La langue française

Guiper

Définitions du mot « guiper »

Trésor de la Langue Française informatisé

GUIPER, verbe trans.

A. − PASSEMENTERIE. Passer un fil de soie autour d'une torsade. (Dict. xixeet xxes.).
B. − BRODERIE. Disposer en forme de guipure sur du vélin :
Tenant la broche, sans toucher au fil, elle guipait l'or, en le conduisant de droite à gauche, sur le vélin, alternativement, et en le fixant, à chaque retour, avec un point de soie. Zola, Rêve,1888, p. 49.
C. − ÉLECTR. Entourer (un fil conducteur) d'un revêtement isolant généralement en matière textile.
Guiper à + subst.[Désignant la matière du revêtement] Le primaire est en fil (...) guipé à une couche de soie (A. Leclerc, Télégr. et téléph.,1924, p. 180).
REM. 1.
Guipé, subst. masc.Broderie en relief exécutée à l'aide de métal précieux comme l'or ou l'argent, sur bourrage de carton. (Ds Lar. Lang. fr., Lexis 1975).
2.
Guipoir, subst. masc.,passementerie. Outil qui sert à faire des torsades. (Ds Littré, DG, Rob. et Lexis 1975).
Prononc. : [gipe], (il) guipe [gip]. Étymol. et Hist. Technol. a) 1350 « recouvrir de soie, en tordant les fils à l'aide du guipoir » (Parties pour l'annivers. du roy Phil. ds Gdf.); b) 1845 « imiter sur le velin ou par une broderie la dentelle appelée guipure » (Besch.). De l'a. b. frq. *wīpan « envelopper de quelque chose » que l'on peut restituer d'apr. le m. néerl. wîpen « couronner » et le m. h. all. wîfen « tordre, tortiller ». Bien que l'on n'ait pas d'attest. ant. au xives., ce mot a dû entrer de très bonne heure en gallo-rom., à en juger d'après le traitement phonét. du w- qui est devenu g- (FEW t. 17, p. 596 a).

Wiktionnaire

Verbe

guiper \ɡi.pe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Entourer un brin torsadé d’un fil.
    • Tenant la broche, sans toucher au fil, elle guipait l’or, en le conduisant de droite à gauche, sur le vélin, alternativement, et en le fixant, à chaque retour, avec un point de soie. — (Zola, Rêve,1888, page 49)
  2. (Rubannerie) Passer un brin de soie sur ce qui est déjà tors[3].
  3. Entourer un fil électrique de fils ou de rubans isolants.
    • Le primaire est en fil (...) guipé à une couche de soie (A. Leclerc, Télégr. et téléph.,1924, p. 180
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

GUIPER (ghi-pé) v. a.
  • Terme de métier. Guiper la frange, faire des franges torses, comme font les passementiers et les rubaniers, en les attachant d'un côté et les tordant de l'autre, avec l'instrument qui se nomme guipoir.

    Imiter sur le vélin, ou par une broderie, la dentelle appelée guipure.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* GUIPER, v. act. (Ruban.) c’est donner la derniere main à la frange que l’on appelle guipée : lorsque cette frange est hors de dessus le métier, & forme différens coupons, comme il sera dit à l’article Tisser, & comme on le voit dans nos Planches elle est tendue par deux ficelles sur une longueur prise à volonté. Ces ficelles sont fixées à demeure le long d’un mur, mais il faut qu’elles en soient éloignées d’environ deux piés, pour la commodité de la guipeuse, & que la frange soit tendue le plus qu’il est possible ; plus elle l’est, mieux il en est : cela fait, la guipeuse passe le doigt index de la main gauche dans la boucle que forme le coupon ; puis avec le crochet du guipoit, elle débarasse un brin de la pente en le prenant contre la tête de la frange, où il est plus aisé à saisir ; ce brin séparé & pris dans le crochet du guipoir ; elle fait tourner sur lui-même le guipoir avec le pouce & le doigt index de la main droite, & cela avec violence. Le guipoir mis en mouvement de cette maniere, retord le brin qui lui est attaché, & c’est de l’habileté de la guipeuse que dépend la beauté de la guipure ; puisque si la frange est trop guipée elle grippe ; que si elle ne l’est pas assez, elle se trouve trop lâche ; le brin guipé est terminé par le bout d’en-bas par une petite boucle que le crochet du guipoir y a laissée : ce brin est passé entre le doigt auriculaire & l’annulaire de la main gauche, pour avoir la liberté d’en séparer & guiper d’autres. Lorsque la guipeuse a fini ce coupon, elle en prend un autre, après cela un troisieme, toûjours en reculant de la droite à la gauche ; lorsque la longueur tendue est considérable, comme de quatre à cinq aunes, plusieurs guipeuses peuvent y travailler, en conservant entre elles assez de distance pour ne se pas nuire l’une à l’autre. On facilite le tour du guipoir, en le garnissant de cire ; ce qui lui donne la force de tourner avec plus de vélocité. Voici une autre façon de le faire tourner, que l’on appelle filer : lorsque la guipeuse s’est emparée du brin avec le crochet de son guipoir, elle approche la paume de la main droite de celle de la gauche ; & par le frottement des pouces & de ces deux parties dont elle tire la droite à-elle, elle donne le mouvement au guipoir avec la même dextérité que de l’autre maniere.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « guiper »

(1350)[1] Du vieux-francique *wīpan (« entourer, envelopper »), apparenté à weben[2] (« tisser ») en allemand, *wīfan (« entortiller ») en vieux haut allemand[1], to wipe en anglais.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Goth. vaipan, orner de guirlandes ; ou, mieux, en raison du sens, l'anc. h. allem. wëban, tisser ; allem. mod. weben.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « guiper »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
guiper gipe

Traductions du mot « guiper »

Langue Traduction
Anglais guip
Espagnol guip
Italien guip
Allemand guip
Chinois 吉普
Arabe جيب
Portugais guip
Russe guip
Japonais ギップ
Basque gip
Corse guip
Source : Google Translate API

Synonymes de « guiper »

Source : synonymes de guiper sur lebonsynonyme.fr

Guiper

Retour au sommaire ➦

Partager