Patelinage : définition de patelinage


Patelinage : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

Patelinage, subst. masc.a) Vx. [P. allus. à La Farce de Maître Patelin] Farce. C'était une de ces farces dans le genre de Pathelin (...). Rabelais dit qu'il ne rit jamais plus qu'à ce patelinage (A. France, Rabelais, 1909, p.28).b) Fausseté, intention hypocrite et doucereuse. Le bon public (...) a vu dans Côme [de Médicis] (...) un usurpateur tout sucre et tout miel (...). Il faut savoir que le patelinage jésuitique ne fut trouvé qu'un siècle plus tard (Stendhal, Hist. peint. Ital., t.1, 1817, p.36).Ne soyez pas de cette religion-là, je le conçois; trouvez que c'est trop ou trop peu (...) mais ne dites pas, en lisant de telles pages [de Béranger], que ce n'est ni sincère ni senti, et que vous vous n'y voyez que patelinage (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t.1, 1861, p.194).c) Manière d'agir, de se comporter d'une personne pateline. Synon. patelinerie (infra).Le but de toute cette famille est de me reprendre ce que les circonstances avaient forcé à me laisser de ma légitime fortune. Ils s'y prennent de différentes manières suivant le caractère de chacun, mon père avec humeur, sa prétendue femme avec patelinage (Constant, Journaux, 1804, p.110).Je ne permettrai pas à M. Carpezat, avec ses habiletés de sainte-n'y-touche, ses patelinages rusés de faire avorter ma vie (Fabre, Oncle Célestin, 1881, p.311). [patlina:ʒ]. Att. ds Ac. dep. 1694. 1resattest. fin xves. pathelinaige (Miracle de St Nicolas et d'un Juif, éd. O. Jodogne, 468); 1546 patelinage au sens de «comédie, farce» (Rabelais, Tiers Livre, éd. M. A. Screech, XXXIV, ligne 85, p.239); de pateliner, suff. -age*. Fréq. abs. littér.: 15.

patelinage « manière d'agir pateline » (Rob.); cf. patelinerie de même sens.Cf. aussi personnage
Rem. On peut hésiter sur l'orig. verbale ou nominale de certains dér. quand le sens n'apporte pas l'éclaircissement nécessaire. Peuvent exprimer l'action ou présenter un sens coll. (plus ou moins confondu avec le résultat de l'action) : balisage « action de baliser » et « ensemble de signaux, de balises » bordage « mar., planches épaisses qui forment le revêtement de la membrure intérieure d'un navire » (Littré) et plus rarement « action de border un navire, de revêtir la membrure intérieure de planches » coffrage « charpente disposée pour éviter les éboulements » et « action de poser une telle charpente » cailloutage « action de caillouter, de garnir de cailloux » et « ouvrage fait de cailloux » dallage « action de daller » et « ensemble des dalles d'un pavement » lattage « action de latter » et « ouvrage composé de lattes » Cf. aussi bruitage « action de bruiter » ou « ensemble des bruits fonctionnels artificiellement insérés dans un film, etc. » Il est difficile de connaître la nature exacte de la base de dér. tels que : patronage « appui donné par un personnage puissant ou un organisme » (Rob.) ou ouvrage « action de faire une œuvre, ce que produit un ouvrier » (Littré), que les étymologistes font gén. dériver de œuvre, en remplacement de l'anc. ovraigne (Dauzat 1964, Bl.-W.4), mais il existe aussi un verbe ouvrer, même s'il est vieilli de nos jours. Le sens coll. peut apparaître, même quand le subst. de base n'existe pas ou quand il a un sens très différent : échafaudage « assemblage de choses posées les unes sur les autres » (Rob.) n'a plus aucun lien sém. actuel avec le subst. échafaud et son sens coll. peut être rapproché de celui de « résultat de l'action d'échafauder » (cf. I B 2 a). La dér. déverbale est devenue si fréq. (cf. morphol.) que certains dér. dénominaux tendent à glisser du côté déverbal; bien que le verbe n'existe pas, on éprouve le besoin de le créer pour comprendre des dér. comme : chariotage « travail sur tour à chariot » (Rob.) charruage « labour à la charrue » (Rob.) essanvage « opération agricole ayant pour objet la destruction des sanves » flaconnage (ou flaconnerie) « fabrication des flacons » saumurage « opération qui consiste à mettre une substance alimentaire dans la saumure » (Rob.)

Patelinage : définition du Wiktionnaire

Nom commun

patelinage masculin

  1. Manière insinuante et artificieuse d’un patelin.
    • Canalis se distingue de Lamartine, le chef de l’Ecole Angélique, par un patelinage de garde-malade, par une douceur traîtresse, par une correction délicieuse. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Patelinage : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PATELINAGE. n. m.
Manière insinuante et artificieuse d'un patelin. Toute son habileté, toute sa conduite, tout ce qu'il dit n'est que patelinage.

Patelinage : définition du Littré (1872-1877)

PATELINAGE (pa-te-li-na-j') s. m.
  • Manière insinuante et artificieuse d'un patelin. Patelin a une famille que Tartufe n'a pas : il a produit pateliner et patelinage, Fontenelle, Hist. théâtre franç. Œuvres, t. III, p. 49, dans POUGENS. J'avais toujours senti, malgré le patelinage du P. Berthier, que les jésuites ne m'aimaient pas, non-seulement comme encyclopédiste, mais parce que tous mes principes étaient encore plus opposés à leurs maximes et a leur crédit que l'incrédulité de mes confrères, Rousseau, Confess. X. La scène… où Patelin, à force de patelinage (car son nom est devenu celui d'un caractère), vient à bout d'attraper une pièce de drap, La Harpe, Cours de littér. t. VIII, p. 293, dans POUGENS. S'ils [les hoirs de défunt Patelin] prennent sous leur patronage Cet écrit sur un badinage Où leur maître est représenté, S'ils le font vivre d'âge en âge Autant que le patelinage, Ce sera l'immortalité, Génin, Patelin, dédicace.

HISTORIQUE

XVIe s. Ce patelinage [filouterie] fut sceu ; car celui qui l'avoit fait estoit conneu pour d'autres affrontements, Bouchet, Serées, liv. 2e, p. 108, dans LACURNE. Je ne ris oncques tant que je feis à ce patelinage, Rabelais, III, 34. (ici patelinage a le sens de farce analogue à celle de Patelin).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « patelinage »

Étymologie de patelinage - Littré

Pateliner.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de patelinage - Wiktionnaire

 Dérivé de patelin avec le suffixe -age.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « patelinage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
patelinage patœlɛ̃aʒ play_arrow

Citations contenant le mot « patelinage »

  • L’emballement du processus de redéploiement de la nouvelle armée reconstituée a été brutalement enrayé. Les FAMa sont restés sur place à Gao, alors qu’un Bataillon devrait regagner Kidal ce 1er février. Aucune explication officielle n’est fournie à la procrastination, même si l’on sait par ailleurs l’existence de problèmes logistiques. Ce à quoi s’ajoutent les réticences persistances d’une CMA excellant dans le patelinage. Pour Kidal, l’enjeu est multiple et cela est connu de l’ensemble des acteurs. Du coup, les FDS-R à Kidal, ce 1er février, conformément au chronogramme annoncé, serait plutôt le miracle de l’année, si ce n’est du siècle ; parce que la sincérité est la denrée la moins partagée dans cette foire d’empoigne. , Redéploiement des FDS-R: les temps des incertitudes – Malijet

Traductions du mot « patelinage »

Langue Traduction
Corse patinaje
Basque skating
Japonais スケート
Russe катание на коньках
Portugais patinação
Arabe تزلج
Chinois 溜冰
Allemand skaten
Italien pattinando
Espagnol patinaje
Anglais skating
Source : Google Translate API

Synonymes de « patelinage »

Source : synonymes de patelinage sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires