La langue française

Patriote

Définitions du mot « patriote »

Trésor de la Langue Française informatisé

PATRIOTE, subst. et adj.

I. − Subst., vieilli. Synon. de compatriote.Frédéric considéroit ses sujets comme des étrangers, et les hommes d'esprit français comme ses patriotes (Staël,Allemagne,t.1, 1810, p.232).
II.
A. − Subst. et adj. [En parlant d'une pers.]
1. (Celui, celle) qui aime sa patrie, se met à son service, prend les armes pour sa défense. Rossini, en Italien patriote, soutient que tout est parfait en Italie (...) et que nous sommes des jaloux de mauvaise foi lorsque nous n'en convenons pas (Stendhal,Rossini,1823, p.200).Hitler (...) jetait toute la classe ouvrière du côté de la Résistance. La nation voyait les travailleurs reparaître en patriotes en même temps qu'en insurgés (De Gaulle,Mém. guerre,1959, p.94):
1. [Les républiques italiennes] ne surent jamais résister en commun à l'ennemi commun. Aussi beaucoup des Italiens les plus éclairés, les meilleurs patriotes de notre temps, déplorent-ils le régime républicain de l'Italie au Moyen Âge, comme la vraie cause qui l'a empêchée de devenir une nation... Guizot,Hist. civilis.,leçon 10, 1828, p.23.
[P. oppos. à révolutionnaire, cosmopolite] Et moi aussi, bien sûr, je suis pour l'armée, pour la patrie, pour la religion et contre les Juifs (...). On peut dire tout ce qu'on voudra des domestiques (...). Mais ce qu'on ne peut pas leur refuser, c'est d'être patriotes (Mirbeau,Journal femme ch.,1900, p.121).Dans les lycées, avec une force superbe, brutale, les forces nationales relèvent la tête... La jeunesse est patriote, traditionaliste (Barrès,Cahiers,t.7, 1909, p.267).
2. HISTOIRE
a) (Celui, celle) qui, pendant la Révolution, s'oppose aux aristocrates, à l'Ancien Régime, en défendant les idées nouvelles. Législateur patriote, à qui je réponds en ce moment, quelles précautions proposez-vous pour prévenir ces dangers, et pour combattre cette ligue? (Robesp.,Discours,Guerre, t.8, 1791, p.58).Les voyageurs, fort patriotes, parlant d'accrocher les aristocrates à la lanterne (Chateaubr.,Mém.,t.1, 1848, p.388):
2. ... les patriotes de 1792 étaient les tenants de la Révolution; les aristocrates opposaient le roi à la patrie et bafouaient la nation; ils attendaient impatiemment l'arrivée des Allemands ou combattaient dans leurs rangs... Lefebvre,Révol. fr.,1963, p.251.
En partic., empl. subst. Citoyen(ne) armé(e) pendant la Révolution. Le patriote a pour ami Tous les bonnes gens du pays, Mais ils se soutiendront Tous au son du canon. L'aristocrate a pour amis Tous les royalistes à Paris (La Carmagnole, 1792ds Hist. Fr par chans., p.102).Nous avons frotté par deux fois ces enragés de patriotes (...); ils se font tuer comme des mouches, et pour un bon Français de tué ou de blessé, il y a cinquante patriotes à bas, mais c'est leur canon qui les rend forts, ils en ont autant que de fusils (Sénac de Meilhan,Émigré,1797, p.1893).
P. ext., empl. subst. Partisan des idées républicaines ou révolutionnaires. Les habitants de Saumur étant peu révolutionnaires, le père Grandet passa pour un homme hardi, un républicain, un patriote, pour un esprit qui donnait dans les nouvelles idées (Balzac,E. Grandet,1834, p.11).Les patriotes ne me pardonneront pas ce livre, ni les réactionnaires non plus! (Flaub.,Corresp.,1868, p.385).On frappe ce traître comme, après 1871, on frappait les patriotes exaspérés par les malheurs de la patrie (Le Radical,25 déc. 1894).
b) [Pendant l'affaire Dreyfus, p.oppos. aux mauvais Français qui attaquent l'armée, symbole de la France] Voici dans quels termes M. Georges Lebret parlait de l'affaire Dreyfus à ses électeurs: Dreyfus a été justement condamné (...). Comme tous les patriotes, je réprouve hautement la campagne infâme menée en faveur du traître par un syndicat de sans-patrie (Clemenceau,Vers réparation,1899, p.425).
Ligue des Patriotes. Association nationaliste, fondée en 1882 pour rassembler les partisans d'une revanche militaire sur l'Allemagne, qui s'opposa aux Dreyfusards et disparut avant la Seconde Guerre mondiale. Un grand garçon à particule, membre de la Ligue des Patriotes, qui distribuait de petites brochures (Alain,Propos,1921, p.293).
Les Jeunesses Patriotes. V. jeunesse III C ex. de Nizan.
c) [Durant la Seconde Guerre mondiale, p.oppos. à collaborateur] Choisir des patriotes indiscutables, dont la loyauté interdit de penser qu'ils utiliseraient leur poste (...). Enfin même, pourquoi ne pas utiliser les compétences techniques de tel ou tel collaborateur, mais en le faisant surveiller étroitement (Nous sommes les rebelles, coll. Défense de l'homme, 1945, p.95).Des attentats dirigés par les patriotes contre les troupes allemandes d'occupation et leurs complices (Procès Pétain,t.2, 1945, p.1120).
d) [Pendant les guerres de libération nationale dans les pays colonisés, comme synon. de résistant (à l'occupant)] [Le Parti Communiste Français] s'incline devant la mémoire des patriotes tunisiens tombés victimes de cette politique (...) et se proclame solidaire des dirigeants du mouvement national arrêtés et déportés (...) ainsi que de tous les patriotes emprisonnés (L'Humanité, 19 janv. 1952, p.1, col. 1).
B. − Adj. [En parlant d'un inanimé abstr.] Qui témoigne d'un vif attachement à la patrie. Tâchez donc d'écrire des dépêches qui soient très patriotes (Staël,Lettres jeun.,1791, p.528).L'opinion conservatrice et patriote (Maurras,Kiel et Tanger,1914, p.lxxxii).
REM. 1.
Patriotiser, verbe trans.Rendre patriote. Levons-nous, braves guerriers, / Patriotisons la terre / En mourant sous les lauriers (Le Réveil du père Duchesneds Hist. Fr. par chans., t.4, 1821, p.145 ds Quem. DDL t.13).
2.
Patrouillotte, adj.,péj. [Avec un jeu de mots] Patriotique. Je remplissais depuis déjà longtemps les fonctions d'expéditionnaire à la Préfecture de la Seine, emploi qui m'eût exempté de tout service «militaire», n'eût été mon patriotisme (un peu patrouillotte) (Verlaine, OEuvres compl., t.4, Prisons, 1893, p.363).
Prononc. et Orth.: [patʀijɔt]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist.1. 2emoitié du xves. «compatriote» (J. Chartier, Hist. de Charles VII, éd. Vallet de Viriville, t.2, p.144); 2. 1562 bon patriote (Catherine de Médicis, Lettres, éd. H. de La Ferrière, t.1, p.293a); 3. 1756 «personne qui aime sa patrie et la sert avec dévouement» (De Sainte-Foy, La Noblesse militaire ou le Patriote françois ds Brunot t.6, p.135, note 2); 4. 1789 «partisan de la Révolution» (d'apr. Brunot t.9, p.664). Empr. au b. lat. patriota «compatriote», gr. π α τ ρ ι ω ́ τ η ς. Bon, vrai patriote a été empr. par l'angl. good, true patriot (déb. du xviies. ds NED), qui l'a abrégé en patriot (1699, ibid.); ce dernier a été repris par le fr. au xviiies. (sens 3). Voir Barb. Misc. 14, pp.118-119; FEW t.8, p.24. Fréq. abs. littér.: 1045. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1181, b) 2349; xxes.: a) 2346, b) 765.
DÉR. 1.
Patriotard, -arde, adj. et subst.,péj. Qui exprime un patriotisme violent, agressif. Que tant d'hommes avertis, méfiants, puissent devenir tout à coup si crédules, dès qu'on fait vibrer la corde patriotarde (Martin du G.,Thib.,Été 14, 1936, p.609).Le succès de la symphonie patriotarde (Rolland,Beethoven,t.1, 1937, p.73).Empl. subst. N'avons-nous donc que des ennemis dans le monde? Nos patriotards ignorent-ils que les écrivains russes (...) ont soutenu la même opinion que mon jurisconsulte d'Amérique? (Clemenceau,Vers réparation,1899, p.22).Une formation politique des curés, des patriotards, de toute la clique, enfin de la réaction (Aragon,Beaux quart.,1936, p.71). [patʀijɔta:ʀ], fém. [-aʀd]. 1reattest. 1899 (Clemenceau, op. cit., p.11); de patriote, suff. -ard*. Fréq. abs. littér.: 11.
2.
Patrioterie, subst. fém.,péj. Patriotisme étroit et exagéré. Dans sa patrioterie libérale, à la suite du Morning Chronicle, le Constitutionnel se croit encore au temps de Canning (Balzac,OEuvres div.,t.3, 1836, p.69).Lui qui avait été élevé dans la patrioterie et la religion de la baïonnette citoyenne (Gautier,Jeunes-Fr.,1833, p.89). [patʀijɔtʀi]. 1reattest. 1828 (E. Deschamps d'apr. Mat. Louis-Philippe, p.321); de patriote, suff. -erie*.
BBG.Barb. Loan-words 1921, p.260. _ Darm. 1877, p.99 (s.v. patrioterie). _ Davillé (L.). Note sur le mot «patriote». R. Philol. fr. Litt. 1910, t.24, pp.150-153. −Dub. Pol. 1962, p.368. _ Field (T.). The Concept of la patrie in French writing, 1898-1914. Wales, 1972, 311 p._ Gohin 1903, p.298. _ Lutaud (O.). Translation, trad., tradition... Cah. Lexicol. 1968, no2, p.58. −Militz (H. M.). Citoyen und patriote in ihrem Gebrauch während der französischen Revolution. Beitr. rom. Philol. 1973, t.12, no2, pp.393-397. _ MOTS 1982, no4, pp.192-193. _ Quem. DDL t.11, 21. _ Rabotin (M.). Le Vocab. pol. et socio-ethnique à Montréal de 1829 à 1842. Paris, Bruxelles, 1975, p.58, 61, 64, 80, 84. _ Ranft 1908, pp.155-156. _ Vardar Soc. pol. 1973 [1970], p.283.

Wiktionnaire

Nom commun

patriote \pa.tʁi.jɔt\ masculin et féminin identiques

  1. Personne qui adhère à l’idée de patrie, qui aime sa patrie et s’efforce de bien la servir.
    • L’empire assyrien, l’empire persan, l’empire d’Alexandre ne furent pas non plus des patries. Il n’y eut jamais de patriotes assyriens ; l’empire persan fut une vaste féodalité. — (Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation ?, Conférence faite en Sorbonne, le 11 mars 1882)
  2. (Spécialement) (Canada) (Histoire) Membre du mouvement des Patriotes (essentiellement 1826-1840, et surtout 1837-1840).

Adjectif

patriote \pa.tʁi.jɔt\ masculin et féminin identiques

  1. Qui œuvre à la splendeur de la patrie.
    • La presse patriote jouera les chiens de garde et, à propos de toute discussion intérieure, aboiera contre un peuple voisin; […]. — (H. G. Wells, Anticipations, 1901, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Société du Mercure de France, Paris, 1904)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PATRIOTE. n. des deux genres
. Celui, celle qui aime sa patrie et qui s'efforce de la bien servir. Un ardent patriote. Un faux patriote. Il a parlé, il s'est conduit en vrai patriote, en zélé patriote. Adjectivement, Un ministre patriote.

