La langue française

Moue

Sommaire

  • Définitions du mot moue
  • Étymologie de « moue »
  • Phonétique de « moue »
  • Citations contenant le mot « moue »
  • Images d'illustration du mot « moue »
  • Traductions du mot « moue »
  • Synonymes de « moue »

Définitions du mot moue

Trésor de la Langue Française informatisé

MOUE, subst. fém.

A. − Grimace que l'on fait en rapprochant et en allongeant les lèvres pour manifester notamment du dédain, de l'ennui, du scepticisme. Synon. lippe.Moue boudeuse, incrédule, méprisante; moue de dépit. Au travers de ce joli sourire, je vois une petite moue qui m'effraie (Mérimée, Deux hérit., 1853, p.103).Elle poussait les lèvres en une moue qui signifiait non, tandis que ses yeux disaient oui (Montherl., Lépreuses, 1939, p.1409):
. ... les lèvres [de la reine Marie-Antoinette] se serraient, puis se gonflaient doucement pour former cette fameuse moue autrichienne que, naguère encore, à Versailles, avant les temps de l'angoisse, les uns trouvaient divine et les autres intolérable. Duhamel, Suzanne, 1941, p.8.
Loc. verb., fam. Faire la/une moue. Exprimer, par cette grimace, ses réticences, son mécontentement. Synon. faire la grimace*, la lippe*.Il prit mon cahier, le feuilleta, fit la moue et quitta la salle à manger, outré de retrouver sous ma plume les «bêtises» de mes journaux favoris (Sartre, Mots, 1964, p.120).
B. − P. méton. Réticence, mauvaise humeur, mécontentement. Synon. bouderie.À cette époque, dans ce canton de la Charente, les négociants avaient vendu leur cognac avec une moue, sauvant le stock d'eau-de-vie; ils éprouvaient le besoin de se régénérer (Chardonne, Femmes, 1961, p.45).
Loc. verb., fam. Faire la moue à/sur qqn/qqc. Se montrer réticent envers, dédaigner, repousser. Synon. bouder.J'ai lu les Chansons des Rues et des Bois (...) le public leur fait la moue. Vainement une claque industrieuse s'évertue à les pousser (Veuillot, Odeurs de Paris, 1866, p.224).Le mari ayant d'abord fait la moue sur cet ancien financier louche, le trouvant trop mince personnage et d'une immoralité compromettante (Zola, Argent, 1891, p.275).
Prononc. et Orth.: [mu]. Att. ds Ac. dep. 1694. Homon.: mou, moût, formes de moudre. Étymol. et Hist. 1176 faire la moe «grimace qu'on fait en allongeant les lèvres, par dérision ou par mécontentement» (Chrétien de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, 4504). De l'a. b. frq. *mauwa «moue», que l'on restitue d'apr. le m. néerl. mouwe, FEW t.16, p.544b. Fréq. abs. littér.: 509. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 219, b) 952; xxes.: a) 1017, b) 855. Bbg. Vitu (A.). Le Jargon du 15es. Genève, 1977, pp.423-424.

Wiktionnaire

Nom commun

moue \mu\ féminin

  1. Grimace que l’on fait en rapprochant et en allongeant les lèvres, en signe de dérision ou de mécontentement.
    • Vos deux lèvres s’allongent comme si vous faisiez la moue : d’où vient que si vous la voulez faire à quelqu’un, et vous moquer de lui, vous ne sauriez lui dire que : U. — (Molière, Le Bourgeois gentilhomme, 1670, acte I, scène 4)
    • Elle le regarda avec une moue un peu moqueuse qui retroussait ses yeux noirs, et cette expression lui venait de ce qu’elle se savait aimée et qu’elle n’était pas fâchée de l’être et de ce que cette figure-là irrite un amoureux, l’excite à se plaindre, l’induit à se déclarer s’il ne l’a pas encore fait, ce qui était le cas d’Évariste. — (Anatole France, Les Dieux ont soif, Calmann-Lévy, 1912, chap. 3, p. 31)
    • Nazira ne put dissimuler une moue de contrariété. Mais elle cacha adroitement sa pensée. — (Out-el-Kouloub, Nazira, dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, Éditions Corrêa, 1940)
    • Poulouc n’eut qu’une moue pour signifier qu’il n’entendait que couic à ce genre de problème. — (René Fallet, Le Beaujolais nouveau est arrivé, Éditions Denoël, Paris, 1975, chap. 8)
    • Ted Neuville est un « crâne d’œuf » typique, chauve, imberbe et affublé de lunettes, du genre qui, en d’autres temps, aurait servi de modèle à une pub pour un antivirus. Il hausse son absence de sourcils avec une moue désabusée. — (Jean-Marc Ligny, Exodes, éd. L’Atalante, 2012, chap. 22)

Nom commun

moue \ˈmweː\ féminin

  1. Crinière.
    • Homañ a zo hir he bleo ’vel moue eul loen-kezeg. — (Jules Gros, Le Trésor du breton parlé - Première Partie : Le Langage figuré, 2e éd. revue et augmentée, 1970, p. 33)
      Celle-ci a les cheveux longs comme la crinière d’un cheval.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MOUE. n. f.
Grimace que l'on fait, en rapprochant et en allongeant les lèvres, en signe de dérision ou de mécontentement. Faire la moue. Faire la moue à quelqu'un. Fig. et fam., Faire la moue, Bouder, témoigner de la mauvaise humeur par son silence et par son air.

Littré (1872-1877)

MOUE (moue) s. f.
  • Grimace que l'on fait en allongeant les deux lèvres. Elle fait la moue pour montrer une petite bouche, et roule les yeux pour les faire paraître grands, Molière, Critique, 2. [En prononçant la voyelle u] vos deux lèvres s'allongent comme si vous faisiez la moue, Molière, Bourg. gent. II, 6. Et puis il fait une moue d'une aune, Mme D'Épinay, Mém. t. II, p. 390, dans POUGENS.

    Fig. Faire la moue, témoigner sa mauvaise humeur. Eusses-tu plus de feu, plus de soin et plus d'art… que Jodelle… L'on te fera la moue, Régnier, Sat. IV. Chaque navire en un moment Devers la mer tourna sa proue, Comme pour lui faire la moue, Scarron, Virg. VI.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et cil qui s'entremet de grans choses, aussi com se il en fust dignes et non est, et por ce fait il biaus dras, et autres choses apparissans, et de grans moes, par quoi il cuide estre avanciez ; li sage le tiennent por fol et por vain homme, Latini, Trésor, p. 288. Que il [le magistrat] soit fors et estables et de bon corage, non pas de moe ne de vaine gloire, Latini, ib. p. 579. Tuit cil ami si s'enfoïrent, Et me firent trestuit la moe, Quant il me virent sous la roe De fortune envers abatu, la Rose, 8077. Ne par ris n'enfle trop ses joes, Ne ne restraigne pas ses moes, ib. 13560.

XVIe s. Le prisonnier [chez les peuplades sauvages de l'Amérique du nord] crache au visage de ceulx qui le tuent et leur faict la moue, Montaigne, I, 244. Onques vieil singe ne fit belle moue, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « moue »

Du moyen français moue, issu de l’ancien français moe (« grimace »), emprunt au vieux-francique *mauwa, d’où le moyen néerlandais mouwe « grosse lèvre ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Picard, mouse, et mouser, faire la moue ; wallon, mowe ; namur. mawe ; génev. mougne ; Chambéry, mogne ; angl. mow. L'anglais dit to make mouth, faire la moue ; mais mouth n'a pu donner moue ; et quant à mow, il vient du français moue, comme vow vient de vouer. Le français paraît tenir à un radical germanique qui se trouve dans le hollandais mouwe (mouwe maken, faire la moue) ; suisse, maüel, visage de mauvaise humeur, et mauwen, mâcher. Mais le picard mouse et le génevois mougne restent des formes singulières.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « moue »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
moue mu

Citations contenant le mot « moue »

  • Les compagnies de navigation sur les lacs suisses font la moue, mais, sous le masque, ce n’est pas forcément visible. Leurs affaires étaient en train de reprendre lorsque le Conseil fédéral a décrété le port obligatoire d’une protection faciale pour tous les passagers, y compris sur les ponts des bateaux. Cette mesure est en vigueur depuis le 6 juillet. Le Temps, Les sociétés de navigation font la moue - Le Temps
  • Entré lors du temps additionnel du match entre le FC Barcelone et l’Atletico Madrid (2-2) mardi, Antoine Griezmann a quitté le banc catalan sous le regard dépité de son ancien entraîneur chez les Colchoneros, l’Argentin Diego Simeone. De 2014 à 2019, les deux hommes ont tissé un lien particulier et l'entraîneur madrilène a semblé effaré de constater que son ancien attaquant étzit réduit à un simple rôle de remplaçant dans sa nouvelle équipe. Utilisé comme joker au Camp Nou, Griezmann a provoqué une moue dubitative chez Simeone, qui a été captée par les caméras du diffuseur de la Liga, Movistar, avant d'être largement commentée en Espagne.  Sport24, La moue dépitée de Simeone devant le joker Griezmann (video) - Fil Info - Etranger - Football
  • Dix ans plus tard, on retrouve Peng Liyuan à Berne. Sur la photo, c’est la dame qui fait une drôle de moue à la vue du caquelon que lui indique le conseiller fédéral Didier Burkhalter. Celle qui est devenue entre-temps la première dame de Chine partage une fondue aux côtés de son mari, le secrétaire général du Parti communiste, le président de l’Etat et de la Commission militaire de la République populaire. Il est l’homme le plus puissant de Chine depuis Mao. Elle est la première femme de leader chinois à crever l’écran depuis Jiang Qing, la dernière épouse du Grand Timonier, ex-actrice, ex-agitatrice de la Révolution culturelle qui mettra fin à ses jours en prison. Le Temps, Peng Liyuan, première dame de Chine et cantatrice «au service du peuple» - Le Temps

Images d'illustration du mot « moue »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « moue »

Langue Traduction
Anglais pout
Espagnol abadejo
Italien broncio
Allemand schmollmund
Chinois
Arabe العبوس
Portugais beicinho
Russe гримаса
Japonais ふくれっ面
Basque pout
Corse pichja
Source : Google Translate API

Synonymes de « moue »

Source : synonymes de moue sur lebonsynonyme.fr
Partager