La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « historien »

Historien

Variantes Singulier Pluriel
Masculin historien historiens

Définitions de « historien »

Trésor de la Langue Française informatisé

HISTORIEN, -IENNE, subst.

A. − [Correspond à histoire A]
1. Celui, celle qui se consacre à l'histoire, qui raconte, analyse des faits, des aspects du passé, rédige des ouvrages d'histoire, enseigne cette discipline. Historien et philosophe; les historiens de l'Antiquité. L'historien des mœurs et des idées n'a pas une mission moins austère que l'historien des événements (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 191).Il est nécessaire que l'historien soit aussi un grand écrivain (Marrou, Connaiss. hist.,1954, p. 283).
SYNT. Historien de l'art, de la littérature, de la philosophie, des mœurs, des religions; historiens modernes, contemporains, futurs; historiens et critiques; historiens et géographes; métier d'historien.
En appos. D'après le témoignage bien informé du professeur historien Julius Franz Schneller (Rolland, Beethoven, t. 2, 1937, p. 553).
2. En partic.
a) Peintre d'histoire. Watteau a été l'historien mordant des princes de Condé (Gozlan, Notaire,1836, p. 81).
b) [À l'École normale supérieure et à l'Université] Celui, celle qui se spécialise dans les études d'histoire. Il veut entrer dans la section des historiens (Littré).
En appos. Reçu les cinq élèves historiens de l'École Normale (Michelet, Journal,1843, p. 514).
3. Emploi adj., assez rare. Relatif à l'histoire, à ceux qui s'y consacrent. L'esprit historien en use avec le temps présent comme il fait avec le passé (Alain, Propos,1911, p. 109).Cet aspect, un peu inquiétant peut-être, des activités historiennes (L. Febvre, Combats pour hist., Vers une autre hist., 1949, p. 438).
4. P. anal. Celui qui étudie, décrit l'évolution des êtres, des corps qui se trouvent dans la nature :
... nous avons goûté à cette science par le côté attrayant des grands historiens de l'insecte, qui ont réuni la peinture des mœurs à la description des organes. Michelet, Insecte,1857, p. 375.
B. − [Correspond à histoire B] Celui qui raconte, décrit un événement, un fait ordinaire, personnel. Historien fidèle de sa vision (Staël, Corinne, t. 1, 1807, p. 77).Qu'on arrange ces choses comme on pourra. Je ne suis qu'historien (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 281).
Rem. L'emploi fém. commence seulement à se répandre. Il est même absent de la docum. en certaines acceptions. On relève le masc. pour désigner une femme : La photographie (...) a en MlleGisèle Freund un nouvel historien (Lhote, Peint. d'abord, 1942, p. 170). À signaler un emploi adj. fém. très rare pour qualifier une pers. : Elle était lettrée, érudite, (...) curieusement historienne (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 598).
REM. 1.
Historiologue, subst. masc.,synon. de historien.Les histoires sur la maison (...) se suivaient sans arrêt. L'enfant écoutait de tout son cœur l'historiologue domestique (La Varende, Pays d'Ouche,1934, p. 75).Ac. Compl. 1842 et Boiste 1834, seuls dict. gén. qui l'attestent, le définissent ainsi : ,,Mauvais historien``.
2.
Historien-moraliste, subst. masc.Celui qui fait œuvre à la fois d'historien et de moraliste. V. âme ex. 95.
3.
Historien-romancier, subst. masc.Celui qui fait œuvre à la fois d'historien et de romancier. Sous la plume de l'historien-romancier (Chateaubr., Mém., t. 4, 1848, p. 621).
Prononc. et Orth. : [istɔ ʀjε ̃], fém. [-jεn]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1213 ystorien (Fet des Romains, éd. L.-F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, t. 1, p. 184, IIepart., chap. 11, § 13, ligne 22). Dér. sav. de histoire*; suff. -ien*. Fréq. abs. littér. : 1 620. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 700, b) 1 881; xxes. : a) 2 092, b) 2 318.

Wiktionnaire

Adjectif - français

historien \is.tɔ.ʁjɛ̃\

  1. (Néologisme) Relatif à l’Histoire comme science historique.
    • Afin d’améliorer la compréhension, on s’est efforcé de distinguer systématiquement entre « histoire » (le passé) et « Histoire » (la science historique), avec pour adjectifs respectifs « historique » et « historien ». — (Joseph Morsel avec la collaboration de Christine Ducourtieux, L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat…, 2007)

Nom commun - français

historien \is.tɔ.ʁjɛ̃\ masculin (pour une femme, on dit : historienne)

  1. Personne qui fait des recherches, des études historiques, qui écrit des ouvrages d'histoire.
    • Il est deux erreurs opposées auxquelles sont sujets les hommes qui étudient l'histoire de notre pays : juger le présent d'après le passé, juger le passé d'après le présent. […] la première est surtout pernicieuse chez l'homme d'État, la seconde chez l'historien. — (Thomas Babington Macaulay, Histoire d'Angleterre depuis l'avènement de Jacques II, traduction de Jules de Peyronnet, T.2, 1853, page 177)
    • L’historien n'a pas à délivrer des prix de vertu, à proposer des projets de statues, à établir un catéchisme quelconque ; son rôle est de comprendre ce qu'il y a de moins individuel dans les événements. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence - Avant-propos de la première publication (1906), 1908)
    • Viennent ensuite les historiens qui considèrent que leur premier devoir, c’est de détruire les légendes, et de rétablir la vérité. Il est certain que, sans eux, l’histoire des peuples ne serait qu’un vaste poème, où les faits agrandis et dramatisés par l’imagination des foules, grandement embellis ou inventés par les flatteurs des rois, brilleraient, couleur d’or et de sang, dans une lumineuse brume. — (Marcel Pagnol, Le secret du Masque de Fer, 1968)
    • Il s’est inspiré de l’historien allemand Treitschke, maître du pangermanisme moderne et violent adversaire de la France. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Mais la méthode historique doit être implacable, car elle ne saurait être arrêtée ou limitée par aucun tabou. De plus, le véritable historien est curieux par nature ; il y a en lui un peu du juge d’instruction. Et, déformation professionnelle, tout silence lui est suspect, car c’est là un refus de répondre. Dès lors ce refus dissimule quelque chose de très important ; c’est donc là qu’il faut creuser. Au contraire, l’historien conformiste n’est alors qu’un banal historiographe, un compilateur docile, et son rôle est très différent. — (Robert Ambelain, Les lourds secrets du Golgotha, 1974)
  2. Chroniqueur qui écrit ou qui a écrit une histoire.
    • Qu'un mot grec à l’état de flexion se soit conservé entier, inaltéré, dans les ouvrages des historiens chinois, c'est un fait inattendu qu'on est d'abord tenté de déclarer impossible ; […]. — (Origine de l'un des noms sous lesquels l’Empire romain a été connu à la Chine, dans le Nouveau Journal asiatique, n° 53, mai 1832, publié par la Société asiatique, Paris : chez Dondey-Dupré père & fils, page 456)
    • Et, d'autre part, les historiens n’ont jamais raconté que Louis XIV ait songé à complimenter Louvois d'avoir réformé les mœurs. — (Anatole Claveau, La Vertu, dans Sermons laïques, Paris : Paul Ollendorff, 1898, 3e éd., p.43)
  3. (Figuré) Celui qui se borne à raconter des faits sans les accompagner d’engagement ou de réflexions.
    • Je ne suis qu’historien.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HISTORIEN. n. m.
Celui qui écrit l'histoire qui a écrit une histoire, des histoires. Historien impartial. Historien digne de foi. Les historiens grecs. Les historiens latins. Les historiens d'Alexandre. Les historiens modernes. Les historiens français. Les historiens de l'Art. Il se dit quelquefois de Celui qui se borne à raconter des faits sans les accompagner de réflexions. Je ne suis qu'historien.

Littré (1872-1877)

HISTORIEN (i-sto-ri-in) s. m.
  • 1Celui qui écrit l'histoire, qui a écrit une histoire, des histoires. L'historien ne doit avoir pour but que l'utilité qui se tire d'une narration véritable, et, s'il mêle quelque agrément dans son ouvrage, il ne faut pas que ce soit pour en corrompre la vérité, mais pour la faire mieux recevoir, Perrot D'Ablancourt, Lucien, Comment écrire l'histoire. Je ne suis pas ici un historien qui doit vous développer le secret des cabinets ni l'ordre des batailles ni les intérêts des partis : il faut que je m'élève au-dessus de l'homme pour faire trembler toute créature sous les jugements de Dieu, Bossuet, Reine d'Anglet. Pour me servir des fortes paroles du plus grave des historiens [Tacite], Bossuet, Duch. d'Orl. La première époque vous présente un grand spectacle : Dieu qui crée le ciel et la terre par sa parole et qui fait l'homme à son image ; c'est par où commence Moïse, le plus ancien des historiens, le plus sublime des philosophes et le plus sage des législateurs, Bossuet, Hist. I, 1. On exige des historiens modernes plus de détails, des faits plus constatés, des dates plus précises, des autorités, plus d'attention aux usages, aux lois, aux mœurs, au commerce, à la finance, à l'agriculture, à la population, Voltaire, Dict. phil. Histoire, 4. Il n'est que trop ordinaire aux historiens de louer de très méchants hommes qui ont rendu service à la secte dominante ou à la patrie, Voltaire, ib. 6. Nous ne savons autre chose, sinon qu'avant les plus anciens historiens, il y avait de quoi faire une histoire ancienne, Voltaire, ib. 1.

    Familièrement. Je ne suis qu'historien, c'est-à-dire je raconte simplement les faits.

    Fig. et au féminin. La raison est historienne ; et les passions sont actrices, Rivarol, dans le Dict. de BESCHERELLE.

  • 2 Par extension, celui qui raconte quelque événement. De leurs déréglements historiens fidèles, Avec un front d'airain ils [les jeunes gens d'aujourd'hui] feront mille fois Un odieux détail des plus affreux endroits, Deshoulières, t. I, p. 90. Sans tous ces ornements [de la Fable] le vers tombe en langueur… ; Le poëte n'est plus qu'un orateur timide, Qu'un froid historien d'une fable insipide, Boileau, Art p. III. Notre ami s'est fait à table D'un brigand bien redoutable Le fidèle historien, Béranger, Hiver.
  • 3À l'École normale, historien se dit, en particulier, de ceux qui étudient spécialement l'histoire. Il veut entrer dans la section des historiens.

HISTORIQUE

XVe s. Et imagina, si comme je vis les apparences par ses paroles, que j'estoie un historien, Froissart, III, IV, 41.

XVIe s. L'hystorien, c'est un greffier tenant registre des arrests de la cour et justice divine, les uns donnés selon le style et portée de nostre foible raison naturelle, les autres procedant de puissance infinie et de sapience incomprehensible à nous, Amyot, Préface.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

HISTORIEN. Ajoutez :
4Peintre d'histoire. Les historiens s'engagèrent à donner un tableau de leur composition, les sculpteurs une figure ou un bas-relief, De Montaiglon, Hist. de l'Acad. de peinture [Mém. attribués à H. Testelin], t. I, p. 61. Ce fut ce dernier [Le Brun] qui lui conseilla [à Cl. Lefebvre] de quitter l'histoire pour se mettre à faire des portraits, ne lui trouvant pas le génie d'assez grande étendue pour être historien, Mém. inéd. sur l'Acad. de peinture, publiés par Dussieux, etc. t. I, p. 402.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « historien »

Histoire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1213) ystorien — (Fet des Romains). Dérivé savant de histoire avec le suffixe -ien.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « historien »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
historien istɔrjɛ̃

Fréquence d'apparition du mot « historien » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « historien »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « historien »

  • Le romancier est indispensable à l'historien et, inversement, il n'y a jamais eu de grand romancier qui n'ait été un peu historien.
    Norman Mailer
  • Un historien est un babillard qui fait des tracasseries aux morts.
    Voltaire — Le sottisier
  • L'objectivité de l'historien n'existe pas.
    Alain Decaux — Entretien avec Bernard Pivot - Mars 1979
  • Nous avons fait tant d'histoire que les historiens manqueront !
    Honoré de Balzac — Autre étude de femme
  • Où les historiens s'arrêtent, ne sachant plus rien, les poètes apparaissent et devinent.
    Jules Amédée Barbey d'Aurevilly — Une page d'histoire
  • Le bon historien n'est d'aucun temps ni d'aucun pays : quoiqu'il aime sa patrie, il ne la flatte jamais en rien.
    François de Salignac de La Mothe-Fénelon — Lettre à l'Académie
  • Etre historien, c'est être masochiste.
    Max Gallo — Entretien avec Bernard Pivot - Novembre 1976
  • Le romancier est l'historien de ce qui ne se voit pas.
    Charles Plisnier
  • L’historien est un prophète qui regarde en arrière.
    Heinrich Heine
  • Le talent de l'historien consiste à faire un ensemble vrai avec des traits qui ne sont vrais qu'à demi.
    Ernest Renan — La Vie de Jésus
Voir toutes les citations du mot « historien » →

Traductions du mot « historien »

Langue Traduction
Anglais historian
Espagnol historiador
Italien storico
Allemand historiker
Chinois 历史学家
Arabe مؤرخ
Portugais historiador
Russe историк
Japonais 歴史家
Basque historialariak
Corse storicu
Source : Google Translate API

Synonymes de « historien »

Source : synonymes de historien sur lebonsynonyme.fr

Combien de points fait le mot historien au Scrabble ?

Nombre de points du mot historien au scrabble : 12 points

Historien

Retour au sommaire ➦