La langue française

Polissonner

Définitions du mot « polissonner »

Trésor de la Langue Française informatisé

POLISSONNER, verbe intrans.

Vieilli
A.− [Le suj. désigne un enfant]
1. Vagabonder (dans les rues, dans les champs). Quand M. le curé (...) apercevait Charles qui polissonnait dans la campagne, il (...) le sermonnait un quart d'heure (Flaub., MmeBovary,1857, p.7).Je passais mes journées à gaminer sur le quai, à marauder dans les jardins, à barboter dans les flaques (...) je polissonnais avec les petits garçons, parmi les épines blanches (Mirbeau, Journal femme ch.,1900, p.99).Les privations, la faim (...) l'inquiétude de voir (...) Camille, son plus jeune, courir les rues faute d'école et polissonner avec les gamins du quartier, tout cela usait Félicie (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p.321).
2. P. ext. Être dissipé, se comporter avec espièglerie; dire ou faire des polissonneries. Racadot et Mouchefrin, qui étaient voisins et se plaisaient, ne polissonnèrent plus que durant les classes d'histoire et de géographie (Barrès, Déracinés,1897, p.7).
B. − [Le suj. désigne un homme, une femme] Se comporter de façon libertine, se complaire dans des propos licencieux; en partic., se livrer aux jeux amoureux. Il ne fait que polissonner (Ac.). [Fragonard] se mit (...) au ton du jour, et ses jeunes amants, après avoir polissonné dans les greniers (...) trouvèrent le bonheur en pouponnant d'innombrables marmots (Hourticq, Hist. art,Fr., 1914, p.278).Jusqu'alors Germaine avait polissonné avec les garçons du village; les manières délicates du soldat l'émurent. Pendant un mois, ce fut entre eux une idylle fort chaste (Arland, Ordre,1929, p.420).
REM.
Polissonnant, -ante, adj.,rare. a) [En parlant d'un trait physique ou du comportement d'une pers.] Qui témoigne d'un caractère vif, espiègle, polisson. Le prince [de Ligne] a une manière gaie et parfois polissonnante (c'est un de ses mots) de dire même des choses sérieuses (Sainte-Beuve, Caus. lundi,t.8, 1853, p.263).L'oeil gamin, la mine espiègle, le geste polissonnant, le contentement de la niche accomplie et le rayonnement du bonheur de vivre, prêtaient au plus jeune l'air de chérubin et l'âge d'un collégien en vacances (Goncourt, Ch. Demailly,1860, p.6).b) [En parlant d'une oeuvre littér., d'une représentation artist., de leurs caractéristiques] Qui présente un caractère libre ou licencieux. Une page de Fragonard, c'est comme une peinture de Diderot. Même ton polissonnant et ému (Goncourt, Journal,1859, p.657).
Prononc. et Orth.: [pɔlisɔne], (il) polissonne [pɔlisɔn]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist.1. 1718 (Ac.: Polissonner. Dire ou faire des polissonneries); spéc. 1845-46 «licencieux» (Besch.); 2. 1780 «traîner, vagabonder» (MmeRiccoboni, Aloise de Rivarot, OEuv., t.V, p.192 ds Pougens d'apr. Littré). Dér. de polisson*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 20.

Wiktionnaire

Verbe

polissonner intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Vieilli) Vagabonder, jouer dans les rues, en parlant d’enfants.
    • surtout la rue Courtalon, une ruelle noire, sordide, qui va de la place Sainte-Opportune à la rue Saint-Denis, trouée d’allées puantes, au fond desquelles ils avaient polissonné, étant plus jeunes. — (Émile Zola, Le Ventre de Paris, Georges Charpentier, Paris, 1873)
    • Apprenti chez un Allemand - qui vous nourrissait tous à la même écuelle, vous reprochait votre négligence à coups de tire-pied sur le dos et vous défendait de polissonner dans les rues - tu travaillais à merveille, …. (Nicolas Gogol, Les âmes mortes -1842 ; traduction de Henri Mongault -1949)
  2. (Vieilli) Dire ou faire des polissonneries.
    • Il ne fait que polissonner.
    • – Mon cher, la Garde impériale est polissonnée dans toute la ville !… les péquins t’embêtent, et par contrecoup, ça me touche à fond de cœur. — (Honoré de Balzac, La Rabouilleuse, Furne, Paris,1843)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

POLISSONNER. v. intr.
Vagabonder, jouer dans les rues, en parlant d'Enfants. Cet enfant est toujours à polissonner. Il signifie aussi Dire ou faire des polissonneries. Il ne fait que polissonner.

Littré (1872-1877)

POLISSONNER (po-li-so-né) v. n.
  • 1Faire le polisson, vagabonder, jouer dans les rues, la campagne, en parlant d'enfants. Il allait polissonner avec d'autres enfants au bord du canal, pêcher dans les étangs, Mme Riccoboni, Aloïse de Rivarot, Œuv. t. V, p. 192, dans POUGENS.
  • 2Dire ou faire des polissonneries. On ne les voit jamais oisifs et désœuvrés jouer dans une antichambre ou polissonner dans la cour, mais toujours occupés à quelque travail utile, Rousseau, Hél. VI, 10. Cette table, assez nombreuse, était très gaie sans être bruyante, et l'on y polissonnait beaucoup sans grossièreté, Rousseau, Conf. VII.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « polissonner »

Polisson.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De polisson, avec le suffixe verbalisant -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « polissonner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
polissonner pɔlisɔne

Citations contenant le mot « polissonner »

  • Avec le recul, les années Clinton ont été une période idéale de l’histoire des Etats-Unis. Le vice privé triomphait sur la débauche publique. Au lieu de déclencher des guerres commerciales… de menacer des gouvernements étrangers… ou de forcer le président de la Réserve fédérale à abaisser les taux… M. Clinton est sagement resté dans son placard à polissonner avec une stagiaire de la Maison Blanche. , Les Etats-Unis, c'est fini...
  • On ne s’occupe pas assez des préliminaires. Du moins, en termes de vocabulaire. On a tort tant la langue permet, elle aussi, de grimper aux rideaux quand il s’agit de polissonner, mignonner, rossignoler, appâter le matou, chiffonner (fourrager dans les vêtements féminins) avant d’aspirer le pétunia, cette fleur très féminine… Une linguiste, enfin, s’est attelée à recenser ces galants mots (des centaines) pour en dresser un inventaire (à la pervers ?). Dans les Bagatelles de la porte : précis des préliminaires amoureux, Agnès Pierron, docteure ès lettres, rend grâce à toutes ces coquineries, ces «chabadabada roucouleurs» que l’on se sert avant de faire catleya, comme disait Marcel. Une première. Agnès Pierron l’assure : «Les préliminaires sont les mal-aimés de ceux qui travaillent sur le vocabulaire. Dans un ouvrage aussi fourni que le Dictionnaire érotique de Pierre Guiraud, paru en 1978, le coït bénéficie de 1 300 entrées, alors que la place consacrée aux préliminaires se résume à une demi-page.» Libération.fr, Préliminaires : mettre les mots à la bouche... - Culture / Next
  • Baroque, licencieux et libertin, privilégiant l'allusion et le trait d'esprit, chantre des plaisirs et de la bonne chère, il passe son temps à boire, rire se moquer et "polissonner" ; ennemi de "l'esprit français", il est resté célèbre pour sa jalousie de Voltaire, à qui il adresse de nombreux épigrammes. Quand ils rencontrent pour la première fois, Voltaire grignote du pain tout en lui parlant ; en bon bourguignon, l'épicurien Piron sort alors de son gilet un flacon de vin, qu’il se met à boire au nez et à la barbe de Voltaire. AgoraVox, « Ode à Priape », ou la Bourgogne libertine - AgoraVox le média citoyen

Images d'illustration du mot « polissonner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « polissonner »

Langue Traduction
Anglais prank
Espagnol broma
Italien scherzo
Allemand streich
Chinois 恶作剧
Arabe مزحة
Portugais pegadinha
Russe шалость
Japonais いたずら
Basque prank
Corse prank
Source : Google Translate API

Synonymes de « polissonner »

Source : synonymes de polissonner sur lebonsynonyme.fr

Polissonner

Retour au sommaire ➦

Partager