Littré (1872-1877)

PATRIOTE (pa-tri-o-t') s. m.
  • 1Celui qui est du même pays, compatriote (c'est le sens ancien, aujourd'hui inusité). Le Breton [Hume], homme actif, liant, intrigant, au milieu de son pays, de ses amis, de ses parents, de ses patrons, de ses patriotes, Rousseau, Lett. à Guy, 2 août 1766.
  • 2Aujourd'hui, celui, celle qui aime sa patrie, qui cherche à la servir. Patriote comme il l'était [Vauban], il avait toute sa vie été touché de la misère du peuple et de toutes les vexations qu'il souffrait, Saint-Simon, 171, 27. Il est triste que souvent, pour être bon patriote, on soit l'ennemi du reste des hommes, Voltaire, Dict. phil. Patrie, 3. J'avais lu l'excellent ouvrage dont vous me parlez, et toute ma peine était d'ignorer le nom de l'estimable patriote que je devais remercier, Voltaire, Lett. Boncerf, 8 mars 1776. Tout patriote est dur aux étrangers : ils ne sont qu'hommes, ils ne sont rien à ses yeux, Rousseau, Ém. I. Vauban… ce véritable grand homme pour qui le duc de Saint-Simon, cet âpre censeur, inventa et à si juste titre le mot de patriote, Raudot, Mes oisivetés, p. 1, Paris, 1863.

    Patriote de 89, s'est dit des Français qui, dès l'origine de la Révolution, avaient embrassé la cause de la liberté.

    Bataillon de patriotes de 89, un des premiers bataillons que la population parisienne envoya aux frontières en 1792.

    Nom donné aux soldats de la République dans les guerres de la Vendée.

    Adj. Turgot fut un ministre patriote.

REMARQUE

1. Ce mot n'a signifié d'abord (voy. l'historique) que homme d'une localité, compatriote ; on a dit qu'en son acception de celui qui aime sa patrie, il venait d'Angleterre, et que Saint-Simon était un des premiers qui en aient usé en ce sens ; mais dès le XVIe siècle cette acception apparaît.

2. L'Académie ne le donne pour la première fois que dans son édition de 1762.

HISTORIQUE

XVe s. Leurs citoyens et patriotes, J. Chartier, Hist. de Charles VII, p. 172, dans LACURNE. Traitons et consentons avec les susdits bourgmaistres, advoyers, conseils, citoyens, communautez et patriotes des citez, villes, terres et cantons de la vieille ligue de la haute Allemagne, Commines, t. III, p. 213, dans LACURNE.

XVIe s. Combien que M. le Cardinal et ses freres [les Guises] soyent nés en France, et les premiers François de leur race, toutefois, comme il faut du temps beaucoup à depouiller le [sic] sauvagine des meurs et des naturels du pays paternel, l'on ne tient pas ceste premiere portée et generation pour naturelle et legitime, comme les vrais et anciens patriottes qui seroyent de quatre à cinq races, Régnier de la Planche, Livre des marchands, Discours du drapier. Ils dresserent une carolle ; parmi laquelle les Suisses s'aborderent ; car ils sont comme patriotes des ours, d'autant qu'il s'en trouve en leurs montagnes, Carloix, III, 9. Qu'ils estoient patriotes, tous du Parmesan, Carloix, III, 20. Il mourut en bon et vray patriote, zelateur de la manutention des statuts de la cité, Carloix, VI, 6. Le present œuvre servira à tous bons patriotes à estre deputez pour le tiers estat comme celui qui porte le fais de ceste pesante et esmerveillable somme de deniers qu'on a tiré et exigé de lui, Fromenteau, Secret des finances, Argument. Ceux qui, sans espargner leurs corps et biens, n'estudient à autre chose qu'à conserver le royaume en la religion patriotte, Condé, Mémoires, p. 635. Ennemy de l'authorité, de la justice, du repos et de la reputation de Sa Majesté, perturbateur du bien public, amateur du sang de ses patriots, le Pacifique ou l'anti-soldat, p. 5.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PATRIOTE, s. m. (Gouvern.) c’est celui qui dans un gouvernement libre chérit sa patrie, & met son bonheur & sa gloire à la secourir avec zele, suivant ses moyens & ses facultés. Si vous voulez encore une définition plus noble :

The patrio is one
Who makes the welfare of mankind, his care,
Tho’ still by faction, vice, and fortune crost,
Shall find the generous labour was not lost.

Servir sa patrie n’est point un devoir chimérique, c’est une obligation réelle. Tout homme qui conviendra qu’il y a des devoirs tirés de la constitution de la nature, du bien & du mal moral des choses, reconnoîtra celui qui nous oblige à faire le bien de la patrie, ou sera réduit à la plus absurde inconséquence. Quand il est une fois convenu de ce devoir, il n’est pas difficile de lui justifier que ce devoir est proportionné aux moyens & aux occasions qu’il a de le remplir, & que rien ne peut dispenser de ce qu’on doit à la patrie tant qu’elle a besoin de nous, & que nous pouvons la servir.

Il est bien dur, diront des esclaves ambitieux, de renoncer aux plaisirs de la société pour consacrer ses jours au service de sa patrie. Ames basses, vous n’avez donc point d’idée des nobles & des solides plaisirs ! Croyez-moi, il y en a de plus vrais, de plus délicieux dans une vie occupée à procurer le bien de sa patrie, que n’en connut jamais César à détruire la liberté de la sienne ; Descartes, en bâtissant de nouveaux mondes ; Burnet, en formant une terre avant le déluge ; Newton lui-même, en découvrant les véritables lois de la nature, ne sentirent pas plus de plaisir intellectuels, que n’en goûte un véritable patriote qui tend toutes les forces de son entendement, & dirige toutes ses pensées & toutes ses actions au bien de la patrie.

Quand un ministre d’état forme un plan politique, & qu’il sait réunir pour un grand & bon dessein les parties qui semblent les plus indépendantes, il s’y livre avec autant d’ardeur & de plaisir, que les génies que je viens de nommer, se sont livrés à leurs recherches ingénieuses. La satisfaction qu’un philosophe spéculatif tire de l’importance des objets auxquels il s’applique, est très-grande, j’en conviens ; mais celles de l’homme d’état, animé par le patriotisme, va bien plus loin ; en exécutant le plan qu’il a formé, son travail & ses plaisirs s’augmentent & se varient, l’exécution, il est vrai, en est souvent traversée par des circonstances imprévues, par la perfidie de ses faux amis, par le pouvoir de ses ennemis, mais la fidélité de quelques hommes le dédommagent de la fausseté des autres. Les affaires d’état, me dira-t-on, sont pour celui qui s’en mêle une espece de loterie ; à la bonne heure, mais c’est une loterie où l’homme vertueux ne sauroit perdre. Si le succès lui est favorable, il jouira d’une satisfaction proportionnée au bien qu’il aura fait ; si le succès lui est contraire, & que les partis opprimans viennent à prévaloir, il aura toujours pour consolation le témoignage de sa conscience, & la jouissance de l’honneur qu’il s’est acquis.

Lorsque la fortune eut préparé les événemens pour abattre la république romaine, Caton, par sa vertu, en arrêta pendant quelque tems l’écroulement. S’il ne put sauver la liberté de Rome, il en prolongea la durée. La république auroit été détruite par Catilina, soutenu de César, de Crassus & de leurs semblables, si elle n’avoit été défendue par Ciceron, appuyée par Caton & quelques patriotes. Je crois bien que Caton marqua trop de sévérité pour les mœurs de Rome qui depuis long-tems étoit abandonnée à la plus grande corruption ; il traita peut-être maladroitement un corps usé : mais si ce citoyen patriote & vertueux se trompa dans ses remedes, il a merité la gloire qu’il s’est acquise par la fermeté de sa conduite, en consacrant sa vie au service de sa patrie. Il auroit été plus digne de louanges, s’il avoit persisté jusqu’à la fin à en défendre la liberté ; sa mort eût été plus belle à Munda qu’à Utique.

Après-tout, si ce grand homme presque seul a balancé par son patriotisme le pouvoir de la fortune, à plus forte raison plusieurs bons patriotes dans une action libre, peuvent par leurs courage & leurs travaux défendre la constitution de l’état contre les entreprises de gens mal intentionnés, qui n’ont ni les richesses de Crassus, ni la réputation de Pompée, ni la conduite de César, ni le manege d’Antoine, mais tout-au-plus la fureur d’un Catilina & l’indécence d’un Clodius.

Quant à moi, qui par des événemens particuliers, n’ai jamais eu le bonheur de servir la patrie dans aucun emploi public, j’ai du moins consacré mes jours à tâcher de connoître les devoirs des patriotes, & peut-être aujourd’hui suis-je en état de les indiquer & de les peindre au fonds : Non is solus reipublicæ prodest qui tuetur reos, & de pace belioque censet ; sed qui juventutem exhortatur, qui in tantâ bonorum præceptorum inopiâ, virtute instruit animos ; qui ad pecuniam, luxuriamque cursu ruentes, prensat ac reprehendit : is in privato publicum negotium agit. (Le Chevalier de Jaucourt.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « patriote »

Πατριώτης, compatriote, de πατριά (voy. PATRIE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Seconde moitié du XVIe siècle) Emprunté au bas latin patriota (« compatriote »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « patriote »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
patriote patrijɔt

Citations contenant le mot « patriote »

  • Le vrai patriote s'inquiète, non du poste qu'il doit occuper dans la patrie, mais du rang que la patrie doit atteindre parmi les nations. De Jules-Paul Tardivel / Pour la patrie
  • Les prostituées sont souvent, après les religieuses, nos meilleures patriotes. De Paul Morand
  • On ne peut être patriote en ayant l'estomac vide. De William-C. Brann / L'iconoclaste
  • Au fond de tout patriotisme, il y a la guerre : voilà pourquoi je ne suis point patriote. De Jules Renard / Journal
  • Un patriote est celui qui soutient la République en masse ; quiconque la combat en détail est un traître. De Saint-Just
  • Les pauvres ont l'argent patriote ; les riches aiment l'atmosphère internationale de l'or. De Jean-Ethier-Blais / Entre toutes les femmes
  • Le patriotisme n'est pas exclusif : c'est la même chose que l'humanité. Je suis patriote parce que je suis homme et humain. De Gandhi / Lettres à l'Ashram
  • C’est un canal comme il en existe des dizaines d’autres, un groupe privé constitué sur la messagerie Telegram. Baptisé « Team patriote », fort d’environ 150 membres recrutés au sein du réseau Twitter, il permet à ces militants nationalistes de discuter en privé, « sans censure », de leurs obsessions : l’immigration, l’islam, la « gauchiasse », le survivalisme, les armes à feu et la « guerre raciale » qu’ils appellent de leurs vœux. Le Monde a pu, durant plusieurs semaines, suivre en temps réel les discussions de ce petit groupe, emblématique des procédés de « radicalisation » permis par les réseaux sociaux. Le Monde.fr, Plongée dans la haine en ligne avec « Team patriote », groupe privé de militants nationalistes
  • A 66 ans, l'imam Dicko est l'une des voix les plus influentes du pays. Né à Tombouctou dans une famille de notables, il a étudié dans des écoles coraniques en Arabie saoudite avant de revenir à Bamako dans les ­années 1980. Après avoir soutenu l'ancien dictateur Moussa Traoré puis contribué à l'élection d'IBK, Dicko est devenu la bête noire de ce dernier. Homme de l'ombre, il flirte avec la politique, se gardant bien de vouloir assumer des responsabilités. Mais ce religieux aux prêches patriotes et rigoristes profite du climat d'exaspération au sein de la population concernant la corruption du pouvoir et le marasme économique. lejdd.fr, Mahmoud Dicko, l'imam patriote et rigoriste qui influence le Mali
  • L’intégralité des fonds récoltés sera versée au fonds Covid-19, la vente, qui se fera sans frais pour les acheteurs, se tient à l’hôtel Hilton Tanger. Intitulée «L’art patriote», cette dernière était initialement prévue pour fin juin 2020 et  s’est vue décalée de quelques jours eu égard le prolongement de l’état d’urgence sanitaire annoncé. Un appel à solidarité qui a tout de suite trouvé un écho auprès des artistes, alors qu’une grande majorité est elle-même durement impactée. L'Economiste, Art patriote | L'Economiste
  • "Le regretté Mahmoud Guemama, paix à son âme, appartenait à une génération unique de militants patriotes et loyaux qui ont fait du sacrifice pour la patrie leur credo", a ajouté le président de la République. , Décès de Mahmoud Guemama: l’Algérie perd un patriote et un militant engagé

Images d'illustration du mot « patriote »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « patriote »

Langue Traduction
Anglais patriot
Espagnol patriota
Italien patriota
Allemand patriot
Chinois 爱国者
Arabe وطني
Portugais patriota
Russe патриот
Japonais 愛国者
Basque abertzale
Corse patriota
Source : Google Translate API

Synonymes de « patriote »

Source : synonymes de patriote sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « patriote »

Patriote

Retour au sommaire ➦

Partager