Mitonner : définition de mitonner


Mitonner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MITONNER, verbe

A. −
1. Qqn1mitonne qqc.2(dans qqc.3).Faire cuire longtemps à petit feu (dans) un liquide. Mitonner une soupe. Elle fait sauter d'un bras plus alerte les pommes de terre (...) à moins qu'elle ne soit occupée à mitonner un ragoût de sa façon (Bourget,Monique,1902, p.23).
2. Qqc.2mitonne (dans qqc.3); qqc.2se mitonne.Cuire longtemps à petit feu. Laisser mitonner une soupe. La soupe mitonnait en gémissant, et c'était une épaisse odeur de poireaux, de carottes et de pommes de terre bouillies qui emplissait la cuisine (Giono,Regain,1930, p.222).Une soupe qui se mitonne (Rob.).
P. anal. Être exposé à une très grande chaleur. Synon. cuire.Paris mitonnait; l'asphalte se boursouflait (Arnoux,Paris,1939, p.283).On me fourrait au lit. Suffoqué par la chaleur, mitonnant sous les draps, je confondais mon corps et son malaise (Sartre,Mots,1964, p.72).
B. − P. ext.
1. Qqn1mitonne qqc.2Préparer avec beaucoup de soin un mets. Synon. mijoter.Mitonner des petits plats. Marcel (...) mitonne sa petite cuisine personnelle (H. Bazin,Mort pt cheval,1949, p.300).
2. Qqc.2mitonne; qqc.2se mitonne.Être préparé avec beaucoup de soin. Il y a à la maison un gros déjeuner qui se mitonne, des vins généreux, et nous avons fait du feu, ma chère, comme des bourgeois (Murger,Scène vie boh.,1851, p.230).
C. − P. métaph. ou au fig.
1. [Le compl. d'obj. désigne qqc.]
a) Qqn1mitonne qqc.2Préparer quelque chose avec soin, peu à peu et généralement en secret, en vue d'un certain résultat. C'était par quelque tour de Jarnac qu'il espérait démonter l'élève et l'avoir: évidemment, il mitonnait un coup (Cladel,Ompdrailles,1879, p.18).Mes amis, il mitonne pour nous une pleine marmite de joie! (Romains,Copains,1913, p.184).
b) Qqc.2mitonne.Être préparé avec soin, peu à peu, généralement en secret, pour un résultat. Il sentait mitonner sourdement les affaires (Pourrat,Gaspard,1922, p.57).
2. Vieilli. Qqn1mitonne qqn2.Entourer quelqu'un de prévenances, généralement à des fins intéressées. Synon. dorloter.Petit z-à petit je commence à jouer du radouci, je fais, comme on dit, l'âne pour avoir du son, je vous la mitonne, je vous la caponne [la marchande de vin] (Balzac, Œuvres div.,t.1, 1830, p.575).Les religieuses l'aimaient à la folie. Il était plus mitonné qu'un perroquet de cour (A. France,Pt Pierre,1918, p.160).
REM. 1.
Mitonné, -ée, part. passé en emploi adj.Qui a été cuit longtemps, avec beaucoup de soin. Soupe mitonnée. Des croûtons mitonnés dans la plus fine graisse d'oie (Gautier,Fracasse,1863, p.61).«Pépère» appréciait ses sauces mitonnées (Vialar,Brisées hautes,1952, p.15).Emploi subst. masc. Ça sent le lit défait, la plume vivante, la sueur, le mitonné (Renard,Journal,1901, p.684).
2.
Mitonnade, subst. fém.,hapax. Mets mitonné. La cuisinière réussissait (...) les oreilles de porc aux haricots rouges (...). C'est le principe du cassoulet, avec un je ne sais quoi (...) d'enveloppé, que possède la mitonnade de ces fayots de roi (L. Daudet,Salons et journaux,1917, p.186).
3.
Mitonnement, subst. masc.Action de mitonner. P. anal. Je roupille jusqu'à des huit heures trente, et ne me lève qu'après avoir bâillé des douzaines de fois, et m'être offert un quart d'heure de mitonnement supplémentaire (Romains,Hommes de bonne volonté,t.VIII, II, p.16-17 ds Rob.).P. méton. Les vivats (...) retentirent, qui ne s'apaisèrent qu'au bout d'un moment, après avoir décru (...) du brouhaha au mitonnement des conversations (Arnoux,Roi,1956, p.278).
Prononc. et Orth.: [mitɔne]. Ac. dep. 1694: mitonner. Étymol. et Hist. 1. a) 1546 verbe trans. «laisser cuire longtemps sur un feu doux (en parlant surtout de la soupe); d'où préparer doucement, apprêter et finalement caresser, dorloter» (Rabelais, Tiers Livre, éd. M. A. Screech, Prologue, 111); b) 1694 verbe pronom. la soupe se mitonne (Ac.); 2. a) 1649 «préparer doucement (une affaire) afin d'en assurer le succès» (Retz, Œuvres, éd. A. Regnier, t.2, p.393); b) 1651 «entourer (quelqu'un) de petits soins, dorloter (souvent dans un but intéressé)» (Loret, Muze histor., 29 oct. ds Livet Molière). Empr. à un parler de l'Ouest,où il a été tiré de mitonnée «panade», lui-même dér. de miton «morceau de mie» (très att. en norm.), lequel est dér. de mie1* (Bl.-W.5). Fréq. abs. littér.: 17. Bbg. Quem. DDL t.1 (s.v. mitonnade).

Mitonner : définition du Wiktionnaire

Verbe

mitonner \mi.tɔ.ne\ transitif, intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Cuire à feu doux, bouillir doucement.
    • Mitonner des écrevisses au court-bouillon.
    • Il y a à la maison un gros déjeuner qui se mitonne, des vins généreux, et nous avons fait du feu. — (Henry Murger, Scènes de la vie de bohème , 1848)
    • D’ailleurs, elle tourna son visage soucieux vers les cuisines, vers le fumet de ce que Maxime mitonnait, vers le profil concentré de Maxime mitonnant. — (Dominique Sylvain, Passage du Désir, J’ai lu, p. 110)
    • (Par extension)Ce café-bar rétro au style décalé mitonne salades, sandwichs, quiches, houmous, assiettes de fromage et de charcuterie et nombreux plats végétariens pour une clientèle tendance. — (Brésil : Pernambuco, Paraíba et Rio Grande, Lonely Planet, 2014)
    • (Figuré) Suffoqué par la chaleur, mitonnant sous les draps, je confondais mon corps et son malaise : des deux, je ne savais plus lequel était indésirable. — (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, page 78.)
  2. Préparer quelque chose avec soin, peu à peu et généralement en secret, en vue d'un certain résultat, mijoter.
    • Laisser mitonner une affaire, la faire durer en gagnant du temps, la préparer doucement pour la faire réussir quand le moment sera venu.
    • C'était par quelque tour de Jarnac qu'il espérait démonter l'élève et l'avoir : évidemment, il mitonnait un coup. — (Cladel, Ompdrailles, 1879)
  3. Entourer quelqu'un de prévenances, généralement à des fins intéressées, dorloter.
    • Les religieuses l'aimaient à la folie. Il était plus mitonné qu'un perroquet de cour. — (A. France, Pt Pierre, 1918)
  4. Raconter un conte, distraire par une histoire.
    • Madame de Coulanges voulu bien nous faire part des contes avec quoi l’on amuse les dames de Versailles : cela s’appelle mitonner. — (Madame de Sévigné, 6 août 1677)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Mitonner : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MITONNER. v. tr.
Laisser cuire longtemps sur un feu doux, en parlant surtout d'un Potage au pain. Une soupe mitonnée. Mitonner des écrevisses au court-bouillon. Intransitivement, La soupe se mitonne ou mitonne. Fig., Laisser mitonner une affaire, La faire durer en gagnant du temps, la préparer doucement pour la faire réussir quand le moment sera venu.

Mitonner : définition du Littré (1872-1877)

MITONNER (mi-to-né)
  • 1 V. n. Rester longtemps sur le feu en trempant dans du bouillon ou de l'eau. Le potage mitonne.
  • 2 V. a. Cuire à petit feu et dans un liquide. [Pour un coulis] Les écrevisses bien pilées, Mitonnez-les dans du bouillon, Joignez-y du pain qui soit bon, Et que toutes soient bien passées, Les recettes de cuisine en chansons (XVIIe siècle), dans le Temps, 11 févr. 1867.

    Chez les peintres en émail, faire cuire doucement la couleur à l'entrée du fourneau de réverbère.

    Fig. Je n'ose m'abandonner à toute la joie que me donne la pensée de vous embrasser ; je la cache, je la mitonne, Sévigné, 8 août 1685.

  • 3 Fig. et familièrement. Mitonner quelqu'un, ménager adroitement son esprit, dans des vues intéressées. Mon cœur aura bâti sur ses attraits naissants, Et cru la mitonner pour moi pendant treize ans…, Molière, Éc. des f. IV, 1. La comtesse a pris soin d'amasser des écus ; Il faut la mitonner, Th. Corneille, Comt. d'Orgueil, IV, 5. Je la mitonne [une servante] pour moi, Brueys, l'Important, I, 2. Ah ! que cela est bon, monsieur ! comme l'amour nous la mitonne ! Marivaux, Préj. vaincu, sc. 2.

    Disposer, préparer doucement. Je vous ai mitonné cette ressource, ce protecteur. Il est certains moments, pourvu qu'on les mitonne…, Hauteroche, dans LE ROUX, Dict. comique. Ainsi nous mitonnerions les choses jusques à ce que nous vissions le moment propre à les décider [les généraux], Retz, II, 332.

    Mitonner une affaire, en préparer doucement le succès.

  • 4Dorloter, prendre un grand soin de tout ce qui regarde la santé et les aises d'une personne. Le petit garçon [Charles de Sévigné] vous répondra sur ma santé ; vraiment, ma chère enfant, il a bien d'autres affaires qu'à me mitonner ; rien n'est si occupé qu'un homme qui n'est point amoureux ; il représente en cinq ou six endroits, quel martyre ! Sévigné, 23 juin 1677.

    Dans un sens particulier, à la cour de Louis XIV, amuser en faisant des contes. Mme de Coulanges voulut bien nous faire part des contes avec quoi l'on amuse les dames de Versailles ; cela s'appelle les mitonner ; elle nous mitonna donc, et nous parla d'une île verte où l'on élevait une princesse plus belle que le jour, Sévigné, 6 août 1677.

  • 5Se mitonner, v. réfl. Être cuit doucement. La soupe se mitonne.

    Fig. Se procurer toute sorte d'aises et de commodités. Mais, ma chère comtesse, comment vous portez-vous ? je vous ai laissée vous mitonnant dans votre lit, Sévigné, 8 févr. 1690. La jeune Iris…Jusqu'à midi volontiers se mitonne, Deshoulières, Rondeau.

  • 6 Fig. Être en voie secrète de préparation. L'affaire qui se mitonne. Il y a eu ces jours-ci quantité de sentences aux consuls ; il se mitonne nombre de banqueroutes, Dancourt, les Agiot. I, 9.

HISTORIQUE

XVIe s. Faire mitonner un potage, Oudin, Curios. franç.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Mitonner : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

MITONNER, terme dont se servent les Peintres en émail. Mitonner, est faire cuire doucement & à petit feu la couleur, en la changeant de place de tems en tems, & par degrés, à l’entrée du fourneau de reverbere où le feu est moins grand.

Mitonner, (Cuisine.) parmi les Cuisiniers, c’est mettre un mets, le potage, par exemple, sur un grand feu ; faire bouillir le pain dans le bouillon pour mieux s’imbiber, & lui faire prendre son goût.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « mitonner »

Étymologie de mitonner - Littré

Miton 3.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de mitonner - Wiktionnaire

(XVIe siècle) Dénominal de miton[1] (« panade »), mot de l’ouest de la France[2], dérivé de mie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « mitonner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mitonner mitɔne play_arrow

Conjugaison du verbe « mitonner »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe mitonner

Citations contenant le mot « mitonner »

  • Campé 10 mm plus bas que le modèle standard, le Tiguan R repose sur une suspension pilotée et d’énormes jantes 21 pouces abritant des étriers bleus. Comme sur le T-Roc R, un échappement Akrapovič est disponible en option. Des modes Comfort, Sport, Race, Offroad, Snow, Individual et Offroad Individual permettent de se mitonner une voiture à son goût en fonction des conditions, avec toujours le petit bouton bleu magique sur le volant pour basculer sans ambages en mode Race. TopGear, Volkswagen Tiguan R : une version de 320 ch pour le restylage - TopGear
  • Arrivé en 2009 au Rabelais, comme second de cuisine, Kévin a repris le restaurant tenu par de jeunes patrons belges, sept ans plus tard. Dans la continuité du partenariat noué par ses prédécesseurs avec l’association Slow food pour promouvoir une alimentation « bonne, propre et juste », il fait appel à des producteurs locaux pour mitonner ses bons petits plats. « Actuellement, on est à 70 % en bio et local ! », se félicite Kévin Belloir. Le Telegramme, Kévin Belloir au Rabelais : la bistronomie s’accorde avec le local - Cuisiniers en Pays bigouden - Le Télégramme
  • Gabin Séverac, Cévenol de naissance, revient sur ses terres et mitonner de bons petits plats aux fourneaux du restaurant Les Belvédères, au-dessus le superbe cirque de Navacelles côté Gard. midilibre.fr, Le restaurant Les Belvédères rouvre avec un nouveau gérant - midilibre.fr
  • Durant l'hiver, Francis prépare la tête de veau, chère à Chirac. C’est par excellence le plat qu’on adore ou qu’on déteste, tant son identité est forte. Une tête qu’il faut savoir parer, rendre la moins grasse possible, et mitonner un peu comme un pot-au-feu avec ses petits légumes. Mais la pleine saison du veau, c’est maintenant : fin du printemps, début de l’été. Pourquoi dès lors ne pas conclure une journée de ce mois de juillet par une belle côte de veau grillée ? Francis Teyssandier vous en dévoile la préparation. Franceinfo, À la carte. Portraits de chefs : Francis Teyssandier, corrézien d'adoption
  • La météo s’annonce belle ce we, vous serez nombreux à mitonner un petit barbecue entre amis. De quoi vous entraîner pour devenir le Roi du barbec’ ! , NRJ Belgique | Un championnat du barbecue débarque cet été
  • - Pourquoi on dit Bœuf-carottes ? - Parce que quand ils t'attrapent ils te laissent mitonner à petit feu !

Images d'illustration du mot « mitonner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « mitonner »

Langue Traduction
Corse simmer
Basque simmer
Japonais 煮る
Russe кипятить на медленном огне
Portugais ferver
Arabe طبخ بنار هادئة
Chinois
Allemand kochen
Italien cuocere a fuoco lento
Espagnol hervir a fuego lento
Anglais simmer
Source : Google Translate API

Synonymes de « mitonner »

Source : synonymes de mitonner sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires