postérieurement un petit trou pour recevoir la petite apophyse de la portion ptérigoïdienne de l’os du palais, & une demi gouttiere qui, avec celle de la face postérieure du plan vertical de l’os du palais, forme un des trous palatins postérieurs. 4°. Une ligne taillante & transversale, située sur la partie inférieure de l’apophyse montante, & sur laquelle l’extrémité antérieure du cornet inférieur du nez est posée. 5° Une crête située à la partie latérale externe plus élevée à sa partie antérieure, & continue avec l’épine des narines. 6° Un trou situé à la partie latérale externe de la portion la plus élevée de la crête, & qui aboutit au demi-canal de la face inférieure.

Cet os est articulé avec tous les os de la mâchoire supérieure, avec l’os sphénoïde, l’éthmoïde & le coronal. Voyez Sphénoide, &c. & nos Pl. d’Anat.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « maxillaire »

Lat. maxillaris, de maxilla, mâchoire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Adjectif) Du latin maxillaris (« de la mâchoire »), dérivé de maxilla.
(Nom) (Par ellipse) D’os maxillaire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « maxillaire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
maxillaire maksilɛr

Citations contenant le mot « maxillaire »

  • La prise en charge d’un cas de rehabilitation complete au maxillaire superieur est un protocole therapeutique acquis et de bien documente dans la litterature. LEFILDENTAIRE magazine dentaire, Réhabilitation prothétique complète du maxillaire atrophié
  • Dans notre pratique quotidienne les comblements de sinus maxillaire sont depuis plus de cinq ans tous realises a partir d’allogreffe qu’il y ait ou non une reconstruction de crete associee (d’os allogenique ou d’os autologue). Le choix du biomateriau de comblement depend de l’experience du chirurgien : xenogreffe, allogreffe. Les resultats sont comparables. LEFILDENTAIRE magazine dentaire, Les techniques de reconstruction du maxillaire a visée pré implantaire
  • Le sinus maxillaire, encore appelé antre d’Highmore, est une cavité pneumatique de forme pyramidale, à base mésiale et à sommet latéral. Il communique avec les cavités nasales par un ostium. Il est tapissé par un tapis mucociliaire convergent vers le méat moyen via l’ostium naturel. LEFILDENTAIRE magazine dentaire, L’abord du sinus maxillaire par voie latérale : spécificités anatomiques, diagnostic préopératoire des pathologies sinusiennes et prise en charge des complications post opératoires.
  • La rehabilitation fonctionnelle et esthetique s’avere etre un acte therapeutique exigeant et delicat, dans le cas d’atrophie severe du maxillaire, situation pour laquelle la pose d’implants conventionnels n’est plus possible du fait d’une resorption osseuse importante au niveau de la crete alveolaire maxillaire consecutive a l’edentement et en presence de sinus maxillaires tres pneumatises. Le recours a des implants trans-zygomatiques represente une alternative therapeutique aux greffes, permet de reduire l’investissement chirurgical, et modifie la phase de temporisation, avec des couts financiers et une duree du traitement modifies. LEFILDENTAIRE magazine dentaire, Atrophie Sévère Du Maxillaire Et Implants Trans-Zygomatiques
  • Dans le cadre des pertes de substance (PdS) tissulaires plus ou moins etendues de l’etage moyen de la face, les protheses amovibles endo-buccales, avec ou sans obturateur, peuvent representer une alternative therapeutique dans un grand nombre de situations cliniques. Congenitales ou acquises, les PdS maxillaires peuvent aboutir a des communications bucco nasales, bucco-sinusiennes ou bucco-naso-sinusiennes, face auxquelles le specialiste en prothese maxillo-faciale (PMF) doit s’adapter pour concevoir sa realisation prothetique, notamment par le biais d’obturateurs. LEFILDENTAIRE magazine dentaire, Gestion prothétique des pertes de substance maxillaire
  • L’augmentation mammaire chirurgicale à l’aide d’une prothèse en silicone se réalise à partir de différents accès, plus spécifiquement des incisions sous-mammaire, axillaire et tranvaginale. Le choix de la coupe dépend principalement du type d’implant à implanter, qu’il s’agisse d’une prothèse ronde ou anatomique en silicone, et de la décision du chirurgien qui, selon ses connaissances et son expérience, choisit la façon la plus avantageuse de réaliser l’intervention. L’avantage de couper dans la ligne sous-maxillaire est un champ opératoire clair et minimisant le risque de saignement, et le principal inconvénient est la visibilité postopératoire. L’accès aux meilleurs résultats cosmétiques se fait par l’accès axillaire et transversal. Ces coupes offrent les meilleures chances de couvrir les traces après l’intervention. KivuPress, Première consultation augmentation mammaire
  • Le rugbyman a publié les images de ses radiographies sur ses réseaux sociaux. C’est là que s’invite l’effroi: l’image montre clairement une fracture de la face, entre les pommettes et le maxillaire supérieur. Selon le «New Zeland Herald», les chirurgiens qui se sont occupés de lui ont dû lui poser pas moins de vingt vis dans le visage. Mais le sportif n’en garde aucune trace. S’il semble insensible à la douleur, Sio Soliola devrait rester loin des terrains quelques semaines avant de pouvoir reprendre son poste sereinement. , Même une fracture du visage ne l’a pas arrêté - 20 minutes

Images d'illustration du mot « maxillaire »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « maxillaire »

Langue Traduction
Anglais maxillary
Espagnol maxilar
Italien mascellare
Allemand oberkiefer
Chinois 上颌骨
Arabe الفك العلوي
Portugais maxilar
Russe челюстной
Japonais 上顎
Basque maxillary
Corse maxillare
Source : Google Translate API

Synonymes de « maxillaire »

Source : synonymes de maxillaire sur lebonsynonyme.fr
Partager