La langue française

Feutre

Sommaire

  • Définitions du mot feutre
  • Étymologie de « feutre »
  • Phonétique de « feutre »
  • Évolution historique de l’usage du mot « feutre »
  • Citations contenant le mot « feutre »
  • Traductions du mot « feutre »
  • Synonymes de « feutre »

Définitions du mot feutre

Trésor de la Langue Française informatisé

FEUTRE, subst. masc.

A.− Étoffe non tissée, imperméable, obtenue en foulant et en agglutinant du poil ou de la laine, et qui a la propriété d'amortir les bruits, les chocs. Il portait un chapeau melon au feutre impeccable (Duhamel, Cécile,1938, p. 175):
Marguerite m'envoyait dans son panier deux bonnes chemises neuves, des bas de laine pour me tenir les pieds chauds; elle avait même cousu dessous des semelles en feutre, qui vous préservent de l'humidité. Erckm.-Chatr., Hist. paysan,t. 2, 1870, p. 96.
P. méton. Objet fabriqué dans cette étoffe. Chausser des feutres. En partic. Chapeau de feutre. Un feutre mou. Il jeta son feutre à terre si rudement que la forme en resta tout aplatie (Gautier, Fracasse,1863, p. 344).Il a changé son feutre en un melon (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1906, p. 346).
B.− P. ext.
1. CONSTR. Feutre asphalté, goudronné. La chape [des souterrains] se fait simplement au mortier lissé à la truelle, qu'on recouvre, si les infiltrations sont abondantes, avec des feuilles de feutre goudronné (Bricka, Cours ch. de fer,t. 1, 1894, p. 202).
2. MAR. Étoffe grossière d'étoupes enduites de goudron, qu'on place sur la surface de jonction de deux pièces réunies par un écart. Le feutre a le grave inconvénient de ne pas permettre de donner une surface polie à la carène [des navires à bordé en bois] (Croneau, Constr. nav. guerre,t. 1, 1892, pp. 345-346).
3. PAPETERIE. ,,Étoffe de laine sans coutures, sur laquelle on couche les feuilles de papier au sortir du moule`` (Littré). La bande [de papier] entrant dans la partie sèche y est maintenue appliquée à la surface des cylindres par les feutres sécheurs tissés de coton ou d'amiante (Civilis. écr.,1939, p. 6-8).
4. SALINES. Tapis végétal qui recouvre le fond des tables. Depuis quelques années on recouvre, dans certaines salines, le sol des tables d'un revêtement végétal, nommé feutre (Wurtz, Dict. chim.,t. 2, 2evol., 1876, p. 1514).
5. SELLERIE. ,,Bourre de laine dont se servent les selliers pour rembourrer une selle`` (Ac.).
C.− P. anal. ou au fig. Ce qui a l'aspect, les propriétés du feutre. De tout petits [insectes] forment feutre sur le verre du photophore (Gide, Retour Tchad,1928, p. 897).Cette voix de feutre (Malègue, Augustin,t. 2, 1933, p. 240).Le bruit de la ville réveillée, libérée de ce bâillon qu'était la neige, de ce feutre (Triolet, Prem. accroc,1945, p. 280).
REM. 1.
Crayon-feutre, subst. masc.,p. ell. feutre (cf. crayon).
2.
Feutre-melon, subst. masc.,rare. Chapeau forme melon, en feutre. Son chapeau mou, feutre-melon (Courteline, Linottes,Héritage, 1892, p. 242).
Prononc. et Orth. : [fø:tʀ ̥]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Fin du xies. [mss des xiiie-xives.] feltre « étoffe obtenue en foulant et en agglutinant du poil ou de la laine » (Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1, 466); fin du xiies. fautre (Raoul de Cambrai, éd. P. Meyer et A. Longnon, 7161); 2. a) ca 1160 « objet en feutre sur lequel on s'assied ou on se couche; couverture » (Eneas, éd. J. J. Salverda de Grave, 6115); 1913 : Chapel ot d'un neir feutre; ibid., 1922 : le fautre el ché el son); b) xiiies. « chapeau de feutre » (Simon de Pouille, éd. J. Baroin; c) 1611 feustre « bourre qu'emploient les selliers pour rembourrer les selles » (Cotgr.). De l'a. b. frq. *filtir, au sens 1, cf. l'a. h. all. filz « id.; étoffe grossière » (Graff t. 3, col. 519; Schützeichel2), ags. felt (NED). Filtrum est attesté en lat. médiév. dès le viiies. (741-744 « caparaçon de feutre » ds Nierm.; 1075-76 « feutre, pièce de feutre », ibid.). Fréq. abs. littér. : 531. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 224, b) 1 198; xxes. : a) 706, b) 999. Bbg. Brüch (J.). Die Sippe des frz. feutre « Filz ». Wien, 1960, 48 p. (Österreichische Ak. der Wiss. Phil.-hist. Klasse. Sitzungsberichte. 235, 5).

Wiktionnaire

Nom commun

feutre \føtʁ\ masculin

  1. Étoffe non tissée constituée de poils ou de fibres de laine agglomérées ensemble par soufflage, et mise sous pression avec ébouillantage dans la forme, ou, en fabrication traditionnelle mongole par mouillage et foulage.
    • Quant aux poils des carnivores et des rongeurs, ils fournissent à l’industrie la plus grande partie des substances employées pour faire des feutres, notamment dans la chapellerie. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • J’essuie ma plume sur un petit carré de feutre, je la trempe dans le flacon d’encre noire, je recouvre en faisant très attention… il faut qu’il n’y ait aucune bavure… les pâles fantômes de bâtonnets, de lettres, je les rends le plus visibles, le plus nets possible… je contrains ma main et elle m’obéit de mieux en mieux… — (Nathalie Sarraute, Enfance, Gallimard, 1983, collection Folio, page 134)
    • En vis-à-vis du bâtiment vétuste, l’établissement des jeunes élèves-maîtresses, guindées en leur costume sévère sous le chapeau de feutre sans élégance. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (Par métonymie) Crayon dont la mine est faite en feutre ou en synthétique.
    • Par le terme « crayon », nous désignons tous les instruments graphiques : feutre, crayon de papier, crayon de couleur, pastel, pinceau, craie, etc. — (Agnès Daubricourt, Jeux d’éveil à l’écriture, Éditions Eyrolles, 2011, page 97)
  3. (Par métonymie) Chapeau de feutre.
    • Paul Verlaine eut bientôt fait de prendre ses habitudes chez Procope. Entouré de sa troupe de fidèles, clopin-clopant, le feutre sur l’oreille et le visage emmitoufflé d’un immuable cache-nez, il popinait avec l’entêtement d’un ivrogne professionnel. — (Laurent Tailhade, Xavier Privas, dans La Chanson sentimentale, de Xavier Privas, précédée d’une étude par Laurent Tailhade, Librairie Léon Vanier/A. Messein, successeur, 1906, page 2)
    • D’essais en essais, Capestang se trouva habillé de neuf depuis le feutre à la plume rouge jusqu’aux bottes de cuir fauve. — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • J’allais donner mon feutre au vestiaire quand Gégène me poussa doucement dans la salle. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Apanage du bourgeois et du voyou, le feutre est un accessoire qui se perd. Symbole de civilité, de tact. Secours des timides mal entraînés à la galanterie. Hautement préférable à la casquette de base-ball, grossier couvre-chef avec sa visière aussi allongée qu’une langue d’iguane et aussi raide qu’une queue de poêle à frire, flanquée de deux porte-jarretelles croisés sur la nuque. — (Philippe Delaroche, Caïn et Abel avaient un frère, Éditions de l’Olivier / Le Seuil, 2000, pages 338-339)
  4. Bourre dont se servent les selliers pour rembourrer une selle.
  5. (Mécanique), Matière fibreuse utilisée pour la lubrification, les joints et presse-étoupes d’étanchéité, ainsi que comme membranes de filtres.

Forme de verbe

feutre \føtʁ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de feutrer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de feutrer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de feutrer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de feutrer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de feutrer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FEUTRE. n. m.
Espèce d'étoffe non tissue, qui se fait en foulant le poil ou la laine dont elle est composée. Semelle de feutre. Tapis de feutre. Chapeau de feutre ou, absolument, Feutre. Porter un feutre. Un feutre mou. Il se dit encore de la Bourre dont se servent les selliers pour rembourrer une selle.

