La langue française

Lige

Sommaire

  • Définitions du mot lige
  • Étymologie de « lige »
  • Phonétique de « lige »
  • Citations contenant le mot « lige »
  • Images d'illustration du mot « lige »
  • Traductions du mot « lige »
  • Synonymes de « lige »

Définitions du mot « lige »

Trésor de la Langue Française informatisé

LIGE, adj. et subst. masc.

I. − Adjectif.
A. − MOY. ÂGE. [En parlant d'un vassal tenant un certain type de fief] Qui est lié plus étroitement que d'autres envers son suzerain. Car une des clauses qui les choquait le plus, c'était de jurer qu'ils se regarderaient comme sujets et hommes liges du Roi de France et d'Angleterre (Barante, Hist. ducs de Bourg., t. 4, 1824, p. 360).
Rem. 1. Homme-lige apparaît fréquemment sous forme de mot composé. Bertrand resta seul maître du comté, lui qui s'était reconnu l'homme-lige du roi (Grousset, Croisades, 1939, p. 86). 2. Claudel emploie lige subst. dans le sens de « Seigneur »; Besch. 1845 est le seul dict. à signaler ce sens de ,,Seigneur lige. Seigneur dont on relève immédiatement``. Les temps de la foi sont finis, foi en Dieu, foi du vassal en son lige (Claudel, Otage, 1911, I, 2, p. 245).
[P. méton., en parlant d'un fief, d'un héritage] Qui est possédé sous la charge de l'hommage-lige (hommage précisant les obligations du vassal). Là, suivant les rites féodaux, agenouillé devant l'empereur, [Raymond] « lui fit hommage lige de ses mains » (Grousset, Croisades,1939, p. 154:
1. Le drap mortuaire qui servait à l'enterrement d'un monarque très chrétien, était envoyé au tombeau de Charlemagne, comme un drapeau-lige au fief dominant. Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 393.
B. − P. anal. [Dans l'expr. homme-lige] Personne qui est inconditionnellement dévouée à quelqu'un ou à quelque chose :
2. Je la tenais pour ce qu'elle était : une semblable un peu plus jeune que moi; elle me savait gré de mon estime et y répondait par une absolue dévotion, elle était mon homme lige, mon second, mon double : nous ne pouvions pas nous passer l'une de l'autre. Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 45.
P. plaisant. Il nous conte sur Montégut, qu'il a beaucoup connu, sur ce littérateur-lige de la Revue des Deux Mondes (Goncourt, Journal,1863, p. 1243).
II. − Subst. masc., vx. ,,Redevance due pour une terre possédée sous la charge de l'hommage lige; et aussi ce qui appartenait sans réserve en toute propriété`` (Guérin 1892).
Prononc. et Orth. : [li:ʒ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 lige seignurs féod. (Roland, éd. J. Bédier, 2421); 2. a) 1165-70 home lige féod. (Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, 3846); b) ca 1225 « fidèle » (Comte de Poitiers, éd. B. Malmberg, 425 : Nostre Dame ... A cui je suis ancele lige); c) 1837 homme lige « homme entièrement dévoué à (une personne, un parti) » (Balzac, C. Birotteau, p. 154); 3. ca 1200 lige homage (Châtelain de Couci, Chansons, éd. A. Lerond, III, 6 : Cele qui j'ai fait de cuer lige homage). D'un b. lat. *laeticus, *līticus, dér. de letus, litus (attestés tous deux dans la Loi Salique), d'orig. frq., et désignant des individus appartenant à une classe intermédiaire entre celle des hommes libres et celle des serfs (v. Nierm., s.v. litus). Le b. lat. connaissait déjà un terme laetus, empr. au germ., et désignant des colons germaniques établis en Gaule avant les invasions franques, qui étaient également de condition semi-libre. V. Bl.-W.2-5; FEW t. 16, pp. 463-464. Fréq. abs. littér. : 17.

Wiktionnaire

Adjectif

lige \liʒ\ masculin et féminin identiques

  1. (Histoire) (Féodalité) Qualifiait un vassal tenant une certaine sorte de fief qui le liait d’une obligation exclusive envers son seigneur dominant.
    • Le vassal lige était obligé de servir son seigneur envers tous et contre tous, excepté contre son père.
  2. (Par extension) Qualifiait ce lien de vassalité.
    • Les porcs saxons que j’ai tués étaient les ennemis de mon pays, de ma race et de mon seigneur lige. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)

Adjectif

lige

  1. Direct, droit.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LIGE. adj. des deux genres
. T. de Féodalité. Il se disait du Vassal tenant une certaine sorte de fief qui le liait d'une obligation plus étroite que les autres envers son seigneur dominant. Vassal lige. Le vassal lige était obligé de servir son seigneur envers tous et contre tous, excepté contre son père. Hommage lige, Hommage qui précisait les obligations du vassal lige.

Littré (1872-1877)

LIGE (li-j') adj.
  • 1 Terme de féodalité. Qui promet à son seigneur toute fidélité contre qui que ce soit, sans restriction ; ce qui signifiait que, si un homme était vassal de deux seigneurs et si la guerre éclatait entre les deux seigneurs, il était tenu de secourir celui dont il était lige contre l'autre dont il était vassal simple. Selon la coutume de cette province [Bretagne], tous les juveigneurs de Rohan devaient être hommes liges du duc de Bretagne, Saint-Simon, 57, 199. Henri VI demande à être le vassal lige du pape, Voltaire, Mœurs, 49. Tassillon, duc de Bavière, fait un hommage de son duché au roi de France dans la forme des hommages qu'on a depuis appelés liges, Voltaire, Ann. Emp. Charlemagne, 756.

    Fig. Les animaux et toute espèce lige De son seul appétit…, La Fontaine, Fabl. IV, 12.

  • 2Fief lige, héritage lige, terre lige, terre possédée sous la charge de l'hommage lige et des obligations qu'il imposait.

    On disait dans le même sens : protection lige ; puissance lige ; foi lige.

HISTORIQUE

XIe s. Et lor amis et lor liges segnors, Ch. de Rol. CLXXIV.

XIIe s. Son bon auberc lui aident à vestir Si home liege, Roncis. 55. Tu deiz, dit li messaiges, ton seingnor enorer ; Ses homs es, et li deiz fei e amor porter, E s'onor e sa vie e ses membres saver, Ne li deiz al busuaing ne faillir ne falser, Tu es siz liges homs, tu nel voil avoer, Rou, V. 4468. Cele que [à qui] j'ai de cuer [cœur] fait lige hommage, Couci, XI. [Notre terre] Que la mere Deu tient à son lige doaire, Sax. XXX.

XIIIe s. Li rois est mes niés [mon neveu], fius de mon frere, et si est mes liges sires, et je sui ses liges homs, Chr. de Rains, 189.

XIVe s. Nous reconnaissons [dit le roi d'Angleterre, duc de Guienne] par les presentes lettres, que ledit hommaige que nous feismes à Amiens au roy de France, combien que nous le feissions par parolles generales, est et doit estre entendu lige, et que nous devons foi et loyauté porter, Du Cange, ligius.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LIGE, adj. (Jurisprud.) se dit de ce qui lie plus étroitement que les autres.

Fief-lige est celui pour lequel le vassal s’oblige de servir son seigneur envers & contre tous. Vassal lige est celui qui possede un fief lige ; hommage lige est l’hommage dû pour un tel fief. Voyez Fief-lige & Hommage-lige. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « lige »

Du latin médiéval ligius, lui même apparenté à l’allemand ledig, « vide, libre (en sous-entendant de tout autre lien) » .
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, lîge, dans la phrase quit' et lîge ; provenç. litge, lige et aussi lis ; anc. catal. lige, litge ; ital. ligio ; anglais, liege ; bas-lat. ligius. Origine incertaine. La forme provençale lis au nominatif suppose un adjectif lig ; les autres un adjectif lige. Grandgagnage y voit une contraction de l'allemand ledec ou ledig, libre, dégagé : hommage lige, hommage dégagé de toute restriction ; dans un texte du XIIIe siècle rapporté par Diez, on trouve : ligius homo, quod teutonice dicitur ledigman (c'est-à-dire libre de tout engagement envers un tiers). Guillaume le Breton traduisant dans sa Philippéide, homme lige par ligatus, Gachet, Chevallet et avant eux F. Pluquet ont adopté l'étymologie de ligare, lier. Diez trouve que, pour la forme, le scandinave lidi, compagnon, donnant lidius, donnerait très bien lige, mais que ce sens n'est pas suffisant. Du Cange le tire du bas-latin litus, lidus, letus, homme attaché à la glèbe, d'où l'adjectif litius, qui formerait le français lige, et le provençal litge. L'étymologie reste indécise entre des probabilités.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « lige »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lige liʒ

Citations contenant le mot « lige »

  • Il va se révéler jusqu’à sa mort, fidèle, efficace, intelligent, puissant. Mais, sur les presque soixante ans de sa vie antérieure (il a 57 ans en 1848 lorsqu’il entre au service du futur empereur), bien des mystères demeurent. Mocquard est un avocat libéral, opposé au régime, défendant des journalistes et des opposants à la monarchie de Louis XVIII et Charles X. Membre de la Société des amis de la liberté de la presse, peut-être membre de la Charbonnerie, il est aussi très probablement franc-maçon. En 1826, il met un coup d’arrêt définitif à sa profession d’avocat. Une maladie du larynx l’empêche de poursuivre une carrière qui ne lui rapportait guère. Sa vie prend alors un nouveau virage . SudOuest.fr, Jean-François Mocquard, l’homme-lige de Napoléon III

Images d'illustration du mot « lige »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « lige »

Langue Traduction
Anglais liege
Espagnol feudal
Italien signore
Allemand lüttich
Chinois 列日
Arabe لييج
Portugais suserano
Russe вассал
Japonais
Basque lieja
Corse liege
Source : Google Translate API

Synonymes de « lige »

Source : synonymes de lige sur lebonsynonyme.fr
Partager