Montueux : définition de montueux


Montueux : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MONTUEUX, -EUSE, adj.

[En parlant d'un pays, d'une région, d'un terrain] Qui est très inégal, coupé de tertres, de collines, de monticules, entrecoupé d'élévations isolées. Contrée, plaine montueuse. [La paix] était aussi évidente que le soleil, et toute la chair humaine qui était ici autour de moi, répandue au gré de sa vie dans les replis montueux des collines et des vallons sonores, était baignée du rayonnement sensible de la paix (Giono, Poids du ciel, 1938, p.270).Toute la partie centrale de Minorque, plus montueuse, plus accidentée, est aussi plus favorisée (Brunhes, Géogr. hum., 1942, p.260):
1. On découvrait de là un grand paysage montueux, rocailleux, tourmenté, couleur de cendre et de noisette, où des chemins gris et caillouteux serpentaient dans la pierraille. J. Tharaud,Chez Barrès, 1928, p.243.
Rem. Montueux se dit d'une région de relief varié où alternent vallons et hauteurs de faible importance et s'oppose à plat tandis que montagneux s'oppose à bas.
P. métaph. Et ce fut sur le dernier cap de Galles qui s'enfonce au plus loin parmi des vagues montueuses (Kahn,Conte or et sil., 1898, p.172).Son sommeil aimait celui de Fanny (...) et tout son corps exclusivement (...) féminin, vallonné, montueux (Colette, Seconde, 1929, p.164):
2. Sa face, maigre et allongée, semblait creusée par le coup de pouce d'un sculpteur puissant; le front montueux, les arcades sourcilières proéminentes, le nez en bec d'aigle (...) donnaient à la tête un relief d'une vigueur singulière. Zola,Fortune Rougon, 1871, p.11.
Qui se caractérise par une forte montée. Ces principes de mélancolie existent dans la physionomie d'un logis situé à Saumur, au bout de la rue montueuse qui mène au château, par le haut de la ville (Balzac, E. Grandet, 1834, p.5).Le temps est beau, le printemps sourit, et ce chemin de Vitré aux Rochers, qui était long, montueux et malaisé, a été refait à neuf, nous dit-on: «maintenant il est macadamisé et fort commode» (Sainte-Beuve, Caus. lundi, t.6, 1852, p.178).
[Dans un cont. métaph.] :
3. Il y a des jours montueux et malaisés qu'on met un temps infini à gravir et des jours en pente qui se laissent descendre à fond de train en chantant. Proust, Swann, 1913, p.31.
Rem. Montueux et malaisés font allusion à la fable de La Fontaine: Le Coche et la Mouche.
REM.
Montuosité, subst. fém.État de ce qui est montueux. (Ds Littré et Guérin 1892). P. méton. et au plur. Relief d'altitude plus ou moins forte. Sur une colline, s'élève le hameau, au milieu d'autres montuosités (La Varende, Don Bosco, 1951, p.14).
Prononc. et Orth.: [mɔ ̃tɥø], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. xiiies. «(ville) située dans les montagnes» (Bible, ms. Mazarine 35, fo141b ds Gdf. Compl.); 2. ca 1355 «(pays, région) qui présente des monts, des hauteurs» (Pierre Bersuire, trad. de Tite-Live, ms. Ste-Gen., fo193b, ibid.); 3. 1580 «(chemin) qui présente des montées et des descentes» (Montaigne, Essais, II, 6, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p.376). Empr. au lat. montuosus «(pays, région) qui présente des monts, des hauteurs». Fréq. abs. littér.: 86.

Montueux : définition du Wiktionnaire

Adjectif

montueux \mɔ̃.tɥø\

  1. Qui comporte des montagnes, des collines.
    • La région était montueuse, avec des bois de sapins et des plateaux dénudés. Des fermes nombreuses parsemaient les pentes ; les collines étaient profondément tranchées par des gorges. — (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit en 1910 par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, Mercure de France, éd. 1921, page 102)
    • J’avais emporté quelques provisions pour déjeuner, et je m’assis auprès d’une de ces sources minces, fréquentes dans les pays montueux, fil grêle et rond d’eau claire et glacée qui sort du roc et coule au bout d’une feuille disposée par un passant pour amener le courant menu jusqu’à sa bouche. — (Guy de Maupassant, Histoire corse dans Contes divers, 1881)
    • Nous apercevions de temps en temps une île montueuse, si légère en sa masse, si transparente, qu'on eût dit qu'elle était faite de la pâte sèche des nids de guêpes et qu'elle voguait sur les flots. — (Maurice Bedel, Le laurier d’Apollon, 1936, II, 3)
    • Il devint pour tous le peintre des sommets, des vallées, des crêtes. C’étaient sur des arrière-fonds montueux que ses rares portraits de jeunes filles se détachaient, imitant du reste leurs sévères géométries. — (Stefano Massini, Le livre des mots inexistants, Globe, Paris, 2019, page 116)
  2. Qui a la forme de montagnes, de collines.
    • La masse entière des arbres ne formait que de longs escarpements montueux et noirs, au pied desquels on distinguait les sinuosités blanchâtres des allées. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 225)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Montueux : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MONTUEUX, EUSE. adj.
Qui est coupé de montagnes, de collines. Pays montueux. Sol montueux. Contrée montueuse.

Montueux : définition du Littré (1872-1877)

MONTUEUX (mon-tu-eû, eû-z') adj.
  • Qui est coupé de monts, de hauteurs. La lune nulle part n'a sa surface unie, Montueuse en des lieux, en d'autres aplanie, La Fontaine, Fabl. VII, 18. Ce continent, qui ne tient au reste de la terre que par la chaîne étroite et montueuse de l'isthme de Panama, Buffon, Suppl. à l'hist. nat. Œuv. t. XI, p. 66. On sait que le Valais est un pays montueux, divisé suivant sa longueur par une grande vallée dans laquelle roule le Rhône, Saussure, Voy. Alp. t. VIII, p. 7, dans POUGENS.

HISTORIQUE

XVIe s. Grenade, grande ville distinguée comme Rome en quartiers montueux et bas, D'Aubigné, Hist. I, 347. Et est le pays montueux en partie, en partie plainier, Palsgrave, p. 883. Le chemin qui est montueux et malaysé, Montaigne, II, 57.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Montueux : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

MONTUEUX, adj. (Gram.) il se dit d’une contrée que des collines, des montagnes, des monticules, en un mot, des inégalités, coupent & rendent pénibles au voyageur. Les Sevennes sont un pays montueux.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « montueux »

Étymologie de montueux - Littré

Mont ; provenç. montuos ; espagn. et ital. montuoso. Sur l'u de montueux, voy. MONSTRUEUX.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de montueux - Wiktionnaire

(XIIIe siècle) Du latin montuosus, dérivé de mons, montis, « montagne ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « montueux »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
montueux mɔ̃tµø play_arrow

Citations contenant le mot « montueux »

  • Ce samedi 18 juillet, environ deux cent cinquante d’entre eux vont s’y rendre, entre 22 heures et 10 heures du matin, en tram, en taxi ou à vélo, traversant le grand parc de la Bergère de Bobigny (Seine-Saint-Denis), où les familles prennent habituellement le soleil, empruntant un chemin montueux dans un sous-bois, débouchant sur une clairière qui vibre des beats puissants s’échappant des enceintes. La « fête libre » (on dit aussi « free party » ou plus simplement « teuf ») de Bobigny est un carton inespéré. L'Obs, Malgré le spectre du Covid, la fête coûte que coûte

Traductions du mot « montueux »

Langue Traduction
Corse muntagnosa
Basque menditsua
Japonais 山岳
Russe гористый
Portugais montanhoso
Arabe جبلي
Chinois 多山
Allemand bergig
Italien montagnoso
Espagnol montañoso
Anglais mountainous
Source : Google Translate API

Synonymes de « montueux »

Source : synonymes de montueux sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « montueux »



mots du mois

Mots similaires