Étrécir : définition de étrécir


Étrécir : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTRÉCIR, verbe trans.

Vieilli. Rendre plus étroit. Synon. usuel rétrécir.Devant lui, deux clayons de genêt étrécissaient encore le sentier, que barrait complètement, entre eux, la trappe d'un assommoir (Genevoix, Raboliot,1925, p. 282).
Emploi pronom. à sens passif. La dent s'étrécit d'avant en arrière dans la même proportion qu'elle se raccourcit dans le sens vertical (Cuvier, Anat. comp.,t. 3, 1805, p. 122).La vallée où elle [la Fontaine d'Eure] coule, à demi cachée par des aulnes, en approchant d'Uzès, s'étrécit (Gide, Si le grain,1924, p. 381).
MAN. Étrécir un cheval. ,,Le ramener graduellement sur un terrain moins étendu que celui qu'il parcourait`` (Ac.).
Au fig. [Le compl. d'obj. désigne une chose abstr.] Amoindrir, diminuer. L'idée de tuer, ce but à atteindre dans la chasse, étrécit mon plaisir (Gide, Voy. Congo,1927, p. 847).Le monde libre a intérêt à ne pas étrécir son horizon économique spatial et temporel plus que ne le fait le monde totalitaire (Perroux, Écon. XXes.,1964, p. 539).
Rem. On rencontre ds la docum. a) Étréci, ie, part. passé adjectivé. Qui est rendu plus étroit. Le lendemain, il nous fallut réembarquer nos appareils et entreprendre dans les Vosges une course chaque jour écourtée, dans le cercle chaque jour étréci que nous laissait l'adversaire (Ambrière, Gdes vac., 1946, p. 24). b) Étrécissant, ante, part. prés. en emploi adj. Qui rend plus étroit. Des fictions et des préjugés étrécissants (Blondel, Action, 1893 p. 2).
Prononc. : [etʀesi:ʀ], (j')étrécis [etʀesi]. Étymol. et Hist. 1366, janv. extroicir « rendre plus étroit » (Ord., XIX, 488 ds Gdf. Compl.). Issu par changement de suff. (-ir*) de l'a. fr. estrecier (xies. judéo-fr. etristser « resserrer » ds FEW t. 12, p. 2965; ca 1170 estrecier « presser, enserrer » (Rois, éd. R. Curtius, II, XXII, 46, p. 104); du lat. vulg. *strictiare, dér. du lat. class. strictus v. étroit. Fréq. abs. littér. : 11.
DÉR.
Étrécissement, subst. masc.Action d'étrécir; résultat de cette action. Une sorte d'économie sordide semble avoir dicté l'emplacement et l'étrécissement des demeures, où seuls puissent réaliser un semblant de bonheur des êtres également sordides (Gide, Journal,1930, p. 1000).L'idée d'un étrécissement progressif du temps est éminemment suggestive et fertile en applications (J. Rostand, La vie et ses probl.,1939, p. 125). [etʀesismɑ ̃]. Ds Ac. 1718-1932. 1reattest. 1573 (Liebault, p. 830 ds Gdf.); du rad. de étrécir, suff. -(e)ment1*. Fréq. abs. littér. : 3.

Étrécir : définition du Wiktionnaire

Verbe

étrécir \e.tʁe.siʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’étrécir)

  1. Rendre étroit, rendre plus étroit.
    • Étrécir un chemin, une rue.
    • Il a fait étrécir son veston.
  2. Devenir plus étroit.
    • Ses yeux se sont étrécis de ruse. — (Glen Cook, Le Château noir, 1984)
    • Cette toile étrécira au blanchissage.
  3. (Équitation) Ramener graduellement un cheval sur un terrain moins étendu que celui qu’il parcourait.
    • Étrécir un cheval
  4. (Pronominal) Devenir plus étroit.
    • Après le second verre de raki, ses yeux s’étrécirent, se firent plus perçants. — (Ismail Kadare, Le Dossier H., 1981 ; traduit de l’albanais par Jusuf Vrioni, 1989, p. 151)
    • Le cuir s’étrécit à la pluie.
    • Dans cet endroit, le chemin va en s’étrécissant.
  5. (Pronominal) (Figuré)
    • Ses idées s’étrécissent.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étrécir : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉTRÉCIR. v. tr.
Rendre étroit, rendre plus étroit. Étrécir un chemin, une rue. Il a fait étrécir son veston. En termes de Manège, Étrécir un cheval, Le ramener graduellement sur un terrain moins étendu que celui qu'il parcourait.

S'ÉTRÉCIR ou intransitivement ÉTRÉCIR signifie Devenir plus étroit. Cette toile étrécira au blanchissage. Le cuir s'étrécit à la pluie. Dans cet endroit, le chemin va en s'étrécissant. Fig., Ses idées s'étrécissent.

Étrécir : définition du Littré (1872-1877)

ÉTRÉCIR (é-tré-sir) v. a.
  • 1Rendre plus étroit. Étrécir un habit. Qui servent à élargir et à étrécir les entrées, Descartes, Pass. I, 15. Il prit les habits de Ragotin et il en étrécit le pourpoint et les chausses, Scarron, Rom. com. II, 9.

    Aujourd'hui on dit plus souvent rétrécir, qui n'est pas aussi exact.

    Terme de manége. Étrécir un cheval, le ramener graduellement sur un terrain étroit.

  • 2 Fig. De peur que les peines n'étrécissent le cœur que Dieu veut dilater, Bossuet, Lett. abb. 208.
  • 3S'étrécir, v. réfl. Devenir plus étroit. Cette toile s'étrécira au blanchissage. Le chemin va en s'étrécissant. Sa gorge enfle, et du sang dont le cours s'épaissit, Le passage se ferme ou du moins s'étrécit, Corneille, Attila, v, 6. La glotte s'élargit ou s'étrécit selon les tons qu'elle doit former, Bossuet, Connaiss. II, 13. Tantôt ces bandes [de la planète Saturne] s'étrécissent, tantôt elles s'élargissent, Fontenelle, Mondes, 6e soir. La prunelle s'étrécit ou s'élargit à une lumière plus forte ou plus faible, Buffon, De l'enfance.

    Fig. Devenir plus intime. Depuis ce temps naquit une amitié entre nous qui s'est toujours étrécie, Saint-Simon, 318, 154.

    Fig. Devenir étroit, inhabile à comprendre. L'esprit s'étrécit à mesure que l'âme se corrompt, Rousseau, Héloïse, II, 27.

    Terme de manége. Un cheval s'étrécit lorsque, n'allant point assez au large, il perd de son terrain et s'approche trop du centre de la volte.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et si tu n'as si grant richece Qu'avoir les [certaines choses] puisses, si t'estrece [resserre ta dépense], la Rose, 2168. Quant aucuns se plaint d'empeecemens de lor communs, si comme de cemins qu'on a estoupés ou estreciés…, Beaumanoir, IX, 9.

XVIe s. D'autant s'est relasché le nœud de l'affection, que celuy de la contraincte s'est estrecy, Montaigne, III, 6. Les bords de la boëtte, qui sont cartilagineux, se sont estressis, et les ligamens relaxés et allongés, Paré, XXI, 27. Depuis il changea d'opinion et estroissit la bataille de ses gens de pied en forme de brique plus longue que large, Amyot, Crassus, 43.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « étrécir »

Étymologie de étrécir - Littré

Etreit, qui est resté la forme normande d'étroit, et qui, sous l'orthographe estreit, était dans l'ancienne langue la forme dialectique de Paris et de l'Ouest ; Berry, étretzir ; génev. étroicir. Dans la plus ancienne forme, ce verbe est de la 1re conjugaison, estrecer, estrecier.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de étrécir - Wiktionnaire

Du latin vulgaire *strictiare, dérivé du latin classique strictus; voir étroit.

Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « étrécir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
étrécir etresir play_arrow

Conjugaison du verbe « étrécir »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe étrécir

Évolution historique de l’usage du mot « étrécir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « étrécir »

  • J'aime bien cette citation de Saint-Exupéry. Je pense que la «culture du manifeste» a encore dû s'aggraver avec les médias, la télévision, les rézosocios (appellation de Bruno Lafourcade) ; et la «profondeur spirituelle» s'étrécir dans un monde où le catholicisme s'est effondré, la littérature disneylandisée ou politisée (c'est la même chose) et le yoga dressé, avec son armée de lotus, comme dernier rempart contre le matérialisme. Le Figaro.fr, Patrice Jean: «Qu'un écrivain puisse être en paix avec son temps me paraît vraiment curieux»
  • Nous étions tenus à parler d’avenir, conformément à l’anagramme du nom de la chaîne cinquantenaire, « Lancer ce futur ». Or en maints passages de son « poème » (comme il intitule lui-même ces quatre-cent cinquante pages), Aragon souligne que la conjugaison arabe ne connaît pas ce temps, marqué par diverses périphrases, et il relie ce trait linguistique à l’absence de futur du peuple grenadin en l’an de disgrâce 1490. Ce fut le premier thème de l’échange, et l’un des paradoxes énoncés dans ce livre : son auteur âgé de soixante-six ans, lors de sa parution (en décembre 1963), voit s’étrécir lui-même ce qui lui reste à vivre. Mais si avec Le Fou d’Elsa Aragon anticipe et décrit sa vieillesse par la figure du Medjnoûn, il n’en annonce pas moins impérieusement, au-delà de la perte d’un royaume et du deuil poignant de l’avenir, d’autres mondes à naître. , « Lancer ce futur ! » Le Fou d'Elsa à France culture | Le randonneur
  • Les voitures ne pourront ainsi plus dépasser par la piste cyclable et, selon Christine Black, seront incitées à diminuer leur vitesse. «Les places de stationnement et les saillies de trottoirs vont étrécir la voie, ce qui poussera les automobilistes à ralentir», dit-elle. Journal Métro, Nouvelles mesures pour apaiser la circulation dans Marie-Clarac
  • Cette prison, qui peut se métamorphoser à l’envi, s’agrandir ou s’étrécir, et, comme dans le titre de Piranese, s’accorder au pluriel, se déplacer, se multiplier… – ces prisons, donc, sont des lieux où peut méditer le “génie” mélancolique, où prendra chair, dans l’écriture, “l’inclination pour l’éros” qui caractérise ce “génie”, où se déploiera sur la carte, de signe à signe, de réserve à réserve, les conditions du surgissement du présent, “l’unique possible ici et maintenant” pour reprendre les mots de Boucourechliev, où le temps dévoreur, destructeur, sera mis en échec. On peut donc prendre les Six études d’après Piranèse, comme, au fond, l’ensemble des partitions ouvertes d’A.B., y compris celle qui ne le sont que peu (mais il y a toujours une part d’ouverture dans toutes ses œuvres, jusqu’à la dernière), en tant que réflexion mélancolique sur l’enfermement. De toutes manières, pour reprendre une formule de Jean-Luc Nancy dans son essai sur le livre et la librairie où il note que le livre, “à la différence de la porte proverbiale, ne doit pas être ouvert ou fermé”, puisque “il est toujours entre les deux, il passe toujours de l’un à l’autre état”, les partitions de Boucourechliev, qui sont des cahiers ou des portfolios de pages, sont aussi entre les deux : ouvertes-fermées-entrouvertes-entrefermés, etc. DIACRITIK, Les prisons imaginaires d’André Boucourechliev
  • C'est ainsi qu'à 50 ans, on se prend à regarder d'un étrange regard l'adolescence, et cette gloire dont elle se nimbe lorsque, au fil d'un insensible affaissement, commencent à s'étrécir nos paupières. Véronique Dufief France Culture, Jean-Paul Sartre : “On ne meurt pas de vieillesse, on vieillit de mourir”

Traductions du mot « étrécir »

Langue Traduction
Corse riduci
Basque txikitu
Japonais シュリンク
Russe сокращаться
Portugais encolher
Arabe إنكمش
Chinois 收缩
Allemand schrumpfen
Italien contrarsi
Espagnol encogimiento
Anglais shrink
Source : Google Translate API

Antonymes de « étrécir »



mots du mois

Mots similaires