La langue française

Lépreux, lépreuse

Définitions du mot « lépreux, lépreuse »

Trésor de la Langue Française informatisé

LÉPREUX, -EUSE, adj. et subst.

I. − Adjectif
A. −
1. MÉD. Propre à la lèpre. Pustule, éruption lépreuse. C'est le coryza lépreux prémonitoire (Perrinds Nouv. Traité Méd. fasc. 4 1925, p. 357).
2. Qui est atteint de la lèpre. Synon. ladre (vx).Un homme lépreux, une femme lépreuse (Ac.). Mourad pencha son front vers la bête lépreuse, Puis la poussa du pied dans l'ombre du chemin (Hugo, Légende, t. 2, 1859, p. 456).Quand ta chair fraîche colle Contre mon cuir lépreux! (Corbière, Am. jaunes,1873, p. 21):
1. le maire : On dit qu'il est lépreux. l'apprenti : Ce n'est pas vrai! Je l'ai vu tout nu l'été dernier qui se baignait dans l'Aisne à Soissons. Je peux le dire! Il a la chair saine comme celle d'un enfant. Claudel, Annonce,1948, III, 1, p. 184.
B. − P. anal. Dont l'aspect présente des altérations ressemblant aux taches et aux croûtes provoquées par la lèpre. Synon. galeux.Plafond, rocher, escalier lépreux; maison, masure lépreuse; faubourg lépreux. Un comble orné d'une élégante crête en métal avait fait disparaître le vieux toit effondré de tuiles lépreuses et moussues (Gautier, Fracasse,1863, p. 490).Je trouvais à cette morne et lépreuse banlieue des aspects de campagne italienne (Lorrain, Sens. et souv.,1895, p. 88):
2. Je crois que les plus belles fenêtres de Rome sont celles d'une grande maison délabrée, à façade lépreuse, qui regarde le Palazzo del Commendatore... Green, Journal,1935, p. 18.
II. − Subst. Personne atteinte de la lèpre. Synon. léprosé (rem. s.v. lèpre).Les dix lépreux de l'Évangile (Ac.1835-1935).Un hôpital pour les lépreux (Ac.).Nous avons vu tantôt des lépreux tellement abominables que j'en ai encore froid dans le dos (Flaub., Corresp.,1850, p. 102).Elle fuirait Saint-Pierre-Sengelin, la pension et Jean... Elle entrerait au carmel ou dans un de ces ordres qui vont, en Polynésie, soigner les lépreux (Daniel-Rops, Mort,1934, p. 170):
3. Vous vous étonnez que Rhadidja et son oncle n'aient pas été isolés. Tous les lépreux ne sont pas isolés. Nous avons sans doute des hôpitaux spéciaux, mais, dans beaucoup d'endroits, les lépreux sont dans la salle commune, quand on ne les laisse pas en liberté. Il y a trois cents lépreux à Paris, dont vingt seulement sont hospitalisés (à Saint-Louis) : les autres se baladent. Montherl., Lépreuses,1939, p. 1453.
Traiter qqn en lépreux, comme un lépreux. Refuser de fréquenter quelqu'un par suite d'actes moralement condamnables qu'on lui impute. Ce n'est pas parce qu'il a décroché quelques enseignes à Plassans et fait des dettes à Paris qu'il faut le traiter en lépreux (Zola, Conquête Plassans,1874, p. 1142).
Prononc. et Orth. : [lepʀø], fém. [-ø:z]. [lε-] p. anal. avec lèpre (Martinet-Walter 1973). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1050 leprus (Alexis, éd. Chr. Storey, 551); 1524 lepreux en ame (P. Gringore, Blazon des Heretiques ds Œuvres, éd. Ch. d'Héricault et A. de Montaiglon, t. 1, p. 311). Empr. au lat. chrét.leprosus (dér. de lepra « lèpre ») « lépreux (adj. et subst.) » et dans le domaine mor. « hideux ». A évincé les autres désignations médiév., telles ladre* et mesel. Fréq. abs. littér. : 460. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 418, b) 500; xxes. : a) 855, b) 816.

Wiktionnaire

Adjectif

lépreux \le.pʁø\

  1. Qui est atteint de la lèpre.
    • Un homme lépreux.
    • Une femme lépreuse.
  2. (Figuré) Qui présente des dégradations qui font penser aux taches de la lèpre, en parlant d’un mur, d’un bâtiment, etc.
    • Seule, au milieu de cet étincelant ensemble, la maison déserte se trouvait dans l’ombre, et son toit lépreux, ses noires murailles, ses étroites fenêtres aux vitres brisées, formaient un sombre repoussoir, et évoquaient involontairement dans l'esprit des idées lugubres et de fâcheux augure.— (Xavier de Montépin, Le Moulin rouge, E. Dentu (Paris), 1866, p.146)
    • Et il vit la splendeur de ce pays, la lumière seule, triomphante, vivifiant la plaine, le sol lépreux, en détruisant à chaque instant la monotonie… — (Isabelle Eberhardt, Le Major, 1903)
    • Le vieux le précéda par un couloir, étroit comme une fente et conduisant à une courette malpropre, véritable poubelle fumant à ciel ouvert, puis se prolongeant entre deux murs bas et lépreux, pour aboutir enfin à une petite porte qui fut ouverte avec mille précautions. — (Jean Ray, Harry Dickson, La Bande de l'araignée, 1932)
    • On accède au nid d’aigle des Katener par une cage d’escalier qui m’évoque étrangement celle de la rue Ferdinand-Duval. Étroite, lépreuse, odoriférante. — (Philippe Delaroche, Caïn et Abel avaient un frère, Éditions de l’Olivier / Le Seuil, 2000, p. 252)

Nom commun

lépreux \le.pʁø\ masculin (pour une femme on dit : lépreuse) singulier et pluriel identiques

  1. Malade atteinte de la lèpre.
    • Des mendiants, parmi lesquels on remarque un assez grand nombre de lépreux, reconnaissables à leurs visages voilés et ombragés d'immenses chapeaux en feuilles de palmier nain, bordent la route, et le Sultan leur fait faire l'aumône. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 153)
    • S’il y eut de juifs massacrés au Puy, […] : c’est parce qu’à cette époque la légende s’était répandue que les juifs, de concert avec les lépreux, empoisonnaient les puits. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)

Forme d’adjectif

lépreuse

  1. Féminin singulier du lépreux.

Nom commun

lépreuse \le.pʁøz\ féminin (pour un homme on dit : lépreux)

  1. Féminin singulier de lépreux.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LÉPREUX, EUSE. adj.
Qui est atteint de la lèpre. Un homme lépreux. Une femme lépreuse. Substantivement, Les dix lépreux de l'Évangile. Un hôpital pour les lépreux. Fig., Un mur lépreux, un bâtiment lépreux, Un mur, un bâtiment présentant des dégradations qui font penser aux taches de la lèpre.

Littré (1872-1877)

LÉPREUX (lé-preû, preû-z') adj.
  • Qui a la lèpre (éléphantiasis). Un homme lépreux.

    S. m. et f. Un lépreux, une lépreuse. C'étaient les prêtres qui [chez les Juifs] séparaient les lépreux, qui jugeaient les autres impuretés, et prescrivaient la manière des purifications, Fleury, Mœurs des Israél. titre XIII, 2e part. p. 125, dans POUGENS. On voit… Qu'on me craint, qu'on m'évite, et que je suis pour eux Un objet de dégoût comme un pauvre lépreux, Lamartine, Joc. VI, 213.

    Il se dit quelquefois, par abus, pour dartreux. Je vous écris d'une main lépreuse aussi hardiment que si j'avais votre peau douce et unie, Voltaire, Lett. Mme de Bernières, 28 nov. 1723.

HISTORIQUE

XIIe s. Maint miracle fait Deus là ù fu descenduz, D'avogles, de contraiz e de surz e de muz, De lepruz, qui receivent e santez e vertuz, Th. le mart. 181.

XVIe s. L'homme à tard et difficilement se peut sauver qu'il ne soit lepreux, s'il a compagnie d'une femme lepreuse. - Le virus ou venin lepreux, Paré, XXII, 8.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « lépreux »

Provenç. lebros ; espagn. et ital. leproso ; du lat. leprosus, de lepra, lèpre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin leprosus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « lépreux »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lépreux leprø

Citations contenant le mot « lépreux »

  • Ce qui surprend, tout d’abord, en la chapelle de la Magdeleine, c’est son chœur polygonal (fin XVIIe), plus haut que la nef et que l’unique bras Sud. À l’extérieur de la chapelle, se trouve un if centenaire, « arbre des cimetières » qui marque, probablement, l’emplacement de sépultures de lépreux et leurs descendants. Car, avant le XVIIe siècle, en Bretagne, les chapelles dédiées à Sainte-Magdeleine (patronne des exclus) sont d’anciennes chapelles maladreries (léproseries). Le Telegramme, La Chapelle de la Magdeleine, ancienne maladrerie - Langonnet - Le Télégramme
  • Je préfère voir une belle affiche qu'un mur lépreux. De Christian Blachas
  • Le messie a guéri des aveugles et des lépreux mais jamais des sots. De Proverbe algérien
  • Amitié, quel mot lépreux ! Chaque jour, et jusqu'à l'écoeurement, les gens l'ont à la bouche, et il est complètement déprécié, au moins aussi déprécié que le mot amour, mortellement piétiné. De Thomas Bernhard / Béton
  • A Madagascar, chaque année plus d’un millier de cas de lèpre à un stade avancé voire sévère, sont découverts. Ni les diagnostics posés, toujours trop tardifs, ni la révolution thérapeutique apportée dans les années 1980 par l’utilisation de la PCT (Polychimiothérapie), n’ont pu éteindre l’épidémie devenue endémique. Et pourtant en 2006 l’OMS déclare la lèpre "statistiquement" éliminée à Madagascar. Peu à peu les léproseries sont fermées, transformées en dispensaires ouverts, tandis que le sort des lépreux est scellé : ils peuvent retourner vivre parmi les hommes "normaux" pourtant ils sont restés pour les autres "des lépreux". Durant l’enquête ils ont témoigné errant près des anciennes léproseries installées aux confins des campagnes ou survivant dans des villages isolés où ils s’organisent une vie. France Culture, Être lépreux à Madagascar
  • Il n’est pas impossible que ces appellations soient directement liées à la proximité de cet "hôpital". En effet, la forme de ce rocher évoque une flèche tronquée pointée vers le ciel. Selon une croyance locale, c’est dans cette direction suggérée que les âmes des lépreux devaient atteindre le ciel. Les vocables seraient donc intimement liés à la présence de ce lieu de souffrance, mais cela n’est qu’une hypothèse qui relève plus de la légende. Il est à noter que ce promontoire avait déjà attiré l’attention de nos ancêtres les Gaulois qui avaient établi au sommet un camp retranché. Ce dernier est d’ailleurs mentionné sur les cartes en tant qu’enceinte protohistorique. midilibre.fr, À Ispagnac, l’hôpital était jadis au pied de la porte du ciel - midilibre.fr
  • Orville tient son nom d’un hôpital de lépreux du 16e situé hors de la ville de Selongey. Et Chazeuil viendrait du fait qu’après la destruction du village par une bande de brigands, il ne restait qu’un seul chat - chat seul. France Bleu, Bonnes adresses entre Mirebeau-sur-Bèze et Sacquenay
  • Le soldat demande au lépreux comment il occupe ses journées. « Le détail des occupations d’un solitaire tel que moi, répond celui-ci, ne pourrait être que bien monotone pour un homme du monde, qui trouve son bonheur dans l’activité de la vie sociale. » C’est naturellement le travail qui adoucit sa solitude. À la belle saison, il cultive son jardin, comme Candide, comme le font aujourd’hui ceux qui ont la chance de vivre à la campagne. Pendant l’hiver, « je fais des corbeilles et des nattes ; je travaille à me faire des habits ; je prépare chaque jour moi-même ma nourriture avec les provisions qu’on m’apporte de l’hôpital, et la prière remplit les heures que le travail me laisse ». Charlie Hebdo, Le lépreux (2/2) - Charlie Hebdo
  • Non, les lépreux ne sont pas les grands exclus de la société médiévale. Au contraire, ces malades aux corps difformes bénéficient d’une attention particulière. Ils sonnent de la cliquette pour appeler les passants. Et peuvent entrer en religion... , L’Histoire des maladies - La lèpre à rebours des idées reçues - Herodote.net

Images d'illustration du mot « lépreux »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « lépreux »

Langue Traduction
Anglais leper
Espagnol leproso
Italien lebbroso
Allemand aussätzige
Chinois 麻风病人
Arabe الجذام
Portugais leproso
Russe прокаженный
Japonais ハンセン病
Basque legenardun
Corse leproso
Source : Google Translate API

Synonymes de « lépreux »

Source : synonymes de lépreux sur lebonsynonyme.fr

Lépreux

Retour au sommaire ➦

Partager