La langue française

Quel, quelle

Définitions du mot « quel, quelle »

Trésor de la Langue Française informatisé

QUEL, QUELLE, morph. interr., exclam. ou indéf.

A. − [Quel, morph. interr.]
1. [En interr. dir.]
a) [Quel, adj. interr. + subst. interroge sur l'identité, rarement sur la qualité]
[Le subst. que quel introd. tient le rôle de suj.] Mais quel amoureux pourrait s'emparer d'elle? Jamais je n'ai vu aussi impétueuse soûlarde (Claudel, Endormie, 1883, p. 7).Mais quelle joie, quelle raison de vivre, quelle vie peuvent résister à cette vision? (Proust, Past. et mél., 1919, p. 224).Quelle station vient de passer en coup de vent? Asnières (Gide, Faux-monn., 1925, p. 990).
[Le subst. que quel introd. tient le rôle de régime] − Quel âge a l'aîné? demanda Vandeuvres. − Henri a neuf ans, répondit Mignon (Zola, Nana, 1880, p. 1174).L'appellera-t-on douteuse? Endure-t-elle naissance? − Où? Chez quelles gens vivais-je? (Claudel, Ville, 1893, ii, p. 371).Sous quelle latitude pouvions-nous bien être, livrés ainsi à la fureur des symboles, en proie au démon de l'analogie, objet que nous nous voyions de démarches ultimes, d'attentions singulières, spéciales? (Breton, Nadja, 1928, p. 110).
Rem. 1. Lorsque le subst. est de l'animé, quel peut interroger sur la qualité: Quelles gens êtes-vous? Oreste: Qui est-ce, mère. Avoue! Clytemnestre: Quels enfants êtes-vous qui, en deux mots, faites de notre rencontre un drame? Laissez-moi, ou j'appelle! (Giraudoux, Électre, 1937, II, 4, p. 145). 2. Quel peut être empl. avec ell. du verbe: − Je monte au renfort. − De quel côté? − À la vallée (Giono, Gd troupeau, 1931, p. 90) ou même avec ell. du subst. qui l'accompagne: Elle baissa la tête. J'ai eu des malheurs qu'elle répondit. − Quels? − Je n'ose, dit-elle (Queneau, Loin Rueil, 1944, p. 76). 3. Quel peut être renforcé par est-ce que ou (pop.) par que: Quel rapport est-ce que tout cela avait avec sa propre histoire? Aucun, pensa Jacqueline. Une rencontre (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 303).
b) [Quel, pron. interr. suivi de être, interroge sur l'identité ou sur la qualité]
[L'interr. porte sur l'animé]
[Quel interroge sur l'identité] − Quel est-il ce général qui gourmande son voisin? − Pardi, c'est le maréchal! − Quel maréchal? − Le maréchal Ney, bêta! Ah çà! Où as-tu servi jusqu'ici? (Stendhal, Chartreuse, 1839, p. 42).Knock: Quelle est la première personne? (Deux gars s'avancent). (...) Lequel de vous deux? (Romains, Knock, 1923, ii, 6, p. 14).− Mais quelle est cette délicieuse enfant qui vous accompagne? demanda-t-il en souriant. − C'est, dit Édouard, Mademoiselle Sarah Vedel; la sœur de Madame Douviers, mon amie (Gide, Faux-monn., 1925, p. 1168).
Rem. (Vieilli). Dans une constr. alternative, quel peut commuter avec lequel: De Chénier ou de Saint-Just, quel était le plus pur? Que le plus pur soit notre guide (Guéhenno, Journal « Révol. », 1937, p. 32).
[Quel interroge sur la qualité] Littér. Mais le bien aimé, où est-il? Quel est-il, celui qui agitera son sein gauche, émotionnera sa vie (Bourget, Nouv. Essais psychol., 1885, p. 62).Le moi qui respecte n'est pas le même que le moi respecté. Quel est donc ce dernier moi? En quoi consiste sa dignité? D'où vient le respect qu'il inspire? (Bergson, Deux sources, 1932, p. 65).
Rem. 1. Lorsque le suj. est un pron. pers. qui n'est pas de la 3epers., le tour est rare: Qui sommes-nous? ou plutôt: quels sommes-nous, nous autres d'aujourd'hui, qui renonçons, sans même en avoir conscience, à nommer la vertu, et peut-être, à sentir vivre en nous l'idée auguste que ce nom rappelait jadis dans toute sa force? (Valéry, Variété IV, 1938, p. 172). 2. Quel peut être attribut de l'obj.: Tu sauras pour quel on me tient. Ô gnome, Et tu pourras savoir par le menu Si j'ai l'âme gaillarde, et pour quel on me nomme (Moréas, Pèlerin pass., 1891, p. 81).
[L'interr. porte sur l'inanimé]
[Quel interroge sur la détermination ou sur la qualité] Tu pleures, ô mon roi! Quelle est donc ta souffrance? De ma fidélité tu connais la constance! (Moréas, Iphigénie, 1900, i, 1, p. 12).Quelles sont ces images qui pénètrent l'enfant d'un trouble passionné? Jamais il ne les avait vues; et pourtant il les connaissait: il les a reconnues (Rolland, J.-Chr., Aube, 1904, p. 69).Mon anxiété se tournait plus que jamais vers la Belgique. Quelle serait son attitude? Le roi Albert a donné trop de preuves de sa loyauté à la cause alliée pour qu'il ne soit pas possible de dire aujourd'hui que, par ses attaches de famille et sa forme d'esprit, on pouvait craindre de le voir se tourner vers nos ennemis (Joffre, Mém., t. 1, 1931, p. 215).
2. [En interr. indir.]
a) [Quel, adj. interr.: quel + subst.] Plusieurs circonstances m'ont tout d'abord fait comprendre la grandeur du sacrifice que Dieu exigeait de moi, et dans quel abîme me précipitait le parti que me conseille ma conscience (Renan, Souv. enf., 1883, p. 315).Elle comprit par quelle gêne je reculai l'heure de les lui présenter; elle se contenta de les voir à travers moi; les aimant par moi (Giraudoux, Simon, 1926, p. 155).
b) [Quel, attribut] On dit qu'il est des routes sur la mer; mais elles ne sont pas tracées, et Bernard ne savait quelle était la sienne (Gide, Faux-monn., 1925, p. 1208).Jérôme hésite au seuil. − Julia, il dit, viens voir quel est celui-là qui s'approche dans le chemin? (Giono,Gd troupeau,1931p. 224):
1. À mon travail de trente années j'avais le dessein d'ajouter une conclusion générale: je comptais dire, ainsi que je l'ai souvent mentionné, quel était le monde quand j'y entrai quel il est quand je le quitte. Chateaubr., Mém., t. 4, 12848, p. 576.
B. − [Quel, morph. exclam.]
1. [Quel, adj. exclam.: quel + subst.] Avec quelle appréhension j'attendais la fin de la classe! (Gide, Si le grain, 1924, p. 423).Quelle joie puissante! Mais ensuite, quand on se souvient, on doute on ne sait de quoi (Saint-Exup., Vol nuit, 1931, p. 87).
[La prop. est ell.] Quel dommage! Quel malheur! Quelle histoire. Quel trouble! quels discours embarrassés! (Lemercier, Pinto, 1800, ii, 12, p. 69):
2. − (...) vous savez que, pour moi, tout le plaisir de ces vacances est de les passer seule avec vous, et vous invitez des gens que vous connaissez à peine, que vous avez vus une fois au Maroc. − Quelle véhémence! Quelle Isabelle nouvelle! Maurois, Climats, 1928, p. 196.
[En constr. indir.] C'est extraordinaire à quel point ses idées sont devenues saines et comme maintenant il frappe juste. Oh! il a beaucoup gagné (A. France, Lys rouge, 1894, p. 78).
2. Rare. [Quel, pron. exclam. attribut] Clytemnestre: Quels sont mes déplaisirs! ô tourment, ô misère! (Moréas, Iphigénie, 1900, iv, 2, p. 122).
En empl. ell. La belle MmeP... (...) avait gratté avec la pointe de son épingle de cravate, une perle d'eau douce, du lac Nicaragua (qui est aussi le seul lac du monde contenant des requins, et quels!) (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 186).V. dessus2C ex. de Colette.
C. − [Quel empl. dans des loc. indéf. où il fonctionne comme adj.]
1. Je ne sais quel, on ne sait quel + subst. Elle se leva: « Que votre frère et mon fils aient combiné ensemble je ne sais quelle escapade, c'est possible; quoique Daniel n'ait jamais prononcé devant moi ce nom de... » (Martin du G., Thib., Cah. gr., 1922, p. 593).Rien ne peut naître, périr, être à quelque degré, avoir un moment, un lieu, un sens, une figure, − si ce n'est sur cette scène définie, que les destins ont circonscrite, et que, l'ayant séparée de je ne sais quelle confusion primordiale, (...) ils ont opposée et subordonnée à la condition d'être vue (Valéry, Variété[I], 1924, p. 210).
2. N'importe quel. V. importer1III A.
3. [Dans le tour quel que + être (au subj.), quel fonctionne comme attribut] Je croyais presque vous avoir oubliée. Quels que puissent être vos sentiments pour lui, il est votre ami et celui de votre famille (Delacroix, Journal, 1823, p. 25).Quel qu'ait été l'homme qui est mort à Sainte-Hélène, j'ai travaillé dix ans dans son gouvernement (A. France, Bonnard, 1881, p. 398).Ce rêve, quel qu'il soit, est celui d'une élite. Il faut pour le faire passablement de littérature (Lemaitre, Contemp., 1885, p. 162).
Rem. 1. Quel... que peut être empl. p. arch. à la place de quelque... que lorsqu'il porte sur un adj.: Quelle grande que soit la puissance du feu, elle ne devient utile et motrice que par des machines où l'art l'engage (Valéry, Variété [I], 1924, p. 186). 2. ,,Quel adjectif s'accorde en genre et en nombre avec le sujet. Ce tour engendre de nombreuses graphies fautives: Quelque soit la cause, ou quelques soient les événements, pour quelle que soit la cause ou quels que soient les événements. L'inversion du sujet est ici obligatoire`` (Gramm. Lar. 1964, p. 136).
D. − Tel* quel.
REM.
Quellement, voir tellement (tellement quellement).
Prononc. et Orth.: [kεl]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. Rel. A. 1. 2emoit. xes. adj. en fonction d'épithète qual fém. (St Léger, éd. J. Linskill, 149: Ciel Ewruins, qual hora209l vid, Penre209l rovat; 205); 1erquart xiiies. en fonction d'attribut (Renclus de Molliens, Carité, éd. A. G. Van Hamel, 11, 7: Quel sont amont, tel sont aval); 2. a) fin xes. pron. régime (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 458: Signes faran li soi fidel Quals el [Jesus] abanz faire soleit); 1remoit. xiies. de quels (Psautier d'Oxford, éd. Fr. Michel, XVIII, 3); b) ca 1100 de quel que (Roland, éd. J. Bédier, 593: Altre bataille lur livrez de mëisme: De quel que seit Rollant N'estoerdrat mie). B. Quel... que, quel que introduisant des rel. indéterminées au subj., à valeur concessive 1. a) ca 1100 quel + subst. + que (Roland, 2034: Quel part qu'il alt); 1135 (Wace, Ste Marguerite, éd. E. A. Francis, 29, ms. A: Quel loi que ses peres tenist); b) 1erquart xiies. avec anticipation de que: quel que + subst., v. quelque 1 b; 2. ca 1170 quel [+ attribut] + que (Chrétien de Troyes, Erec, éd. M. Roques, 1929: N'i ot nul d'ax quiex que il fust, Qui faucon ou oisel n'eüst). II. Adj. interr. A. 1. interr. indir. a) fin xes. en fonction épithète (Passion, 332: Cum cela carn vidra murir, Qual agre dol, no209l sab om vius); ca 1050 (St Alexis, éd. Chr. Storey, 240; 380); xiiies. [ms.] quel est suivi d'un que explétif (2eContinuation de Perceval, éd. W. Roach, 31168, leçon du ms. P: je ne soi que il devindrent Ne quelle voie que il tinrent); b) ca 1100 en fonction d'attribut (Roland, 191: je ne sai quels en est sis curages); déb. xiies. (Benedeit, St Brendan, éd. E. G. R. Waters, 1680); 2. interr. dir. a) ca 1100 en fonction d'épithète quel fém., quele fém. (Roland, 146; 395); b) 1remoit. xiies. en fonction d'attribut (Psautier d'Oxford, XXXVIII, 11); ca 1150 (Charroi de Nîmes, éd. D. McMillan, 448). B. Exclam. ca 1050 en fonction d'épithète (St Alexis, 392: Filz Alexis, quels dols m'est presentet!; 452); ca 1100 quels masc. plur. (Roland, 1849). III. Pron. interr. 1. ca 1100 interr. indir. (ibid., 2553; 2567); 2. ca 1170 interr. dir. (Rois, I, XXVII, 10, éd. E. R. Curtius, p. 54: Sur quels as ui curud?). Du lat. qualis, interr. « quel, de quelle espèce, de quelle nature? », empl. en interr. dir. ou indir., en fonction d'épithète ou d'attribut; − rel. (le corrélatif talis étant exprimé ou s.-ent.). Dans la lang. vulg., à basse époque, est équivalent du qui rel. (ive-ves., Lat. Gramm. Synt. und Stil., 1964, § 244, p. 459). − À côté de la déclinaison fém. sing.: cas suj. quels, quel; cas régime quel, apparaît une forme anal. quele, queles, qui, vers le xvies. élimine la forme phon. La forme masc. du cas suj. est quieus; quels peut représenter soit une graph. arch. de queus, soit une réfection à partir de quel, cas régime, v. Moignet 1973, p. 45. Fréq. abs. littér.: 56 921. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 85 459, b) 79 439; xxes.: a) 81 485, b) 77 580. Bbg. Darcueil (J.). Ét. de l'expr. de la concess. en fr. Banque Mots. 1980, n o20, pp. 139-149. − Gautier (L.). Qq. tours néologiques. Fr. mod. 1962, t. 30, pp. 255-264. − Gérard (J.). L'Exclam. en fr. Tübingen, 1980, pp. 85-88, 118-123. − Glättli (H.). À propos de la synt. des interr. quel et lequel en fr. mod. Vox rom. 1954/55, t. 14, pp. 62-71. − Heriau (M.). Le Verbe impersonnel en fr. mod. Lille-Paris, 1980, t. 1, p. 334, 486; t. 2, p. 879, 880; pp. 882-885; p. 963. − Jokinen (U.). Les Rel. en m. fr. Helsinki, 1978, pp. 37-41, 47-52. − Le Bidois (R.). L'Invers. du suj. ds la prose contemp. Paris, 1952, p. 75, 78, 79, 279, 283. − Mahmoudian (M.). Les Modalités nom. en fr. littér. contemp. Linguistique. Paris. 1971, t. 7, n o2, pp. 94-95. − Maler (B.). Synon. rom. de l'interr. qualis. Stockholm, 1949, pp. 5-16; p. 37, 38, 62, 63. − Morel (M.-A.). Ét. sur les moy. gramm. et lex. propres à exprimer une concess. en fr. contemp. thèse, Paris, 1980, pp. 435-454, 582-583, 787-789, 876-877. − Renchon (H.). Ét. de synt. descr. 2. La Synt. de l'interr. Bruxelles, 1967, passim. − Richters (O.). Zur historischen Syntax von interrogativem quel. Diss., Göttingen, 1909, 132 p. − Sandfeld (Kr.). Synt. du fr. contemp. 1. Les Pron. Paris, 1965, pp. 311-315. − Verheugd (E.). Quel: sujet ou attribut? Rech. Ling. fr. Utrecht. 1987, pp. 3-16.

Wiktionnaire

Adjectif interrogatif

quel \kɛl\

  1. (Avec un nom) Interroge sur l’identité du nom suivant.
    • Quel genre d’homme est-ce ?
    • Quelle heure est-il ?
    • Quel âge avez-vous ?
    • Quel temps fait-il ?
    • Quelle mouche le pique ?
    • À quel homme pensez-vous avoir affaire ?
    • Sur quelles sources vous basez-vous ?
  2. (Avec un nom) Interroge sur la qualité du nom suivant.
    • Quel homme est-il ?
    • Il ne sait quel parti prendre.
    • J’aimerais comprendre de quelle façon il s’y est pris.
  3. (Avec le verbe être) Interroge sur l’identité ou la qualité du sujet.
    • Quel est donc ton problème ?
    • Quel est cet homme qui saura débrouiller tout ça ?
    • Quel est-il, celui qui viendra à ma rencontre ?

Adjectif exclamatif

quel \kɛl\

  1. Employé comme tel, il a pour but de renforcer la portée du nom qu’il accompagne. Il peut être dans une phrase elliptique (sans verbe) ou à l’intérieur d’une proposition.
    • Quelle pitié !
    • Quel malheur !
    • Quelle impudence !
    • Quelle méchanceté !
    • Quelle bonté !
    • Quelle folie d’agir ainsi !
    • Je ne savais pas à quel point vous étiez malheureux.
    • Il y avait beaucoup de monde à cette soirée, mais quelle soirée c’était !

Forme d’adjectif interrogatif

quelle \kɛl\

  1. Féminin singulier de quel.
    • Et en quelle langue, sinon précisément une langue truandisée, parlent les frérots des flottes de la Baltique et de la mer Noire chers à Vichnevsi et à Pogodine ? — (Alexandre Soljenitsyne, L’archipel du Goulag, 1918-1956, traduction de Geneviève Johannet, éditions du Seuil, 1974)

Forme d’adjectif exclamatif

quelle \kɛl\

  1. Féminin de quel.

Nom commun

quelle \Prononciation ?\ féminin

  1. (Sens inconnu) ….
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

QUEL (kèl, kè-l') adj.
  • 1Il s'emploie pour exprimer la qualité, et répond au latin qualis. La façon dont il a vécu avec moi montre assez quel il est, Vaugelas, Q. C. 366. Voilà quelle je suis et quelle je veux être, Corneille, Héracl. I, 2. Allez, allez, vous pourrez avec eux [les médecins] avoir quel mal il vous plaira, Molière, l'Av. I, 8. Qu'ils apprennent au moins quelle est la religion qu'ils combattent, avant que de la combattre, Pascal, Pens. IX, 1, éd. HAVET. En voici la preuve, me dit-il, et Dieu sait quelle ! c'est Escobar, Pascal, Prov. v. Tout est à l'armée ; quand on voit un homme dans les rues avec une épée, les petits enfants crient sur lui ; voilà quel est Paris présentement, Sévigné, 6 juin 1672. Le matin elle fleurissait, avec quelles grâces, vous le savez, Bossuet, Duch. d'Orl. Mettez-vous dans quelle situation il vous plaira, la prière l'adoucit…, Massillon, Carême, Prière 2. Ils ont supposé dans les conquérants un droit, je ne sais quel, de tuer, Montesquieu, Espr. X, 3.

    Il s'emploie en ce sens interrogativement. Quelle réponse t'a-t-on faite ? Molière, l'Av. II, 1. Quels honneurs n'a-t-on pas rendus à M. Corneille et à M. Racine ? Boileau, Lett. à Perrault. Quels courages Vénus n'a-t-elle pas domptés ? Racine, Phèdre, I, 1. Quelle raison a-t-on pour croire que la séparation de l'âme et du corps ne puisse se faire sans une douleur extrême ? Buffon, Hist. nat. homme, Œuv. t. IV, p. 373. Quel homme est-ce ? - C'est un beau, court, jeune vieillard…, rusé, rasé…, Beaumarchais, Barb. de Sév. I, 4.

    Il s'emploie en ce sens exclamativement. Au reste, égalant les plus belles, Et surpassant les plus cruelles, N'ayant trait qui ne plût, pas même en ses rigueurs : Quelle l'eût-on trouvée au fort de ses faveurs ! La Fontaine, Fabl. XIII, 26. Quel homme ! Molière, Mis. I, 1. Ariane, ma sœur, de quel amour blessée Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée ! Racine, Phèdre, I, 3. Joas : Quel père Je quitterais ! et pour… - Athalie : hé bien ? - Joas : pour quelle mère ! Racine, Athal. II, 7. Moi-même, plein d'un feu que sa haine réprouve, Quel il m'a vu jadis, et quel il me retrouve ! Racine, Phèdre, III, 6. Quel devins-je au récit du crime de ma mère ! Racine, Mithr. I, 1.

  • 2Il se dit aussi pour exprimer la nature de la personne ou de la chose, et répond au latin quis, quisnam. Je vous ai légué d'Étallonde [un des condamnés d'Amiens], comme je ne sais quel Grec donna en mourant sa fille à marier à je ne sais quel autre Grec, Voltaire, Lett. d'Alembert, 29 oct. 1774. Personne ne doute, dit Peña, scolie 47, qu'il ne faille faire mourir les hérétiques, mais on peut demander quel genre de supplice il convient d'employer, Voltaire, Dict phil. Inquisition.

    Il s'emploie interrogativement en ce sens. Quel est donc, lui dis-je, ce vieillard si modeste avec tant d'amour-propre, et si malheureux avec tant de bonheur ? C'est, me dit-il, Isocrate, Barthélemy, Anach. ch. 8. Berger, quel es-tu donc ? qui t'agite ? Chénier, Idylles, la Liberté.

    Quel de, pour lequel. Quels de vos diamants me faut-il lui porter ? Corneille, Suite du Ment. II, 3. Quel des deux voulez-vous, ou mon cœur ou ma cendre ? Quelle des deux aurai-je, ou la mort ou Cassandre ? Rotrou, Venceslas, II, 2. Quelle de mes tristes pensées Avec tes flots n'a pas coulé ? Lamartine, Harm. II, 5.

  • 3Il se dit pour combien grand, et répond au latin quantus, et pour combien de, et répond au latin quot. La reine [d'Espagne] parla au peuple avec tant de grâce, de force et de courage qu'il est incroyable avec quel succès, Saint-Simon, 282, 85.

    Il s'emploie en ce sens interrogativement et exclamativement. Quel charme de s'ouïr louer par une bouche Qui, même sans s'ouvrir, nous enchante et nous touche ! La Fontaine, Fill. de Minée. Madame la Dauphine est accouchée hier jeudi à dix heures du soir d'un duc de Bourgogne : votre ami vous mandera la joie éclatante de toute la cour, avec quel empressement on la témoignait au roi, à Monsieur le Dauphin, à la reine ; quel bruit, quels feux de joie, quelle effusion de vin, quelle danse de deux cents Suisses autour des portes, quels cris de vive le roi ! quelles cloches sonnées à Paris ; quels canons tirés, quel concours de compliments et de harangues, Sévigné, 7 août 1682. Il n'a manqué à Molière que d'éviter le jargon et le barbarisme, et d'écrire purement : quel feu ! quelle naïveté ! quelle source de bonne plaisanterie ! quelle imitation des mœurs ! quelles images et quel fléau du ridicule ! La Bruyère, I. Si l'on juge, par le passé, de l'avenir, quelles choses nouvelles nous sont inconnues dans les arts, dans les sciences, dans la nature, et, j'ose dire, dans l'histoire ! La Bruyère, XII. Quelle ville qu'Athènes ! quelles lois ! quelle police ! quelle valeur ! quelle discipline ! quelle perfection dans toutes les sciences et dans tous les arts ! mais quelle politesse dans le commerce ordinaire et dans le langage, La Bruyère, Disc. sur Théophr.

  • 4Il s'emploie pour indiquer l'ordre, le rang, et répond à l'ancien adjectif quantième. En quel siècle sommes-nous ? Dans le XIXe. En quelle année vivons-nous ? En 1869. Quel jour du mois est-il aujourd'hui ? Le trois.
  • 5Quelle heure est-il ? Il est deux heures, huit heures. De même on dit : Quel âge avez-vous ? et l'on répond : soixante-huit ans. Dans les deux cas la réponse renferme une ellipse : il est [l'heure de] huit heures ; j'ai [l'âge de] soixante-huit ans.
  • 6Tel quel, voy. TEL.
  • 7Quel que, quelle que, voy. QUEL QUE à son rang alphabétique.

    PROVERBE

    Quel pour moi, tel pour toi.

REMARQUE

1. Cet adjectif interrogatif, suivi d'un substantif, peut être avec ce substantif le régime direct du verbe qui le suit : et alors le participe est variable, d'après la règle générale qui veut que le participe s'accorde quand il est précédé de son régime direct. Quelle nouvelle m'avez-vous apportée ?

2. De Paris à Lyon quelle est ma route ? peut signifier trois choses : la route en tant que désignant les lieux par où je passerai ; la route par rapport à ses qualités : agréable, variée, triste ; la route par rapport à sa longueur. Quelle est votre maison ? peut signifier laquelle de ces maisons est la vôtre, ou de quelle façon est votre maison. Le sens de quel est devenu très confus : la cause en est dans la perte que la langue a faite de plusieurs excellentes tournures : on ne peut plus dire qui au sujet, en parlant d'une chose ; qui est cette maison ? n'est plus français ; l'adjectif quant, quantes a péri ; quantième n'est plus que substantif. De la sorte, quel en est venu, bon gré mal gré, à remplacer tous ces mots.

HISTORIQUE

XIe s. En quel mesure en pourrai estre fiz [certain] ? Ch. de Rol. x. Oez, seignur, quel pechet nous encombre, ib. II.

XIIe s. Mais [je] ne sai pas encor certainement Quel guerredon ele me voudra rendre, Couci, v. Par quel forfait et par quel mesprison M'avez, Amors, de vos si esloigné ? ID. VII. Quant il sauront queus iert [sera] li guerredons, ID. XIII. Il leur a demandé : qex [quelles] nouveles, baron ? Sax. XXII. Parole à David, si li di que il eslised de treis choses quele que il volt mielz que jo li face… E li prophete vint al rei, si li dist de part nostre seignur, et ruvad [rogavit] que il esleist quel membre que il volsist, Rois, p. 217.

XIIIe s. [Elle] Ne sut quel part aler, tousjours se traist en sus, Berte, XXIV. Quel deable ont la voie [à] Blanchefleur ci aprise ? ib. LXXVI.

XIVe s. Et par consequent queles sont les parties ou les communicacions politiques, teles sont les amistés, Oresme, Eth. 245.

XVIe s. Ayant aesles cartilagineuses (quelles sont es souris chaulves), fort longues et larges, Rabelais, Pant. IV, 3. …Quel' rancune te touche ? Marot, II, 5. Adjoustans, quels, combien d'hommes, quelles armes…, Montaigne, I, 24. Ils envoyoient devant les plus grossiers, pour voir quel il y faisoit, Casteln. 72. Les corps secs et durs, quels sont les membranes, ne sont alterés que par medicamens forts, Paré, VIII, 18.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « quel »

Dérivé du latin qualis.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin qualis (« quel »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Berry, queu, queulle, queux au pluriel ; bourguig. quei ; provenç. qual, cal ; espagn. cual ; ital. quale ; du lat. qualis, formé du relatif, et de lis, que Bopp, Gr. comp. § 419, rapproche du suffixe λιϰος, signifiant ressemblance ; ainsi qualis serait : semblable à qui.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « quel »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
quel kɛl

Citations contenant le mot « quel »

  • Le pardon, quel repos ! De Victor Hugo / L'Art d'être grand-père
  • Quel homme est sans erreur ? Et quel roi sans faiblesse ? De Voltaire / Brutus
  • Le couple, quel vilain mot. De Jocelyne Felx / Les petits camions rouges
  • De quel désert est entouré le génie ! De Friedrich Nietzsche
  • Ah ! quel talent je vais avoir demain. De Hector Berlioz
  • La mort, quel déshonneur ! Devenir soudain objet... De Emil Michel Cioran / Ecartèlement
  • La retraite… quel mot terrifiant ! De Johnny Hallyday / Le Journal du dimanche, 11 novembre 2012
  • https://www.capital.fr/votre-argent/bourses-etudiantes-a-quel-montant-avez-vous-droit-selon-vos-conditions-de-ressources-1376777 Capital.fr, Bourses étudiantes : à quel montant avez-vous droit selon vos conditions de ressources ? - Capital.fr
  • Plus écolo que l'avion, le train de nuit fait son come-back : mais à quel prix ? LCI, SNCF : quel est le profil type de l'utilisateur du TGV ? | LCI
  • En France, le port du masque contre le coronavirus est obligatoire dans les lieux publics fermés (magasin, restaurant...). Le ministre de la Santé recommande de le porter dans la rue quand les distances ne sont pas possibles. Dans quelles villes doit-on le porter même en extérieur ? Que risque-t-on si on ne le met pas ? A partir de quel âge ? , Masque obligatoire : Biarritz, Orléans, où doit-on le porter dehors ?
  • Quand je lis quelques commentaires disant qu'ils sont contents que les poissons mordent les touristes ou les fassent partir, je réponds que vous êtes bien contents qu'ils viennent les "touristes" et qu'ils dépensent leur argent. D'ailleurs quand ils ne viennent pas, vous pleurez, il faudrait savoir... Quant aux plages elles ne sont pas fréquentées que par les touristes, il y a aussi des locaux qui s'y baignent. Mais ce genre de commentaires ne me surprend pas, quand on voit comment les touristes sont (mal) reçus souvent, surtout dans le Sud, ils n'ont même plus envie de revenir. midilibre.fr, Quel est ce mystérieux poisson mordeur qui sévit en Méditerranée ? - midilibre.fr
  • Les sonnettes connectées et les caméras de surveillance étant des produits assez similaires, nous nous sommes appuyés sur notre expertise en la matière pour établir un protocole de test. Ainsi, nous évaluons la qualité d’image de jour puis de nuit. Nous chronométrons les réactions de l’objectif en cas d'éblouissement, puis nous mesurons la distance à laquelle les capteurs détectent une silhouette et la distance à laquelle un visage est identifiable. Dans notre labo son, nous vérifions les capacités de captation du microphone et de retransmission du haut-parleur. Le niveau sonore de la sirène, si l’appareil en a une, est aussi relevé. La consommation de l’appareil est mesurée à l’aide d’un wattmètre lorsque les appareils ont besoin d’un branchement sur secteur. Enfin, afin de vérifier la commodité d’emploi, nous utilisons l’appareil pendant une semaine environ afin de statuer si l’installation et l'utilisation sont simples et si l'application est ergonomique. , Comparatif : Quelle sonnette connectée choisir ? Juillet 2020 - Les Numériques
  • Alors que le mois de juillet s'achève avec un pic de chaleur, quelles sont les premières prévisions météorologiques pour le mois d'août ? La pluie va-t-elle faire son retour ou le soleil et la chaleur vont-ils persister ? Tameteo.com | Meteored, Météo : quelle tendance pour le mois d'août ?

Images d'illustration du mot « quel »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « quel »

Langue Traduction
Anglais what
Espagnol qué
Italien che cosa
Allemand was
Chinois 什么
Arabe ماذا
Portugais o que
Russe какие
Japonais
Basque zer
Corse cosa
Source : Google Translate API

Synonymes de « quel »

Source : synonymes de quel sur lebonsynonyme.fr

Quel

Retour au sommaire ➦

Partager