La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « fondant »

Fondant

Définitions de « fondant »

Trésor de la Langue Française informatisé

FONDANT, ANTE, part. prés., adj. et subst. masc.

I.− Part. prés. de fondre*.
II.− Adjectif
A.− [En parlant d'un corps plus ou moins solide] Qui devient liquide. La neige fondante ruisselait sur les rues (Malègue, Augustin,t. 2, 1933, p. 370):
Du front du mage, de lourdes gouttes de sueur tombaient sur la cire fondante et liquéfiée par place sous la chaleur des mains. Péladan, Vice supr.,1884, p. 280.
B.− P. anal. [En parlant d'un aliment] Qu'on n'a presque pas besoin de mâcher. Poire, viande fondante. Synon. juteux, moelleux, tendre.Vous direz au chef que ses petits pois ne sont pas assez fondants (Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 936).
Bonbon fondant. Bonbon fait d'une pâte lisse à base de sucre. Il (...) prit distraitement sa singulière subsistance − des bonbons fondants, des gâteaux très sucrés, du sirop (Colette, Sido,1929, p. 144).Cf. bonbon ex. 4.
Emploi subst. masc. Pâte onctueuse, blanche et lisse, élément de base dans la confiserie, que l'on obtient à partir de sucre à 10 % de glucose, cuit au boulé moyen (environ 115 oC) et travaillé après refroidissement. P. méton. Bonbon de forme, de couleur et de parfum variables, fabriqué avec cette pâte. Voir Zola, Nana, 1880, p. 1160.
Rem. Désigne aussi certains bonbons fins au chocolat (souvent mêlé d'amandes, de noisettes pilées, de nougat, etc.).
C.− Au fig.
1. Tendre, amolli. Nous voilà attendris, tout fondants, jusqu'au soir (Renard, Journal,1896, p. 363).Bouche soumise, certes, bouche entrouverte, bouche humide, fondante, complice. Ah, désir incestueux, désir mortel, qui nous délivrera? (Martin du G., Thib.,Sorell., 1928, p. 1191).L'homme d'affaires poursuivait, d'une voix soudain fondante, noyée d'une sorte de tendresse (Duhamel, Passion J. Pasquier,1945, p. 35).
2. PEINT. Qui offre un dégradé et permet de passer à une autre couleur. Tons fondants, couleurs fondantes. Le rose délicieux et fondant de la peau enfantine (Taine, Philos. art,t. 2, 1865, p. 54 ds Rob.).
III.− Adj. et subst. masc., vx. (Substance) qui fait fondre.
A.− B.-A. (Émail) fondant. Émail incolore que l'on mêle avec les couleurs qu'on veut appliquer sur les métaux (cf. Ac. 1932).
B.− CHIM. (Corps) fondant. Substance qui sert à faciliter la fusion de certains corps (cf. Ac. 1932).
C.− MÉD. Vx. (Remède) fondant. Médicament ayant la propriété de résoudre un engorgement, une inflammation. Les fondans, les vomitifs et les purgatifs énergiques (Cabanis, Rapp. phys. et mor.,t. 2, 1808, p. 366).
Prononc. : [fɔ ̃dɑ ̃], fém. [-ɑ ̃:t]. Fréq. abs. littér. : 422. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 682, b) 579; xxes. : a) 551, b) 570. Bbg. Sain. Arg. 1972 [1907], p. 73.

Wiktionnaire

Nom commun - français

fondant \fɔ̃.dɑ̃\ masculin

  1. Chose qui fond ou qui fait fondre, au propre comme au figuré, en médecine ou en arts.
    • Pour foudre les matières étrangères du minerai, on ajoute en outre un fondant qui est destiné à former avec la gangue terreuse des silicates fusibles ou laitiers. La nature du fondant dépend de celle de la gangue : si celle-ci est argileuse, comme c' est le cas le plus fréquent, on emploie du calcaire (castine des ouvriers) ; si elle est calcaire on ajoute de l'argile (erbue). — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 189)
    • On remarque, toutefois, que l'habitude du service des confitures tend à disparaître dans la société aristocratique de Smyrne qui la remplace par l’offre de fondants, fruits confits, chocolatines et bonbons variés : mais elle règne encore dans toutes les autres classes de la population levantine. — (La Sucrerie Indigène et Coloniale, volume 76, 1910, page 323)
  2. (En particulier) (Médecine) Remède que l’on croyait propre à fondre les humeurs et à les rendre fluides ; remède qu’on emploie pour dissoudre les tumeurs.
    • La teinture hydragogue de Minet, l’oxymel colchique, joint à de doux fondans, furent employés inutilement. Il est vrai qu'elle désenfloit pour quelques jours, & que ces remèdes poussoient prodigieusement par les urines; […]. — (« Observations sur la connoissance du pouls dans les grossesses, qui peut servir à distinguer les mâles, & les femelles, avant l'accouchement », par M. de la Brousse, dans le Journal de médecine, chirurgie, pharmacie, tome 36, Paris : chez Vincent, août 1771, page 141)
  3. (En particulier) (Art) Qualifie l’émail incolore que l’on mêle avec les couleurs qu’on veut appliquer sur les métaux.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  4. (Cuisine) Variété de sucre utilisé pour glacer les pâtisseries.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  5. (En particulier) (Cuisine) Petit gâteau au chocolat dont l’intérieur reste liquide.
    • Ce coffret dont les plateaux d’acajou emboîtés les uns dans les autres contiennent des empreintes d’intailles à sujets antiques, rangées comme des fondants dans la boîte d’un grand confiseur, constitue à la fois une sorte de jeu de société (« Tiens, Jupiter ! – Non, c’est Neptune, voyez son trident ! ») et un inventaire de ce qu’on a aimé dans les musées vers 1840. — (Marguerite Yourcenar, Archives du Nord, Gallimard, 1977, page 149)

Adjectif - français

fondant \fɔ̃.dɑ̃\

  1. Qui fond.
    • Glace fondante.
  2. (Par analogie) Qui fond dans la bouche.
    • Poire fondante.
    • Pêche fondante.
    • Bonbons fondants.
  3. (Médecine) (Désuet) Qualifiait des diurétiques ou résolutifs qui faisaient fondre.
    • Des remèdes fondants.
    • Les eaux chlorurées et bicarbonatées fortes des puits du pavillon de Tarasp […] conviennent surtout aux malades profondément débilités, et dont il est nécessaire de tonifier, de reconstituer l’économie. Les eaux de ces sources agissent comme neutralisantes, fondantes et décongestionnantes, si je puis ainsi parler, dans les états pathologiques de l’estomac, de l’intestin et de leurs annexes, où l’on a à combattre les aigreurs, le pyrosis, les hypertrophies du foie et de la rate, occasionnées par la trop grande consistance de la bile, par l’afflux considérable du sang dans ces deux glandes, ou par le trouble occasionné à la suite de fièvres intermittentes prolongées. — (Armand Rotureau, Des principales eaux minérales de l’Europe, tome 3, Victor Masson et Fils, Paris, 1864)
  4. (Art, Chimie) Qui sert à faciliter la fusion de certains corps.
    • Un corps fondant.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FONDANT, ANTE. adj.
Qui fait fondre. En termes d'ancienne Médecine, Des remèdes fondants, ou, par ellipse, Des fondants, Remèdes que l'on croyait propres à fondre les humeurs et à les rendre fluides. Il se dit encore aujourd'hui en parlant des Remèdes qu'on emploie pour dissoudre les tumeurs. En termes de Chimie, Un corps fondant et absolument Un fondant, Substance qui sert à faciliter la fusion de certains corps. Il signifie aussi Qui fond. Glace fondante. Il se dit, par analogie, de Ce qui fond dans la bouche. Poire fondante. Pêche fondante. Bonbons fondants ou, par ellipse, Des fondants. En termes d'Arts, Émail fondant, ou, par ellipse, Fondant, Émail incolore que l'on mêle avec les couleurs qu'on veut appliquer sur les métaux.

Littré (1872-1877)

FONDANT (fon-dan, dan-t') adj.
  • 1Qui a beaucoup d'eau, qui se fond dans la bouche. Une poire fondante. Des fruits fondants et sucrés.

    Bonbons fondants, ou, substantivement, fondants, bonbons qui contiennent à l'intérieur une liqueur ou une pâte sucrée et parfumée.

    Par analogie, il se dit d'aliments fort tendres. Une cuisse de chapon bouilli ruisselant de graisse et fondant, Marmontel, Mém. VI.

  • 2Qui est tout mouillé, ruisselant. Une jeune fille toute fondante en larmes, la plus belle et la plus touchante qu'on puisse voir, Molière, Scap. I, 2.
  • 3 Terme de médecine. Médicament fondant, médicament interne ou externe auquel on attribue la propriété de résoudre les engorgements.

    S. m. User de fondants. Comment vos fondants réussissent-ils ? adieu ; il n'y a de remède pour moi que celui de la patience, Voltaire, Lett. Damilaville, 16 oct. 1767.

    Fondant de Rotrou, mélange de sulfate et d'antimoniate de potasse qu'on employait jadis en médecine.

  • 4 S. m. Terme de chimie. Fondant ou flux, substance qui, fondant facilement, facilite la fusion de certains corps infusibles par eux-mêmes. Il s'agit, pour fondre le plus avantageusement qu'il est possible, de trouver d'abord quel est le fondant qui convient à la mine, et ensuite dans quelle proportion il faut lui donner ce fondant pour qu'elle se convertisse entièrement en fonte de fer et qu'elle ne brûle pas avant d'entrer en fusion, Buffon, Hist. min. t. VIII, p. 86, dans POUGENS.

    Fondant, ou rocaille, ou roquette, noms donnés à l'émail quand il est incolore et sans mélange ; il est composé de sable siliceux, d'oxyde de plomb, de soude et de potasse.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

FONDANT. Ajoutez :
5Tableau fondant, tableau de diorama qui s'efface sous l'œil du spectateur. La moindre humidité dans l'atmosphère fait évanouir cette vision, comme ces tableaux de diorama que l'on nomme fondants, G. D'Orcet, Rev. Brit. sept. 1874, p. 15.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FONDANT, en Métallurgie, on donne en général le nom de fondans dans les travaux de la Docimasie & de la Métallurgie, à des substances que l’on joint à d’autres corps pour les faire entrer en fusion, afin que par ce moyen la partie métallique puisse s’en dégager. Tous les sels alkalis, les sels neutres, tels que le nitre, le tartre, le borax, le sel ammoniac, le flux blanc & le flux noir, doivent être regardés comme de très-bons fondans, voyez Flux ; mais on ne peut en faire usage que dans les essais ou dans les opérations de la Docimasie, qui se font en petit, & dans lesquelles on opere sur une matiere d’un petit volume ; il seroit trop coûteux de se servir de ces sels lorsqu’il s’agit des travaux en grand de la Métallurgie, dans lesquels on veut traiter de grandes masses de substances minérales, pour en dégager la partie métallique qui est quelquefois très-petite, eu égard aux substances terreuses, pierreuses, &c. qui l’accompagnent. Il faut donc pour lors avoir recours à d’autres substances que l’on puisse se procurer à peu de frais, & qui soient propres à produire les effets que l’on se propose. On prend pour cela tantôt des pyrites, tantôt des cailloux ; du quartz, du spath, ce qu’on appelle fluors, des terres argilleues, tantôt des pierres ou terres calcaires, &c. & sur-tout des scories qu’on a obtenu par les opérations précédentes ; & l’on joint suivant l’exigence des cas une ou plusieurs de ces matieres avec la mine que l’on veut traiter dans le fourneau de fusion, & elles facilitent la séparation du métal.

La castine employée dans la fonte du fer ou sans fourneau de grosses forges, est un vrai fondant. Voy. Castine, Forge, Fer. Le plomb employé dans l’opération de la coupelle, hâte la fusion des substances métalliques auxquelles il est appliqué à la façon des fondans. Voyez Essai. Les Chimistes employent des sels, & sur-tout l’alkali fixe ordinaire, pour procurer de la fusibilité à des corps rebelles ; au tartre vitriolé, par exemple, dans la préparation du soufre, à divers résidus terreux dans lesquels on veut rechercher l’acide vitriolique par l’épreuve de la production du soufre, voyez Soufre. Les sels fusibles, tels que l’alkali fixe, le borax, & même le sel marin, favorisent bien la fusion des substances pierreuses & terreuses, avec lesquelles on les traite & les dispose à la vitrification, voyez Vitrification. Il y a cependant à cet égard des raretés dont l’observation est dûe à M. Pott. Voyez Terre, Pierre, Lithogeognosie, &c.

Mais quant aux substances métalliques, rien n’est plus heureux que quand une mine porte son fondant avec elle, c’est-à-dire quand elle se trouve jointe dans le filon avec des substances propres à faciliter sa fusion.

Il est impossible de donner des regles générales sur les fondans qu’il faut employer dans les travaux de la Métallurgie ; on sent aisément que cela doit nécessairement varier en raison de la nature des substances qui servent de miniere, d’enveloppe, ou de matrice à la partie métallique ; & l’on voit clairement qu’une substance qui sera un très-bon fondant pour le traitement d’une mine, deviendra nuisible pour le traitement d’une autre. Il est donc très-important de connoître d’abord la nature de ces substances, en suite de quoi il faut que l’expérience ait appris les effets que produisent dans le feu avec ces mêmes substances, d’autres matieres que l’on peut y joindre. En effet les fondans n’agissent point de la même maniere, & il est très-essentiel de ne point prendre le change sur la façon dont ils operent.

Il y a des corps qui facilitent la fusion, soit parce que par eux-mêmes ils sont propres à y entrer par l’action du feu, soit parce qu’étant unis avec d’autres corps infusibles, ils les rendent fusibles ; cela se fait ou parce que ces corps absordent les acides & les soufres qui s’opposent à la fusibilité ; ou ils agissent comme phlogistique, en fournissant lorsqu’il en est besoin le principe inflammable au métal qui l’avoit perdu, & qui étoit dans un état de chaux ; ou ils se combinent avec les substances nuisibles dont il faut dégager le métal, qui par-là est mis en liberté. Il y a des substances qui prises séparément, ne peuvent point entrer en fusion : mais qui mêlées avec d’autres substances aussi peu propres qu’elles à se fondre, deviennent par ce mélange propres à devenir des fondans. C’est ainsi que la craie seule ne se fond point : mais si l’on y joint de l’argille, le mélange se fond & fait du verre. En général la même chose arrive par le mélange des terres argilleuses & gypseuses, argilleuses & calcaires, de l’argille & des cailloux, du gypse & des cailloux, &c.

Un phénomene non moins digne de remarque, c’est qu’il y a des substances qui n’ayant point la propriété d’être fusibles, ni par elles-mêmes ni mêlées avec d’autres substances, deviennent cependant fusibles par l’addition d’une troisieme substance aussi peu fusible qu’elles, qu’on leur ajoûtera. C’est ainsi que les pierres calcaires & les pierres gypseuses mêlées ensemble sont infusibles ; mais elles entreront en fusion si on leur joint de l’argille, qui cependant par elle-même n’est pas plus propre qu’elles à entrer en fusion.

On voit par-là que la connoissance des fondans est une des choses les plus importantes dans les travaux de la Métallurgie, & qui demande le plus de soin & d’attention ; d’ailleurs elle suppose une connoissance étendue de la Chimie, attendu que pour opérer avec succès, il faut savoir les différens effets qui résultent de la combinaison des corps quand on les expose à l’action du feu. C’est à l’étude & à l’expérience à instruire sur ces choses. On pourra sur-tout tirer beaucoup de lumiere de l’ouvrage de M. Pott, de l’académie de Berlin, qui a pour titre litogeognosie ou examen chimique des terres & des pierres ; de la Métallurgie de Stahl, & de l’introduction à la Minéralogie de M. Henkel. Voyez Fusion, Métallurgie & Flux. (—)

Fondant, (Métall.) c’est la partie d’un fourneau à manche où le feu est le plus violent. On conçoit que ce doit être celle où le vent des soufflets agit avec le plus d’impétuosité ; mais elle ne se trouve pas immédiatement dans l’endroit du fourneau le plus voisin de la tuyere. Ce n’est qu’un peu plus avant & dans une certaine étendue de la masse du charbon & de la mine : car le souffle refroidit la matiere qu’il frappe la premiere ; ce qui oblige de faire le nez. Voyez ce mot. Schluter.

Fondant, adj. (Thérapeutique.) terme fort usité dans le langage de la théorie moderne, pour exprimer une propriété de certains remedes assez mal déterminée, comme toutes les vertus altérantes. Celle-ci ressemble assez à la qualité atténuante, incisive, apéritive. Voyez Incisif, Apéritif, Atténuant.

Les remedes désignés spécialement par le nom de fondant, sont tous des présens de la Chimie ; ce sont 1°. l’un & l’autre alkali fixe ; 2°. plusieurs sels neutres, tels que le sel végétal ; le sel de Seignette, le sel fixe ammoniac, les sels d’Epsom & de Seidlitz, le sel de Glauber, mais principalement le tartre vitriolé & ses diverses especes : savoir le sel polichreste de Glaser, le sel de duobus, & le nitre antimonié, 3°. Les teintures antimoniales tirées avec les esprits ardens ou avec les acides végétaux. Voyez Antimoine. Le fameux fondant de Rotrou est de l’antimoine diaphorétique non lavé, & qui a été préparé avec l’antimoine crud ou entier. 4°. Plusieurs préparations mercurielles : savoir le mercure sublimé doux, la panacée, le précipité blanc, le précipité jaune, l’æthiops minéral, & même le mercure coulant. 5°. Enfin le savon ordinaire.

On peut grossir cette liste de fondans en ajoûtant aux remedes chimiques que nous venons de nommer, l’aloës & les gommes résines qui sont des produits naturels.

Tous ces remedes donnés en dose convenable, sont des purgatifs ; mais quand les Medecins les employent à titre de fondans, c’est toûjours en une dose trop foible pour qu’ils puissent produire une purgation pleine & entiere. Cependant on estime leur action, même dans ce cas, par des legeres évacuations qu’ils ne manquent pas de procurer ordinairement. Un gros de sel de Glauber ou un demi-gros de tartre vitriolé pris le matin dans un bouillon, procure communément une ou deux selles dans la matinée. La dose moyenne de mercure doux ou de panacée, une pilule aloétique fondante, vingt gouttes de teinture des scories succinées de Sthal, &c. produisent le même effet dans le plus grand nombre de sujets.

On pourroit peut-être déduire de ces évacuations l’action médicinale des fondans ; cette théorie paroîtroit très-raisonnable à ceux qui pensent que toute action médicamenteuse véritablement curative, se borne à exciter des évacuations, & qui ne croyent point à la plûpart des altérations prétendues procurées au corps même des humeurs par des remedes. Mais ce sentiment, tout plausible qu’il pourra paroître à quelques medecins, n’est pas celui du grand nombre.

Selon la théorie régnante, les fondans agissent sur la substance même des humeurs, les divisent, les brisent, les mettent dans une fonte réelle.

On ordonne les fondans contre le prétendu épaississement des humeurs, leur disposition aux concrétions, aux hérences ; que cette disposition le trouve ou non dans les sujets attaqués des maladies suivantes, les fondans sont toûjours leur véritable remede. Leur bon effet est constaté par l’observation toûjours supérieure aux lumieres théoriques, & peut-être suffisante sans elles.

