Faix : définition de faix


Faix : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

FAIX, subst. masc.

Vieilli ou littér.
A.− Emploi concr.
1. Réunion d'éléments identiques (liés ensemble dans le sens de la longueur). Faix de bois. Synon. faisceau.Le grand jardin où les filles de la ferme ramassaient des faix d'herbes (Fromentin, Dominique,1863, p. 19).Ils [les lépreux] sont tous rentrés des champs, ramenant avec eux (...) le petit faix de légumes, de bois et d'herbes, qu'ils ont récolté dans la campagne (Tharaud, Passant Éthiopie,1936, p. 182).
Région. Synon. de fagot.Ses ouvriers tour à tour surveillent le brasier. Armés de longues fourches, (...) ils le bourrent de faix (Pesquidoux, Chez nous,1923, p. 200).
2. Charge, corps pesant; ce que porte ou soutient avec effort, difficulté, une personne, un animal, une partie d'une construction. Plier, succomber sous le faix; colonnes qui portent un faix prodigieux (Ac.1835, 1878).Synon. fardeau.Elle regarda Argow, le saisit, et, le soulevant, elle l'emporta à travers le corridor embrasé, en pliant parfois sous ce faix chéri (Balzac, Annette,t. 4, 1824, p. 108).Il y a aussi des euphorbes, déjà pleins de lait, si gonflés de sève que leur pyramide verte fléchit sous le faix de leur tête (Taine, Philos. XIXes.,1857, p. 43).Un âne dont le faix ensanglantait le dos (Noailles, Forces étern.,1920, p. 139).
Rem. La docum. atteste un ex. littér. au sens de « cargaison d'un navire, charge de marchandises transportées ». Ce navire déchargeait son faix sur le port (Gide, Voy. Urien, 1893, p. 16).
En partic.
Vieux. Le fœtus. Que Pan d'un double faix dote chaque brebis du troupeau! (Claudel, Euménides,1920, III, p. 978).Qu'est-ce que tu ferais donc, à sa place? (...) Ce que je ferais? Je dirais à ma fille : « emporte ton faix, ma fille, non pas loin de moi, mais loin de cet homme » (Colette, Mais. Cl.,1922, p. 193).
ARCHIT. Résultat du tassement qui se produit normalement dans un édifice récemment construit. Ce bâtiment a pris son faix (Ac.1835, 1878).
B.− Au fig. [Employé absol. ou accompagné du compl. introduit par la prép. de] Ce qui constitue une charge, une contrainte morale qui pèse lourdement sur celui qui la subit. Faix de fatigue, de labeur, de douleurs; ployer, succomber sous le faix. Dès qu'on veut la charger d'une vérité quelconque, la raison débile ploie sous le faix, incapable de se soutenir elle-même (Lamennais, Indifférence,t. 2, 1817-23, p. 95).Elle étudiait ces fronts, les uns écrasés et aplatis sous le faix du monde, les autres ridés, sillonnés des plis de la carte de Strabon (Goncourt, MmeGervaisais,1869, p. 112).Arrivé à ce stade, le vieil homme incline à se détourner d'un monde où tout n'est plus que confusion, que violence aveugle. Le voilà arrivé au bout du chemin, pliant sous le faix de sa vie (Mauriac, Nouv. Bloc-notes,1961, p. 375):
Tristesse de ces jours derniers, tristesse difficilement explicable. Sans doute le poids de la guerre ajouté au poids de la vie. L'homme de quarante ans porte le faix de tout ce que l'homme de vingt ans et l'homme de trente ans lui ont mis sur le dos. Green, Journal,1942, p. 229.
Plier, être courbé sous le faix des ans. C'est un riant vieillard, qui sous le faix des ans Connoît encor la joie, et plaît en cheveux blancs (Delille, Homme des champs,1800, p. 43).
Rem. On relève un emploi où le compl. désigne des charges financières. Pour quel motif la production de valeur qui s'opère par le commerce extérieur, devrait être déchargée du faix des impôts que supporte la production qui s'opère par le moyen de l'agriculture (Say, Écon. pol., 1832, p. 183).
Prononc. et Orth. : [fε]. ,,Beaucoup de personnes, surtout parmi les jeunes, [le] disent avec un e moyen`` (Rouss.-Lacl. 1927, p. 135). Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1100 fais « charge, fardeau » (Roland, éd. J. Bédier, 977). Du lat. class. fascis « faisceau; fardeau ». Fréq. abs. littér. : 114.

Faix : définition du Wiktionnaire

Nom commun 1

faix \fɛ\ ou \fe\ masculin invariable

  1. (Vieilli) Charge pesante.
    • En quel état est-elle ? En pleine faillite financière, pliant sous le faix d'une indemnité légitimement exigée, mais colossale. — (Joseph Caillaux; Où va la France? Où va l’Europe ?, 1922)
    • Le faix des ans, des années, le poids de l’âge.
    • « À quelque chose malheur est bon… », songeait-il, soulevant de ses pieds nus la poussière de la route et ployant sous le faix. — (Anton Tchekhov, Le roman d’une contrebasse, traduction Anne Coldefy-Faucard, Librio 698, 2004, E.J.L.)
    • Il (Hans Castorp) marchait machinalement et sous le faix des circonstances. C'était bien entendu une nécessité pour lui d'assister à la rencontre. — (Thomas Mann, La Montagne magique, Fayard, 1931, le Livre de Poche, 2013, page 957.)
    • N’imagina-t-elle pas un jour de prendre un siège pliant sous son bras et de loin en loin elle se reposait. Alors il s'établit une coutume charmante : pour éviter d’ajouter à son faix, bientôt tout le long de sa route, on installa devant chaque porte à son intention, qui un petit banc, qui un fauteuil et Sophie s’y affalait jusqu’au jour où il advint qu’entre deux escales elle tomba sur la chaussée. — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 135.)
  2. Bloc d'ardoise destiné à être fendu.

Nom commun 2

faix \fɛ\ ou \fe\ masculin invariable

  1. (Marine) Cordage bordant le haut d'une voile et servant à l'enverguer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Faix : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FAIX. n. m.
Charge pesante. Plier, succomber sous le faix. Fig., Il a trop d'occupations, il succombe sous le faix. Un peuple écrasé sous le faix des impôts. Poétiquement, Le faix des ans, des années.

Faix : définition du Littré (1872-1877)

FAIX (fê ; l'x se lie : un fê-z accablant) s. m.
  • 1Charge sous laquelle on plie. Sous le faix du fagot aussi bien que des ans, La Fontaine, Fabl. I, 16. Tant qu'il vit sous le faix mourir son camarade, La Fontaine, ib. VI, 16.

    Par extension, charge. Ton aiguille à mes doigts est un faix bien léger, Rotrou, Herc. mour. I, 4.

    Terme d'eaux et forêts. Faix à col, délit de celui qui est saisi chargé du bois qu'il a dérobé.

  • 2 Fig. Si faut-il qu'à la fin… Je m'allége du faix dont je suis accablé, Malherbe, IV, 4. Succombant sous le faix que j'ai dessus le cœur, Régnier, Sat. VI. Porter tout seul le faix de ce plaisir commun, Régnier, Épît. II. Il ne peut porter tout seul le faix de tant de grandes affaires, Patru, Plaidoyer 6, dans RICHELET. Soutiendrez-vous un faix sous qui Rome succombe ? Corneille, Pomp. I, 1. Faire honte à ces rois que le travail étonne, Et qui sont accablés du faix de leur couronne, Boileau, Disc. au roi. Mais, pour comble, à la fin, le marquis en prison Sous le faix des procès vit tomber sa maison, Boileau, Sat. v. Des guerriers illustres courbés sous le faix des lauriers, Rousseau, Écon. 2.

    Absolument. Succomber sous le faix, plier sous le faix, ne pas pouvoir supporter quelque chose qui accable. Je vous vois succomber sous le faix, Sévigné, 347. Ces gens lisent toutes les histoires et ignorent les histoires ; ils parcourent tous les livres et ne profitent d'aucun… ils plient sous le faix, leur mémoire en est accablée, pendant que leur esprit demeure vide, La Bruyère, XIII.

    Poétiquement. Le faix des ans, des années. Mon corps n'est point courbé sous le faix des années, Boileau, Sat. I. Malgré le faix des ans et du sort qui m'opprime, Racine, Mithr. II, 3.

  • 3 Terme de construction. Se dit en parlant d'un bâtiment qui s'est affaissé comme il doit faire. Ce bâtiment a pris son faix.
  • 4 Terme de marine. Faix de pont, planches épaisses et étroites, posées sur les baux d'un pont, dans la longueur d'un vaisseau, depuis l'avant jusqu'à l'arrière.
  • 5Bloc cubique d'ardoise destiné à être fendu.
  • 6Mesure de houille, employée à Saint-Étienne.

SYNONYME

CHARGE, FAIX, FARDEAU. La charge est ce qu'un homme ou un animal peuvent porter ; elle n'exprime rien de plus. Le fardeau est une charge pesante. Le faix, signifiant étymologiquement un faisceau, exprime proprement une multiplicité de choses réunies : le faix des années, des affaires, etc. mais ce sens étymologique a disparu par le frottement de l'usage ; et la distinction est que fardeau est de tous les styles, et que faix est plus particulièrement du style élevé.

HISTORIQUE

XIe s. Greignor [plus grand] fais [il] porte par joc [jeu] quand il s'enveise [s'amuse], Ch. de Rol. LXXVI.

XIIe s. Quant li baron l'entendent, chascuns s'est arrier trais, Tout ainsi com li asnes qui regarde le fais, Sax. X. Li clers porte sun merc en sum le chief adès, Ne li est pas al cors mais est à l'aneme [àme] fais, Th. le mart. 30. E mult li seit bon gré que si grant fais emprent, Qu'encontre rei de terre saint iglise defent, ib. 58. Se ele [la pensée]. lo faihs des terriens penseirs ki l'apresset, gettet en sus de soi, Job, p. 467.

XIIIe s. Et tous fussent mort, se ne fust la chevalerie qui estoit en l'arriere garde, qui soustint le fais des Sarrasins qui moult les arguoient, Chr. de Rains, 93. J'en prens sor moi trestout le fès, la Rose, 19740. Or ai tant fet que ne puis mès ; Si me covient tenir en pes ; Diex doinst que ce ne soit trop tart ; Toz jors ai acreü mon fès, Rutebeuf, 38. Mon cheval s'agenoilla pour le fez que il senti, et je en alai outre parmi les oreilles du cheval, Joinville, 225.

XIVe s. Quant un homme porte un pesant faez et aucuns autres le soulegent en prenant une partie de tels faez, Oresme, Eth. 289.

XVe s. [Des engins], qui nuit et jour jetoient pierres de faix au chastel, Froissart, I, I, 227. Si tost qu'ils virent leurs ennemis, ils reculerent tout à un faix si desordonnéement…, Froissart, I, I, 286. Il mist tant de choses en ymagination et si grandes qu'il demeura soubz le faix, Commines, IV, 1.

XVIe s. Les Turcs, prests à se retirer, s'aviserent que ce faix d'eau avoit rendu inutile l'arquebuserie et l'artillerie des chrestiens, D'Aubigné, Hist. II, 199. À haute montée le faix encombre, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Faix : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

FAIX, voyez l’article Charge.

Faix de pont, (Marine.) ce sont des planches épaisses & étroites, qui sont entaillées pour mettre sur les baux, dans la longueur du vaisseau depuis l’avant jusqu’à l’arriere de chaque côté, à-peu-près au tiers de la largeur du bâtiment ; les barrots y sont aussi entés pour affermir le pont qui repose dessus. Il y a aussi des faix de pont qui viennent jusqu’à la largeur des écoutilles, & qui servent à les borner : ceux qui sont posés derriere les mâts, avancent plus vers le milieu du vaisseau que ceux qui sont le long des écoutilles. Leurs entailles sous les baux doivent être de la moitié de leur épaisseur, & il doit y avoir aussi un pouce d’entaille dans le dessus de bau pour les y loger & les entretenir ensemble.

On donne souvent aux faix de pont, le quart de l’épaisseur de l’étrave, & de largeur un quart plus que l’épaisseur de l’étrave. (Z)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « faix »

Étymologie de faix - Littré

Provenç. fais ; espagn. haz ; portug. feixe ; ital. fascio ; du latin fascis, faisceau.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de faix - Wiktionnaire

(Nom commun 1) Du latin fascis (« fagot, fardeau »).
(Nom commun 2) De l'ancien français fest (« faîte »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « faix »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
faix play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « faix »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « faix »

  • Emmanuel Macron a faix le choix de la technocratie plutôt que de la politique. Après avoir “écarté” Edouard Philippe, le président de la République a fait le choix de “Monsieur Déconfinement”, Jean Castex comme Premier Ministre. Une volonté d’incarner un “nouveau chemin” même si on ne peut le considérer comme un nouveau personnage politique. lecourrierdelatlas, Jean Castex, un nouveau premier ministre proche de Sarkozy

Traductions du mot « faix »

Langue Traduction
Corse faix
Basque faix
Japonais ファックス
Russe faix
Portugais faix
Arabe الفايكس
Chinois ix
Allemand faix
Italien faix
Espagnol faix
Anglais faix
Source : Google Translate API

Synonymes de « faix »

Source : synonymes de faix sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires