La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « ermitage »

Ermitage

Définitions de « ermitage »

Trésor de la Langue Française informatisé

ERMITAGE, subst. masc.

A.− RELIG. Habitation d'un ermite, dans un lieu désert. Son ermitage est dans un creux de rocher (Ac.1932).Les innombrables cellules des ermites creusées dans les flancs du rocher, les chapelles. Ces ermitages sont suspendus sur des précipices qui semblent inabordables (Lamart., Voy. Orient,t. 2, 1835, p. 277).Comme un anachorète en son froid ermitage, Le Saint-Bernard, pieds nus, se couche en son cercueil (Quinet, Napoléon,1836, p. 218).Saint Eucharius s'était bâti un ermitage dans les bois près de Trêves (Hugo, Rhin,1842, p. 115).
P. ext. Résidence de religieux ermites. Il y avait autrefois un ermitage au mont Valérien, près de Paris (Ac.1878).Devant la maison un ermitage à portique de tuiles et clocheton de grès, avec une croix de pierre sur une colonne, en face de l'entrée (T'Serstevens, Itinér. esp.,1963, p. 249).
B.− P. anal.
1. Lieu solitaire et écarté :
... quand mes parents décidèrent de s'installer dans un cinquième, rue de Rennes, je me rappelle mon désespoir : « les gens qui se promènent dans la rue, je ne les verrai plus! » On me coupait du monde, on me condamnait à l'exil. À la campagne peu m'importait d'être reléguée dans un ermitage : la nature me comblait; à Paris, j'avais faim de présences humaines... Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 56.
En partic. Maison de campagne écartée et champêtre. J'ai éprouvé ce soir un grand plaisir à rentrer dans mon petit ermitage, à m'y trouver seul (Delécluze, Journal,1825, p. 234).Sand se confine, un peu à dessein, dans le plus petit monde possible, dans son ermitage de Nohant, dans le groupe social le plus réduit (Barrès, Cahiers,t. 14, 1923, p. 228).
Rem. Ermitage nom propre est surtout attesté comme nom de maison isolée, en particulier pour désigner l'habitation de Jean-Jacques Rousseau près de Montmorency. Suis allé ce 21 octobre (...) chercher la maison de Jean-Jacques, l'Ermitage à Montmorency. La maison où il écrivit « La Nouvelle Héloïse » (Barrès, ibid., t. 1, 1898, p. 207). Le lieu était « solitaire plutôt que sauvage ». L'Ermitage était à une lieue d'Épinay, à une demi-lieue de Montmorency (Guéhenno, Jean-Jacques, 1950, p. 136).
2. Spéc. Ermitage, nom propre. Coteau du bord du Rhône, où existait jadis une habitation d'ermite. Vin de l'Ermitage ou p. ell. ermitage. Vin provenant de ce coteau. Ah! Roquefinette, tu te fais vieux, mon ami... Il y a dix ans, rien qu'à goûter de ce vin (il boit), tu aurais vu tout de suite que c'est de l'ermitage de 1702 (A. Dumas père, Chev. d'Harmental,1849, II, 3, p. 241).Il était puissant, ce Hoggar 1880. Nous le dégustions dans de larges gobelets d'argent. Il était frais comme un vin du Rhin, sec comme un vin de l'Ermitage (Benoit, Atlant.,1919, p. 135).
Prononc. et Orth. : [ε ʀmita:ʒ]. Ds Ac. 1762-1932. Ds Ac. 1835 on admet également hermitage. Cf. aussi Nod. 1844, Besch. 1845 et Littré. Cf. ermite. Étymol. et Hist. 1160-70 ermitage (M. de France, Lais, Eliduc, éd. J. Rychner, 995). Dér. de ermite*; suff. -age*; cf. lat. médiév. hermitagium, 1130 ds Latham. Fréq. abs. littér. : 402. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 508, b) 317; xxes. : a) 678, b) 697.

Wiktionnaire

Nom commun - français

ermitage \ɛʁ.mi.taʒ\ masculin

  1. Habitation d’un ermite.
    • Comme le nouveau-né sort du sein de sa mère, l'ermite est enfanté à la vie spirituelle dans l'ermitage où il devient librement l'otage de Dieu. — (François de Muizon, Dans le secret des ermites d'aujourd'hui, éditions Nouvelle Cité, Montrouge, 2001, p. 44)
    • Les relations de l’ermite et de la devineresse auraient indirectement commencé lors de ce rassemblement : entendant parler de Margueronne, Regnaud aurait préché contre elle. Il faut ajouter que le lieu-dit Bellevillotte, près de Bourdenay, qui est sans doute le lieu de résidence de Margueronne, n'est situé qu'à quelques kilomètres de là : il reste tout à fait concevable que la devineresse se soit rendue dans la foulée à l’ermitage de Saint-Flavy pour s'entretenir avec Regnaud. — (Alain Provost, Domus diaboli: un évêque en procès au temps de Philippe le Bel, Belin, 2010, p. 85)
  2. Groupement d’ermites.
  3. (Figuré) Lieu écarté, solitaire et champêtre, comme ceux que les ermites choisissent pour leur retraite.
    • … le tintement d’une petite cloche fit comprendre au chevalier qu’il était dans le voisinage de quelque chapelle ou de quelque ermitage. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ERMITAGE. n. m.
Habitation d'un ermite. Cet ermite ne sort jamais de son ermitage. Son ermitage est dans un creux de rocher. Il se dit aussi d'un Groupement d'ermites. Il se prend figurément pour un Lieu écarté, solitaire et champêtre, comme ceux que les ermites choisissent pour leur retraite. Viendrez-vous me voir dans mon ermitage, à mon ermitage?

Littré (1872-1877)

ERMITAGE (èr-mi-ta-j') s. m.
  • 1Habitation d'un ermite.
  • 2Il se dit quelquefois, par abus, pour couvent d'ermites. Il y avait autrefois un ermitage au mont Valérien, près de Paris, Dict. de l'Acad.
  • 3 Fig. Lieu écarté, solitaire. C'est un véritable ermitage.

    Par extension, petite maison de campagne simple et modeste. Venez me voir dans mon ermitage. Vous ne connaissez pas les moulins, l'ermitage, Collin D'Harleville, Châteaux en Espagne, IV, 8.

  • 4Vin de l'Hermitage, vin d'un cru fameux dans le Dauphiné. Un auvernat fumeux qui, mêlé de lignage, Se vendait chez Crenet pour vin de l'Ermitage, Boileau, Sat. III.

HISTORIQUE

XIIIe s. Il commença par grant estude entendre diligemment à piteuses œuvres, les quex li hermitaiges [vie d'ermite] li avoit enseignie, Légende en prose de Girart, cité dans J. des savants, avril 1860, p. 202. Dedenz la lande enz el boscage Ot uns sainz homs son hermitage, Lai del desiré.

XVe s. Mon cueur est devenu hermite En l'ermitaige de Pensée, Orléans, Bal. 42.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ermitage »

Ermite ; provenç. ermitatge et hermitori ; ital. eremitaggio. L'ancienne langue disait aussi ermitoire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De ermite avec le suffixe -age.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ermitage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ermitage ɛrmitaʒ

Évolution historique de l’usage du mot « ermitage »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ermitage »

  • Médecin psychiatre, Jacques Vigne est auteur d’ouvrages sur la psychologie, le yoga et la méditation. Il vit en Inde qu’il parcourt une partie de l’année puis se retire dans un ermitage de l’Himalaya. midilibre.fr, Conférence sur l'anxiété dans le Gard : "La spiritualité permet d’aller au fond du mal-être" - midilibre.fr
  • Dimanche 14 juin, de 14 heures à 18 heures, portes ouvertes à l’ermitage de la Sainte Baume. midilibre.fr, Portes ouvertes à l’ermitage de la Sainte Baume - midilibre.fr

Images d'illustration du mot « ermitage »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « ermitage »

Langue Traduction
Anglais hermitage
Espagnol ermita
Italien eremo
Allemand einsiedelei
Chinois 隐居
Arabe المحبسة
Portugais eremitério
Russe эрмитаж
Japonais
Basque ermita
Corse ermita
Source : Google Translate API

Synonymes de « ermitage »

Source : synonymes de ermitage sur lebonsynonyme.fr

Ermitage

Retour au sommaire ➦

Partager