Les maladies dont nous voulons parler, sont les obstructions proprement dites des glandes & des visceres, les tumeurs écroüelleuses & vénériennes, les concrétions & les dépôts laiteux ; certaines hydropisies & bouffissures des parties extérieures ; certaines suppressions de regles, &c. Voyez les articles particuliers de ces maladies.

Les fondans sont contre indiqués dans tous les cas où les humeurs sont censées en dissolution ou en fonte ; tous ces cas sont compris dans l’extension qu’on donne aujourd’hui à la classe des affections scorbutiques. Voyez Scorbut. (b)

Fondant, (Peinture en émail.) matiere servant pour les émaux. Voyez Peinture en Email ; voyez aussi les articles Porcelaine & Fayence.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « fondant »

Fondre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Participe présent adjectivé et substantivé de fondre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « fondant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fondant fɔ̃dɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « fondant »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fondant »

  • Si je n'étais pas athée, je croirais en un Dieu qui choisirait de sauver les hommes en se fondant sur l'ensemble de leur existence, et non sur ce qu'ils ont pu dire, et comment. De Isaac Asimov / Moi, Asimov. Mémoires, 1994
  • En cuisine, il est apprécié pour son fondant en bouche et sa bonne tenue à la cuisson. , Magazine Gastronomie et Vins | [RECETTE] Le beurre de Bresse AOP : doux et fondant à la fois
  • Le bonheur est un seul bouquet : confus léger fondant sucré. De Paul Eluard
  • Heureux chocolat, qui après avoir couru le monde, à travers le sourire des femmes, trouve la mort dans un baiser savoureux et fondant de leur bouche. De Anthelme Brillat-Savarin
  • Le naturel et le spirituel se marient dans le cours ordinaire de la vie comme les couleurs de l'arc-en-ciel en fondant dans la limpidité de l'air. De Jacques Ferron / Papa boss
  • Un classique ! On pense d’abord à le passer dix minutes dans l’eau bouillante avant de le poser sur le gril. On peut alors le cuire tel quel, simplement badigeonné de beurre salé ou d’huile d’olive, ou l’agrémenter d’herbes. Compter entre vingt et trente minutes selon que vous le préférez plus croquant ou plus fondant. So Soir, Cinq idées pour un barbecue végétarien
  • Celui qui a créé la boutique avec sa conjointe Anne-Hélène Marquet a découvert le donut lors de ses nombreux séjours à l’étranger. Lorsqu’elle travaillait dans un coffee shop en Australie, celle qui est devenue la mère de ses deux enfants lui a fait découvrir le goût du donut. « Au Canada, je passais tous les jours en prendre un chez Krispy Kreme ou Dunkin’Donuts avant d’aller au boulot. C’était comme un rituel ». Le gourmand craque alors pour le fondant des donuts made in America fabriqués par ces mastodontes du beignet troué. Mais en France, on ne les trouve pas. , Rennes : Denise’s Donuts, l’adresse gourmande qui a fait son trou
  • En Italie, la glace est une passion, un art, une institution. L'Italie et les glaces, c'est toute une histoire. Un Italien en consomme six kilos par an et les visiteurs étrangers reconnaissent volontiers que les Italiens sont les meilleurs en la matière. Mais quel est le secret du gelato italien, si crémeux et si fondant ? Le gelato n'est surtout pas à confondre avec la glace italienne que l'on baptise ainsi en France, mais qui n'a d'Italienne que le nom puisqu'on ne la trouve nulle part dans le pays. Franceinfo, Gastronomie : à la découverte du secret des glaces italiennes

Images d'illustration du mot « fondant »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « fondant »

Langue Traduction
Anglais fondant
Espagnol fondant
Italien fondente
Allemand fondant
Chinois 软糖
Arabe أقراص سكرية
Portugais fundente
Russe помадка
Japonais フォンダン
Basque fondant
Corse fondante
Source : Google Translate API

Synonymes de « fondant »

Source : synonymes de fondant sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « fondant »

Fondant

Retour au sommaire ➦

Partager