La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « prononciation »

Prononciation

Variantes Singulier Pluriel
Féminin prononciation prononciations

Définitions de « prononciation »

Trésor de la Langue Française informatisé

PRONONCIATION1, subst. fém.

DR. Action de lire le prononcé, la décision du jugement. Après prononciation du divorce, de la sentence. Pendant la prononciation de l'arrêt faite par le président, un sténographe peut prendre le prononcé textuel; il le transcrit ensuite en caractères ordinaires (Sardou1877).
Prononc. et Orth.: [pʀ ɔnɔ ̃sjasjɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. V. prononciation2.

PRONONCIATION2, subst. fém.

A. −
1. RHÉT. ANC. Partie de la déclamation et de l'action oratoire. Prononciation (...). C'est selon tous les rhéteurs, la cinquième et dernière partie de la Rhétorique, et celle qui enseigne à l'orateur à régler et à varier sa voix et son geste d'une manière décente, et convenable au sujet qu'il traite et au discours qu'il débite; en sorte que ce qu'il dit produise sur l'auditeur le plus d'impression qu'il est possible (Gramm.t.51789).
2. Art, manière de prononcer les mots; manière de réciter, de débiter. Belle, parfaite prononciation; prononciation agréable, claire, distincte, facile, mesurée, nette, neutre, soignée, soutenue; accentuer la prononciation pour forcer la rime; étudier la prononciation. La plus grande qualité de Madame Carvalho [cantatrice] est peut-être la prononciation. Si vaste que soit la salle où elle chante, on ne perd jamais un mot. C'est plus que de la prononciation, c'est de la diction (Saint-Saëns, Harm. et mélod., 1885, p.187):
1. La veuve Hucheloup était essoufflée et difforme avec des souvenirs champêtres. Elle leur ôtait la fadeur par la prononciation. Elle avait une façon à elle de dire les choses qui assaisonnait ses réminiscences villageoises et printanières. Hugo, Misér., t.2, 1862, p.315.
B. −
1. Action, façon d'articuler les phonèmes, de réaliser les sons du langage, les sons d'une langue dans une syllabe, dans un mot, dans la chaîne parlée, conformément à l'usage. La prononciation correcte, conforme aux règles et aux usages, est une exigence de la langue parlée, −notamment de la lecture −, afin que le sujet parlant soit compris (Leif1974):
2. Sabotage de la prononciation de notre belle langue par les speakers de la radio. Ne se trouvera-t-il personne pour leur dire qu'il est malséant de dire: «Hol-landais, voie fer-rée?» Qu'ils consultent Littré, ils y verront comme on doit prononcer. Gide, Journal, 1944, p.275.
SYNT. Prononciation correcte, défectueuse, parfaite; avoir une bonne, une mauvaise prononciation; difficultés, faute(s) de prononciation; désaccord entre l'orthographe et la prononciation; évolution de la prononciation; mécanisme de la prononciation; détails, faits de prononciation; imiter la prononciation usuelle, d'usage, vieillie; prononciation du français standard; avoir une connaissance exacte de la prononciation d'une langue étrangère; histoire de la prononciation française; manuel, traité (théorique et pratique) de la prononciation (anglaise, française).
2.
a) Représentation de la manière dont on doit prononcer un ensemble de sons transcrits phonétiquement. Synon. transcription* phonétique.M. Gattel avait fait un fort bon dictionnaire où il avait osé noter la prononciation et dont je me suis toujours servi (Stendhal, H. Brulard, t.1, 1836, p.247).
b) Articulation. Clotilde: Et puis, tu viendras me voir souvent... Codomat: Mais oui! mais oui! Le plus souvent possible! Clotilde: (...) tu sais, tu as raison dans ce que tu dis, je me... (avec un effort de prononciation). Je me régénérerai, n'est-ce-pas?... Je me purifierai (Tr. Bernard, M. Codomat, 1907, iii, 3, p.187).P. métaph. Il naît de l'archet une prononciation, si l'on peut dire, une articulation et un accent, que la voix humaine ne suggère point; et il y a une respiration du violon, qui dépend de la longueur de l'archet (Alain, Beaux-arts, 1920, p.118).
3. En partic.
a) [Notamment à propos d'une lettre qui peut rester muette dans certains cas] Fait d'être prononcé. On peut relever, p.ex., des réalisations phoniques variées (pr[ononciation] ou absence de pr[ononciation] de la consonne finale (but, fait), liaison ou absence de liaison (...)) (Mus.1976).
b) Manière d'articuler, de prononcer propre à
une région, une époque, un milieu et notamment un pays. Il regardait Maxime Claremoris avec respect, prenant son accent irlandais pour une prononciation aristocratique de Londres (Larbaud, Barnabooth, 1913, p.133).
SYNT. Prononciation du Midi, du Nord; prononciation faubourienne, parisienne, paysanne, provinciale, soignée, vulgaire; prononciation allemande, anglaise, étrangère; prononciation italienne du latin; prononciation archaïque, traînante, spéciale; indications sur la prononciation aux XVeet XVIesiècles; essayer de rétablir la prononciation de nos vieux auteurs.
une personne. Prononciation animée, défectueuse, embarrassée, enfantine, familière, guindée, lente, particulière, pénible, relachée. Sa prononciation rappelait celle des Français qui s'expriment dans la langue du Royaume-Uni (Verne, Enf. cap. Grant, t.2, 1868, p.136).Albertine avait une prononciation si charnelle et si douce que, rien qu'en vous parlant, elle semblait vous embrasser (Proust, Guermantes 2, 1921, p.361).
MÉD. Trouble(s), vice(s) de la prononciation. Rappelons seulement, pour l'orthophonie, que lorsqu'on veut corriger dans une prononciation l'absence, la substitution ou l'altération d'un phonème, on découvre presque toujours dans l'oreille une déficience correspondant aux nombres de ses vibrations constitutives (Arts et litt., 1935, p.50-4).
Prononc. et Orth. V. prononciation1. Étymol. et Hist. 1. 1281 «jugement, arrêt, décision» (s. réf. ds Gdf. Compl.); 1306 «id.» (Lettre du Ctede Sav., ch. des compt. de Dole, B 769, A. Doubs, ibid.); 2. 1400-17 dr. «action de lire un arrêt, un jugement» (Journal de N. de Baye, II, 78, ibid.); 3. xves. «manière dont un mot est prononcé» (Evrart de Conty, Probl. d'Arist., B.N. 210, fo244d, ibid.); 1550 «manière d'articuler propre à chaque personne» (Meigret, Tretté de la grammere françoeze, 17). Empr. au lat. pronuntiatio «publication, déclaration, annonce», «arrêt, sentence», «déclamation» et en b. lat. gramm. «prononciation». Fréq. abs. littér.: 212. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 383, b) 254; xxes.: a) 325, b) 242. Bbg. Fouché (P.). La Prononc. actuelle du fr. Fr. mod. 1933, t.1, pp.43-67; Traité de prononc. fr. Paris, 1956, passim. _Gougenheim (G.). Notes pour servir à l'hist. de la prononc. du fr. mod. Mél. Dauzat (A.) 1951, pp.115-122. _Grammont (M.). Traité pratique de prononc. fr. Paris, 1926, 241 p._Léon (P. R.). Prononc. du fr. standard. Paris, 1966, 186 p._Martinet-Walter 1973, passim.Mettas (O). La Prononc. parisienne. Paris, 1979, 564 p._Straka (G.). Sur la formation de la prononc. fr. d'auj. Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1981, t.19, no1, pp.161-248. _Warnant (L.). Dict. de la prononc. fr. 3eéd. Gembloux, 1968, 654 p.

Wiktionnaire

Nom commun - français

prononciation \pʁo.nɔ̃.sja.sjɔ̃\ ou \pʁɔ.nɔ̃.sja.sjɔ̃\ féminin

  1. Articulation, action de proférer, d’exprimer des lettres, des syllabes, des mots.
    • Richelieu dit tout ceci avec le même son de voix et une prononciation uniforme, altérée seulement par l’affaiblissement de sa poitrine et la perte de plusieurs dents. — (Alfred de Vigny, Cinq-Mars, chapitre XXIV, 1826)
    • II avait donc décidé de s'embarquer pour l’Irlande, où il pleut plus qu'en Écosse ; mais comme il a un défaut de prononciation , on lui a donné à Leith un passage pour l’Islande. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 25)
    • Il est à peine besoin de prévenir quʼil nʼy a pas une question de lʼorthographe en Esperanto, que lʼorthographe est logique, cʼest-à-dire phonétique. Chaque lettre a un son unique, chaque lettre se prononce et la prononciation est harmonieuse et sonore. — (Camille Aymonier, L’Esperanto, 1902)
  2. Manière de prononcer, par rapport à l’orthographe, à l’accentuation.
    • Une mauvaise prononciation fait changer quelquefois l’i en u; p. ex. en rouchi: tulupe, tulipe; en lorrain: desurè, désirer, […]. — (J.F Schnakenburg, Tableau synoptique et comparatif des idiomes populaires ou patois de la France, Bruxelles, C. Muquardt, 1840, page 51)
    • Il parlait couramment anglais, mais avec un fort accent tudesque, qu’on remarquait spécialement dans la prononciation des lettres v et b ; il adoucissait ses th jusqu’à faire entendre le son dz très doux, […]. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 153 de l’édition de 1921)
    • Ainsi, en dépit du fait que le logogramme chinois est souvent peu informatif quant à sa prononciation, l’information phonologique contenue dans l’écriture est exploitée pour prononcer les caractères rares. — (Ronald Peereman, « La médiation phonologique dans la reconnaissance des mots écrits », dans La reconnaissance des mots dans les différentes modalités sensorielles, sous la direction de Régine Kolinsky, José Morais & Juan Segui, Presses Universitaires de France, 1991)
    • On s’est plu à qualifier le latin de langue de communication universelle. Or, la multiplicité de ses prononciations et la vanité des efforts pour établir une prononciation unique invitent, pour l’époque moderne, à tenir des propos plus nuancés et, dans le temps, à mesurer, à partir d’un exemple précis – celui de la prononciation –, l’écart entre les discours élaborés sur le latin et la réalité des faits. — (Françoise Waquet, Parler latin dans l’Europe moderne. L’épreuve de la prononciation, Mélanges de l’École française de Rome : Italie et Méditerranée, 1996, volume 108, n° 1, page 279)
  3. Manière de réciter, de débiter.
    • Il a une belle prononciation. — La prononciation est une des principales parties de l’art oratoire.
  4. (Droit) Action de prononcer un jugement.
    • Après la prononciation de la sentence, du jugement, etc.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PRONONCIATION. n. f.
Articulation, action de proférer, d'exprimer des lettres, des syllabes, des mots. La prononciation des lettres. Prononciation nette, distincte. Vice, défaut de prononciation. Il a la prononciation embarrassée. La prononciation de cette lettre est difficile. Il désigne aussi la Manière de prononcer, par rapport à l'orthographe, à l'accentuation. Prononciation vicieuse. Prononciation locale. La prononciation du français diffère d'une province à l'autre. La prononciation des gens du Midi est fortement accentuée. Il désigne encore la Manière de réciter, de débiter. Il a une belle prononciation. La prononciation est une des principales parties de l'art oratoire. Il désigne aussi l'Action de prononcer un jugement. Après la prononciation de la sentence, du jugement, etc.

Littré (1872-1877)

PRONONCIATION (pro-non-si-a-sion ; en vers, de six syllabes) s. f.
  • 1Action de prononcer un jugement, un discours. La prononciation du jugement. Ils [mes ennemis] partirent pour la cour le lendemain de la prononciation de ma harangue, La Bruyère, Disc. à l'Acad. franç. Préface. Ceux qui, avant de m'entendre, avaient rendu périlleuse la prononciation même de mon discours…, Mirabeau, Collection, t. III, p. 351.
  • 2Manière de prononcer, de faire entendre les lettres, les syllabes, les mots. L'écriture ne représente pas toujours parfaitement la prononciation ; car, comme la peinture, qui représente les corps, ne peut pas peindre les mouvements des corps, de même l'écriture, qui peint à sa manière le corps de la parole, ne saurait peindre entièrement la prononciation, qui est le mouvement de la parole, Dict. de l'Acad. Préface, 1re édit. 1696. La déclamation demande dans la prose presque les mêmes prononciations que dans les vers, Opusc. lang. franç. p. 262, dans POUGENS. Plus la prononciation est lente, plus la prosodie devient sensible, D'Olivet, Prosod. franç. art. v. J'écris en français ; ne dois-je pas me conformer [dans la transcription des noms russes] à la douceur de la prononciation française ? Voltaire, Lett. Schouvalof, 11 juin 1761. Plus un mot est manié, plus la prononciation en devient faible, Duclos, Œuv. t. IX, p. 9. On prononce assez généralement bien au théâtre ; mais il ne laisse pas de s'y trouver quelques prononciations vicieuses que certains acteurs tiennent de leur province ou d'une mauvaise tradition, Duclos, ib. t. IX, p. 7. Un léger défaut de prononciation prêtait à ses paroles [d'Alcibiade] les grâces naïves de l'enfance ; et quoiqu'il hésitât quelquefois pour trouver le mot propre, il fut regardé comme un des plus grands orateurs d'Athènes, Barthélemy, Anach. Introd. part. 2, sect. 3.
  • 3La manière de prononcer, par rapport à l'accentuation, à la prosodie. La prononciation des Normands, des gens du Midi. Une prononciation vicieuse. La bonne prononciation. Claude Boyer et Michel le Clerc [membres de l'Académie] sont deux Albigeois qui, étant venus ici apprendre la langue, dont ils ne savent pas encore la prononciation, veulent l'enseigner aux autres, Furetière, 2e factum, t. I, p. 171.
  • 4Manière de dire, de débiter. Si l'écriture est le corps visible du langage, la prononciation en est l'âme, Ch. Nodier.
  • 5Dans la rhétorique ancienne, la cinquième et dernière partie de cette science qui comprenait l'invention, la disposition, l'élocution, la mémoire et la prononciation. Ces deux dernières parties ne regardaient que l'orateur parlant et pouvaient se réunir sous le nom d'action.

HISTORIQUE

XVIe s. Et si y avoit oultre cela grand plaisir au son de sa voix seulement et à sa prononciation, Amyot, Ant on. 32. Puisque les letres ne sont qu'images de voix, l'escriture devra estre d'autant de lettres que la prononciation requiert de voix ; si elle se trouve autre, elle est faulse, abusive et damnable, Meigret, dans LIVET, la Gramm. franç. p. 52. Je monstreray comme nostre langage, pour rendre sa prononciation plus douce, a trouvé moyen d'eviter la rencontre des voyelles en vocables contigus, H. Estienne, Précell. édit. FEUGÈRE, p. 71.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « prononciation »

Provenç. pronunciatio ; espagn. pronunciacion ; ital. pronunziazione : du lat. pronunciationem, de pronunciare, prononcer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin pronuntiatio, dérivé du verbe pronuntiare (« proclamer »), formé à partir du suffixe pro- (« pour ») et nuntiare (« annoncer »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « prononciation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
prononciation prɔnɔ̃sjasjɔ̃

Fréquence d'apparition du mot « prononciation » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « prononciation »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « prononciation »

  • Selon LinkedIn, la prononciation correcte du (pré)nom de quelqu'un non seulement représente une importante avancée dans le cadre de l'étiquette professionnelle, mais veille aussi à un marché du travail plus inclusif, du fait que des personnes ayant un nom 'malaisément prononçable' ne soient pas à chaque fois obligées de corriger un interlocuteur qui n'y arrive pas ou difficilement.
    Site-DataNews-FR — LinkedIn fait l'objet d'une fonction de prononciation correcte de noms - ICT actualité - Data News
  • Lorsqu’un enregistrement de prononciation de nom est téléchargé dans le profil d’une personne, une icône de haut-parleur apparaît à côté de son nom.
    Les dernières News — LinkedIn ajoute des clips audio de prononciation de nom aux profils utilisateur - Les dernières News
  • Oui, mais il faut préciser qu'un accent ne peut pas se “cacher”, car ce n'est pas quelque chose que l'on “ajoute” à la langue qu'on parle, en l'occurrence le français. C'est une certaine façon de prononcer le français. On ne peut donc pas “cacher” son accent, mais on peut s'obliger à prononcer le français autrement. De la même manière, on pense qu'un accent peut se “perdre”, mais non. En fin de compte, on ne le perd pas, mais on transforme sa prononciation.
    Les Inrockuptibles — Jean Castex victime de glottophobie : “C'est une forme de déclassement social”
  • Nous explorerons les bases de la prononciation du japonais et la lecture de quelques caractères simples dans une ambiance conviviale.
    Unidivers — Atelier d’initiation à la langue japonaise Kotonoha Orléans dimanche 6 septembre 2020
  • Adieu-siatz, adishatz a tots ! On profite de cette période de confinement pour continuer à apprendre ensemble l’occitan. Après avoir vu les salutations et la prononciation des voyelles, aujourd'hui dans les Mots d’Oc, vous allez apprendre à prononcer les consonnes en occitan
    France Bleu — La prononciation des consonnes en occitan
  • Adieu-siatz a totas e a totes ! Adishatz ! Bonjour et soyez les bienvenus dans votre chronique en occitan et en français des Mots d’Oc. On profite toujours de cette période de confinement pour apprendre ensemble l’occitan. Aujourd'hui, découvrons la prononciation et notamment les voyelles
    France Bleu — La prononciation des voyelles en occitan
  • L’emploi incohérent et arbitraire de l’accent circonflexe dans l’orthographe française constitue une difficulté pour l’enseignement systématique ou historique. Que ce soit par une justification historique montrant qu’on utilise l’accent circonflexe pour remplacer un « s » qu’on utilisait jadis, ou pour noter une prononciation spécifique, il y a de nombreuses exceptions.
    Le guide complet de la nouvelle orthographe — lalanguefrancaise.com

Traductions du mot « prononciation »

Langue Traduction
Anglais pronunciation
Espagnol pronunciación
Italien pronuncia
Allemand aussprache
Chinois 发音
Arabe النطق
Portugais pronúncia
Russe произношение
Japonais 発音
Basque ahoskera
Corse pronuncia
Source : Google Translate API

Synonymes de « prononciation »

Source : synonymes de prononciation sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot prononciation au Scrabble ?

Nombre de points du mot prononciation au scrabble : 17 points

Prononciation

Retour au sommaire ➦