La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « primeur »

Primeur

Variantes Singulier Pluriel
Féminin primeur primeurs

Définitions de « primeur »

Trésor de la Langue Française informatisé

PRIMEUR, subst. fém.

A.− Caractère de ce qui est tout à fait nouveau, de ce qui vient d'apparaître, de commencer. Une sorte de bouge oblong pratiqué derrière le cabinet, et où les habitudes d'une vie insoucieuse avaient abîmé, perdu, confondu, déchiré, huilé, ruiné tout un mobilier à peu près élégant dans sa primeur (Balzac, C. Birotteau,1837, p. 311).Pécuchet se procura le lilas des Indes, la rose de Chine et l'eucalyptus, alors dans la primeur de sa réputation (Flaub., Bouvard,t. 1, 1880, p. 33).L'enfant qui ne cède pas à l'influence familiale, use à s'en délivrer la primeur de son énergie (Gide, Faux-monn.,1925, p. 1021).
Vieilli. Première saison des fruits et des légumes. La rapidité de ce récit oblige à passer sous silence les joies de l'amour parisien fait avec innocence, à taire les prodigalités particulières aux commis : melons apportés dans la primeur, fins dîners chez Vénua suivis du spectacle (Balzac, C. Birotteau,1837p. 41).
Mod. Subst. + de primeur ou en appos.Produit de début de saison ou d'avant saison. Melon primeur; pomme de terre de primeur. Mai-juin est le temps des jardinières de légumes. Notre quarté-fraîcheur : carottes primeur, petits pois primeur, navets primeur et petits oignons blancs (Que Choisir?mai 1984, no195, p. 8).P. anal. Vin de l'année qui subit une très courte vinification de quelques jours et qui doit être consommé dans les mois qui suivent la mise en bouteille. Synon. nouveau.Touraine, Côte-du-Rhône primeur. La production des autres vins de primeurs, « Gamay » de Touraine, « Muscadet primeur », « Côteaux » du Tricastin, « Gaillac », « Rosé » et « Cabernet » d'Anjou, « Côtes du Ventoux » primeur demeure pour l'instant marginale (Que Choisir?nov. 1985, no211, p. 25).Acheminé simultanément dans les cafés, les restaurants et chez les cavistes de France et de Navarre mais aussi dans toute l'Europe, aux États-Unis, jusqu'en Australie et à Hong Kong, chaque troisième jeudi de novembre, le beaujolais primeur s'écoule en trois mois à peine (Que Choisir?nov. 1987, no233, p. 23).
Empl. abs. Le phénomène devient ainsi multiforme, et l'on assiste à une véritable foire aux primeurs, dont on ne sait plus bien de quelle manière elle peut encore servir la cause du vin (Le Monde,21 nov. 1986, p. 44, col. 2).Aussi avons-nous demandé à quelques négociants de nous fournir dès le 15 octobre des échantillons de primeurs encore en cuves, c'est-à-dire non filtrés, encore chargés de leurs lies et de gaz carbonique (Que choisir?nov. 1987, no233, p. 24).
Fam. Première jeunesse. Ce n'est pas que ça me disait beaucoup, car la particulière n'était plus dans sa primeur. Mais y ne faut pas se montrer trop regardant dans le métier, vu que les picaillons sont rares (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Remplaçant, 1883, p. 869).
Pop. Très jeune fille, jeune fille vierge. Des habits noirs élégants en quête de chair fraîche, de primeurs déflorées, mais savoureuses, rôdaient dans cette foule échauffée, (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Masque, 1889, p. 1159).Alors, il oublia, et se dit simplement : « Elle est bath, c'te p'tite-là; c'est d'la primeur » (Benjamin, Gaspard,1915, p. 107).
B.− P. anal.
Avoir, recevoir la primeur de qqc. Être le premier à connaître ou à jouir de quelque chose. J'étais tous les matins dans l'antichambre d'un ministre, afin d'avoir la primeur des nouvelles que portait le courrier ou que le télégraphe annonçait (Reybaud, J. Paturot,1842, p. 403).Sans doute Bruxelles, Genève ou Monte-Carlo ont eu la primeur de plusieurs pièces françaises. Ces cas exceptionnels ne changent rien à un état de fait très net : Paris est le centre théâtral des pays de langue française (Arts et litt.,1936, p. 88-2).
Donner, offrir la primeur de qqc. Faire connaître quelque chose à quelqu'un avant tous les autres. J'ai reçu une lettre de Rodolphe Lothar, m'annonçant que M. Bukovics, directeur d'un théâtre à Vienne, est heureux d'offrir à son public La Faustin, cette primeur royale (Goncourt, Journal,1894, p. 600).Le député-maire de la ville, M. Marquet, était là et me donna la primeur des propos décourageants qu'il s'apprêtait à tenir au président du conseil (De Gaulle, Mém. guerre,1954, p. 59).
Au fig. ou p. métaph. Chose nouvelle. Notre vanité ne vieillit pas : un compliment, c'est toujours une primeur (Renard, Journal,1900, p. 601).Je ne veux point les dernières découvertes; cela ne cultive point; cela n'est pas mûr pour la méditation humaine. La culture générale refuse les primeurs et les nouveautés (Alain, Propos,1921, p. 221):
... sur les meubles, les livres qu'elle lirait le mois prochain; aux murs, ce qu'elle aimerait et acquerrait peu à peu au cours de sa vie entière, un portrait de Poussin, des fresques grecques, − des primeurs encore pour elle. Giraudoux, Simon,1926, p. 76.
C.− Gén. au plur. Fruit ou légume précoce arrivant à maturité avant ceux de son espèce, et en partic. fruit ou légume apparaissant sur le marché avant la saison normale, provenant de cultures forcées ou de pays aux conditions climatiques plus favorables. Terre à primeurs; boutique de primeurs; marchand de primeurs. Elle se retint, elle n'osa commander des fraises, une primeur encore chère, de crainte de trop augmenter l'addition (Zola, Bonh. dames,1883, p. 524).Dix heures par jour, il retourne sa terre. Et, comme le casuel est insignifiant, il fait des primeurs, que Loutre lui achète à bas prix : ça permet de vivre (Martin du G., Vieille Fr.,1933, p. 1040).Si certains légumes sont très anciennement cultivés, si l'objet des cultures maraîchères et des cultures de primeurs sont pour la plupart de vieux habitants de nos terres, les méthodes de les cultiver par le forçage sont vraiment neuves (Brunhes, Géogr. hum.,1942, p. 152).
P. méton. Boutique, magasin vendant principalement des primeurs. Ainsi, l'un suivant l'autre, les étalages se succédaient devant sa flânerie : primeurs, chemiserie, objets d'art, cabinet de lecture (Estaunié, Ascension M. Baslèvre,1919, p. 20).
Prononc. et Orth. : [pʀimœ:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1180 al primur « au commencement » (Thomas, Tristan, 3134 ds T.-L.); av. 1799 avoir la primeur de (Marmontel, Mémoires, VI ds Littré); 2. 1694 (Ac. : Primeur. s. f. Premiere saison de certains fruits. Ainsi on dit, que Les fraises, les pois sont chers dans la primeur, dans leur primeur); 1749 plur. « en parlant de fruits ou légumes précoces » plantes de primeur (Nouv. maison rustique, 6eéd., t. 2, p. 13); 1780 plur. « fruits ou légumes précoces » (Encyclop., Table, t. 2, p. 518b). Dér. de prime1*; suff. -eur1*. Fréq. abs. littér. : 119.
DÉR.
Primeuriste, subst.Celui, celle qui cultive, qui fait le commerce des primeurs (v. supra C). Il faut noter que « les manifestations de mai-juin 1961 ont marqué le tournant décisif, irréversible de la paysannerie française : cette fois-ci, c'est la piétaille de l'agriculture française, les producteurs de viande et de lait, les planteurs de pomme de terre et les primeuristes (...) » (Debatisse, Révol. silenc.,1963, p. 196).Empl. adj. Précoce, hâtif. Choux-fleurs primeuristes, de production locale géant (L'Œuvres,13 juin 1941).− [pʀimœ ʀist] − 1reattest. 1872 (Journal Officiel, 18 août, p. 5577, 3ecol. ds Littré Add.); de primeur, suff. -iste*.
BBG. − Quem. DDL t. 6.

Wiktionnaire

Adjectif - français

primeur \pʁi.mœʁ\

  1. (Jardinage) Destiné à la première récolte de la saison.
    • La gamme des carottes primeurs a fait l’objet d’une sélection minutieuse dès le xixe siècle. — (Xavier Mathias, Carottes primeurs : jamais trop tôt !, Les 4 saisons n°238, septembre-octobre 2019)

Nom commun 2 - français

primeur \pʁi.mœʁ\ masculin

  1. Magasin spécialisé dans la vente de ces fruits et légumes.
    • Il y a un primeur à côté de chez moi.
  2. Marchand de fruits et légumes de saison.
    • Un ancien employé de Belqacem, qui travaillait alors chez un primeur, achetait à l’occasion des légumes dans une vente à la criée qu’il destinait aux deux familles. — (Sietske de Boer, Années de plomb: chronique d’une famille marocaine, 1913-1999, Éditions Le Fennec, 2005, page 107)

Nom commun 1 - français

primeur \pʁi.mœʁ\ féminin

  1. Caractère de ce qui est nouveau.
    • Vous avez eu la primeur de cette nouvelle.
  2. Première saison des fruits et des légumes.
    • Des petits pois, ainsi préparés, peuvent se conserver plusieurs années sans perdre le goût qu'ils ont dans la primeur. — (Armand Étienne Maurice Havet, Le dictionnaire des ménages, page 363, 1822)
  3. Période qui suit la vendange, en parlant du vin.
    • Certains vins sont bons dans la primeur.
  4. Fruits et légumes précoces.
    • On a servi des primeurs.
    • Elle se retint, elle n’osa commander des fraises, une primeur encore chère, de crainte de trop augmenter l’addition. — (Émile Zola, Au Bonheur des Dames, 1883)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PRIMEUR (pri-meur) s. f.
  • 1Première saison, saison des fruits, des légumes. Il prit envie à M. Verrat, qui n'avait pas beaucoup d'argent, de voler à sa mère des asperges dans leur primeur, Rousseau, Confess. IV.

    Fig. Richelieu, dans la primeur de son règne, voulut flatter celle [la reine] par qui il régnait, Saint-Simon, 9, 107. Les nouveaux contes que je faisais alors, et dont ces dames avaient la primeur, étaient, avant ou après le souper, une lecture amusante pour elles, Marmontel, Mém. VI.

  • 2Plante légumière ou fruit obtenus par une culture forcée ou par la culture dans un climat plus hâtif, avant l'époque ordinaire. Pas la moindre primeur, pas la moindre ressource ; Eh ! le moyen de mettre un morceau sous la dent ! La Chaussée, Retour imprévu, I, 3. Rien n'est plus insipide que les primeurs, Rousseau, Ém. IV.

    Fig. Toutes les primeurs plaisent, et surtout celle du cœur, Bernardin de Saint-Pierre, Chaum. ind. Préambule. Sa Hautesse aime les primeurs [il s'agit d'une jeune captive chrétienne]. Nous vous ferons mahométane, Hugo, Orient. 8.

    En ce sens, l'Académie dit que le pluriel seul est usité ; elle se trompe ; le singulier l'est aussi.

  • 3Primeur se dit en parlant du vin. Certains vins sont bons dans la primeur, ils sont bons à boire aussitôt après la vendange.

HISTORIQUE

XVIe s. Telle primeur [raffinement], bien qu'utile, n'est pourtant necessaire : ne laissans les arbres de bien profiter, quand, pour les ranger droitement en la fosse, l'on est contraint de n'avoir esgard à telle observation, De Serres, 646. Ainsi vous, bonnes menageres, Qui tenez les heures bien cheres En la primeur de vostre ver [printemps], Baïf, Œuvres, p. 260, dans LACURNE.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PRIMEUR. - HIST. Ajoutez : XIIe s. Fetes si come seint Pol fist, Qui seinte Eglise guere prist En la primur [au commencement], Et puis à mort pur lui se mist En l'onur de Jhesu Crist (sic) Son Seigneur, Vie de saint Thomas, dans BENOIT, Chronique des ducs de Normandie, t. III, p. 472.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « primeur »

Prime 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin primoris (« premier ») ; voir primor en espagnol.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « primeur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
primeur primœr

Fréquence d'apparition du mot « primeur » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « primeur »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « primeur »

  • Concernant la qualité : c’est très peu de stock, c’est avoir un relationnel avec le producteur pour être au courant des différentes variétés. «  Chaque variété de fraises, de tomates, fait que l’on va cuisiner différemment, les goûts seront différents. En tant que primeur, on doit le savoir pour transmettre cela au client. »
    France Bleu — Chez Flo Primeur à Léon : travailler avec les producteurs de la région, c’est une culture
  • Dans le cadre de son plan de relance du fret ferroviaire, le gouvernement souhaite relancer le train des primeurs Perpignan-Rungis.
    La France Agricole — Fruits et légumes : Le retour du train des primeurs Perpignan-Rungis ?
  • Valentin Kusuk a installé son « Petit Primeur » non sans arguer d’une belle expérience : « J’ai toujours baigné dedans, mon père est primeur depuis plus de trente ans. » Et il confirme en proposant à la vente des fruits et légumes pour lesquels il s’approvisionne, en majorité, directement chez des producteurs : « Je sais ce que je vends. »
    Economie | Yssingeaux : le petit primeur s’est installé à un endroit symbolique
  • Le primeur de Notre-Dame-de-Gravenchon...
    lecourriercauchois.fr — Petiville. Le petit marché de primeur perdure tout le mois de juillet
  • 19, de la rue de l’hôtel de ville, face à l’église Saint-Just. Ouvert pendant l’été du lundi au vendredi de 7 h 30 à 12 h 30 et de 16 h à 19 h. Ouvert le samedi de 9 h à 12 h 30 et de 16 h à 19 h. Ouvert le dimanche de 9 h 30 à 12 h 30. Contact : Page Facebook Ô primeur d’Arbois
    Jura. Ô primeur, un nouveau commerce ouvre ses portes à Arbois | Voix du Jura

Traductions du mot « primeur »

Langue Traduction
Anglais scoop
Espagnol cucharón
Italien notizia in anticipo
Allemand scoop
Chinois
Arabe مغرفة
Portugais colher
Russe совок
Japonais スクープ
Basque bola
Corse scoop
Source : Google Translate API

Synonymes de « primeur »

Source : synonymes de primeur sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot primeur au Scrabble ?

Nombre de points du mot primeur au scrabble : 11 points

Primeur

Retour au sommaire ➦