La langue française

Postiche

Sommaire

  • Définitions du mot postiche
  • Étymologie de « postiche »
  • Phonétique de « postiche »
  • Citations contenant le mot « postiche »
  • Images d'illustration du mot « postiche »
  • Traductions du mot « postiche »
  • Synonymes de « postiche »
  • Antonymes de « postiche »

Définitions du mot postiche

Trésor de la Langue Française informatisé

POSTICHE1, adj. et subst. masc.

I. − Adjectif
A. − Vx. ,,Fait et ajouté après coup`` (Ac. 1798-1935). Synon. rapporté.Ornements postiches. C'est surtout dans l'ornementation que l'on rencontre une multitude d'inventions postiches, de formes parasites qui ne tiennent en rien au système d'ordonnance du reste de l'édifice (Chabat1881).
P. anal., dans le vocab. de la crit. artist. Qui apparaît comme un élément artificiellement ajouté à une oeuvre. Je sors d'OEdipe (...). Cette tragédie a de grandes beautés, mais (...) l'exposition est postiche (Stendhal, Journal,1804, p.88).On a dit que l'amour était de surcroît, et postiche, dans cette pièce politique. Quelle étrange erreur! Il est très exactement un des éléments de l'action (Brasillach, Corneille,1938, p.402).
B. − Vieilli
1. Qui n'a que l'apparence de quelque chose. Synon. faux (antéposé), simulé.Ils se souviennent du procédé de Potemkin, et des villages postiches dont il sema l'itinéraire de Catherine de Russie (Reybaud, J. Paturot,1842, p.437).La prieure lui avait dit d'amener son frère le lendemain soir, après l'enterrement postiche au cimetière (Hugo, Misér.,t.1, 1862, p.649).
2. Au fig. [En parlant d'une qualité, d'un sentiment] Qui est feint ou affecté. Synon. artificiel, simulé, factice, faux (antéposé).Son faux dédain de la vie et sa misanthropie postiche (Balzac, Muse départ.,1844, p.99).Mmede Cambremer, dont la culture toute postiche s'appliquait exclusivement à la philosophie idéaliste, à la peinture impressionniste et à la musique de Debussy (Proust, Sodome,1922, p.944):
. Moi, je peux arriver à me faire une sorte de sincérité postiche, c'est-à-dire à discuter par exemple très sérieusement sur les vitesses d'auto, ou sur les agréments respectifs de tel ou tel point de vue. Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1907, p.249.
3. Rare. [En parlant d'une pers. désignée par son statut ou sa fonction] Qui se présente (mensongèrement) comme ayant tel statut ou telle fonction. Toute cette racaille de noblesse postiche qui vit, comme le romantisme de M. de Marchangy, sur la sempiternelle poésie des tourelles (Flaub., Champs et grèves,1848, p.172).
ARM., vx. Caporal, grenadier postiche. Simple soldat servant momentanément comme caporal, comme grenadier. (Ds Ac.; dict. xixes.).
C. − [En parlant d'une partie du corps] Qui remplace ce qui fait défaut, naturellement ou à la suite d'un accident. Synon. artificiel, faux (antéposé).Barbe postiche; seins postiches. Qu'importe en effet qu'on puisse passer pour beau, pour jeune, avec du fard et des cheveux ou des dents postiches (Maine de Biran, Journal,1818, p.133).La Noue, surnommé Bras de Fer, à cause d'un bras postiche par lequel il avait remplacé celui qu'il avait perdu dans un combat (Mérimée, Chron. règne Charles IX,1829, p.222).
D. − Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Ne pas savoir admirer l'économie, la suppression de l'inutile, autant que l'on eût fait la fantaisie, le postiche et le gratuit (Gide, Journal,1902, p.125).
II. − Subst. masc. Montage de cheveux, artificiels ou naturels, remplaçant ou complétant une partie de la coiffure. Les chignons, hauts sur la tête, vont faire leur apparition et nécessiteront l'emploi de postiches (Stéphane, Art coiff. fém.,1932, p.170).Un petit homme ventru (...) qui dissimule sous un postiche une calvitie qui pourrait causer préjudice à la vente de ses lotions capillaires (Martin du G., Vieille Fr.,1933, p.1036).
REM.
Postichement, adv.,hapax. Je n'ai aucun défaut ou vice à dissimuler postichement (Gautier, Fracasse,1863, p.332).
Prononc. et Orth.: [pɔstiʃ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1609 postice «supposé» (Victor, s.v. postizo); 1638 «fait, ajouté après coup» (Sully, Mém., t.12, p.308 ds Littré); 1671 postiche«emprunté, artificiel» [s'oppose à naturel] (Pomey); 1690 subst. postiches «faux cheveux» (Fur.). Empr. à l'ital. posticcio «artificiel, feint, qui n'est pas naturel» (dep. xives., P. de' Crescenzi d'apr. DEI) que l'on explique −soit comme un dér. de posto, part. passé de porre «placer» (cf. poste1 et 2; FEW t.9, p.167a) −soit comme issu avec apocope du lat. tardif appositicius «feint», proprement «placé à côté» (v. Walde-Hofm. t.2, p.336), dér. de appositus, part. passé de apponere(REW3no553): l'esp. apostizo, att. de ca 1330 à la fin du xves., antérieurement à la forme postizo qui n'est att. que dep. la fin du xves., vient à l'appui de cette hyp. (v. Cor.-Pasc.; cf. FEW t.25, p.49a).
DÉR.
Posticheur, -euse, subst.Personne qui fabrique ou apprête des postiches. Le chignon de madame Prune, amplifié à souhait par d'habiles posticheurs (Loti, Trois. jeun. MmePrune,1905, p.123).[pɔstiʃoe:ʀ], fém. [-ø:z]. 1reattest. 1889 (Coppée, Contes rap., p.235); de postiche1, suff. -eur2*.
BBG.Dauzat Ling. fr. 1946, p.39, 278. _Hope 1971, p.217. _Vidos 1939, p.195.

POSTICHE2, subst. fém.

Vieilli, arg. Discours tenu, sur la voie publique, par un forain, un camelot, un artiste ambulant pour attirer les badauds. Synon. boniment. (Dict. xixeet xxes.).Il s'était acquis une certaine réputation dans le boniment, la postiche et la parade. On nomme ainsi le prologue que les saltimbanques jouent devant leur baraque pour allécher le public en l'amusant aux bagatelles de la porte (Privat d'Anglemont, Paris-Anecdote,Paris, Janet, 1854, p.93).
P. méton. Acrobate forain donnant un spectacle sur la voie publique. Voir Arts et litt., t.1, 1935, p.44-8.
Faire la postiche
Attirer les badauds par un boniment pour les inciter à acheter quelque chose, à assister à un spectacle. Une «Ribaude», une qui faisait la postiche, la Rosine, à l'autre porte, dans une caverne en papier peint (Céline, Mort à crédit,1936, p.66).
P. anal. ,,Faire un esclandre, un scandale, pour provoquer un attroupement dont profitent les voleurs à la tire`` (Riv.-Car. 1968).
P. ext., pop. Faire une postiche, des postiches à qqn; prendre une postiche. Faire des plaisanteries, des reproches à quelqu'un; être l'objet de plaisanteries, de reproches. T'as des ennuis avec ton type? −Ça n'ira plus longtemps, dit Valentine. Il m'a fait une postiche cause que je suis rentrée après-midi. C'est agréable (F. Carco, Rue Pigalle,1928, p.172 ds Cellard-Rey 1980).Voir Coston, A.B.C. journ., 1952, p.197.
REM. 1.
Posticher, verbe intrans.,arg. Faire la postiche. Le public est nombreux pendant qu'on postiche; mais quand il faut y aller de son pognon, il se barre (Bruant1901, p.348).
2.
Posticheur, subst. masc.,arg. Personne qui fait la postiche. Synon. bonimenteur.Là, et jusqu'à l'amorce de la rue de la Roquette, du faubourg Saint-Antoine, règnent le camelot, le chineur, et le posticheur (Arnoux, Paris,1939, p.170).Au fig. Quand, dans un atelier de composition, un compagnon raconte une histoire à dormir debout, on lui crie: −À Chaillot, le posticheur (Virmaitre, Dict. arg. fin-de-s.,1894, p.229).
Prononc.: [pɔstiʃ]. Étymol. et Hist. 1788 fém. «rassemblement provoqué par les camelots sur la voie publique pour vendre leurs marchandises» (Journal de Paris, 20 avr., p.493 ds Fonds Barbier); 1847 «parade, discours facétieux» (d'apr. Esn.); 1854 «boniment de saltimbanque» (Privat d'Anglemont, loc. cit.). Empr. à l'a. ital. posteggia «boniment» (Esn.), proprement «endroit où l'on stationne», dér. de posto «emplacement» (cf. Prati, s.v. porre; v. poste2).
STAT.Postiche1 et 2. Fréq. abs. littér.: 98.
BBG.Hotier Cirque 1973 [1972], pp.70-71.

Wiktionnaire

Adjectif

postiche \pɔs.tiʃ\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est faux, artificiel.
    • Des dents postiches.
    • Des cheveux postiches. → voir perruque
    • En entendant tout le monde rendre justice à ses talents postiches, le marquis d'Aiglemont finit par se persuader à lui-même qu'il était un des hommes les plus remarquables de la cour. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Le maquignon de bas étage […] travaille les oreilles, souffle les salières, burine les dents, place une queue postiche, taille les sabots, mastique les seimes, donne un coup de pinceau, refait une jeunesse, farde, corrige, embellit. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • Le court dernier chapitre, où l'on voit les bourreaux aiguiser leurs couteaux, est manifestement la conclusion postiche d'un roman qui ne peut pas finir. — (Claude David, préface du Procès, Gallimard, Folio classique, 1987, p. 8)
  2. Qui est fait et ajouté après coup.
    • Les ornements de ce portail sont postiches.
  3. Qui ne convient pas au lieu où il est placé.
    • Je n’ai ni le génie, ni la magnifique position de lord Byron ; je n’ai pas surtout l’auréole de sa damnation postiche et de son faux malheur social. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)

Nom commun 1

postiche \pɔs.tiʃ\ masculin

  1. Synonyme de perruque.
    • Un petit homme ventru […] qui dissimule sous un postiche une calvitie qui pourrait causer préjudice à la vente de ses lotions capillaires. — (Roger Martin du Gard, Vieille France, 1933, page 1036)
  2. (Par extension) Attribut factice.
    • Le "gang des postiches", une bande de braqueurs, habillés en bourgeois, qui tiennent leur surnom des perruques et fausses moustaches qu’ils portent pour dissimuler leur identité, ont commis une série de braquages en s’attaquant principalement aux salles des coffres des banques. — (Justine Chevalier, Magot du "gang des postiches" : Michel Fourniret jugé pour son crime crapuleux sur BFMTV.com, NextInteractive. Mis en ligne le 13 novembre 2018)

Nom commun 2

postiche \pɔs.tiʃ\ féminin

  1. Discours tenu, sur la voie publique, par un forain, un camelot, un artiste ambulant pour attirer les badauds.
    • Vente à la postiche.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

POSTICHE (po-sti-ch') adj.
  • 1Fait et ajouté après coup. Les ornements de ce portail sont postiches.
  • 2Qui ne convient pas au lieu où on l'a placé. Il faut au versificateur français deux ou trois vers postiches pour en amener un dont il a besoin, Fénelon, t. XXI, p. 187. Vieux enfants que l'on nomme Amours, Allez remplir les hémistiches De ces vers pillés et postiches Des rimailleurs suivant les cours, Voltaire, Ép. XLVII. Ceux-là se sont trompés, qui ont dit que Racine avait gâté le théâtre par la tendresse, tandis que c'est lui seul qui a épuré ce théâtre infecté, toujours avant lui et presque toujours après lui, d'amours postiches froids et ridicules, Voltaire, Comm. Corn. Rem. Pulch. préf. L'attention n'est ramenée que lorsqu'une ritournelle brillante annonce l'air postiche qui termine la scène et qui en refroidit l'intérêt, Marmontel, Œuv. t. IX, p. 83.
  • 3Mis à la place de quelque chose qui n'y est pas et qui y devrait être naturellement. …Et de madame Argante J'ai gouverné tout à la fois, Pendant près de dix-huit mois, Hanche, épaule et gorge postiche, Dancourt, Enfant de Paris, I, 7. Ils m'apprirent à contrefaire l'aveugle, à paraître estropié, à mettre sur les jambes des ulcères postiches, Lesage, Gil Blas, liv. I, ch. 5. On ne mâche point avec des dents postiches, quoiqu'elles paraissent au dehors comme les autres, Vauvenargues, Nouv. max. I.

    Familièrement. Se dit de quelque personnage qui n'a pas la qualité qu'il se donne. Notre comte postiche Vous a fait aussi gueux que vous le faites riche, Hauteroche, Bourg. de qual. III, 4. La fadeur naturelle de Dangeau, entée sur la bassesse du courtisan, recrépie de l'orgueil du seigneur postiche, Saint-Simon, 39, 198.

  • 4 Terme de guerre. Homme qui tient momentanément la place d'un autre. Grenadier postiche, caporal postiche, fusilier qui ne sert que provisoirement dans les grenadiers, simple soldat qui remplit les fonctions de caporal.

    Anciennement. Compagnie de canonniers postiches, ou, simplement, compagnie postiche. Chaque compagnie postiche aura un capitaine par paroisse et un lieutenant par chaque cent hommes dont sera composée ladite compagnie ; et, dans le cas où la population d'une paroisse se trouverait moindre de cent hommes en état de porter les armes, il y aura également un lieutenant du guet dans ladite paroisse, Ordonn. du 13 déc. 1778, art. 67, dans JAL.

HISTORIQUE

XVIe s. Dorures, points d'Espagne, galons, franges et postiches [sorte d'ornements] (en 1585), Hist. du théât. franç. t. XII, p. 500. Tous ces ornements estoient ouvrages de marqueteries mal jointes et mal colées, et toutes pieces postices qui lochoient aux moindres secousses des essais, Sully, Mém. t. XII, p. 308.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

POSTICHE, adject. (Architect.) épithete qu’on donne à un ornement de sculpture, lorsqu’il est ajouté après coup à une table de marbre, ou de toute autre maniere, quand elle est incrustée dans une décoration d’architecture. Le mot postiche, est dérivé de posticcio, ajouté. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « postiche »

Ital. posticcio ; dérivé de posto, mis, placé, lequel est le lat. postus ou positus, de ponere, placer (voy. PONDRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Adjectif, nom 1) (1609) De l’italien posticcio (« même sens ») lui même de : Du latin posticus (« mis derrière »).
(Nom 2) (Date à préciser) De l’italien posteggia (« boniment »), au sens propre « endroit où l'on stationne », de posto (« emplacement »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « postiche »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
postiche pɔstiʃ

Citations contenant le mot « postiche »

  • D’un côté, nous avons Winfried (Peter Simonischek), homme d’âge mûr et d’allure négligée, dont la seule fantaisie est de faire des blagues. Pas des vannes élaborées, mais des bien rustiques, à base de postiches et de coussins péteurs. Rien de bien méchant, si le bonhomme n’était complètement imprévisible : avec lui, ça peut sortir n’importe quand. En face, Inès (Sandra Hüller), sa fille, travaille pour une société de consulting allemande basée à Bucarest. Elle est tout le contraire de son père : sérieuse, compétitive et dépourvue du moindre humour. Entre ces deux-là, il y a comme une rupture dans la filiation et, de l’un à l’autre, quelque chose d’essentiel ne peut pas, ne pourra jamais se dire. Le Monde.fr, Un père imprévisible, une fille sans humour : la folie douce de « Toni Erdmann »
  • En 2017, les postiches n'ont plus rien de désuet, bien au contraire, ils s'imposent même comme la tendance beauté surprise de l'année. En effet, les défilés printemps-été 2018 ont fait la part belle aux perruques et autres éléments capillaires artificiels plus ou moins extravagants. À New York, Kendall Jenner et Gigi Hadid ont été métamorphosées par leurs coupes courtes sur le podium de Tom Ford. leparisien.fr, Le postiche, un nouveau must beauté ? - Le Parisien
  • Cette vente dite "à la postiche" se caractérise par une mise en scène particulière visant particulièrement des couples âgés. , Vente à la postiche : UFC-Que Choisir met en garde - La Commère 43
  • On prit d’abord le Manège, puis les Tuileries. On y dressa un châssis, un décor, une grande grisaille peinte par David, des bancs symétriques, une tribune carrée, des pilastres parallèles, des socles pareils à des billots, de longues étraves rectilignes, des alvéoles rectangulaires où se pressait la multitude et qu’on appelait les tribunes publiques, un velarium romain, des draperies grecques, et dans ces angles droits et dans ces lignes droites on installa la Convention ; dans cette géométrie on mit la tempête. Sur la tribune le bonnet rouge était peint en gris. Les royalistes commencèrent par rire de ce bonnet rouge gris, de cette salle postiche, de ce monument de carton, de ce sanctuaire de papier mâché, de ce panthéon de boue et de crachat. Comme cela devait disparaître vite ! Les colonnes étaient en douves de tonneau, les voûtes étaient en volige, les bas-reliefs étaient en mastic, les entablements étaient en sapin, les statues étaient en plâtre, les marbres étaient en peinture, les murailles étaient en toile ; et dans ce provisoire la France a fait de l’éternel. Le Vent Se Lève, Victor Hugo : « Quatrevingt-treize »

Images d'illustration du mot « postiche »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « postiche »

Langue Traduction
Anglais hairpiece
Espagnol pedazo de cabello
Italien parrucchino
Allemand haarteil
Chinois 假发
Arabe هيربيسي
Portugais peruca
Russe шиньон
Japonais ヘアピース
Basque hairpiece
Corse hairpiece
Source : Google Translate API

Synonymes de « postiche »

Source : synonymes de postiche sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « postiche »

Partager