Partition : définition de partition


Partition : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PARTITION, subst. fém.

A. −
1. Vx ou littér. Action de partager ce qui forme un tout ou un ensemble; p.méton. résultat de cette action, partie d'un ensemble organisé. Synon. division, partage, séparation.Une mouche-maçonne (...) commence à construire ses alvéoles sur le chambranle de la porte (...). Le soir du second jour, quatre ou cinq alvéoles ont été joints au premier. Le tout forme un bloc; on ne distingue plus les partitions (Gide, Retour Tchad, 1928, p.954).Que les artistes se proposent une partition de l'espace en surfaces ou volumes (...), ils n'envisagent jamais que l'aspect proprement plastique de leur art (Huyghe, Dialog. avec visible, 1955, p.191).
2. Spécialement
a) HÉRALD. ,,Nom générique donné aux figures géométriques obtenues par des lignes (verticales, horizontales ou diagonales) qui partagent l'écu en un nombre pair de divisions égales et d'émaux alternés`` (Past. Hérald. 1979). Avez-vous remarqué s'il y avait quelque armoirie peinte sur les portières? (...). −Je ne saurais le dire, répondit Sigognac; un héraut d'armes même (...) n'aurait pas discerné les émaux et couleurs d'un écu, encore moins ses partitions, figures et pièces honorables (Gautier, Fracasse, 1863, p.300).
b) MATH. ,,Une partition d'un ensemble E est une famille de parties de E, disjointes deux à deux et dont la réunion est l'ensemble E. Tout élément de E appartient donc à une et une seule de ces parties. Par exemple, une partie de E et son complémentaire dans E constituent une partition de E`` (Chamb. 1981).
c) POL. Division (d'un territoire, d'un pays) en plusieurs États indépendants. La partition de la Corée. Une question brûlante continuait à diviser les deux pays: celle de la «partition», c'est-à-dire le maintien de l'Ulster ou Irlande du Nord, peuplée en majorité de protestants loyaux envers la couronne et farouchement antipapistes, dans les limites de l'empire britannique (Le Figaro littéraire, 30 sept. 1968, p.26, col. 1).
Rem. M.-O. Lacamp ds Vie Lang. 1961, no117, p.656, donne une précision intéressante sur la diffusion du sens A 2 c: Autant que je sache, partition s'est trouvé vulgarisé en France à propos de l'opération entreprise par les Britanniques en 1947, lorsqu'ils accordèrent à l'Inde son indépendance, sous la condition (plan Mountbatten, mai 1947) d'un partage de l'empire des Indes entre les deux factions politico-religieuses du Congrès (hindou) et de la Ligue (musulmane) pour la constitution de deux États distincts, l'Inde et le Pakistan.
B. − MUSIQUE
1. Partition (de chef d'orchestre). Réunion synoptique de toutes les parties (voix et/ou instruments) d'une composition musicale, notées sur autant de portées distinctes et disposées les unes au-dessous des autres, de manière à en saisir l'ensemble d'un seul coup, les parties les plus aiguës aux lignes supérieures, les plus graves aux lignes inférieures (d'apr. Bach.-Dez. 1882); p.méton. partie spécifique à interpréter par un instrumentiste ou un chanteur. Une partition d'orgue, de piano; une partition d'opéra; déchiffrer, lire une partition; suivre sur la partition; diriger avec, sans partition; composer, écrire une partition; la partition de «Don Juan». Le musicien voit et croit entendre simultanément, en parcourant une page de partition, l'effet harmonique de toutes les parties (Maine de Biran, Influence habit., 1803, p.83):
1. Mais la musique se passe fort bien des mots, du moins pour un temps. Il lui arrive même de se passer totalement de signes, donc de partitions. Schaeffer, Rech. mus. concr., 1952, p.80.
Grande partition ou partition d'orchestre; partition abrégée, réduite. ,,On appelle grande partition, ou partition d'orchestre, celle qui contient (...) toutes les parties; partition réduite, ou abrégée, et quelquefois conducteur, celle qui résume la grande partition`` (Brenet, Mus., 1926, p.335). V. aussi conducteur ex. 8.
P. métaph. Ce qu'elle me disait, je l'avais toujours suivi sur la partition ouverte de son visage où les yeux tenaient beaucoup de place (Proust, Guermantes 1, 1920, p.134).
2. P. méton.
a) Cahier où est écrite, imprimée une partition. Feuilleter, poser les partitions. Le garçon chargé de mettre les partitions sur les pupitres à l'orchestre (Balzac, Cous. Pons, 1847, p.291).La Phonothèque nationale, (...) se trouvera rapprochée du fonds des partitions (Cain, Transform. B. N., 1959, p.67).
b) Composition musicale. Partition admirable, remarquable; les motifs, les thèmes d'une partition. Emmanuel, comme Fauré dans Prométhée, faisait alterner le parlé et le chant dans sa partition, sans restreindre pour cela la part de la musique (Dumesnil, Hist. théâtre lyr., 1953, p.208):
2. Quant au Serment, nous n'avons ni compris ni essayé de comprendre la fable et les paroles de cet opéra, mais nous avons pleinement joui de la brillante et gracieuse partition dont M. Auber l'a revêtu. Mussetds R. des Deux Mondes, 1832, p.242.
P. métaph. Quand, de part et d'autre, deux êtres ont échangé les duos de cette délicieuse partition [de l'amour] et qu'ils se plaisent encore, on peut dire qu'ils s'aiment véritablement (Balzac, Muse départ., 1844, p.178).Le cousin (...) a ouvert devant lui, tandis qu'il demeure de l'aube au crépuscule à son poste d'écoute, cette partition qui le dispense d'en déchiffrer aucune autre: les odeurs et les sons, les nuages, un aboi (Mauriac, Mém. intér., 1959, p.113).
REM.
Partitionnette, subst. fém.,fam. Petite partition. Un grand personnage qui, pris tout à coup de fantaisie musicale, désirait écrire une partitionnette d'amateur (Halévy, Carnets, t.1, 1865, p.223).[Le Portrait de Manon, Suite de Massenet sur son opéra Manon] constitue le meilleur catalogue thématique, exact et complet, de Manon. Tous les motifs de la partition se retrouvent dans la partitionnette, rappelés avec un à-propos parfait (Willy, Entre deux airs, 1895, p.2).
Prononc. et Orth.: [paʀtisjɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.I. 1. Ca 1175 particion «participation» (Benoît de Ste-Maure, Ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 3751) seulement a. fr.; 2. a) 1360 «partage, répartition» (Oresme, Quadripartit, Richel. 1349, fo4d ds Gdf.: Il parla de la particion de la populacion de la terre); début xvies. partition «partage, division d'un territoire, d'un pays» (Fossetier, Cron. Marg., ms. Brux., I, fo123 ro, ibid.); b) 1950 «division d'un territoire en plusieurs régions dotées de régimes politiques différents» (Tibor Mende, L'Inde devant l'orage [trad. de l'angl.], p.162); 3. 1644 hérald. (M. Vulson, La Science héroïque, traitant de la noblesse, de l'origine des armes, de leurs blasons et symboles, p.79); 4. 1845 bot. «chacune des divisions d'une feuille» (Besch.). II. 1636 mus. (Mersenne, Harmonie universelle, p.264). Empr. au lat. partitio «partage, division, répartition», dér. de partire «diviser, partager»; le sens I 2 b est repris à l'angl. partition «division d'un territoire», propr. «partage» (dep. 1474 ds NED), lui-même empr. au fr. partition (v. Rey-Gagnon Anglic.) Au sens II, le mot a peut-être subi l'infl. de l'ital. partitura «id.» (dep. le xviies. d'apr. DEI; v. Bl.-W.1); l'ital. partizione (Bl.-W.2-5) et Hope, 297) est plus récent (xviiies.) et plus rare. Fréq. abs. littér.: 201. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 134, b) 166; xxes.: a) 261, b) 493.

Partition : définition du Wiktionnaire

Nom commun

partition \paʁ.ti.sjɔ̃\ féminin

  1. (Musique) L’ensemble ou la réunion de toutes les parties d’une composition musicale, écrites les unes au-dessous des autres, de manière à se correspondre exactement.
    • […] flétrissez aussi le charlatanisme de ces pseudo-virtuoses qui ont obtenu des succès apocryphes à New-York ou en Californie, et qui, […], viennent défigurer sur nos grandes scènes lyriques des partitions dont elles ridiculisent la majesté par les exagérations de leur style exotique. — (Stéphen de La Madelaine, Études pratiques de style vocal, T.1, 1868, page 18)
    • M. Ferdinand Poise a écrit, sur cette jolie scénette en deux actes, une partition fine, élégante et distinguée, la sœur des Surprises de l'amour et de l’Amour médecin dont elle retrouvera sans doute le succès. — (L'Artiste, vol. 2, Paris : Aux bureaux de L'Artiste, 1884, page 317)
  2. Réduction d’un opéra pour piano et chant, ou pour piano seul.
  3. (Didactique) Division ; partage.
    • On a comparé ces anomalies à la duplicature des fleurs chez les Phanérogames, et le Dr Maxwell Masters, rédacteur du Gardener's Chronicle, considère les partitions anormales des fougères comme des sortes de superfétations organiques, un perfectionnement de la plante. — (Henry Correvon, Les fougères de pleine terre et les prêles, lycopodes et sélaginelles rustiques, p.116, Octave Droin éditeur, 1896)
    • La partition spatiale ayant une grande influence sur les résultats de ce modèle de simulation des dynamiques intra-urbaines, il s'avère en effet que l'homogénéité du découpage est un facteur décisif pour le bon fonctionnement du modèle, […]. — (Gilles Lajoie, Le carroyage des informations urbaines: Une nouvelle forme de banque de données sur l'environnement du Grand Rouen, Publications de l'Université de Rouen, 1992, page 3)
  4. (Mathématiques) Pour un ensemble, découpage en sous-ensembles disjoints.
  5. (Mathématiques) Pour un entier naturel, écriture comme la somme d'entiers naturels.
    • 2+3 est une partition de 5.
  6. (Héraldique) Division du champ de l’écu.
    • La multiplication des partitions s'appelle rebattement […]. — (Geneviève d'Haucourt et Georges Durivault, Le Blason, 1949)
    • Tranché d’or à une crosse de gueules ; et d’argent à un skieur équipé de sable ; à la cotice d’azur brochant sur la partition, qui est de Mouthe du Doubs → voir illustration « cotice brochant sur la partition »
  7. (Informatique) Sous-ensemble d’un disque dur découpé virtuellement en unités logiques.
  8. (Bases de données) Division logique d’une table stockée en plusieurs parties indépendantes.
    • Les tuples sont rangés à l'intérieur de partitions associatives dont la taille est en général une piste mais peut être moins. L’adressage à l'intérieur d'une partition s'effectue par le contenu. — (Actes du Congrès "Architecture de machines et systèmes informatiques", Association française pour la cybernétique économique et technique, Éditions hommes et techniques, 1982, page 54)
  9. (Politique) Division d'un territoire.
    • La partition de la Tchécoslovaquie.
  10. (Figuré) Histoire ; succession d’événements.
    • Cette variation sur le thème « Aime-moi ou je te tue » se retrouve, on l’a vu, chez Tacite, lequel corrige ensuite la partition de Silius. — (Pierre Renucci, Claude, Perrin, Paris, 2012, page 119)
  11. (Figuré) Programme.
    • De leur côté, les grands émetteurs que sont la Chine, l’Inde, les Etats-Unis, l’Australie ou le Brésil ont préféré jouer chacun leur propre partition, minant toutes les propositions de consensus d’une présidence chilienne de la COP manquant de poids politique. — (Le Monde, COP25 : une conférence sur le climat à oublier, Le Monde. Mis en ligne le 16 décembre 2019)
    • On touche là à la subtilité la plus extrême de ce jeu certes collectif, mais dans lequel chacun joue aussi sa partition personnelle, préserve ses intérêts, joue la carte de sa carrière individuelle. — (Philippe Delerm, L’extase du selfie, Seuil, 2019, page 85)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Partition : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PARTITION. n. f.
L'ensemble, la réunion de toutes les parties d'une composition musicale, écrites les unes au-dessous des autres, de manière à se correspondre exactement. La partition de l'opéra d' " Alceste ". La partition de " Don Juan ", etc. Cette partition est bien écrite. On m'a envoyé quelques opéras nouveaux en partition. Il se dit aussi d'une Réduction d'un opéra pour piano et chant, ou pour piano seul.

