La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « philippique »

Philippique

Définitions de « philippique »

Trésor de la Langue Française informatisé

PHILIPPIQUE, subst. fém.

Littér. Attaque verbale, discours violent contre quelqu'un. Anton. apologie, panégyrique.Un long réquisitoire littéraire vient d'être récemment lancé contre M. Victor Hugo par M. Alexandre Duval. Dans cette éloquente philippique, M. Alexandre Duval se proclame d'abord lui-même le plus fécond des auteurs de la scène française; (...) il accuse M. Victor Hugo d'avoir (...) ruiné le théâtre français (Mussetds R. des Deux Mondes, 1833, p.327).Toujours est-il que son nom seul excitait chez le baron les plus violentes colères, les philippiques les plus éloquentes mais les plus terribles (Proust, Prisonn., 1922, p.233).
REM.
Philippiser, verbe intrans.,rare. [En parlant de Démosthène] Prendre les intérêts de Philippe de Macédoine. Ce paysan du Danube [V. Dupin] qui, devenu bourgeois et avocat, sait encore si bien régenter l'illustre sénat assis pour l'écouter, a des moments singuliers où il lui prend une fluxion ou un mal de gorge, comme à Démosthènes, duquel on disait alors qu'il philippisait (Sainte-Beuve, Prem. lundis, t.2, 1832, p.106).
Prononc. et Orth.: [filipik]. Att. ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist.1 1528 «discours de Cicéron contre Marc-Antoine» (Fr. Dassy, Le Peregrin, fo20 vods Gdf. Compl.); 1554 «discours de Démosthène contre Philippe de Macédoine» (J. Papon, [Titre], ibid.); 2. 1557 «discours, écrit violent contre une personne» (Jean Macer, Philippique (...) contre les poëtastres et rimailleurs françois de nostre temps, Paris, cf. Cioranescu 16e, 13881); 3. 1592 «satire politique» (Fr. de Clary, Philippiques contre les bulles et autres pratiques de la faction d'Espagne, Tours, ibid., 6693). Empr. au lat. Philippicae (orationes) «discours de Démosthène contre Philippe de Macédoine» (gr. Φ ι λ λ ι π ι κ ο ι ́ , dér. du nom de Philippe de Macédoine), Philippicae, subst. fém. plur. «discours de Cicéron contre Marc-Antoine». Fréq. abs. littér. : 17.

Wiktionnaire

Nom commun - français

philippique \fi.li.pik\ féminin

  1. Harangues de Démosthène contre Philippe de Macédoine.
    • Les Philippiques sont une série de quatre discours prononcés par l'orateur athénien Démosthène entre 351 et 341 av. J.-C. dans lesquels il dresse une harangue contre Philippe II de Macédoine.
  2. (Par extension) Discours violent et satirique.
    • Il a fait une philippique contre moi.
    • Après avoir réfléchi quelques instants, le notaire revint à sa philippique contre les poètes. — (Jules Verne, Famille sans nom – Première partie, III, Un notaire huron)
    • Hudson-Lowe, que les Français maudissent si bruyamment, n’était que le docile instrument de ses maîtres, et ce n’était pas sur un valet payé pour mal faire qu’eussent dû tomber les bavardes philippiques des poètes et orateurs du continent. — (Paul Féval, Les Mystères de Londres, 1844)
    • Ce qui arriva par la suite, je suis incapable de le raconter exactement : […] ; ensuite je bus en quelque endroit du café et du cognac, et devant l'Université je prononçai une philippique contre les professeurs, pour la joie des gamins rassemblés autour de moi. — (Stefan Zweig, La Confusion des sentiments, 1927)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PHILIPPIQUE. n. f.
Terme emprunté des harangues de Démosthène contre Philippe, et dont on se sert, dans le langage familier, pour désigner un Discours violent et satirique. Il a fait une philippique contre moi.

Littré (1872-1877)

PHILIPPIQUE (fi-li-ppi-k') s. f.
  • 1Harangue de Démosthène contre Philippe, roi de Macédoine.
  • 2 Par extension, nom donné aux discours de Cicéron contre Marc-Antoine. Les Philippiques de Cicéron sont des libelles ; mais les proscriptions des triumvirs furent des libelles plus terribles, Voltaire, Dict. phil. Libelle.
  • 3Nom de violentes satires écrites contre Philippe d'Orléans, régent de France, par Lagrange-Chancel. Chacun les lit, ces archives d'horreur, Ces vers impurs, appelés philippiques, De l'imposture effroyables chroniques, Voltaire, Épître 35.
  • 4Discours violent et injurieux. Le livre du Système de la nature qu'on nous a donné depuis peu… c'est une philippique contre Dieu, Voltaire, Systèmes, note.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « philippique »

Φιλιππιϰὸς, sous-entendu λόγος, discours relatif à Philippe, roi de Macédoine.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Du grec ancien Φιλιππικά, philipika, de Philippe : terme emprunté aux harangues de Démosthène contre Philippe de Macédoine. Référence nécessaire
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « philippique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
philippique filipik

Citations contenant le mot « philippique »

  • L’ennui est que Nicolas Lévine est bien loin de s’arrêter à ce constat. Sa déploration de la déchristianisation nationale vire à l’affichage sans fard d’une profonde détestation de la République qui ne trouve aucune grâce à ses yeux, et pour cause. Nous avons droit dans sa philippique à tous les arguments bien connus des pourfendeurs de la « gueuse ». On se croirait du reste en train de lire La Croix dans les années 1900… La République est coupable, forcément coupable, d’avoir fait taire les congressions, instauré l’école laïque. Il ne manque que le divorce… L’Eglise est donc sa victime, et de surcroît cette victime ne serait pas une simple minorité mais la majorité silencieuse du pays, sa racine profonde et intangible. En somme la République, selon Lévine, a tué l’âme de la France, et ce mal être collectif profond, que notre pays traverse depuis des décennies, en serait la conséquence directe. Je pourrais m’amuser à mettre en évidence les troublantes similitudes d’un tel discours avec celui de Philippe Pétain et sa Révolution nationale mais je préfère d’abord montrer l’inanité d’un tel discours et sa profonde malhonnêteté intellectuelle. Croire que la pauvre Eglise catholique a été trucidée par une IIIe République haineuse revient à passer totalement sous silence ce que l’Eglise a été au XIXe siècle. Cette Eglise, durant plus d’un siècle, ne s’est pas remise de la disparition de la monarchie et n’a eu de cesse de vouloir effacer l’héritage de la Révolution française. Lorsque la Restauration eut lieu en 1815, le dogmatisme le plus liberticide a retrouvé sa place notamment par la réintroduction du délit de blasphème condamnant à des peine sévères (parfois jusqu’à la mort) celui qui s’aventurait à moquer le pape ou le simple porteur de soutane. Plus tard, cette même Eglise catholique, par l’intermédiaire de son pape Pie IX, a montré combien les idées mêmes de liberté et de modernité lui étaient intolérables. La publication du Syllabus en 1864, « recueil renfermant les principales erreurs de notre temps » en disait long à ce sujet. Le rationalisme, le libéralisme, le gallicanisme, la démocratie et bien d’autres choses y étaient dénoncés vertement. Causeur, Non, ce n’est pas la République qui a tué l’âme catholique de la France! - Causeur
  • Les syndicats des Pompiers ne cessent de rallumer la guéguerre entre Blancs (le Samu) et Rouges (les Pompiers), alors que les dispositifs du Centre 15 se sont imposés depuis des années. Ils n'ont jamais pu supporter la création du SAMU et jouent sans arrêt la carte corporatiste dès qu'ils en ont l'occasion. Ce rapport en est une triste et puérile illustration. On ne peut qu'être effaré par cette rancoeur qui s'exprime par une critique complètement injustifiée concernant la réalité du terrain de prise en charge des malades Covid par les Blancs et par cette triste opération de com' déguisée en pseudo-fuite. Enfin, les journalistes auraient pu faire leur taf en mettant en perspective les arguments de cette pathétique philippique plutôt que de jouer les passe-plats sans aucune analyse. L'Obs, Un rapport au vitriol des pompiers dénonce la gestion de l’épidémie de coronavirus
  • Le nouveau livre de l’essayiste est une philippique contre une France du XXIe siècle où régnerait l’individualisme stendhalien au détriment de la grandeur hugolienne. Embarrassant. Le Monde.fr, « Du génie français » : Régis Debray, organisateur de match
  • Septième épisode des aventures immobiles de l'écrivain. Où l'on redécouvre, outre le motif de sa philippique avec Michel Onfray, le rôle prophylactique du caniveau en période de pandémie, l'inspiration des rockeurs confinés et l'optimisme d'une rescapée du Covid… et de Fantômas. lejdd.fr, "Du fond d'un monde farouche et tendre" : le journal de l'académicien Marc Lambron
  • Dans les deux cas, il s’agit de violents réquisitoires si bien que le terme est devenu un nom commun. Une philippique est encore un message violent, destiné à réprimander celui à qui il est adressé. Les discours de Cicéron sont prononcés juste après l’assassinat de Jules César, le 15 mars 44. Marc Antoine est son héritier naturel mais Cicéron préfère le jeune Octave, fils adoptif de Jules César.  Europe 1, LE SAVIEZ-VOUS ? L'éloquence de Cicéron causa aussi sa perte
  • Évoquant une tribune radicale de l'acteur Vincent Lindon où il dénonçait la politique gouvernementale, publiée début mai par Médiapart, il y a vu "une philippique qui reprend tous les poncifs des réseaux sociaux", soulignant que "l'imputation que l'Etat a commis des crimes est absolument insupportable". LaProvence.com, Politique | Coronavirus : Finkielkraut dénonce "le populisme pénal" à l'encontre du gouvernement | La Provence
  • Alors que nous dit la philippique d'Emmanuel Macron, en ciblant la Pologne sur l'écologie ?  France Culture, Les pays de l'Est, boucs émissaires des discours politiques ?
  • « Le grand public va être horrifié, à juste titre, de découvrir que les patrons empochaient avec joie des salaires élevés, alors que Thomas Cook accumulait des dettes », accuse Rachel Reeves, la députée qui préside le comité parlementaire aux entreprises et à l’industrie. Au congrès annuel du Parti travailliste, John McDonnell, chargé de l’économie, a aussi lancé sa philippique, demandant que les bonus soient remboursés. « Ils [les patrons] doivent vraiment faire leur examen de conscience et se demander comment ils ont exploité la situation. » Le Monde.fr, Controverse sur les salaires des patrons du tour-opérateur Thomas Cook

Traductions du mot « philippique »

Langue Traduction
Anglais philippic
Espagnol filípica
Italien filippica
Allemand philippisch
Chinois philippic
Arabe الفليبية إحدى الخطب المهمة
Portugais filipino
Russe филиппика
Japonais フィリピン人
Basque philippic
Corse filippine
Source : Google Translate API

Synonymes de « philippique »

Source : synonymes de philippique sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « philippique »

Philippique

Retour au sommaire ➦

Partager