La langue française

Hospice

Sommaire

  • Définitions du mot hospice
  • Étymologie de « hospice »
  • Phonétique de « hospice »
  • Citations contenant le mot « hospice »
  • Images d'illustration du mot « hospice »
  • Traductions du mot « hospice »
  • Synonymes de « hospice »

Définitions du mot hospice

Trésor de la Langue Française informatisé

HOSPICE, subst. masc.

A. − Vieilli. ,,Petite maison religieuse établie pour recevoir les religieux du même ordre qui voyageaient`` (Ac. 1835, 1878).
P. ext. Maison où des religieux donnent l'hospitalité aux pèlerins, aux voyageurs. Nous étions à l'hospice du grand Saint-Bernard, les pieds contre le feu, en compagnie du prieur (Toepffer, Nouv. genev.,1839, p. 443) :
1. ... l'humble hospice qui, si longtemps, fut l'unique refuge du voyageur. Il lui offrait ce qu'il pouvait : un morceau de pain, un peu de soupe chaude et même un lit, lorsqu'il arrivait le soir épuisé de fatigue. Michelet, Chemins Europe,1874, p. 423.
B. − Établissement public ou privé, dont le régime est voisin de celui des hôpitaux, qui accueille les vieillards, les infirmes, les incurables, les enfants abandonnés, orphelins. Un beau jour, le tuilier eut une attaque de paralysie, et je le fis aussitôt placer à l'hospice de Grenoble (Balzac, Méd. camp.,1833, p. 107) :
2. Depuis la loi du 14 juillet 1905, un vieillard qui a des droits à l'assistance obligatoire peut opter entre deux modes de cette assistance, le mode hospice et le mode pension mensuelle à domicile (...). Ceux qui optent pour l'hospice sont ceux qu'une infirmité absolue empêche de travailler et de rester chez eux ou des parents, ce sont des malades. Barrès, Cahiers, t. 9, 1911, p. 179.
3. L'hospice, en effet, ne contenait pas seulement des malades; il comprenait aussi des pauvres, remis à la charité publique, et même des pensionnaires, qui, pour un capital insignifiant, y vivaient chétivement, mais sans souci. Renan, Souv. enf.,1883, p. 18.
En partic. [P. oppos. à hôpital] Les hôpitaux pour les malades, les hospices pour les vieillards et les enfans (Say, Écon. pol.,1832, p. 495).
SYNT. Hospices communaux, militaires, publics; les sœurs de l'hospice; aller, se présenter, rentrer à l'hospice; fonder un hospice; léguer son argent aux hospices; l'hospice des aliénés (vieilli), des enfants trouvés.
Finir à l'hospice. Finir dans la misère. − Et savez-vous ce que cet animal-là a encore trouvé (...)? Eh bien il a fallu qu'il aille finir à l'hospice! (Druon, Gdes fam., t. 2, 1948, p. 255).
P. ext. Maison de retraite. On ne va pas dans un hospice quand on a deux mille roubles de rentes. (...) mais il y a toutes sortes d'hospices et il en est où l'on accueille des généraux. Vous pourriez donc y jouer au whist... (Camus, Possédés,1959, 3epart., 15etabl., p. 1078).
Prononc. et Orth. : [ɔspis]. Att. ds Ac. dep. 1694. Homon. auspice. Étymol. et Hist. 1. 1294 hospise (G. de Montreuil, Mir. de S. Eloi, p. 45 Peigné ds Gdf. : ...moustier ou glise Où il prendroit le nuit hospise), hapax; 2. 1690 « petit couvent bâti ds une ville pour y héberger les religieux de passage » (Fur.); 3. 1770 « établissement où sont reçus les malades, vieillards, incurables et autres deshérités » (Raynal, Hist. philos. et pol. des établissements des Européens ds les deux Indes d'apr. Lar. lang. fr.); cf. ca 1785 (Encyclop. méthod. d'apr. Brunot t. 6, p. 188, note 4). Empr. au lat.hospitium « hospitalité; toit hospitalier, gîte », spéc. en lat. médiév. « gîte, droit de gîte » (865), « hôpital d'un monastère » (av. 1093 ds Nierm.). Fréq. abs. littér. : 445. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 011, b) 539; xxes. : a) 607, b) 374.

Wiktionnaire

Nom commun

hospice \ɔs.pis\ masculin

  1. Établissement public ou privé où l’on reçoit et entretient, soit gratuitement, soit pour une rétribution peu élevée, des enfants, des infirmes ou des vieillards hors d’état de subvenir à leurs propres besoins.
    • Je ne puis voir un pauvre sans lui donner ma bourse. J’ai doté des orphelines, établi des jeunes gens méritants, nourri des vieillards, fondé des hospices. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : La Chanson de Carmen (1882))
    • Hospice de la vieillesse, des incurables, des enfants trouvés, des aliénés, etc.
  2. (Spécialement) Ce type d'établissement pour les vieillards.
  3. (Religion) Maison où des religieux donnent l’hospitalité aux pèlerins, aux voyageurs.
    • L’hospice du mont Saint-Bernard.

Nom commun

hospice \Prononciation ?\ masculin

  1. (Faux amis) Mouroir (home pour patients terminaux).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HOSPICE. n. m.
Établissement public ou privé où l'on reçoit et entretient, soit gratuitement, soit pour une rétribution peu élevée, des enfants, des infirmes ou des vieillards hors d'état de subvenir à leurs propres besoins. Les hospices civils. L'administration des hospices. Hospice de la vieillesse. Hospice des incurables. Hospice des enfants trouvés. Hospice des aliénés, etc. Il se dit aussi d'une Maison où des religieux donnent l'hospitalité aux pèlerins, aux voyageurs. L'hospice du mont Saint-Bernard.

Littré (1872-1877)

HOSPICE (o-spi-s') s. m.
  • 1Lieu où l'on donne l'hospitalité (sens primitif mais vieilli). Donner l'hospice à quelqu'un, Dict. de l'Acad. Les traitements que j'éprouve en ce pays sont trop contraires… aux intentions du grand prince qui m'a donné cet hospice, Rousseau, Lett. au marquis de Mirabeau, 12 août 1767.

    Fig. Vos divers édifices, Des animaux, des fleurs agréables hospices, Delille, Jardins, IV.

  • 2 Particulièrement. Maison où des religieux donnent l'hospitalité aux pèlerins, aux voyageurs. L'hospice du mont Saint-Bernard. La charité engagea les religieux du monastère latin [établi par les Amalfitains à Jérusalem, avant la conquête par Godefroy de Bouillon] à former un hospice, dédié à saint Jean l'aumônier, pour les pèlerins tant malades qu'en santé, tous réduits à une extrême misère, Art de vérifier les dates, t. I, p. 512.

    Il se disait aussi d'un petit couvent bâti par des religieux dans une ville pour y recevoir les religieux du même ordre.

    Il se disait encore d'une maison bâtie dans une grande ville pour y retirer pendant la guerre les religieux ou les religieuses des couvents bâtis dans la campagne.

  • 3Dans le langage administratif d'aujourd'hui, maison de charité où l'on nourrit et entretient des pauvres, des vieillards, des infirmes, des enfants. Hospice de la vieillesse, des incurables, des enfants trouvés, etc.
  • 4Il se dit d'établissements destinés aux maladies mentales. Hospice des aliénés, Dict. de l'Acad.

    Hôpital se dit aussi en parlant des aliénés.

SYNONYME

HOSPICE, HÔPITAL. Les hôpitaux sont particulièrement destinés à la guérison des malades ; les hospices, aux infirmes, aux vieillards, etc. L'hôpital est un asile momentané où l'on cherche la guérison d'une maladie ; l'hospice est un asile perpétuel où l'on passe tout ou partie de son existence. Cette distinction est purement administrative. Autrefois il n'y avait qu'hôpital qui s'appliquait à tous les lieux destinés à recevoir des pauvres malades ou non malades.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

HOSPICE, s. m. (Jurisprud.) signifie quelquefois la partie d’un monastere destinée à loger les hôtes ou étrangers ; quelquefois c’est un logement détaché du couvent, que les religieux bâtissent pour y recevoir les étrangers du même ordre, qui ont besoin d’y séjourner quelque tems. On entend encore par hospice, un lieu ou entrepôt que le monastere a dans quelque endroit qui en est éloigné, pour y retirer en passant les religieux qui vont pour les affaires du couvent. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « hospice »

De l’ancien français hospise, venant lui même du latin hospitium, de hospes. Voir hôte et hôpital.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. hospitium, de même radical que hospes, hôte (voy. HÔTE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « hospice »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hospice ɔspis

Citations contenant le mot « hospice »

  • L'euthanasie n'est qu'une mesure d'économie pour éviter d'avoir à construire de nouveaux hospices. De Philippe Bouvard
  • L’été à l’hospice, outre l’attraction des chiens saint-bernard qui séjournent là durant quelques mois, on peut aussi visiter le musée du lieu, qui propose chaque année une exposition temporaire. Celle qui vient d’ouvrir met en valeur des images d’Alexandre Scheurer.  , Hospice du Grand-Saint-Bernard: une exposition de...
  • Au moins neuf personnes ont été tuées dans un incendie survenu dans la nuit de dimanche à lundi 11 mai dans un hospice près de la capitale russe, ont indiqué les autorités locales. Le Figaro.fr, Russie: incendie dans un hospice pour personnes âgées, 9 morts
  • En 1361 , le cardinal Curti demande dans son testament la construction d’un hospice pour soigner les étrangers, soigner et nourrir les pauvres. Il laisse une richesse colossale et charge l’abbé Boulbonne de réaliser son souhait. Quatre fermes appartenaient à l’hospice : Saint-Quirc, Ferran, Jauze et la location Coumet. Initialement situé dans le quartier du pont, l’hospice a été complètement détruit lors du grand incendie de 1791 et a été temporairement déplacé dans une maison de la rue Bishopric (rue de l’évêché), à côté de la place de l’église, prêtée par l’évêque de Mirepoix. L’installation a été reconstruite sur son emplacement actuel, à l’extérieur des murs à partir de 1821. En 1841 , trois sœurs sont chargées d’enseigner aux enfants et de s’occuper des pauvres. Dix ans plus tard, cinq religieuses ont créé "une chambre d’hébergement" conçue pour s’occuper des petits, entre trois et six ans, une ancêtre de la maternelle ! En 1868 "une salle de couture" a été créée pour éduquer les jeunes femmes et leur enseigner la couture; celle-ci deviendra à son tour une école de filles, communes et ouverte à tous, qui a déménagé à sa place actuelle en 1954, l’ancien hospice est alors devenu "maison de retraite". Rénovée et agrandie pour se conformer à la réglementation en vigueur en matière de sécurité, d’accessibilité et de confort, cet Ephap propose 85 lits. ladepeche.fr, Belpech. L’hospice de Saint James - ladepeche.fr
  • Une nouvelle page se tourne dans le projet de réhabilitation de l’ancien hospice, en plein centre-ville de Saint-Venant. Et quelle page ! Le conseil municipal vient de voter l’ouverture de programme. La première phase des travaux va pouvoir commencer. La Voix du Nord, Ancien hospice de Saint-Venant, acte II: après les démolitions, la renaissance…

Images d'illustration du mot « hospice »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « hospice »

Langue Traduction
Anglais hospice
Espagnol hospicio
Italien ospizio
Allemand hospiz
Chinois 临终关怀
Arabe تكية
Portugais hospício
Russe хоспис
Japonais ホスピス
Basque ospitalea
Corse hospice
Source : Google Translate API

Synonymes de « hospice »

Source : synonymes de hospice sur lebonsynonyme.fr
Partager