La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « orange »

Orange

Variantes Singulier Pluriel
Féminin orange oranges

Définitions de « orange »

Trésor de la Langue Française informatisé

ORANGE, subst. et adj.

I. − Subst. fém.
A. − Vx. Fleur d'orange. Fleur d'oranger. La mariée, que l'on reconnaissait à sa rougeur, plus encore qu'à son élégant battant-l'oeil en malines, surmonté d'un bouquet de myrte et de fleurs d'orange (Jouy, Hermite, t.2, 1812, p.288).V. alchimie ex. 6, anis ex. 6.
B. −
1. Fruit comestible du genre citrus, à pulpe très juteuse, divisée en cloisons et en loges, au jus jaune et parfois rouge, à l'écorce d'un jaune tirant sur le rouge. Dans les cours des maisons, on improvisait des cabanes décorées de fleurs en papier, de citrons, de cédrats et d'oranges de Jaffa (Tharaud, An prochain, 1924, p.265).D'abord, un homme a découvert que la terre était ronde, ronde comme une orange (Salacrou, Terre ronde, 1938, iii, 1, p.230).
SYNT. Écorce, pépin, pulpe, quartier, zeste d'orange; caisse d'oranges; éplucher, peler une orange; oranges confites; confiture, jus, marmelade d'orange(s); orange givrée.
GASTR., loc. À l'orange. Crème pâtissière à l'orange; fondant, glace à l'orange. Si Gaston regrette quelque chose de moi, ce sont sûrement mes écrevisses à l'américaine, le canard à l'orange et les entremets. Je suis gourmande, de là les dix kilos de trop (Triolet, Prem. accroc, 1945, p.320).
Orange amère. Synon. de bigarade.Parmi les différentes variétés d'oranges, il faut citer la bigarade ou orange amère (Lar. comm.1930).Les fruits en saumure se préparent en Provence et en Corse: (...) citrons, cédrats, oranges amères et chinois (Brunerie, Industr. alim., 1949, p.97).
Orange de (la) Chine. Synon. de chinois, kumquat.La chanteuse portait des deux mains, un grand bassin de porcelaine, plein jusqu'au bord, d'oranges de la Chine, confites (Bourges, Crépusc. dieux, 1884, p.311).
Orange sanguine*.
Loc. fig., fam. Glisser sur une pelure d'orange. ,,Échouer par le fait d'un minime accident`` (Ac. 1935). On glisse toujours sur une pelure d'orange, au moment où l'on s'y attend le moins (Vogüé, Morts, 1899, p.156).
Proverbe. Quand on a pressé l'orange, on jette l'écorce*.
2. Arg., vieilli. Orange (à cochons, de Limousin). ,,Pomme de terre`` (Esn. 1966). ,,Coup de poing`` (Esn. 1966).
II. − Adj. et subst. masc.
A. − Adj. invar. D'une couleur semblable à celle de l'orange. Se colorer en orange. Venez à votre tour, grenadiers à cheval (...) Leur bras droit est orné d'aiguillettes orange (Pommier, Poés., 1832, p.317).C'était un énorme bastion ténébreux, aux arêtes de donjon féodal, qui se dessinait avec une incroyable netteté sur le ciel orange (Benoît, Atlant., 1919, p.107).Le soleil, se rapprochant de l'horizon, couvrait la terre d'une lumière orange et faisait imaginer de chaudes contrées méridionales (Lacretelle, Silbermann, 1922, p.164).
− Domaine de la circulation.V. feu1II A 2.Si à un carrefour, il y a à la fois un signal routier réglementant la priorité et des feux tricolores, ce sont les feux qui l'emportent. On ne doit respecter le panneau que lorsque (...) le feu orange clignote (Vélo Cyclo Guide, Ministère des transp., s. d. [1978], p.59).
Couleur orange. Le diable allumait un feu sinistre dans ses yeux couleur orange (Balzac, Cous. Pons., 1847, p.106).
Emploi appos. ou comme 2eélément de mot composé. Entre la grille mobile des cils, elle apercevait un coin de la maison, long bâtiment jaune orange (Daniel-Rops, Mort, 1934, p.72):
. Braque ne peint que pour la délectation de l'oeil, convaincu que peu à peu, par la mystérieuse vertu de tels rapports de rose fané et de vert usé, excités par un jaune-orange (...) l'âme du spectacteur goûtera une émotion réelle. Lhote, Peint. d'abord, 1942, p.159.
B. − Subst. masc. Teinte orange. Peindre en orange. Depuis un temps immémorial, les marchandes d'oranges exposent leurs fruits sur du papier bleu: c'est que le bleu est la couleur diamétralement opposée à l'orange, et par conséquent la plus propre à faire ressortir cette teinte (Mérimée, Mél. hist. et littér., 1855, p.352).À gauche un frottis de pourpre s'infiltrant dans de l'orange où nul objet ne se précise, un violet un peu plus foncé suggérant un toit (Arts et litt., 1935, p.84-8).
REM.
Orangiste, subst.,,Spécialiste de la culture des oranges`` (Fén. 1970).
Prononc. et Orth.: [ɔ ʀ ɑ ̃:ʒ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1200 [ms. du xiiies.] agn. pume orenge désigne l'orange amère ou bigarade (A. Neckam, Comment. sur le Cantique des cantiques, ms. Brit. Mus. ms. Royal 4 D XI, fo83 rocol. a d'apr. R. Loewe ds Arch. ling. t.6, 1954, p.124); 1314 pomme d'orenge (Henri de Mondeville, Chirurgie, éd. A. Bos, 1824); ca 1393 p.ell. orenge (Ménagier de Paris, éd. G. E. Brereton et J. M. Ferrier, p.279, 12); b) 1515 orange «fruit de l'oranger» (M. Du Redouer, S'ensuyt le Nouveau monde et navigations [trad. de l'ital., lui-même trad. du port.], fo36 rods Arv., p.370); 2. 1553 adj. «de couleur d'orange» (doc. ds A. Joubert, Hist. de la baronnie de Craon, p.486). L'a. fr. pome (d') orenge serait un calque de l'a. ital. melarancio, -a (dep. le xives., Boccace d'apr. DEI) comp. de mela «pomme» et de arancio «oranger» et «orange», ce dernier étant empr., avec déglutination, à l'ar. nārang(a), lui-même empr. au persan narang; le o- du fr. mod. s'explique prob. par l'infl. du nom de la ville d'Orange, a. fr. Orenge (Bl.-W.2-5; v. aussi FEW t.19, p.139b), tandis que le -a- s'explique par celle de l'ital. arancia, orange étant d'abord att. dans une trad. de l'ital. (supra 1515; Arv., p.370). Au Moy. Âge, le mot désignait l'orange amère, transmise par les Perses aux Arabes, qui l'importèrent en Sicile d'où elle passa au reste de l'Europe méditerranéenne. L'orange douce, apportée de Chine par les Portugais au xvies., a évincé, en héritant de son nom, la variété amère. V. FEW, loc. cit. Fréq. abs. littér.: 716. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 772, b) 936; xxes.: a) 1194, b) 1165.
DÉR.
Orangette, subst. fém.,,Orange que l'on cueille avant qu'elle ait la grosseur d'une noix pour la confire au vinaigre (...) ou la mettre en confiture`` (Ac. Gastr. 1962). On recueille les oranges vertes (orangettes) de la grosseur d'un pois jusqu'à celle d'une cerise (Kapeler, Caventou, Manuel pharm. et drog., t.2, 1821, p.507).[ɔ ʀ ɑ ̃ ʒ εt]. 1reattest. 1821 ibid.; de orange, suff. -ette (-et*).
BBG.Quem. DDL t.12.

Wiktionnaire

Adjectif - français

orange \o.ʁɑ̃ʒ\ masculin et féminin identiques, considéré comme invariable par les grammairiens et les dictionnaires classiques, mais également utilisé avec un s au pluriel

  1. Qui est d’une couleur entre le jaune et le rouge.
    • Son peigne d’ambre divisa la masse soyeuse en longs filets orange pareils aux sillons que le gai laboureur trace à l’aide d’une fourchette dans de la confiture d’abricots. — (Boris Vian, L’écume des jours, Le Livre de poche, 1996, page 21)
    • Son maître a alors photoshopé une image de son chat jaune, ajoutant les détails orange et noirs, pour le faire ressembler au célèbre Pokémon. — (journal CNEWS, 4 septembre 2020, page 4)
    • Et “l’affaire des assiettes oranges” ne fut pas une errance de la mode mais la révélation de l’ampleur d’une ambition : on irait jusqu’à inventer des couleurs. — (François-Olivier Rousseau, Andrée Putman, 1989, page 14)
    • Il faudrait rédiger un guide d’identification des espèces pour aider les responsables des pouvoirs publics à reconnaître les différents spécimens et aider les commerçants à faire des déclarations cohérentes, ne serait-ce que pour éviter par exemple la confusion entre la mère loche et la loche à taches oranges. — (Ressources marines et commercialisation, Bulletin de la CPS n° 6, avril 2000, page 29)
    • Oh eh oh, une maison carrée blanche avec des volets oranges avec des rideaux qui cachent juste la moitié de chaque fenêtre avec des fleurs devant avec une pelouse avec du gravier dans l’allée avec une barrière mauve. — (Antoine Gallien, Verdure, Éditions du Seuil 1967, page 71)
  2. (Canada) (Politique) (À cause de la couleur du logo du parti) Qui se rapporte au Nouveau parti démocratique du Canada.
    • Avec cette logique en tête, les libéraux font valoir en coulisse qu’une victoire dans Trinity-Spadina —présentée pour l’occasion comme un bastion orange— viendra prouver que ce sont les libéraux et non les néodémocrates qui incarnent cette alternative. — (Le Devoir, 30 juin 2014)

Nom commun 2 - français

orange \o.ʁɑ̃ʒ\ masculin invariable[3]

  1. Couleur tertiaire composée à partir du rouge et du jaune.
    • Mais dans le même temps qu'elle admirait les robes, Francie éprouvait un étrange malaise. Ses yeux voyaient bien les couleurs, le cerise, l’orange, le bleu vif, le rouge et le jaune, mais elle avait l’impression qu'une chose sournoise se cachait derrière les costumes : […]. — (Betty Smith, Le lys de Brooklyn, traduit par Maurice Beerblock, 1947, Éditions Belfond, 2014, chapitre 4)
    • Des bleus laiteux, des vestes crème, orange éteint, des robes beiges. — (Philippe Delerm, La bulle de Tiepolo, Gallimard, 2005, collection Folio, page 49.)
  2. (Par ellipse) (Code routier) Feu orange.
    • Point rassurant tout de même, la quasi totalité des conducteurs français savent qu'il ne faut pas passer à l'orange et que la ceinture de sécurité est obligatoire à l'arrière.— ( Le Dauphiné libéré, 25 mai 2016.)

Nom commun 1 - français

orange \o.ʁɑ̃ʒ\ féminin

  1. (Botanique) Fruit de l’oranger, agrume de couleur orangée et de forme sphérique, composé d’une écorce orange avec une chair juteuse et divisé en loges par des cloisons.
    • C’est ainsi que vers la fin de l’hiver, comme chaque année, garçons et filles, durant un mois, furent occupés à la cueillette des oranges dans le domaine du pacha. — (Out-el-Kouloub, « Zariffa », dans Trois Contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
    • […] non seulement une visite, mais un cadeau !
      – Voulez-vous que je l’épluche ! offre Rose, sans malice.
      La mère Mélie refuse avec effarement.
      Éplucher mon orange ! mais alors je ne l’aurais plus ! non ! non ! Je veux la garder ! Je ne la mangerai pas, jamais ! je veux la voir tout le temps.
      Elle en a une suffocation.
      – Je ne vais pourtant pas manger une orange de visite !
      — (Léon Frapié, « La Bonne Visite », dans Les Contes de la maternelle, éditions Self, 1945, pages 38-39)
    • Le chercheur Paul Rozin a proposé à un groupe d’étudiants de boire du jus d’orange frais sorti d’une bouteille, puis le même jus dans lequel avait baigné un cafard. Personne n’a voulu goûter au deuxième.— (Bruno Parmentier, Manger tous et bien, 2012)
  2. (Désuet) Oranger.
    • Fleur d’orange, fleur d’oranger.
    • De l’eau de fleur d’orange.
    • Un bouquet de fleurs d’orange.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ORANGE. n. f.
Fruit de l'oranger, juteux, à pépins, de forme ronde, de couleur jaune doré, d'odeur agréable. Orange douce, amère, sanguine. Orange d'Algérie, de Valence. Orange confite. Du jus d'orange. Du zeste d'orange. Pelure, écorce d'orange. Un quartier d'orange. Sirop d'écorce d'orange amère. Fig. et fam., Glisser sur une pelure d'orange, Échouer par le fait d'un minime accident. Prov. et fam., Quand on a pressé l'orange, on jette l'écorce, Il arrive souvent qu'après avoir tiré de quelqu'un tous les services qu'il pouvait rendre, on le dédaigne et on l'éloigne. Couleur orange, ou simplement Orange, Couleur approchant de celle de l'orange. Du taffetas orange. Un ruban orange.

ORANGE s'est dit anciennement pour Oranger; de là cette expression encore usitée aujourd'hui, Fleur d'orange. De l'eau de fleur d'orange. Un bouquet de fleurs d'orange.

Littré (1872-1877)

ORANGE (o-ran-j') s. f.
  • 1Fruit à pepins, d'un jaune doré, et qui a beaucoup de jus ; ou, suivant la définition des botanistes, baie pluriloculaire à épicarpe glanduleux aromatique (le zeste, la peau), à mésocarpe sec et spongieux (le parenchyme), à endocarpe (pulpe ou chair) tapissé par des cellules pulpeuses qui naissent de la paroi des loges et s'étendent jusqu'aux graines. J'ai fait apporter ici quelques bassins d'oranges de la Chine, de citrons doux et de confitures, Molière, l'Avare, III, 12.
  • 2Couleur d'orange, ou couleur orange, couleur qui approche de celle de l'orange. Un ruban couleur d'orange.

    On dit aussi elliptiquement : un ruban, des rubans orange.

    S. m. L'orange, la couleur d'orange. L'orange de votre robe est plus beau que celui de la mienne.

  • 3Orange s'est dit anciennement pour oranger ; de là la locution fleur d'orange, qui est restée dans la langue, et que l'on tend aujourd'hui, à tort, à remplacer par fleur d'oranger. Tapissé tout exprès De bouquets de jasmin, de grenade et d'orange, Corneille, Ment. I, 5. On se dit bonjour, on retourne cueillir des fleurs d'orange, Sévigné, 562. Je vous apprends que nous sommes ici tout entourées de fleurs d'orange et de jasmins, Sévigné, 564. Tête bleu, j'oubliais le meilleur, de l'eau de fleur d'orange ; peut-on aller en bonne fortune sans eau de fleur d'orange ? Baron, Homm. à bon. fort. IV, 11.
  • 4Orange amère, un des noms sous lesquels on désigne la bigarade. Écorce d'orange amère.
  • 5Orange musquée, orange rouge, orange d'hiver, orange tulipée, variétés de poire.

    Fausse orange, variété de citrouille.

    Terme populaire. Orange à cochons, la pomme de terre.

  • 6Orange de mer, espèce d'alcyon.

HISTORIQUE

XIVe s. Pomme roonde, moienne, bele, citrine, la quele croist en la riviere de Janes (Gênes), et est appellée en franchois pomme d'orenge, H. de Mondeville, f° 83, verso.

XVe s. Pour six pommes d'orange, trois sols, Bibl. des chartes, 5e série, t. I, p. 224.

XVIe s. Cannespetieres, oranges [oiseau], flammans, etc. Rabelais, Garg. I, 37. Un espagnol sans un jesuite est une perdrix sans orange, Sat. Mén. p. 237. Les cercles, les oranges [pièce d'artifice], les grenades, les pelotes, les pots et carreaux à feu, Paré, IX, Préf. On peut donner sallades d'oranges, citrons, limons, Paré, XXVIII, 66. De rozes de Damas, tire-on de fort bonne et odorante eau : aussi des fleurs d'orange, de l'eau naffe, De Serres, 890.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « orange »

(XIIIe siècle)[1] De l’italien arancia[1] apparenté à l’espagnol naranja, de l’arabe نارنج, naranj (« bigarade, orange amère »), emprunté au persan نارنگ, nârang, du sanskrit नारङ्ग, nāraṅga, « oranger ». Le \o\ initial s’explique par la ville d’Orange[1], le fruit provenant du sud du pays (voir la citation de Mondeville ci-dessous qui fait venir le fruit de Gênes) ou par assimilation à or[2], à cause de la couleur → voir aurantius et auratus en latin.
L’ancien français pomme (d’)orange est le calque de l’italien melarancia (« orange »), pomme en ancien français signifiait « fruit », ce qui explique la forme du mot dans plusieurs langues (pomeranč en tchèque, pomarańcza en polonais).
Le mot désignait[1] la bigarade ou orange amère. Au XVIe siècle, les Portugais ont apporté de Chine l’orange douce, notre orange actuelle, de là la construction de « pomme/fruit de Chine » dans certaines langues → voir Apfelsine en allemand, sinaasappel en néerlandais.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Espagn. naranja ; port. laranja ; ital. arancia, arancio ; milanais, naranz ; vénitien, naranza ; bas-grec νεράντζιον ; grec moderne νεράντι ; de l'arabe nāranj ; persan, narenj ; sanscrit, nâgaranga, qui viendrait, d'après Wilson, de nāga, éléphant, et rañdj, être malade, à cause que les éléphants mangent des oranges à se rendre malades ; ceci est sans fondement. Le mot paraît oriental, mais non sanscrit. Le français a essayé d'assimiler ce mot à or, à cause de la couleur.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « orange »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
orange ɔrɑ̃ʒ

Fréquence d'apparition du mot « orange » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « orange »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « orange »

  • Comment ils font les chasseurs pour savoir si c’est un canard à l’orange ?
    Paroles d’enfant
  • On ne compare pas des pommes avec des oranges.
    Proverbe québécois
  • Une orange dans la rue : où elle est pourrie, où il y a des vers.
    Proverbe brésilien
  • La moitié d'une orange goûte aussi sucrée qu'une orange entière.
    Johann Wolfgang von Goethe
  • Une seule orange pourrit tout un panier.
    Moses Isegawa — Chroniques abyssiniennes
  • Les femmes sont comme les oranges, les plus belles sont rarement les meilleures.
    Adolphe Ricard
  • La présence d'une brique de jus d'orange dans le frigo ne signifie pas forcément qu'il reste du jus d'orange. Ou alors, avec une jolie couleur verte.
    Fabien Rohrhust
  • Qui regarde l'orange amère a l'eau à la bouche, qui la goûte, fait la grimace.
    Proverbe turc
  • Demander des oranges aux pommiers est une maladie commune.
    Gustave Flaubert — Louise Colet - 24 Avril 1852
  • La terre est bleue comme une orange Jamais une erreur les mots ne mentent pas
    Paul Eluard — L’amour - la poésie
Voir toutes les citations du mot « orange » →

Traductions du mot « orange »

Langue Traduction
Anglais orange
Espagnol naranja
Italien arancia
Allemand orange
Chinois 橙子
Arabe البرتقالي
Portugais laranja
Russe апельсин
Japonais オレンジ
Basque laranja
Corse aranciu
Source : Google Translate API

Synonymes de « orange »

Source : synonymes de orange sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot orange au Scrabble ?

Nombre de points du mot orange au scrabble : 7 points

Orange

Retour au sommaire ➦