Loustic : définition de loustic


Loustic : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

LOUSTIC, subst. masc. et adj.

I. − Subst. masc.
A. − HIST. Bouffon attaché à un régiment suisse au service de la France avant la Révolution:
1. ... il m'appelle loustic [it. ds le texte] (...) ce mot est étranger (...). Les puissances étrangères disent loustig, non loustic [it. ds le texte], et je crois même qu'il ignore ce que c'est que le loustig dans un régiment teutsche. C'est le plaisant, le jovial qui amuse tout le monde, et fait rire le régiment. Courier,Pamphlets pol.,Lettres partic., 2, 1820, p. 67.
P. anal., vieilli. Amuseur attitré d'une assemblée, d'un groupe. Le loustic du régiment; le loustic de sa classe; loustic d'atelier. Le père Guerbet, le percepteur de Soulanges, était l'homme d'esprit, c'est-à-dire le loustic de la petite ville et l'un des héros du salon de madame Soudry (Balzac,Paysans,1844, p. 132).Je vois Tirette − le loustic de l'escouade ! − qui fait des yeux ronds parmi les nuages des cigares (Barbusse,Feu,1916, p. 328).
B. − P. ext. Individu facétieux. Synon. farceur, joyeux drille, plaisantin.Bande de loustics, faire le loustic. Suivaient (...) ces messieurs de la Sorbonne en robes jaunes. «Tiens, les cocus...» s'écria en les voyant, un loustic (Morand,1900,1931, p. 15).V. éditer ex. de Ambrière:
2. ... cette faille transversale ou ravine était devenue un lieu de rendez-vous pour tous les ivrognes du secteur, un repaire de joyeux loustics, un tripot, une cave où les soiffeurs se rendaient directement... Cendrars,Homme foudr.,1945, p. 17.
Péj., pop. [S'emploie pour désigner un homme ayant un comportement bizarre] Je me mets nez à nez avec un loustic (...). Figurez-vous un peu un vieux type (...) mal embraillé, des oreilles en paravent (Giono,Baumugnes,1929, p. 67).Un loustic entretient Pierre longuement, tâchant d'obtenir de lui «zéro cinquante» pour s'acheter une bougie (...); il est ivre (Gide,Journal,1938, p. 1298).
II. − Adj. Plaisantin, farceur. Un Gaulois présent, et qui, comme tous les Gaulois et les zouaves de tous les temps, est un peu loustic et ne voit partout que prétexte à la gaudriole, se met à plaisanter en langage de son pays (Sainte-Beuve,Nouv. lundis,t. 4, 1862, p. 48).Il profitait d'ailleurs des événements pour glisser sous sa veste un numéro de Toto-Bonne-Bille, journal pour enfants énormément prisé par les plus loustics représentants de cette catégorie sociale (Queneau,Pierrot,1942, p. 99).
Prononc. et Orth.: [lustik]. Emprunt oral à l'all. lustig [lustik], avec en fr. un simple déplacement de l'accent. Orth. ad hoc. Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. I. Subst. 1. a) 1759 loustig «bouffon attaché aux régiments suisses» (Voltaire, Lettre du 11 juillet d'apr. FEW t. 16, p. 492b); 1764 loustic «id.» (Id., Lettres inédites à son imprimeur G. Cramer, éd. B. Gagnebin, mars, p. 136); b) 1834 «bouffon de caserne» (Boiste); 2. 1764 «celui qui a pour rôle d'amuser une société, une assemblée par des plaisanteries» (Voltaire, Dict. phil. Sottise des deux parts ds Littré); 3. 1832 «individu facétieux» (Balzac, L. Lambert, p. 56). II. Adj. 1862 «farceur, plaisantin» (Goncourt, Journal, p. 1034). I empr. à l'all. lustig «gai, joyeux, amusant», introduit en France par les régiments suisses de l'ancienne monarchie française, où le loustic désignait le bouffon du régiment chargé de distraire et d'égayer les soldats menacés du mal du pays. II nouvel empr. à l'all. par les régions frontalières de l'Allemagne et des Pays-Bas. Fréq. abs. littér.: 48. Bbg. Behrens D. 1923, p. 45. _ Colombani (G.). Les Mots d'orig. all. dans la lang. fr. mod. Aix-Marseille, 1953, p. 120; pp. 399-400. − Dauzat Ling. fr. 1946, p. 303.

Loustic : définition du Wiktionnaire

Nom commun

loustic \lus.tik\ masculin

  1. (Désuet) Amuseur attitré d'une compagnie militaire.
    • En expédition le troupier n’est pas à la noce, mais le loustic est le boute-en-train de la compagnie. — (Anonyme, Le roman d’une cuisinière raconté par son sapeur, Guérin, 1866, page 55)
    • Ce Laigrepin était un loustic à froid, terreur des bleus et des naïfs, vivant dans l’éternelle recherche d’une mystification nouvelle, d’une scie inédite à monter, et auquel Vergisson lui-même avait maintes fois servi de tête de turc. — (Georges Courteline, Les Gaîtés de l'escadron. Les Tire-au-cul, Albin Michel, 1904, p. 17)
  2. (Familier) Celui qui cherche à faire rire par des plaisanteries faciles.
    • Joe bondissant, éclatant en propos burlesques ; il devint promptement le loustic du poste des maîtres, où un cadre lui avait été réservé. — (Jules Verne, Cinq semaines en ballon, J. Hetzel et Cie, Paris, 1863)
    • Un loustic parisien faisait des propositions lascives à la nymphe de marbre qui s’érigeait blanche et nue sur un socle. — (Henry Chantala, Les Folies de la foule, Gimet-Pisseau, 1907, page 47)
    • Un loustic aux cheveux courts et au regard bleu souffla dans un cornet en piston le début de Soldat lève-toi, mais il se fit vite rappeler à l’ordre et dissimula sa confusion sous un ricanement bref. — (Jacques Bens, Lente sortie de l'ombre, Stock, 1998, p. 216)
  3. (Péjoratif) (Familier) Individu en qui l’on n’a pas confiance.
    • Ces loustics prennent l’argent, vont le boire ou le dissiper au jeu et, comme renseignements, ceinture. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • En 1892, Louis Fréchette signait ses Originaux et détraqués, une galerie de personnage populaires. Sans aspirer à la même célébrité, votre anecdotier ne saurait résister à la tentation d'évoquer le souvenir de quelques loustics, hurluberlus et innocents dont certains ont hanté la salle de rédaction du Petit Journal […]. — (Robert Prévost, Mon tour de jardin, Les éditions du Septentrion, 2002, page 84)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Loustic : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LOUSTIC. n. m.
Celui qui cherche à faire rire par des plaisanteries faciles. C'est le loustic de la chambrée. Il est familier.

Loustic : définition du Littré (1872-1877)

LOUSTIC (lou-stik ou lou-stigh) s. m.
  • 1Bouffon qui existait dans les régiments suisses au service de France avant 92 ; ses fonctions consistaient à distraire les soldats, à les égayer, à les préserver de la nostalgie. Dans une marche, quand le loustig a ri, toute la colonne rit, et demande : qu'a-t-il dit ? Courier, 2e lettre particulière.
  • 2 Par extension, plaisant de caserne, homme qui amuse, qui fait rire par de grosses plaisanteries. Un plaisant (c'était apparemment le loustig du parti janséniste) mit ces vers au bas de l'estampe, Voltaire, Dict. phil. Sottise des deux parts. Ce monsieur du journal m'appelle loustic, et c'est là-dessus que je le prends : il dit, et croit bien dire, parlant de moi, le loustic du parti national, et fait là une faute sans s'en douter, le bonhomme ! ce mot est étranger ; lorsqu'on prend le mot des puissances étrangères, il ne faut pas le changer ; les puissances étrangères disent loustig, non loustic, et je crois même qu'il ignore ce que c'est que le loustig dans un régiment Teustche ; c'est le plaisant, le jovial qui amuse tout le monde et fait rire le régiment, je veux dire les soldats et les bas officiers ; car tout le reste est noble, et, comme de raison, rit à part, Courier, 2e lettre particulière.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « loustic »

Étymologie de loustic - Littré

Allem. lustig, gai, jovial, de Lust, plaisir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de loustic - Wiktionnaire

(1759) De l’allemand lustig (« drôle, amusant, content, gai, joyeux »). À l'origine le mot désignait spécialement le « bouffon attaché aux régiments suisses ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « loustic »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
loustic lustik play_arrow

Citations contenant le mot « loustic »

  • Mais l'homme a poursuivi son délire jusqu'à la ville de Pomponne, avant qu'un véhicule de dépannage ne parvienne enfin à immobiliser le camping-car et son conducteur en lui barrant la route au forceps et après que le chauffard (dont le camping-car avait été emprunté à son père sans l'accord de ce dernier) eut percuté la dépanneuse et la voiture du policier pour tenter de s'enfuir à nouveau. La brigade anticriminalité (BAC) a finalement été appelée en renfort pour maîtriser ce drôle de loustic qui s'est révélé positif aux amphétamines. Logiquement, l’hurluberlu a été placé en garde à vue et doit être déféré devant le parquet de Meaux ce mardi rapporte Le Parisien. Autonews, La BAC obligée d’intervenir pour stopper un chauffard en camping-car
  • Au cœur de l’hiver, une plaque dorée, vissée sur une façade du cœur de ville, ne pouvait qu’attirer l’attention : “Maître restaurateur”, est-il indiqué. Un rapide coup d’œil sur le tarif des menus de L’Alchimie – 150 € en moyenne pour deux personnes – avait fini de convaincre qu’une fois encore, un drôle de loustic avait débarqué dans la rue de l’Amour, tout près d’une belle adresse, la crêperie La Ribote, de Géraldine et Christophe Kervella. midilibre.fr, Agde : rue de l'Amour, la gastronomie tient une nouvelle adresse - midilibre.fr
  • On dit que l'argent est fait pour rouler. Un loustic demandait: pour rouler qui ? De L.-P. Létourneau

Traductions du mot « loustic »

Langue Traduction
Corse lussuoso
Basque loustic
Japonais 素朴な
Russe loustic
Portugais loustic
Arabe صوتي
Chinois 鲁西特
Allemand loustic
Italien loustic
Espagnol loustico
Anglais loustic
Source : Google Translate API

Synonymes de « loustic »

Source : synonymes de loustic sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires