La langue française

Inconsolable

Sommaire

  • Définitions du mot inconsolable
  • Étymologie de « inconsolable »
  • Phonétique de « inconsolable »
  • Citations contenant le mot « inconsolable »
  • Traductions du mot « inconsolable »
  • Synonymes de « inconsolable »

Définitions du mot inconsolable

Trésor de la Langue Française informatisé

INCONSOLABLE, adj.

[En parlant d'une pers.] Que rien ni personne n'arrive à consoler; qui ne se console pas. Synon. désespéré; anton. consolable.Mère, veuve inconsolable; inconsolable du départ, de la perte d'(un être cher); à jamais inconsolable; rester inconsolable. Elle s'était crue inconsolable; et voilà qu'en deux mois à peine cette plaie vive se fermait (Maupass., Une Vie,1883, p. 183).Tu soupirais, inconsolable de la mort de ton bien-aimé (Colette, Naiss. jour,1928, p. 19):
Vers cinq heures, souvent, elle s'en allait à la croisée du salon, regarder la rue. Les bambins rentraient de l'école. Elle les suivait des yeux. Par son oncle, Karelina sut qu'elle était inconsolable de n'avoir pas d'enfant. Elle n'en parlait jamais. Van der Meersch, Empreinte dieu,1936, p. 87.
Emploi subst. C'est la seule [la Mort] qui donne aux grands inconsolables Leur consolation (Gautier, Comédie mort,1838, p. 29).La nature n'est jamais du parti des inconsolables (France, Vie littér.,1888, p. 289).
[P. méton.] Chagrin, regret inconsolable; douleur, peine, perte inconsolable. Baudelaire, génie parisien s'il en fut en dépit de l'inconsolable nostalgie d'idéal qu'il y a en lui (Verlaine, Œuvres posth., t. 2, 1896, p. 14).Elle pleura, pleura, je sentais en elle une tristesse inconsolable, infinie (Gide, Si le grain,1924, p. 569).
P. exagér. Être inconsolable de + subst. ou inf.Être affligé, tourmenté, déçu de; regretter amèrement de. Ensemble nous sommes inconsolables de vous avoir ennuyés si vainement (Valéry, Corresp. [avec MmeGide], 1905, p. 405).
REM.
Inconsolablement, adv.,rare. D'une manière inconsolable. Il est affligé inconsolablement (Ac.). Il me regarda avec ses yeux inconsolablement navrés, d'où s'écoulait une insidieuse ivresse (Baudel., Poèmes prose,1867, p. 101).
Prononc. et Orth. : [ε ̃kɔ ̃sɔlabl̥]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1544 (Arcadie de Sannazar, trad. J. Martin, 112 vo, d'apr. H. Vaganay ds R. Ét. rab. t. 9, p. 309 : inconsolable vie); 1549 (J. Le Maire de Belges [✝ 1514], Cour. marg., éd. J. Stecher, t. 4, p. 32 : le dueil et la perturbation inconsolable). Empr. au lat.inconsolabilis « qu'on ne peut réconforter; irréparable ». Fréq. abs. littér. : 164.

Wiktionnaire

Adjectif

inconsolable \ɛ̃.kɔ̃.sɔ.labl\ masculin et féminin identiques

  1. Qualifie une personne que rien ne peut consoler
    • Elle restait là où elle était, immobile, inconsolable et comme une chiffe aux mains des bonnes femmes qui s'efforçaient de la réconforter. — (Louis Pergaud, Le retour, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  2. (Par extension) Qualifie l'affliction qu’on ne peut consoler.
    • Douleur inconsolable.

Adjectif

inconsolable

  1. Inconsolable.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INCONSOLABLE. adj. des deux genres
. Qui ne peut se consoler, qu'on ne peut consoler. Il est inconsolable de cette perte, de cette mort. Douleur inconsolable.

Littré (1872-1877)

INCONSOLABLE (in-kon-so-la-bl') adj.
  • Qui ne peut se consoler ; qu'on ne peut consoler. On dit qu'on est inconsolable : On le dit ; mais il n'en est rien, La Fontaine, Fabl. II, 21. Puisque la mort du corps est si sensible qu'elle nous cause de tels mouvements, celle de l'âme nous en devrait bien causer de plus inconsolables, Pascal, dans COUSIN. J'emmène votre frère, et le dérobe à toute la honte de ses mauvais procédés ; vous jugez bien que ses maîtresses ne seront pas inconsolables, Sévigné, 18 mai 1671. Toute l'Égypte parut inconsolable de cette perte, Fénelon, Tél. II.

    Par exagération. Être inconsolable, être très chagrin. Si les femmes étaient telles naturellement qu'elles le deviennent par artifice, qu'elles perdissent en un moment toute la fraîcheur de leur teint, qu'elles eussent le visage aussi allumé et aussi plombé qu'elles se le font par le rouge et par la peinture dont elles se fardent, elles seraient inconsolables, La Bruyère, III.

    Il se dit aussi des peines qu'on éprouve. Tu prends pitié de mes larmes, tu lis avec intérêt dans un cœur percé de toutes parts, qui te déploie ses inconsolables afflictions, Voltaire, Amabed, 3e lett.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « inconsolable »

Du latin inconsolabilis (même sens)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. inconsolabilis, de in… 1, et consolabilis, consolable.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « inconsolable »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
inconsolable ɛ̃kɔ̃sɔlabl

Citations contenant le mot « inconsolable »

  • Une circonstance imaginaire qu'il nous plaît d'ajouter à nos afflictions, c'est de croire que nous serons inconsolables. Bernard Le Bovier de Fontenelle, Du bonheur
  • L'homme est un roseau pensant inconsolable et gai. De Guy Bedos / Inconsolable et gai
  • L’homme est inconsolable parce qu’il sait qu’il va mourir dans peu de temps, la femme est inconsolable parce quelle sait qu’elle est née il y a longtemps. De Henri Louis Mencken
  • La mort révèle l'amour, c'est l'inconsolable qui pleure l'irremplacable. De Vladimir Jankélévitch
  • Entreprendre de consoler quelqu'un qui veut être inconsolable, c'est lui disputer la seule consolation qui lui reste. De Marie du Deffand
  • Le français est devenu une langue provinciale. Les indigènes s'en accommodent. Le métèque, seul, en est inconsolable. Lui seul prend le deuil de la nuance. De Emil Michel Cioran / De l'aveu d'être né
  • La personne aimée semble immobile, éternelle sous nos baisers, mais, dès que le temps aux joues gonflées de vent souffle dessus, l'amour s'enfuit dispersé ne laissant au coeur qu'un peu d'odeur et un chagrin inconsolable. De Pierre Châtillon / L'île aux fantômes
  • Les blessures d'amitié sont inconsolables. De Tahar Ben Jelloun / Eloge de l’amitié
  • Une circonstance imaginaire qu'il nous plaît d'ajouter à nos afflictions, c'est de croire que nous serons inconsolables. De Bernard Fontenelle
  • Les veuves inconsolables ne sont pas celles qui aimaient le mieux leur mari, mais celles que le deuil n’enlaidit pas. De Anonyme
  • Les honnêtes femmes sont inconsolables des fautes qu'elles n'ont pas commises. De Sacha Guitry / Elles et toi
  • Cet "ange inconsolable", comme la surnomma l’écrivain Roger Martin du Gard, n’a jamais cessé de fuir. Dans ses errances à travers le monde, drogue, amours homosexuelles et internements psychiatriques se confondent. Résolument moderne, elle affiche une liberté de ton dans des textes engagés. Son écriture est précise et d’une rare authenticité.  France Culture, Annemarie Schwarzenbach (1908 – 1942), "l’ange inconsolable" - Ép. 4/5 - Photographes
  • Sur une photo dévoilée par des bénévoles d’un refuge local, on aperçoit ainsi un mâle inconsolable après la mort de sa femelle et de son petit, renversés par une voiture. Demotivateur, Ce kangourou est inconsolable après la mort de sa femelle et son petit, renversés par une voiture

Traductions du mot « inconsolable »

Langue Traduction
Anglais inconsolable
Espagnol inconsolable
Italien inconsolabile
Allemand untröstlich
Chinois 固执的
Arabe لا عزاء له
Portugais inconsolável
Russe безутешный
Japonais 慰められない
Basque inconsolable
Corse inconsolable
Source : Google Translate API

Synonymes de « inconsolable »

Source : synonymes de inconsolable sur lebonsynonyme.fr
Partager