La langue française

Empyrée

Sommaire

  • Définitions du mot empyrée
  • Étymologie de « empyrée »
  • Phonétique de « empyrée »
  • Évolution historique de l’usage du mot « empyrée »
  • Citations contenant le mot « empyrée »
  • Traductions du mot « empyrée »
  • Synonymes de « empyrée »

Définitions du mot « empyrée »

Trésor de la Langue Française informatisé

EMPYRÉE, subst. masc.

A.− Espace céleste considéré sous différents angles.
1. (Ciel) empyrée
a) ASTRON. ANC. Sphère céleste la plus élevée, contenant l'élément igné (cf. ciel ex. 6).
b) RELIGIONS
MYTHOL. Séjour des divinités célestes. Le sphinx (...) ressemblant (...) à quelque divinité précipitée sur terre des hauteurs de l'empyrée (Du Camp, Nil,1854, p. 64).
RELIG. CHRÉT. Séjour de Dieu, des bienheureux. De sa prison ton âme libérée, Alla fleurir dans l'Empyrée (Ponchon, Muse cabaret,1920, p. 7).
2. Poét., littér. Espace infini contenant les astres; plus particulièrement voûte céleste visible d'un point quelconque de la terre, limitée par l'horizon. L'empyrée en tous sens par mille feux rayé (Hugo, Légende,t. 4, 1877, p. 716).
B.− Au fig. Ces gens-là s'élèvent à des hauteurs considérables dans l'empyrée de la sottise et du mauvais goût (T'Serstevens, Itinér. esp.,1963, p. 36):
Il y avait un mot [de ma mère] (...) qui nous paralysait ma sœur et moi : « C'est ridicule! » (...); dirigé contre nous, il nous précipitait de l'empyrée familial dans les bas-fonds où croupissait le reste du genre humain. Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée,1958, p. 33.
Spéc. Monde imaginaire, lieu de délices. Cette réflexion niaise (...) le faisoit retomber de l'empyrée sur la terre (Nodier, Jean-François,1832, p. 7).
Rem. 1. Ce subst. peut être employé comme adj., en partic. dans l'expr. ciel empyrée (cf. A 1) où il pourrait être considéré comme une appos. Néanmoins, qq. aut. l'emploient avec d'autres subst. masc. ou fém. et l'accordent au plur., au sens de « relatif à l'empyrée, céleste, divin ». Postérité du ciel, Trônes empyrées (Chateaubr., Paradis perdu, 1836, p. 107). Mercure se levait sur les collines empyrées (Maurras, Chemin Paradis, 1894, p. 176). 2. On rencontre ce subst. employé au plur. chez Hugo et Huysmans (cf. p. ex. Hugo, Légende, t. 4, 1877, p. 834). 3. On rencontre ds la docum. l'adj. masc. empyréen. Relatif à l'empyrée. Soleil empyréen (Claudel, Repos du 7ejour, 1901, p. 833).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃piʀe]. Ds Ac. 1694-1932. On rencontre ds la docum. la var. empirée (L. de Fontanes, Œuvres, À une jeune anglaise, 1821, p. 49; Musset, Le Temps, 1831, p. 43; Quinet, Ahasvérus, 1833, prol., p. 62; Du Bos, Journal, 1922, p. 131). Étymol. et Hist. Fin xives. cieulx. empirees (Bible, B.N. 159, fo3 rods Gdf. Compl.); 1611 subst. empyré « région supérieure du ciel » (Cotgr.). Empr. au lat. chrét.empyrius « embrasé, de feu » (en parlant des régions supérieures du ciel, St Augustin ds Blaise), lui-même empr. au gr. ε ̓ μ π υ ́ ρ ι ο ς « id. », dér. de π υ ̃ ρ « feu ». Fréq. abs. littér. : 77.

Wiktionnaire

Nom commun

empyrée masculin (Au singulier) (pluriel à préciser)

  1. (Littéraire) Variante de Empyrée, partie du ciel la plus élevée, que les anciens regardaient comme le séjour des divinités célestes.
    • […] mais s'il consent à tirer de son arrière-boutique – le cabinet particulier comme il l’appelle – une bonne vieille bouteille, alors mon cher, on peut se croire dans l’empyrée. — (Nicolas Gogol, Les âmes mortes, 1842, traduction de Henri Mongault, 1949)
    • Enfants, dans vos yeux éclatants
      Je crois voir l’empyrée éclore :
      Vous riez comme le printemps
      Et vous pleurez comme l’aurore. — (Victor Hugo, L’Art d'être grand-père, 1877)
    • Il est vrai qu’à ce moment les applications du monorail se multipliaient, et l’anxiété de Tom n’était détournée des hauteurs de l’empyrée que par des menaces plus immédiates et des symptômes d’innovations plus rapprochées du sol. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 18 de l’éd. de 1921)
    • Le sanglier finit parfois aussi misérablement sur un étal ; mais jusqu’à son heure ultime, il résiste ; et il a souvent la joie posthume de se voir exposé intact, avec tous ses poils, chez Chatriot ou en quelque autre lieu de luxe ; car le sanglier ne quitte guère l’empyrée. — (Boris Vian, Notes d’un naturaliste amateur, 1953)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EMPYRÉE. n. m.
Partie du ciel la plus élevée, que les anciens regardaient comme le séjour des divinités célestes.

Littré (1872-1877)

EMPYRÉE (an-pi-rée) s. m.
  • 1Selon les notions de l'antiquité, la plus élevée des quatre sphères célestes, celle qui contenait les feux éternels, c'est-à-dire les astres.

    Plus tard, le ciel des fixes, exclusivement au ciel des planètes. Ce temple où Jupiter, avec tant de splendeur, Est descendu, dit-on, du haut de l'empyrée, Voltaire, Minos, III, 1.

    Poétiquement. Le ciel. Les brillantes étoiles de l'empyrée. L'œil aime à parcourir la voûte Où son disque [de la lune] trace la route Des astres noyés dans les airs, à compter la foule azurée Des étoiles dans l'empyrée Et des vagues au bord des mers, Lamartine, Harm. I, 10.

  • 2Le séjour des bienheureux.

    Fig. Être dans l'empyrée, être dans un lieu de délices. Que regretterais-je en ces lieux ? Pour moi je suis dans l'empyrée, Voltaire, Lett. en vers et en prose, 40.

    Dans un sens ironique. Être toujours dans l'empyrée, être dans les nuages, ne savoir ce que l'on dit, à force de chercher le sublime. C'est dans ce sens que Piron donne ce nom à son métromane : Votre nom, maintenant, c'est donc ? … De l'Empyrée, Et j'en oserais bien garantir la durée. - De l'Empyrée, oui-da, n'ayant sur l'horizon, Ni feu ni lieu qui puisse allonger votre nom, Et ne possédant rien sous la voûte céleste, Le nom de l'enveloppe est tout ce qui vous reste, Métromanie, I, 6.

  • 3 Adj. Le ciel empyrée.

HISTORIQUE

XVIe s. Et comme au ciel empire Te louent les anges, En ce monde j'aspire Qu'on te donne louanges, Les marguer. de la marguer. f° 124, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

EMPYRÉE, s. m. en Théologie, le plus haut des cieux, le lieu où les saints joüissent de la vision béatifique. On l’appelle aussi le ciel empyrée, & paradis. Voyez Ciel.

Ce mot est formé du grec ἐν, dans, & πῦρ, feu, pour marquer l’éclat & la splendeur de ce ciel.

Quelques peres ont pensé que l’empyrée avoit été créé avant le ciel que nous voyons. Comme ils supposent que c’est la demeure de Dieu, ils soûtiennent qu’elle doit être extrèmement lumineuse, suivant cette parole de S. Paul, lucem habitat inaccessibilem. Mais une difficulté les arrête : c’étoit d’expliquer l’obscurité qui régnoit dans le monde avant la création du Soleil. Pour la résoudre, ils ont eu recours à cette hypothèse : que les cieux que nous voyons, étant une espece de rideau, déroberent à la terre & aux eaux la lumiere de l’empyrée. Au reste, ni cette supposition, ni l’opinion qui l’a occasionnée, n’ont pas paru assez fondées aux Théologiens pour les élever au-dessus du rang de simples conjectures.

M. Derham a cru que les taches qu’on apperçoit dans certaines constellations, sont des trous du firmament, à-travers lesquels on voit l’empyrée. Voilà une idée bien extraordinaire, pour ne rien dire de plus. Voyez Etoile, Firmament, &c. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « empyrée »

Provenç. empirey ; espagn. et ital. empireo ; de ἐν, en, et πῦρ, feu.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « empyrée »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
empyrée ɑ̃pire

Évolution historique de l’usage du mot « empyrée »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « empyrée »

  • La question qui nous tarabuste s’épaissit comme mélasse: comment, par le Ciel, notre monarchie s’est-elle déglinguée au point de tomber de l’empyrée pour s’abîmer dans le Bas-empire comme poire blette? Comment, par le même Ciel, la doxa moralisatrice, sève essentielle de la « nouvelle » politique, a-t-elle tourné en eau de boudin? Inexpérience, amateurisme, vanité, arrogance? Chroniques politiques de la vie de Château, façon marquise de Sévigné, Macron: de l’empyrée au Bas-empire | Chroniques politiques de la vie de Château, façon marquise de Sévigné
  • André Tubeuf n’est pourtant pas contre le partage culturel. Professeur de lettres supérieures à Strasbourg durant plusieurs décennies, il a formé à la philosophie des générations de khâgneux souhaitant décrocher ce Graal qui fut son lot, à la fin des années 1940 : intégrer l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Mais notre homme fut toujours franc-tireur. Ce qui ne veut pas dire dandy sur son empyrée. La Croix, André Tubeuf, l’art de creuser son microsillon
  • Se faire remercier comme un élève aux résultats insuffisants c'est une expérience que la désormais ex-patronne d'Engie n'avait sans doute jamais connue depuis sa naissance dans le douillet décor de Neuilly-sur-Seine. Modèle d'excellence, cette fille d'un cadre dirigeant et d'une théologienne l'a été tout au long d'une scolarité à couper le souffle. Admise à Normale sup, l'empyrée des maths, reçue première à l'agrégation de physique, rare touche féminine apportée au Corps des mines, cette Versaillaise, mère de cinq enfants, est une familière des piédestaux. Son premier poste à la propulsion chez Safran l'a fait bondir de Bercy à Matignon, où elle conseille Lionel Jospin sur les affaires industrielles, puis dans l'état-major de Suez. Quand il la désigna pour lui succéder, Gérard Mestrallet ne ménageait pas ses compliments pour cette femme « exceptionnelle », seule de son genre dans le CAC 40. Une place qui s'est révélée pour cette nageuse aussi « sportive » qu'elle. Parfois jugée trop discrète, sa sortie de piste a pourtant donné lieu à un déballage d'une intensité rare dans l'univers des affaires, où les portes capitonnées sont là pour étouffer les éclats de voix. Jusqu'à une pétition de soutien un peu baroque où figuraient, entre autres, Cedric Villani, sans doute par solidarité de matheux, Anne Hidalgo, peut-être pour inciter ses électeurs à ne pas imiter les administrateurs d'Engie, ou Yannick Jadot, qui la connaît à peine, mais en a fait une victime du combat pour l'écologie. Il reste à souhaiter à la pianiste amoureuse de Schubert que cet impromptu dans sa carrière soit bref comme ceux qu'elle a l'habitude de jouer. Les Echos, Isabelle Kocher | Les Echos

Traductions du mot « empyrée »

Langue Traduction
Anglais empyrean
Espagnol el empíreo
Italien empireo
Allemand empyrianisch
Chinois 帝国的
Arabe سماء
Portugais empíreo
Russe эмпиреи
Japonais 帝国
Basque empyrean
Corse empiuanu
Source : Google Translate API

Synonymes de « empyrée »

Source : synonymes de empyrée sur lebonsynonyme.fr
Partager