Littré (1872-1877)

FEUTRE (feû-tr') s. m.
  • 1Sorte d'étoffe faite avec de la laine ou du poil, dont les filaments, par suite du foulage et des ingrédients employés, sont tellement agglutinés qu'ils forment ensemble un corps presque imperméable. C'est un chapeau de feutre ; il ne craint pas la pluie. Les mirza, appelés par Plancarpin les barons, font asseoir leurs majestés par terre sur un grand feutre, en leur disant : Si tu n'écoutes pas conseil, si tu gouvernes mal, il ne te restera pas même ce feutre sur lequel tu t'assieds, Voltaire, Lett. chin. 2.
  • 2Il se dit, par la métonymie de la matière pour la chose qui en est faite, d'un chapeau de feutre, et même, par dérision, de tout chapeau, surtout d'un vieux chapeau mal retapé. Et son feutre à grands poils ombragé d'un panache, Boileau, Sat. III. Le petit Espagnol vous a diverti avec sa mine étique et son feutre à grand poil, Courier, Lett. II, 279.

    Dresser le feutre, le mettre sur une forme pour lui donner la figure d'un chapeau.

    Feutre verni, feutre pénétré d'huile siccative, et servant surtout à la confection des visières des casquettes.

  • 3Bourre dont se servent les selliers pour rembourrer une selle.
  • 4Il se dit aussi d'espèces de bottines en feutre qu'on met dans l'appartement.
  • 5Étoffes de laine sans coutures, sur lesquelles on couche les feuilles de papier au sortir du moule.
  • 6Nom donné, chez les mammifères du Nord et des Alpes, à des poils doux et plus ou moins épais qui garnissent immédiatement la peau, et que d'autres poils longs traversent. Au-dessous de ce premier long poil, il y a, comme dans les ours marins, une espèce de duvet ou de feutre qui est de couleur brune ou noire, comme l'extrémité des grands poils du corps, Buffon, Quadrup. t. XI, p. 114, dans POUGENS.

HISTORIQUE

XIIe s. Chapel de fautre ot li bers en son chief, Raoul de C. 279.

XIIIe s. Quiconques veut estre chapeliers de feutre à Paris, estre le puet franchement, Liv. des mét. 248. Chascuns tenoit lance sor fautre, Que li rois ne fust envaïz, Qui estoit de plusors haïz, Ren. 18674. Et il ont autres lances prises, Ses [ainsi les] ont moult tost el feltre mises, Partonopex, v. 8057.

XIVe s. Vous serés mout boins amparliers [avocat], Pour parole monstrer en court ; Vos mot sont ataignant et court ; Et se vous un fieltre [chapeau] euïssiez, Mout bien siermonner seuïssiez Ensement que cil questeur font, Jean de Condé, p. 110.

XVIe s. Il portoit un de ces grands feutres d'Espagne pour se defendre du soleil, Despériers, Contes, XXXIX.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

FEUTRE. Ajoutez :
7 Dans les marais salants, tapis végétal qui revêt le fond des tables, Enquête sur les sels, t. II, p. 509.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FEUTRE, s. m. (Chapelerie.) est une espece d’étoffe de laine, ou de laine & de poil, qui n’est ni croisée ni tissue, mais qui tire toute sa consistance de ce qu’elle a été travaillée & foulée avec de la lie & de la colle, & ensuite façonnée dans un moule par le moyen du feu & de l’eau.

Le poil de castor, de chameau & de lapin, la laine des agneaux & des moutons, sont les matieres qui entrent communément dans la composition du feutre, & les différentes sortes de chapeaux sont les ouvrages à quoi on l’employe.

Le feutre qu’on destine pour un chapeau, étant suffisamment foulé & préparé, on le réduit en une piece qui est à-peu-près de la figure d’un large entonnoir ; dans cet état on le met en forme, & on en fait un chapeau. Voyez Chapeau.

Feutre, (Chimie & Pharmacie.) c’est un morceau de drap de flanelle ou d’étamine, & quelquefois de coton, que l’on employoit beaucoup autrefois en guise de filtre, avant l’usage du papier gris. Il y a toute apparence que ce mot n’a passé au drap & à la flanelle, que parce qu’ils ont été substitués à l’étoffe de poils foulés, qu’on nomme feutre (voyez Chapeau) : car Ménage dérive ce mot de philtrum, qui, chez les auteurs de la basse latinité, signifie l’étoffe en question, & vient de l’allemand filt, qui a la même signification, selon du Cange, lequel ajoûte qu’elle a été nommée aussi filtrus, filtra, pheltrum, philtrum & viltrum. On se sert encore de feutres ou blanchets dans quelques opérations. Ils prennent différentes formes, selon l’usage auquel on veut les appliquer. Ils sont quarrés quand ils doivent aller sur le carrelet, voyez ce mot ; en laniere, quand on veut leur faire faire l’office d’un syphon. Voyez Languette. Enfin la chausse ou la manche d’Hippocrate, n’est elle-même qu’un feutre en capuchon. Voyez Filtration. Article de M. de Villiers.

Feutre, terme de Draperie. Voyez l’article Laine (manufacture en).

Feutre. Les Potiers d’étain appellent ainsi des morceaux de vieux chapeaux, qui leur servent à manier les moules chauds, lorsqu’ils jettent dedans, soit pour les former, soit pour les ouvrir & dépouiller les pieces jettées toutes chaudes, crainte de se brûler. Ils appellent aussi feutre un morceau de la forme du chapeau, coupé comme une bande, qu’ils mettent dans les pots en-dedans dans l’endroit où ils les fondent. Voyez Fondre l’étain & Souder les pots d’étain.

Feutres, terme de Papeterie ; ce sont des morceaux de revesche, ou autre étoffe de laine, sur lesquels des ouvriers, qui travaillent dans les manufactures de papier, mettent les feuilles de papier au sortir du moule, à mesure qu’on les fabrique. On les appelle aussi flotres. Voyez Papier, & les Planches de Papeterie.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « feutre »

Provenç. feutre ; catal. feltre ; espagn. fieltro ; portug. et ital. feltro ; du bas-lat. filtrum, qui provient du germanique ; anc. h. allem. filz : anglo-sax. felt, avec addition d'une r, ce qui n'est pas rare après le t.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIe siècle) Du vieux-francique *filtir « étoffe grossière », → voir Filz en allemand moderne. Filtrum est attesté en latin médiéval dès le huitième siècle.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « feutre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
feutre føtr

Évolution historique de l’usage du mot « feutre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « feutre »

  • Avec son format mini, l’eye-liner ultra-ludique Sephora en collaboration avec Stabilo devient le nouveau feutre à glisser dans notre trousse (à maquillage) cet été. Madame Figaro, Sephora x Stabilo : quand l'iconique surligneur se réincarne en eyeliner - Madame Figaro
  • Je jette avec grâce mon feutre - Je fais lentement l’abandon - Du grand manteau qui me calfeutre, - Et je tire mon espadon - Elégant comme Céladon - Agile comme Scaramouche. De Edmond Rostand / Cyrano de Bergerac
  • Je n'ai pas l'impression d'égorger quelqu'un avec un feutre. Je ne mets pas de vies en danger. Quand les activistes ont besoin d'un prétexte pour justifier leur violence, ils le trouvent toujours De Charb / interview pour Le Monde, 2012
  • Graphite feutre mou Feutre graphite rigide Autres , Feutre graphite Fibre Marché 2020 Taille, part, chiffre d’affaires, tendances commerciales, opportunités émergentes, demande, stratégies des entreprises clés, nouvelles applications et prévisions 2026 – InFamous eSport
  • Réaliser ses bijoux en feutre de laine sous la houlette de la feutrière Véronique Corman. S’initier à la technique du feutrage à l'eau et repartir avec son accessoire de mode. Pour adulte et enfant à partir de 8 ans accompagné. Matériel fourni. Réservations obligatoires. , Savoir faire, Savoir feutre ! : Stage, atelier Art plastique a Mouzon
  • Geneviève Merret, Carantécoise d’origine, enseigne sa discipline dans des écoles et associations de la région rennaise, ouvertes à des ateliers de pratique artistique. Comme elle le fait régulièrement en été, elle organise à Carantec, en juillet et août, des stages de dessin aquarellé qui sont l’occasion de dessiner diverses vues au stylo-bille ou au feutre avant de les colorer par petites touches. « Nous découvrirons divers points de vue de Callot, avec les pêcheurs à marée basse, les promeneurs sur la passe aux moutons, la chapelle au bout de l’île etc. », indique-t-elle. Les stages concernent les adultes et les jeunes à partir de 12 ans. Le Telegramme, Un stage d’aquarelle pour tous sur l’île Callot - Carantec - Le Télégramme

Traductions du mot « feutre »

Langue Traduction
Anglais felt
Espagnol sintió
Italien pennarello
Allemand fühlte
Chinois
Arabe شعور
Portugais sentido
Russe почувствовал
Japonais フェルト
Basque sentitu
Corse sintia
Source : Google Translate API

Synonymes de « feutre »

Source : synonymes de feutre sur lebonsynonyme.fr
Partager