Partition : définition du Littré (1872-1877)

PARTITION (par-ti-sion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
  • 1Action de diviser, de partager.

    Terme de physique. Partition du baromètre, division que l'on a faite en sept parties, entre le plus haut et le plus bas degré du mercure pour marquer les variations de l'atmosphère. Partitions simples, celles qui le divisent en parties égales. Partitions composées, celles qui forment des compartiments inégaux.

    Terme de blason. Partition de l'écu, se dit pour division.

    Ancien terme d'arithmétique. Nom de la division.

  • 2En botanique, action de se diviser, de se partager. La partition caulinaire ou de la tige.

    Se dit de chacune des divisions d'une feuille quand ces divisions sont seulement réunies par la base.

  • 3Action de partager un ensemble, un discours en parties. Il semble à les voir [les prédicateurs] s'opiniâtrer à cet usage [la division en trois points], que la grâce de la conversion soit attachée à ces énormes partitions, La Bruyère, XV. Nous venons de voir que la première division des acides et des alcalis en minéraux, végétaux et animaux est plutôt une partition nominale qu'une division réelle, Buffon, Min. t. III, p. 224.
  • 4 Terme de grammaire ancienne. Sorte d'exercice répondant à ce que nous appelons aujourd'hui analyse, mais qui se faisait le plus souvent par demandes et par réponses.

    Les partitions des douze vers de Virgile qui commencent les douze chants de l'Énéide, analyse grammaticale très développée de ces douze vers, faite par Priscien.

    Les Partitions oratoires, titre d'un ouvrage de Cicéron, sorte d'analyse des principes de l'art oratoire. Les Partitions oratoires sont une très bonne rhétorique, donnée par divisions et subdivisions des matières (ce qui est la raison du titre), d'un style fort simple, mais clair, succinct et élégant, Rollin, Hist. anc. t. XI, 2e part. p. 690, dans POUGENS.

  • 5Ancien terme de logique. Alternative, en parlant d'un dilemme. Dans ce dilemme, la proposition qui doit contenir la partition est sous-entendue, Port-Royal, Log. 3e part. ch. 15.
  • 6 Terme de musique. Le recueil des parties d'un opéra, d'une symphonie, etc. superposées les unes au-dessus des autres. Les voix et les instruments sont disposés dans la partition selon leur degré d'élévation ou de gravité, les plus aigus aux lignes supérieures, les moyens au milieu, et les plus graves aux lignes inférieures, Fétis, Dict. de musique.

    Grande partition, celle qui contient toutes les parties de chant et d'orchestre ; partition abrégée, celle qui ne contient que les parties de chant, le quatuor ou le quintette d'instruments à cordes, et les rentrées d'instruments à vent ; partition de chant, celle qui ne renferme que les parties de chant et une simple réduction de l'orchestre au piano.

    Par extension, se prend souvent pour l'œuvre même. Hérold est auteur de plusieurs partitions remarquables.

  • 7La règle dont les accordeurs d'orgue, de clavecin, de piano, etc. se servent pour accorder ces instruments. Il y a différents systèmes de partitions.

HISTORIQUE

XIIe s. De son avoir aurez grant partison, Ronc. p. 21.

XIIIe s. Ysengrin, or venez avant, Si festes ceste partisson ; Trop i auroit grant mesprison, Se chascun n'en avoit sa part, Ren. 6057.

XIVe s. Faire telle partition, Oresme, Thèse de MEUNIER.

XVIe s. Ses prefaces, definitions, partitions, etymologies consument la plus part de son ouvrage, Montaigne, II, 106.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Partition : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

PARTITION, s. f. (Gram. Bell. Lett.) partitio, partage, division, ou distribution de quelque chose. Voyez Division, Distribution.

Partitions oratoires, est le nom qu’on donne aux dialogues de Ciceron sur l’éloquence, entre cet orateur & son fils, parce que le discours y est pour ainsi dire, partagé ou divise entr’eux.

Partition du barométre, (Physiq.) on appelle ainsi la division que l’on a faite en sept parties, des deux pouces de différence qu’il peut y avoir entre le plus haut & le plus bas du mercure, il ne monte jamais plus haut que vingt-neuf pouces, & ne descend jamais plus bas que vingt-sept. Ces deux pouces de différences sont divisés en vingt-quatre lignes ; mais en outre on les partage encore en sept partitions, dont chacune dénote le tems qu’il doit faire, lorsque le mercure y est monté ou descendu. La partition du milieu est inscrite du nom de variable, parce qu’ordinairement le tems est changeant & variable, lorsque le mercure s’arrête en cet endroit. Cette partition du milieu en a trois au-dessous ; les trois supérieures en montant sont inscrites du beau tems, du beau fixe & du très-sec ; & les trois inférieures en descendant sont inscrites de pluie ou vent, de beaucoup de pluie & de tempête. Traité du Barometre. (D. J.)

Partition, en Musique, est la collection de toutes les parties d’une piece, par laquelle on voit l’harmonie qu’elles forment entr’elles. On écrit toutes ces parties l’une au-dessous de l’autre, chacune sur sa portée avec la clé qui lui convient, commençant par les parties les plus aiguës, & mettant la basse au-dessous du tout ; & on les arrange de maniere que chaque mesure d’une partie soit placée perpendiculairement au-dessus & au-dessous de la mesure correspondante dans les autres parties, & enfermée entre les mêmes barres prolongées, afin qu’on puisse voir d’un coup d’œil le rapport de tout ce qui doit s’entendre à la fois. Comme dans cette disposition, une seule ligne de musique comprend autant de portées qu’il y a de parties, on embrasse toute cette ligne par un trait de plume qu’on appelle accollade, & qui se tire à la marge au commencement de la ligne ; ainsi, quand on veut suivre une seule partie, après avoir parcouru la ligne jusqu’au bout, on ne passe pas à celle qui est immédiatement au-dessous, mais on regarde quel rang cette partie occupe dans son accollade : on va dans l’accollade qui suit chercher la portée correspondante, & l’on y trouve la suite de la même partie.

L’usage des partitions est indispensable pour composer. Il faut aussi que celui qui conduit un concert ait la partition sous les yeux pour voir si chacun suit régulierement sa partie, & remettre ceux qui peuvent manquer. Elle est même utile à l’accompagnateur pour bien suivre l’harmonie ; mais quant aux Musiciens concertans, on donne ordinairement à chacun sa partie séparée, étant inutile pour lui de voir celle qu’il n’exécute pas.

Partition est encore parmi les facteurs d’orgue & de clavessin, une regle pour accorder l’instrument, en commençant par une corde ou un tuyau de chaque son dans l’étendue d’une octave ou un peu plus, prise vers le milieu du clavier, & qui serve de terme de comparaison à l’accord de tout le reste.

Voici comment on s’y prend pour former sa partition.

On prend d’abord sur l’instrument dont je parlerai au mot Ton, un son pour servir de base ou de terme à tous les autres ; & à l’unisson ou à l’octave de ce son, on accorde le c sol ut qui appartient à la clé du même nom, & qui se trouve à-peu-près dans le milieu du clavier ; on accorde ensuite le sol quinte le cet ut, puis le quinte de ce sol ; ensuite on redescend à l’octave , à côté du premier ut ; on remonte à la quinte la, puis encore à la quinte mi ; on redescend à l’octave de mi, & l’on continue de même montant de quinte en quinte & redescendent à l’octave, aussi-tôt qu’on s’éloigne trop ; on s’arrête quand on est parvenu au sol diese.

Alors, on reprend le premier ut, & l’on accorde son octave aiguë ; puis la quinte fa de cette octave en descendant ; l’octave aiguë de ce fa ; le si bémol quinte de cette octave ; enfin à la quinte de ce si, le mi bémol dont l’octave aiguë doit faire la quinte avec le la bémol ou sol dièse accordé précédemment. Quand cela arrive, la partition est juste ; elle est fausse quand ces deux sons ne se trouvent pas d’accord, à peu de chose près, ce qui arrive infailliblement, quand on ne suit pas les regles dont je donne le principe, & que j’explique au mot Tempérament.

La partition bien faite, le reste est très-aisé à accorder, puisqu’il n’est plus question que des octaves & des unissons de tout ce qui y est contenu. (S)

Partition, (Orgue.) c’est le fondement de l’accord ; elle a été ainsi nommée, parce qu’elle partage l’octave en tons & en demi-tons : la partition de l’orgue se fait sur le prestant, elle comprend l’étendue d’une douzieme depuis la clé d’s ut fa, jusqu’à l’ut à l’octave de celui de la clé de c sol ut. Toute la partition se fait au moyen des octaves que l’on accorde juste, & des quintes que l’on accorde juste & que l’on diminue ensuite ; ensorte que le battement soit en-dessous.

Le fondement de la partition est le ton rendu par un tuyau d’un pié, à l’unisson duquel on accorde l’ut de la clé ou du milieu du clavier ; ce ton est à la double octave du ton fixe des musiciens qui est le son rendu par un tuyau de quatre piés ouvert. Après avoir accordé le ton ut de la clé de c sol ut, on accorde tous les tons compris dans la partition, en cette maniere & comme ils sont marqués dans la fig. 68. Pl. d’Orgue. Les notes rondes de cette figure marquent les tons sur lesquels on accorde, & les noires ceux que l’on accorde, ainsi sur le ton ut de la clé de c sol ut, on accorde son octave au-dessus ut, laquelle doit être juste ; on reprend ensuite l’ut de la clé sur lequel on accorde le sol de la clé de g ré sol. Cet accord est une quinte que l’on doit baisser un peu après l’avoir accordé juste : toutes les quintes que l’on accorde en-dessus, c’est-à-dire, lorsque la note que l’on accorde en quinte est au-dessus de celle sur laquelle on accorde, comme dans cet exemple ; on doit baisser la note sol un peu au-dessous de la vraie quinte, ce qui produit un battement assez sensible dans les dessus & peu marqué dans les basses. Lorsque les quintes que l’on accorde vont en descendant ou sont en-dessous, elles ont leur battement en-dessus ; comme par exemple la quinte fa ut, on doit hausser la note fa qui est celle que l’on accorde un peu au-dessus du ton où elle fait la quinte juste avec l’ut, & cela afin dans les deux cas de diminuer l’intervalle d’une note à l’autre, ce qui est un tempérament que les quintes exigent dans le système diatonique tempéré, selon lequel on accorde les orgues & les clavessins. Après que le sol de la clé de g ré sol est accordé & tempéré, comme il convient, on accorde son octave en-dessous sol ; sur ce sol, on accorde la quinte en-dessus, le battement de cette quinte doit être en-dessous sur le ré ; on accorde la quinte la dont le battement doit de même être en-dessous.

Encyclopedie-12-p107-partition.PNG


On prend ensuite l’ut à l’octave de la clé de c sol ut, au-dessous duquel on accorde la quinte fa, cette quinte doit battre en-dessus ; on connoît que les quintes sont bien tempérées si la tierce majeure fa la qui est entre les termes fa ut de la quinte est juste ; on sonne cette tierce majeure avec la note que l’on accorde, & avec laquelle elle doit être juste sur le fa, on accorde en-dessous la quinte ♭ si ; cette quinte a pour preuve la tierce majeure ♭ si ré qui doit être juste sur le si ♭ ; on accorde son octave au-dessus qui doit être juste sur le si ♭ supérieur ; on accorde en-dessous la quinte ♭ simi, dont le battement doit être en-dessus ; cette quinte a pour preuve la tierce majeure ♭ mi sol ; on reprend ensuite le la accordé à la quinte du , dont on accorde l’octave en-dessous ; sur ce la inférieur dernier accordé, on accorde la quinte la mi qui a son battement en-dessous, & pour preuve la tierce majeure mi ut au-dessus de ce mi naturel ; on accorde la quinte mi si naturel ; cette quinte dont le battement doit être en-dessous, a pour preuve la tierce majeure si sol ; on accorde ensuite sur le même si naturel son octave en-dessous, laquelle comme toutes les autres octaves, doit être juste ; sur le si naturel inférieur, on accorde la quinte si fa ♯, en-dessus, & dont par conséquent le battement doit être en-dessous ; cette quinte a pour preuve la tierce majeure fa ♯ re ; sur le fa ♯, on accorde son octave fa ♯ en-dessous sur le fa ♯ dernier accordé, on accorde la quinte au-dessus ut ♯ qui a pour prouve la tierce majeure ut ♯ la, & dont le battement doit être en-dessous ; sur ut ♯ on accorde en-dessus la quinte ut ♯ sol ♯ dont le battement doit de même être en-dessous, & qui a pour preuve la tierce majeure mi sol ♯ sur lequel sol ♯ on accorde son octave en-dessous sol ♯ par où finit la partition.

On accorde ensuite les notes des dessus & des basses par octaves sur les notes de la partition ; les notes des dessus AC, fig. 68. s’accordent à l’octave des notes B qui sont celles de la partition & qui sont rondes, pour les distinguer des noires qui sont celles que l’on accorde ; les notes des basses ED s’accordent à l’octave en-dessous des notes A qui sont celles de la partition, lesquelles sont rondes, pour les distinguer des noires FD qui sont de même celles que l’on accorde.

Ordinairement les claviers ont une touche au-dessous des quatre octaves ; on accorde cette touche à l’octave en-dessous du premier sol ou à la triple octave en-dessous du sol de la clé de g ré sol, & la touche ut ♯ de la premiere octave à l’octave du premier la, comme on voit dans la figure à la lettre D. Pour amener les tuyaux à leur ton, on se sert des accordoirs ABC, abc, fig. 49. Pl. d’Orgue, dont les premiers servent pour les gros tuyaux, & les seconds qui sont emmanchés pour les petits où on ne peut pas atteindre avec la main, il suffit d’en avoir de trois grosseurs différentes ; lorsqu’on veut baisser le ton d’un tuyau, on le coëffe avec le cône creux, & en appuyant on resserre les bords du tuyau qui baisse de ton par ce moyen ; si au contraire, on veut hausser le ton du tuyau, il faut enfoncer le cône dedans par la pointe, il fera ouvrir le tuyau, ce qui le fera monter de ton : voyez Accordoirs, & les fig. 49. Pl. d’Orgue ; le numero 1. de la fig. 6. marque le cône concave dont il faut se servir pour faire baisser le ton, & le chiffre 2 le cône convexe dont il faut se servir pour le faire hausser. (D)

Partition, (Blason.) en termes de Blason, on appelle partitions, des traits qui partagent l’écu en plusieurs parties. Quelques-unes des partitions sont simples ; ce sont celles qui divisent l’écu en deux, trois ou quatre parties égales, qui sont le coupé, le parti, le tranché, le taillé, le tiercé & l’écartelé. Les partitions composées sont ainsi appellées, parce que ce sont des divisions composées de plusieurs traits des partitions simples.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « partition »

Étymologie de partition - Littré

Provenç. particio, partizo ; espagn. particion ; ital. partizione ; du lat. partitionem, de partiri, partir, partager.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de partition - Wiktionnaire

Du latin partitio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « partition »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
partition partisjɔ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « partition »

  • C.E. Morgan excelle à incarner ces deux jeunes à vif, jetés dans une existence qu'ils ne désiraient ni l'un ni l'autre. Et sur ce lieu sans horizon, caracole la musique de Schubert, de Bach, qu'elle fredonne pour elle-même en parcourant du doigt ses partitions. Des notes, qui elles aussi "luttaient pour se faire une place" et apportent un contrepoint vibrionnant au silence et à l'immobilité. L'Echo, C.E. Morgan joue la partition d'une vie en sourdine | L'Echo
  • Lorsque Windows 10 s’installe pour la première fois, celui-ci crée une partition de récupération permettant de restaurer le système en cas de problème ou de besoin de réinitialisation d’usine. Or, dans certains cas, la partition en question est placée au début du disque dur ou du SSD. Puis, en deuxième position, on trouve la partition principale de Windows. Problème : le système d’exploitation rencontre des difficultés lorsqu’il lui faut étendre la partition de récupération dès qu’il manque de place. Dans ce cas, Windows 10 crée alors une seconde partition de restauration. De quoi encombrer inutilement le système… PhonAndroid, Windows 10 : Microsoft corrige enfin un gros bug dans la gestion du disque dur
  • Chez Lemaire, les mannequins offrent toujours une partition incarnée ou chaque détail compte (un talon qui claque, une main passée dans les cheveux, un regard qui capte l'attention, une bandoulière glissant d'une épaule …). Ici le format digital ne trahit pas cette atmosphère. Bien au contraire. Les mannequins évoluent dans un décor blanc baignée de lumière naturelle - le premier étage de l'Ecole Duperré où le duo a pris l'habitude de dévoiler ses défilés. On retrouve la grande famille de mannequins qui composent généralement le casting des shows de la maison et jouent la carte de la diversité - de l'âge à la couleur de peau, au type de physique en passant par la démarche. Le propos est intelligent : à chacun de s'approprier le vêtement en fonction de son histoire et de sa personnalité. Les Echos, Collection Homme Printemps-Eté 2021 : la partition à part de Lemaire | Les Echos
  • Lieu d’échanges autour des modes de composition, de création et de transmission («partition» en français), ainsi que des traditions intellectuelles et artistiques – à la fois partagées («ensemble») et distinctes («partition» en anglais) – au Canada, l’événement, qui recouvre à la fois les idées de partage collectif et de division (ou cloisonnement), se veut donc d’une troublante actualité pour interroger tout le potentiel esthétique et politique de telles notions à partir des arts vivants. , Symposium virtuel bilingue Partition/Ensemble (en ligne)
  • C'est un talent extraordinaire: raconter les histoires inédites de l'Histoire; dévoiler la sculpture qui attend au coeur d'un bloc de pierre; transformer les notes d'une partition en chanson; donner l'impression que les vaisseaux de Star Wars dans l'espace sont vraiment en train de voler. De Barack Obama / discours de la cérémonie en hommage au cinéaste George Lucas
  • Quand le leadership est joué sur la double partition de la raison et de l’émotion, il est un moteur puissant qui donne à des hommes et à des femmes l’énergie nécessaire pour dépasser les limites du possible. De Guillaume Poitrinal / Leadership d'Eric-Jean Garcia
  • La partition est une chose, le chant en est une autre. Ce qu'il faut, c'est avoir la musique en tête et la chanter avec le corps. De Luciano Pavarotti / Le Figaro - 22 Juillet 1997
  • L'esprit préexiste à la matière. L'esprit habite chaque atome, chaque particule. L'esprit est la partition de l'univers. La force immatérielle qui forge la réalité concrète. De Jean-Christophe Grangé / Le Concile de pierre
  • Il s'agit souvent pour un romancier d'entraîner toutes les personnes, les paysages, les rues qu'il a pu observer dans une partition musicale où l'on retrouve les mêmes fragments mélodiques d'un livre à l'autre, mais une partition musicale qui lui semblera imparfaite. De Patrick Modiano / Discours de réception de son prix Nobel de littérature
  • Jouer à l’opéra est plus facile que jouer au théâtre, car la musique est déjà écrite, alors qu’au théâtre il faut composer sa partition soi-même. De Natalie Dessay / Evene.fr - Novembre 2006
  • Il y a deux sortes de chefs d'orchestre : ceux qui ont la partition dans la tête et ceux qui ont la tête dans la partition. De Arturo Toscanini

Images d'illustration du mot « partition »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « partition »

Langue Traduction
Corse partizione
Basque partizioaren
Japonais パーティション
Russe раздел
Portugais partição
Arabe تقسيم
Chinois 划分
Allemand partition
Italien partizione
Espagnol dividir
Anglais partition
Source : Google Translate API

Synonymes de « partition »

Source : synonymes de partition sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires