La langue française

Forure

Sommaire

  • Définitions du mot forure
  • Étymologie de « forure »
  • Phonétique de « forure »
  • Évolution historique de l’usage du mot « forure »
  • Citations contenant le mot « forure »
  • Images d'illustration du mot « forure »
  • Traductions du mot « forure »
  • Synonymes de « forure »

Définitions du mot forure

Trésor de la Langue Française informatisé

FORURE, subst. fém.

Trou pratiqué au moyen d'un foret, notamment trou d'une clef. La forure de cette clef est ronde, est en trèfle, en étoile, etc. (Ac. 1878-1932).
Prononc. et Orth. : [fɔ ʀy:ʀ]. Ds Ac. 1762-1932. Étymol. et Hist. xives. (G. de Bibbesworth, Traité, éd. A. Owen, var. 36, p. 62); 1676 foreure (Félibien, p. 599). Dér. du rad. de forer*; suff. -ure*.

Wiktionnaire

Nom commun

forure \fɔ.ʁyʁ\ féminin

  1. (Serrurerie) Trou fait avec un foret.
    • La forure de cette clef est ronde, est en trèfle, en étoile, etc.
    • […] : Il n'eut pas plutôt pris haleine, qu'il tira de la poche de son pourpoint une clef d'une petitesse remarquable ; il souffla dedans pour s'assurer si la forure était bien nette, et il l'appliqua à tous les cadres les uns après les autres. […]. — (Théophile Gautier, La cafetière, chapitre II)

Verbe

forure

  1. Polluer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FORURE. n. f.
T. de Serrurerie. Trou fait avec un foret. La forure de cette clef est ronde, est en trèfle, en étoile, etc.

Littré (1872-1877)

FORURE (fo-ru-r') s. f.
  • Terme de serrurier. Trou fait avec un foret.

    Trou d'une clef. Une clef à double forure est celle dont la tige est doublement percée.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* FORURE, s. f. (Serrurerie.) On entend en général par ce mot les trous percés au foret pour l’assemblage, tant des grands ouvrages de serrurerie que des petits ; mais il se dit principalement du trou pratiqué à l’extrémité d’une clé, vers le panneton, qui reçoit une broche à son entrée dans la serrure. Il y a de ces forures d’une infinité de figures possibles. Les rondes sont les plus faciles ; elles se font au foret, sans exiger d’autre attention de la part de l’ouvrier, que d’avoir un foret de la juste grosseur dont il veut percer sa forure, & de prendre bien le milieu de la grosseur de la tige. Cela fait, la broche entrera droit & juste dans la forure, & le bout de la clé ira bien perpendiculairement s’appliquer sur le palâtre, à l’origine de la broche, ce qui n’arriveroit pas si la broche ou la forure étoit un peu versée de côté ; mais un autre inconvénient, c’est que pour peu que la forure fût commencée obliquement, ou la tige de la clé seroit percée en-dehors, avant que la forure eût la profondeur convenable, ou la broche, sur-tout si elle est juste, ne pourroit y entrer : ce qui l’empêcheroit encore, ce seroit le canon qui est monte sur la couverture ou le foncet de la serrure, & dont la broche occupe le centre sur toute sa longueur.

Si l’on perce au bout de la tige huit petits trous de foret, & qu’on en pratique un neuvieme au centre de ces huit, qu’on évuide ce qui reste de plein, & qu’on finisse le tout ensuite avec un mandrin fait en croix de chevalier, on aura la forure en croix de chevalier.

Si l’on perce au centre de la tige un trou de foret ; & qu’en évuidant avec un burin, on pratique autour des petits rayons, & qu’on finisse le tout avec le mandrin en étoile, on aura une forure en étoile.

Si l’ouvrier, après avoir bien dressé le bout de sa tige, y trace la forme d’une fleur-de-lis, & qu’aux centres des quatre fleurons les plus forts de la fleur-de-lis, il perce quatre trous de foret ; qu’il évuide le reste avec de petits burins faits exprès, & qu’il finisse le tout avec un mandrin en fleur-de-lis, qu’il fera entrer doucement dans la forure, de peur de l’y casser, il aura une forure en fleur de-lis.

Il en est de même de la forure en tiers-point, de la forure en trefle, & d’une infinité d’autres qu’on peut imagine.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « forure »

 Dérivé de forer avec le suffixe -ure.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « forure »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
forure fɔryr

Évolution historique de l’usage du mot « forure »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « forure »

  • Il n’eut pas plutôt pris haleine, qu’il tira de la poche de son pourpoint une clef d’une petitesse remarquable ; il souffla dedans pour s’assurer si la forure était bien nette, et il l’appliqua à tous les cadres les uns après les autres. , Théophile Gautier - La Cafetière - Psychanalyse-Paris.com

Images d'illustration du mot « forure »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « forure »

Langue Traduction
Anglais drill
Espagnol perforar
Italien trapano
Allemand bohren
Chinois 钻头
Arabe تدريبات
Portugais broca
Russe дрель
Japonais ドリル
Basque zulatzeko
Corse drill
Source : Google Translate API

Synonymes de « forure »

Source : synonymes de forure sur lebonsynonyme.fr
Partager