Fredonner : définition de fredonner


Fredonner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

FREDONNER, verbe intrans.

A.− Vx. ,,Faire des fredons`` (Ac.).
B.− Usuel. Chantonner ou chanter à mi-voix sans articuler d'une manière distincte. Elle fredonne sans cesse, elle aime à fredonner (Ac.). Aussi Jacquotte riait-elle, rossignolait-elle par les escaliers, toujours fredonnant quand elle ne chantait point, et chantant quand elle ne fredonnait pas (Balzac, Méd. camp.,1833, p. 31).On l'entendait fredonner sur l'air d'une opérette en vogue (A. Daudet, Rois en exil,1879, p. 136):
1. ... les femmes criaient ou adoptaient des voix de tête qu'elles considéraient comme angéliques, tandis que les hommes descendaient à l'octave et se contentaient de fredonner. Queffélec, Recteur,1944, p. 24.
P. ext. Émettre un son, un bruit indistinct. L'eau de l'apozème fredonnait (Arnoux, Rossignol napol.,1937, p. 10).
Emploi trans. Fredonner un air, une chanson. Il fredonne le commencement de la sonate (Claudel, Soulier,1929, 2ejournée, 2, p. 717):
2. ... quelques ouvrières qui fredonnent en travaillant, la romance dont elles ont appris l'air en écoutant les orgues de Barbarie... Jouy, Hermite,t. 1, 1811, p. 303.
Prononc. et Orth. : [fʀ ədɔne], (il) fredonne [fʀ ədɔn]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1547 iron. (Du Fail, Propos rustiques, éd. J. Assézat, p. 23). Dér. de fredon*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 238 (fredonnant : 76). Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 188, b) 396; xxes. : a) 367, b) 416.
DÉR.
Fredonnement, subst. masc.Chant de celui, de celle qui fredonne. Ce fredonnement continuel est insupportable (Ac.).L'accent particulier de ses fredonnements (Balzac, Vendetta,1830, p. 170). [fʀ ədɔnmɑ ̃]. Ds Ac. 1835-1932. 1reattest. 1546 (Rabelais, Tiers Livre, éd. M. A. Screech, chap. 46, p. 311); de fredonner, suff. -(e)ment1*.
BBG. − Clouzot (H.). R. des Ét. rabelaisiennes. 1912, t. 10, p. 491. − Henschel (B.). Qq. dat. nouv. du 18es. Fr. mod. 1969, t. 37, p. 118 (s.v. fredonnement).

Fredonner : définition du Wiktionnaire

Verbe

fredonner \fʁə.dɔ.ne\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Vieilli) Faire des fredons.
  2. Chanter entre ses dents, sans articuler d’une manière distincte et sans y apporter d’attention.
    • Voilà l'image de ma vie :je devrais fredonner gaiement sous la douche, tout à la joie de ce jour nouveau, et je m'engonce dans l’amère moiteur de maussades ruminements. — (Patrick Cauvin, Huit jours en été, Jean-Claude Lattès, 1979, chap.1)
  3. (Transitif) Chanter entre ses dents.
    • Dans son coin, Paul Hans fredonnait une chanson en s’épongeant le cou, chassant à grands gestes les nuées de moute-moute qui s’acharnaient sur la peau ruisselante de son visage. — (Jacques Bourderon, Corrida à Brazza, Denoël, 1965, chapitre XIII, page 88)
    • Étant des guerriers du vieux jeu,
      Prêts à combattre pour Hélène,
      Chez nous on fredonne assez peu
      Les airs venus de Mitylène
      [sic]. — (Théodore de Banville, Les Lapins)
  4. (Rare) Chanter, en parlant de la fauvette.
    • Tout ſe r’anime, & les Chantres des airs
      Donnent ſans Art d’harmonieux Concerts,
      Dans un Bocage on entend la Fauvette,
      Sur les guérêts fredonner l’Aloüette :
      En embuſcade, épiant un Mouton,
      Près d’une Haye, un fils de Lycaon,
      Dont par tes Chiens l’odeur eſt pourſuivie,
      Atteint d’un Plomb, perd ſon ſang & la vie.
      — (J. F. Laugier, Épître à M. le Comte de Germini, in Poëſies diverſes, Lechesne, Imprimeur-libraire, Nancy, 1759)
    • L’étourneau pisote (—pusitat).
      Le faon
      râle.
      La fauvette
      fredonne.
      Le geai
      cajole (—fringulit).
      La grenouille coasse.
      — (Pierre-Auguste Lemaire, Grammaire des grammaires, tome second, A. Cotelle, Libraire-Éditeur, Paris, 1853, 15e éd.)
    • Le latin le suit dans tous ses progrès. Le sens de minurire serait mitoner, dont on a détourné la signification ; on pourrait aussi bien créer le terme de mirliter, par honneur pour le mirliton. Tinnire appellerait tinter, ou peut-être tinrelintiner. Fringulire a trouvé son équivalent dans fringotter. Tous les autres verbes peuvent se partager entre fredonner et gazouiller qui n’annoncent que des essais, que des études, et qui sont au ramage ce que la chantonnerie est au chant. — (Louis Nicolardot, La Fontaine et la Comédie humaine : suivi Du langage des animaux, E. Dentu, Éditeur, Paris, 1885)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Fredonner : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FREDONNER. v. intr.
Faire des fredons. Dans ce sens, il est vieux. Il signifie plus ordinairement Chanter entre ses dents, sans articuler d'une manière distincte et sans y apporter d'attention. Elle fredonne sans cesse. Elle aime à fredonner. Il s'emploie aussi transitivement. Fredonner un air, une chanson, une ariette.

Fredonner : définition du Littré (1872-1877)

FREDONNER (fre-do-né) v. n.
  • 1 Terme de musique. Faire des fredons. Et la troupe, à l'instant cessant de fredonner, D'un ton gravement fou s'est mise à raisonner, Boileau, Sat. III. Que si l'on chante gloi-reu, cette désinence acquiert tous les droits des voyelles… et par conséquent on pourra fredonner sur la dernière syllabe de gloi-reu, D'Olivet, Prosodie française.

    Par extension. Pour instruire, il faut qu'on raisonne Sans déclamer insolemment ; Sans quoi plus d'un sifflet fredonne Aux oreilles d'un Pompignan, Voltaire, Les quand, les si, etc.

  • 2Chanter entre ses dents, sans articuler les paroles. Rien ne peut plus le fixer [Napoléon délibérant à Vitepsk d'aller à Moscou] ; à chaque instant il prend, quitte et reprend son travail ; il marche sans objet, demande l'heure, considère le temps ; et, tout absorbé, il s'arrête, puis il fredonne d'un air préoccupé, et marche encore, Ségur, Hist. de Nap. I, 1.

    Activement. Alors, en fredonnant l'air qu'elle avait dansé, Mlle Navarre me demanda si je savais les paroles de cet air-là, Marmontel, Mém. III.

    Par extension. On dirait que Ronsard sur ses pipeaux rustiques Vient encor fredonner ses idylles gothiques, Boileau, Art p. II. Hé quoi, vous êtes étonnée Qu'au bout de quatre-vingts hivers Ma muse faible et surannée Puisse encor fredonner des vers ? Voltaire, Stances, 24.

HISTORIQUE

XVIe s. Durant la procession, ilz fredonnoyent entre les dens melodieusement ne sçay quelles antiphons, Rabelais, Pant. v, 27. Mes doigts fredonnent la gloire De celuy qui est trois fois Dieu, Du Bellay, J. III, 92, recto. Viennent d'un doux fredonner Les abeilles sur ta couche, Du Bellay, J. III, 42 verso.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Fredonner : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

FREDONNER, verbe neut. & act. vieux terme de Musique, est l’action de faire des fredons. Voyez Fredon. (S)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « fredonner »

Étymologie de fredonner - Littré

Fredon.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de fredonner - Wiktionnaire

(1547) De fredon, « refrain », du latin fritinnire « gazouiller ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « fredonner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fredonner frǝdɔne play_arrow

Conjugaison du verbe « fredonner »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe fredonner

Évolution historique de l’usage du mot « fredonner »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fredonner »

  • "Dix ans déjà." Ludovic Condamines pourrait fredonner la chanson d’Enrico Macias. Dix ans qu’il s’est installé comme fromager dans la bastide, au 5 rue Montlauzeur. Dans une boutique chargée d’histoire, siège pendant longtemps des activités des frères Alcouffe, puis du Palais italien. ladepeche.fr, Villefranche-de-Rouergue. Le dixième anniversaire pour Ludo le fromager - ladepeche.fr
  • En tout, Morricone a composé plus de 500 bandes originales. Des orchestrations complexes qui mêlent sifflements, cris sauvages ou chuintements sensuels… pour des airs très simples que l'on se prend à fredonner. Ainsi le musicien romain a-t-il su faire du cinéma populaire un fabuleux terrain d'expérimentation. Aujourd'hui, on repense surtout à la fin d'« Il était une fois dans l'Ouest », à cet homme pendu à une cloche en plein désert, à cet harmonica. À cette idée que la mort, ce dernier souffle, est une note de musique. Les Echos, Il était une fois Morricone | Les Echos
  • Pour que notre été rime avec fredonner, chanter et danser, nos programmateurs musicaux nous ont préparé une playlist pep's et joyeuse de plus de six heures. France Inter, Notre playlist pep's pour l'été ♫♪

Images d'illustration du mot « fredonner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « fredonner »

Langue Traduction
Corse um
Basque hum
Japonais ハム
Russe гул
Portugais murmurar
Arabe همهمة
Chinois
Allemand summen
Italien ronzio
Espagnol tararear
Anglais hum
Source : Google Translate API

Synonymes de « fredonner »

Source : synonymes de fredonner sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires