Jabot : définition de jabot


Jabot : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

JABOT, subst. masc.

A. − ANATOMIE
1. ZOOL. Renflement volumineux de l'œsophage qui aide à la trituration des matières solides ingérées (notamment chez les oiseaux) ou sert de réservoir à miel (chez les abeilles). Le jabot, ou la première de ces poches, s'aperçoit très-bien au-dehors, au bas du cou, lorsqu'elle est distendue par la nourriture. Elle est sur-tout remarquable dans les granivores (Cuvier, Anat. comp., t. 3, 1805, p. 404).La dernière goutte de miel qu'elle [l'abeille] tenait en réserve au fond de son jabot (Maeterl., Vie abeilles,1901, p. 62):
1. ... il existe chez nombre d'Oiseaux (...) un jabot, sorte de diverticule ou renflement de l'œsophage le long du cou où la nourriture commence par s'amasser et y subit aussi l'action des premiers sucs digestifs... Zool.,t. 4, 1974, p. 353, [Encyclop. de la Pléiade].
2. P. anal.
a) [de forme]
[Chez l'homme] Fam., vieilli. Estomac. Les chameaux (...) ont d'ailleurs plusieurs estomacs et ruminent leur nourriture : ce que celui-ci [le mendiant] ne saurait faire, car il a toujours le jabot vide comme la tête (Gautier, Fracasse,1863, p. 295).Remplir son jabot, se remplir le jabot. ,,Manger beaucoup, faire un bon repas`` (Ac. 1835, 1878).
PATHOL. Jabot œsophagien. Dilatation accidentelle de l'œsophage (du cheval, des ruminants, du chien) :
2. ... jabot œsophagien, déchirure partielle de la musculeuse de l'œsophage, par laquelle la muqueuse vient faire hernie, cette poche peut se remplir d'aliments qui la distendent et peuvent arriver à la rupturer... Garcin, Guide vétér.,1944, p. 52.
b) [de situation]
[Chez l'animal] Littér. Synon. de gorge, poitrine.Les taureaux roux au front large, au jabot de chair poilue (Maupass., Notre cœur,1890, p. 351).Une belle biche au jabot blanc (Duhamel, Maîtres,1937, p. 217).
[Chez l'homme] Poitrine. − No... no... jamais tricher... disait J. Tom Lévis, la main sur le jabot (A. Daudet, Rois en exil,1879, p. 190).
B. − MODES. Ornement de mousseline ou de dentelle, plissée ou tuyautée, que les hommes portaient jusqu'au début du xixesiècle (et encore parfois aujourd'hui) à l'ouverture de la chemise ou qui garnit, chez les femmes, le plastron d'un chemisier, d'une blouse, d'une robe. Pour la première fois j'eus une chemise à jabot dont les tuyaux gonflèrent ma poitrine et s'entortillèrent dans le nœud de ma cravate (Balzac, Lys,1836, p. 23).MmeHenningsen mit un doigt dans son jabot, en fit mousser toutes les dentelles (Duhamel, Terre promise,1934, p. 110).
Loc. verb., vieilli. Faire jabot. ,,Tirer en dehors le jabot de sa chemise pour en faire parade`` (Ac. 1835, 1878). Au fig. Faire le fier, le coquet, l'avantageux. Synon. se rengorger, se pavaner.Être pigeon, être coq, becqueter ses amours du matin au soir, se mirer dans sa petite femme, être fier, être triomphant, faire jabot; voilà le but de la vie (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 646).
REM.
Jabotière, subst. fém.a) Modes, vx. Mousseline servant à faire les jabots. (Dict. xixeet xxes.). b) Ornith. Oie sauvage dont la gorge est pendante en forme de poche dite aussi oie moscovite, de Sibérie, de Guinée (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth. : [ʒabo]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1546 fig. avoir dedans le jabot « (d'une pers.) avoir en soi-même, valoir réellement » (Rabelais, Tiers-Livre, xviii, éd. M. A. Screech, p. 134, 32); 1555 au propre, d'animaux (P. Belon, Nature des poissons, p. 134, éd. 1555 ds Gdf. Compl.). B. 1680 « ornement de dentelle attaché sur l'ouverture de la chemise au-dessous de la gorge » (Rich. : en ce sens est presque hors d'usage, et même quand il avoit grand cours il ne se disoit qu'en riant); revenu en usage (Trév. 1704) et encore à l'époque moderne. Terme prob. empr. aux parlers de la partie septentr. du domaine occitan (cf. les formes citées par FEW t. 4, p. 3b pour le département de l'Allier, ainsi que pour le Cantal; [jàbo] relevé par Gardette, Atlas ling. du Lyonnais, carte jabot-gésier à Vollore-Montagne, Puy-de-Dôme, et par Dhér. dans le Limousin), dér. de la base prélat. *gaba « gorge, gosier », v. gaver, gavot. Fréq. abs. littér. : 179. Bbg. Quem. DDL t. 5. - Rézeau (P.). Notes sur le lex. d'E. Pérochon. R. Ling. rom. 1978, t. 42, p. 106. - Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 186.

Jabot : définition du Wiktionnaire

Nom commun

jabot \ʒa.bo\ masculin

  1. (Ornithologie) Poche que les oiseaux ont dans la gorge et dans laquelle la nourriture qu’ils prennent est d’abord reçue et séjourne quelque temps avant de passer dans l’estomac par un clapet.
    • Chez la plupart des volailles, les aliments arrivent dans le jabot. C’est une poche particulière située dans la partie inférieure de l’œsophage, dans laquelle peuvent s’accumuler les aliments… Les aliments s’y mélangent à la salive qui commence à les digérer. Les canards sont dépourvus de jabot. — (Bill Forse, Christian Meyer, et al., Que faire sans vétérinaire ?, Cirad / CTA / Kathala, 2002, page 34)
  2. (Par analogie) (Habillement) Mousseline, dentelle, etc., que l’on attache par ornement à l’ouverture d’une blouse, d’une robe…
    • L’inconnu avait dans toute sa personne quelque chose d’efféminé ; […] ; il portait un jabot et des manchettes du plus beau point d’Angleterre. — (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T. 2,4, 1833)
    • C’est là que se fabrique el polbo sevillano, poussière impalpable, pénétrante, d’une couleur jaune d’or, dont les marquis de la régence aimaient à saupoudrer leurs jabots de dentelle : la force et la volatilité de ce tabac sont telles, que l’on éternue dès le seuil des salles dans lesquelles on le prépare. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne/XIVVoyage en Espagne, 1840, édition Charpentier, 1859)

Nom commun

jabot \ˈʒæ.bəʊ\

  1. (Habillement) Jabot (mousseline, dentelle qu’on attache par ornement).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Jabot : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

JABOT. n. m.
Poche que les oiseaux ont sous la gorge et dans laquelle la nourriture qu'ils prennent est d'abord reçue et séjourne quelque temps avant de passer dans l'estomac. Il se dit, par analogie, de la Mousseline, de la dentelle, etc., qu'on attache par ornement à l'ouverture d'une blouse de femme. Un jabot de dentelle. Un jabot plissé. Corsage à jabot.

Jabot : définition du Littré (1872-1877)

JABOT (ja-bo ; le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel, l's se lie : des ja-bo-z-élégants) s. m.
  • 1Poche membraneuse chez les oiseaux, dans laquelle les aliments arrivent d'abord avant de passer dans l'estomac, et s'imbibent d'une liqueur analogue à la salive. Les moineaux cherchent le grain jusque dans le jabot des jeunes pigeons, Buffon, Morceaux choisis, p. 276. Ils [les dindons] boivent, mangent, avalent de petits cailloux, et digèrent à peu près comme les coqs, et, comme eux, ils ont double estomac, c'est-à-dire un jabot et un gésier, Buffon, Oiseaux, t. III, p. 206.

    Fig. Remplir son jabot, se remplir le jabot, bien manger. Il remplit son jabot quand il est à une bonne table.

  • 2 Terme de vétérinaire. Poche formée, chez le cheval, par la membrane muqueuse qui fait hernie à travers la membrane charnue, ou bien dilatation anormale de ce même conduit.
  • 3Il s'est dit, dans la pathologie humaine, de la dilatation produite par l'arrêt d'un corps étranger dans l'oesophage.
  • 4Appendice de mousseline ou de dentelle, attaché à l'ouverture de la chemise des hommes, devant la poitrine. Il joue d'une main avec son jabot, et se caresse de l'autre, Boissy, Français à Londres, sc. 15.

    Familièrement. Faire jabot, tirer en dehors le jabot de sa chemise pour en faire parade ; et fig. se rengorger.

HISTORIQUE

XVIe s. L'office descouvre l'homme et met en evidence ce qu'il avoit dans le jabot, Rabelais, dans le Dict. de DOCHEZ.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Jabot : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

JABOT, s. m. (Ornithol.) ingluvies, colum, poche membraneuse située près du cou des oiseaux, & au bas de leur œsophage.

Tous les oiseaux ont un élargissement au bas de l’œsophage, qu’on appelle le jabot, qui leur sert pour garder quelque tems la nourriture qu’ils ont avalée sans mâcher, avant que de la laisser entrer dans le ventricule.

Les Physiologistes donnent trois usages apparens à ce sac ; le premier de disposer la nourriture à la digestion ; le second de la serrer quelque tems, afin que le ventricule ne s’emplisse pas trop, dans les occasions où les oiseaux trouvent & amassent plus de nourriture que leur estomac n’en doit tenir pour la pouvoir bien digérer ; le troisieme de réserver cette nourriture pour la porter à leurs petits.

Les pigeons ont ce jabot fort ample ; ils l’enflent & l’élargissent extraordinairement, pour un autre usage que celui de réserver une grande quantité de nourriture ; car l’air qu’ils attirent pour la respiration, entre aussi dans le jabot, & gonflant cette partie, produit la grosse gorge, qui est particuliere aux pigeons. Quelques anatomistes prétendent avoir trouvé dans la trachée artere des pigeons, le conduit par lequel l’air entre dans leur jabot.

L’onocrotale a un grand sac fait par l’élargissement de son œsophage, qu’on lui voit pendu en-devant, depuis le dessous du bec, jusqu’au bas du col ; en cet endroit la peau n’est point garnie de plumes, mais seulement d’un duvet très-court, arrangé en long sur l’éminence de chacune des rides que ce sac fait en se pliant comme une bourse.

Le jabot du coroman, dont l’œsophage souffre une dilatation pareille à celle de l’œsophage de l’onocrotale, est plus caché, étant recouvert de plumes à l’ordinaire ; ces sacs servent à l’un & à l’autre de ces deux especes d’oiseaux, à recevoir les poissons qu’ils avalent fort grands, & tout entiers.

Quand les hérons veulent manger des moules, ils les avalent avec leurs coquilles ; & lorsqu’ils sentent qu’elles sont ouvertes, par la chaleur qui a relâché les ressorts de leurs muscles, ils les vomissent pour en manger la chair. Il y a apparence que c’est le jabot qui leur sert à cet usage, sa chaleur étant suffisante pour faire ouvrir les moules.

Les singes ont dans la bouche des poches aux deux côtés de la mâchoire où ils serrent tout ce qu’ils veulent garder ; on dit aussi qu’il y a un poisson qui a comme le singe, ce sac dans la gueule, où ses petits viennent se jetter quand ils ont peur. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « jabot »

Étymologie de jabot - Littré

Diez le tire du latin gibba, bosse, comme jaloux de zelosus, le jabot ayant pu être comparé à une bosse. Cela est possible en effet ; mais il y a trop peu d'intermédiaires pour assurer que telle est la dérivation.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de jabot - Wiktionnaire

Du français jabot.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de jabot - Wiktionnaire

Du gaulois *gaba[1] (« bec, bouche ») → voir gober, gaver, gavot et joue.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « jabot »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
jabot ʒabo play_arrow

Citations contenant le mot « jabot »

  • Pour l'homme Y/Project, tout se zippe, se dézippe, s'accroche et se décroche. Un bandana devient un sac. Les pantalons s'ouvrent pour en révéler d'autres, portés dessous. Des cordons de serrage savamment placés sur des vestes permettent de transformer un blazer droit en veste à jabot. En quelques minutes seulement, le mariage simple d'un polo et d'un pantalon de survêtement à boutons-pressions devient une extravagante association d'un dos nu et d'un bas à multiples couches. Le Figaro.fr, Chez Y/Project, tout se transforme
  • Vêtu de son pourpoint et de ses chausses aux couleurs bleu et or, de sa chemise blanche à jabot, le personnage ne passe pas inaperçu. Pour cette visite thématique, les amateurs ont rendez-vous, ce jour-là, avec Jacques Androuet Ducerceau. www.larep.fr, Une visite guidée d'Orléans en compagnie de l'architecte Jacques Androuet Ducerceau - Orléans (45000)
  • Les flamants s’installent en Camargue fin mars-début avril. Chaque femelle pond un œuf. Les premiers poussins naissent fin mai et restent quelques semaines dans le nid, où les parents se relaient pour les nourrir d’un mélange très nutritif à base de crevettes Artemia salina, conservé dans leur jabot. midilibre.fr, Jean Jalbert : "On connaît de mieux en mieux les flamants roses" - midilibre.fr
  • La Parisienne ne mange pas, elle grignote ; elle ne cause pas, elle jabote ; elle ne marche pas, elle trotte. De Adrien Decourcelle
  • L'Ancien Régime, pour quelques-uns c'est une tabatière d'argent, une prise de tabac et une pichenette au jabot. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898

Traductions du mot « jabot »

Langue Traduction
Corse culturi
Basque laborantza
Japonais 作物
Russe культура
Portugais colheita
Arabe ا & قتصاص
Chinois 作物
Allemand ernte
Italien ritaglia
Espagnol cosecha
Anglais crop
Source : Google Translate API

Synonymes de « jabot »

Source : synonymes de jabot sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires