La langue française

Hucher

Sommaire

  • Définitions du mot hucher
  • Étymologie de « hucher »
  • Phonétique de « hucher »
  • Citations contenant le mot « hucher »
  • Traductions du mot « hucher »
  • Synonymes de « hucher »

Définitions du mot « hucher »

Trésor de la Langue Française informatisé

HUCHER1, verbe trans.

Vieilli, région.
A. − Appeler quelqu'un d'une voix forte. Hucher à pleine voix. J'entendis la voix claire et tremblante de Denise qui me huchait de toute sa force, tout en riant, d'un bord de la clairière à l'autre (Lamart., Tailleur pierre,1851, p. 545).
Absol. − Célestin! appela-t-elle, de cette voix perçante des paysannes, habituées à hucher de loin, dans les champs (Châteaubriant, Lourdines,1911, p. 254).Conan lui jeta un mauvais regard : − Ils me mettent les nerfs en pelote à hucher comme ça (Vercel, Cap. Conan,1934, p. 71).Dès que l'ombre s'épaississait, ils prenaient le chemin de l'altitude. Huchant, jouant de la musique à bouche, ils débouchaient du bois, dans un joyeux tapage (M. Zermatten, Les Sèves d'enfance, Bienne, Éd. du Panorama, 1968, p. 76).
CHASSE, vx. Appeler (quelqu'un) à haute voix ou en sifflant très fort. (Dict. xixeet xxes.).
B. − Crier quelque chose à quelqu'un d'une voix forte. Il n'y a pas à dire, c'était rudement bien monté [la battue au loup]. On hucha la nouvelle au groupe de droite et au groupe de gauche qui devaient s'enfoncer droit avec nous dans la véritable épaisseur de Chalamont (Giono, Roi sans divertiss.,1947, p. 135).
Absolu. On vient de hucher aux lavandières pour leur donner l'alarme (La Varende, Esculape,1949, p. 20).
Prononc. et Orth. : [yʃe] init. asp., (il) huche [yʃ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. a) Ca 1135 huchier « crier, faire connaître quelque chose à haute voix » (Couronnement Louis, éd. E. Langlois, 1503); ca 1150 huchier « crier » (Charroi Nîmes, éd. D. McMillan, 336); b) ca 1160 huchier « appeler quelqu'un » (Eneas, éd. J. J. Salverda de Grave, 1967). Du lat. pop. *huccare « appeler », lequel est peut-être issu d'une onomat. germ. *hukk-. Encore très attesté au xvies. au sens gén. de « crier, appeler » (v. Hug.), ce mot n'est plus en usage, à partir du xviies., que dans des dial. surtout Nord et Ouest (Flandre, Picardie, Artois, Bretagne, Vendée), Est (Moselle, Vosges), Centre (Limousin) et Suisse, (cf. Fur. 1690; FEW t. 4, p. 504b) et dans le lang. de la vén. (Ac. 1694-1935). Bbg. Olef (F.). Die Familien von frz. huer, hucher. Z. fr. Spr. Lit. 1979, t. 89, pp. 319-340.

HUCHER2, verbe trans.

Synon. vieilli de jucher.
A. − Emploi trans., littér., rare. Placer quelque chose/quelqu'un en un lieu (très) élevé et d'accès plus ou moins difficile. Il [Khosroës] huchait (...) sur la pyramide d'un fumier en filigranes d'argent bruni, un coq (Huysmans, Oblat, t. 1, 1903, p. 41).
B. − Emploi pronom. réfl. Se hucher sur un toit. Qui m'empêche de me hucher sur les tours de Notre-Dame comme Quasimodo, de m'accouder au-dessus de quelque gargouille (Coppée, Paris, t. 8, 1897, p. 338).
Au part. passé. Être huché sur un wagon, une colonne. Synon. perché.Je lui ai parlé (...). Par sa fenêtre, huché que j'étais sur les épaules de quatre hommes (Dumas père, Gentilh. montagne,1861, V, 2, p. 111).Pécuchet, huché sur un grand tabouret de paille, soignait toujours les jambages de sa longue écriture (Flaub., Bouvard, t. 1, 1880, p. 15).Grand-duc (...). Reste caché pendant le jour, huché dans un creux de rocher ou sur un arbre, dans un demi-sommeil (Coupin, Animaux de nos pays,1909, p. 116).
Au fig. Quand on est huché sur l'Antiquité, les modernes (...) ne vous semblent pas fort élevés de stature (Flaub., Corresp.,1847, p. 37).
Prononc. : [yʃe] init. asp., (il) huche [yʃ]. Étymol. et Hist. 1746 « jucher » (La Morlière, Angola, p. 12 ds Fr. mod. t. 37, p. 119). De l'a. b. frq. *hûkôn « s'accroupir », que l'on peut restituer d'apr. le m. h. all. hûcken, le néerl. huiken et l'all. hocken, de même sens.
BBG. Henschel (B.). Qq. dat. nouv. du 18es. Fr. mod. 1969, t. 37, p. 119.

Wiktionnaire

Verbe 1

hucher (h aspiré)\y.ʃe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Chasse) (Désuet) Appeler à haute voix ou en sifflant.
    • Le bon Piqueur doit sçauoir bien parler en cris, & langages plaisans aux chiens, crier, hucher, & houpper ses compagnons, forhuer en mots longs, & sonner de la trompe. — (René François, Essay des merveilles de nature et des plus nobles artifices, 1632, p. 18)
    • De la rue voisine, un coup de sifflet répondit au sien, puis d’autres qui s’éloignaient. La nuit, ils enveloppaient ainsi la ville d’un réseau de bruits aigus et rassurants.
      Conan lui jeta un mauvais regard :
      — Ils me mettent les nerfs en pelote à hucher comme ça… Je ne peux pas les blairer, moi, ces gars-là !
      — (Roger Vercel, Capitaine Conan, Albin Michel, 1934, collection Le Livre de Poche, page 70.)
    • La bande de Chante-en-Hiver allait déjà vers l’église, en tirant des coups de fusil en l’air et en huchant. — (Michel Ragon, Les Mouchoirs rouges de Cholet, livre second, chapitre 1, Albin Michel, 1984)
    • Au départ de la maison paternelle, la bachellerie des garçons réapparut et se mit à tirer des coups de fusil en l’air et à hucher, pour écarter les mauvais esprits. — (Michel Ragon, Les Mouchoirs rouges de Cholet, livre second, chapitre 1, Albin Michel, 1984)

Verbe 2

hucher (h aspiré)\y.ʃe\ pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se hucher)

  1. (Vieilli) Se percher, se jucher s’installer sur quelque chose.
    • Il commença à chanter comme les coqs, à voltiger & à sauter sur les chaises de sa chambre comme les coqs, à se cacher sous le lit & à se hucher sur des perches & sur des bâtons qu’il avoit tendus d’une muraille à l’autre, — (RÉCIT DE CE QUI SE PASSA EN SORBONE, Annales de la société des soi-disans Jésuites, tome II, 1765, page 660)
    • Une tradition proverbiale dit qu’un nommé Martin, huché sur un de ses ânes, n’en retrouvait pas le nombre, parce qu’il oubliait de se compter, c’est-à-dire l’âne sur lequel il était monté. — (Pierre-Marie Quitard, Dictionnaire étymologique, historique et anecdotique des proverbes et des locutions proverbiales de la langue française, Paris : chez P. Bertrand, 1842, pp. 528)
    • Claudie avait réussi à se hucher sur la croupe du chevau de Marsillat. — (George Sand [Amantine Aurore Lucile Dupin, baronne Dudevant], Jeanne, 1844)
    • Pâle, égaré, ne voyant rien, il vint se hucher sur un fauteuil, croisa ses petites mains sur son gros ventre, et ferma les yeux. — (Louis Nicolas Bescherelle, L’Art de briller en société et de se conduire dans toutes les circonstances de la vie, 1851, page 42)
    • Ils l’attaquent et sans peine abattent, ainsi que des quilles, les files de ces lourds chevaliers emprisonnés comme en des guérites en fer dans leurs armures et huchés sur des chevaux qui demeurent immobiles, les quatre pattes enfoncées dans l’argile détrempée du sol. — (Joris-Karl Huysmans, Sainte Lydwine de Schiedam, 1901)
    • Rentré à la ferme, il faut qu’il y trouve un abri suffisamment aéré, des arbres ou des mâts garnis d’échelons pour se hucher pendant la nuit. — (Félix-Édouard Guérin-Méneville, « Dindon », in Dictionnaire pittoresque d’histoire naturelle et des phénomènes de la nature, tome II, 1835, page 546)

Nom commun

hucher \ˈhyʃːɛr\ masculin (pluriel : hucherien ; féminin : hucherez)

  1. Crieur.

Forme de verbe

hucher \ˈhyʃːɛr\

  1. Impersonnel du présent de l’indicatif du verbe huchal.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HUCHER. (H est aspirée.) v. tr.
Appeler à haute voix ou en sifflant. Il est vieux et n'est plus guère usité qu'à la chasse.

Littré (1872-1877)

HUCHER (hu-ché) v. a.
  • 1Appeler. La prêtresse en voix de fausset Devant la porte de l'église Hucha les gens du fils d'Anchise, Scarron, Virg. VI.
  • 2Particulièrement, en termes de chasse, appeler en criant ou en sifflant.
  • 3Se hucher, v. réfl. S'appeler l'un l'autre.

HISTORIQUE

XIIe s. À haute voix commençai à huchier, Ronc. p. 164. Que que li felun l'unt feru et detrenchié, E del ferir se sunt durement esforcié, N'aveit brait, ne groni, ne crié, ne huchié, Ne pié ne main n'aveit à sei trait ne sachié, Th. le mart. 150.

XIIIe s. Symons huche sa femme, Constance o le cors gent, Berte, XLVII. Li mestre qui prent aprentiz, il doit huchier au convenances du marché deux des mestres et deus des vallés por oïr les convenances faites entre le mestre et l'aprentiz, Liv. des mét. 62. Quant chascuns a chape forrée, Et de denier la grant borsée, Les plains coffres, la plaine huche, Ne li chaut qui por Dieu le huche, Ne qui riens par Dieu li demande, Rutebeuf, 221.

XVe s. Il commence à huchier : portier, avalle ton pont, laisse moy entrer dedans, Perceforest, t. I, f° 49.

XVIe s. Je me tiendray prez, huschant en paulme, je me rendray à vous, Rabelais, Garg. I, 6.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « hucher »

(Verbe 1) De l’ancien français huchier (« crier ») lequel est issu d’une onomatopée hu → voir hue, huer, hululer et hurler en français → voir hučet et houkat en tchèque avec le même crément \k\.
(Verbe 2) De l’ancien bas vieux-francique *hûkôn (« s’accroupir ») → voir hocken en allemand, huiken en néerlandais.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

 Dérivé de huchal (« crier ») avec le suffixe -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, houkî ; Hainaut, huker ; picard, huquer ; Berry, hucher, appeler, crier ; provenç. huchar, uchar, ucar ; bas-latin, huccus, uccus (qui ad ipsos uccos cucurrerunt). Diez le tire de l'adverbe latin huc, ici : de sorte que hucher serait appeler ici, faire venir ici. Le bas-latin huccus, cri d'appel, donne grand crédit à cette étymologie. Ce mot se trouve aussi dans le germanique : ancien flamand, hunc ; et dans le celtique : kimry, hwchw.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « hucher »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hucher yʃe

Citations contenant le mot « hucher »

  • «Jaspiner», «hucher»... La langue de Molière abrite des mots tout à fait étonnants. Florilège. Le Figaro.fr, Cinq verbes rares (et irrésistibles) de la langue française

Traductions du mot « hucher »

Langue Traduction
Anglais hucher
Espagnol hucher
Italien hucher
Allemand hucher
Chinois 胡赫
Arabe هوشر
Portugais hucher
Russe hucher
Japonais hucher
Basque hucher
Corse hucher
Source : Google Translate API

Synonymes de « hucher »

Source : synonymes de hucher sur lebonsynonyme.fr
Partager