La langue française

Empirer

Sommaire

  • Définitions du mot empirer
  • Étymologie de « empirer »
  • Phonétique de « empirer »
  • Évolution historique de l’usage du mot « empirer »
  • Citations contenant le mot « empirer »
  • Traductions du mot « empirer »
  • Synonymes de « empirer »
  • Antonymes de « empirer »

Définitions du mot empirer

Trésor de la Langue Française informatisé

EMPIRER, verbe.

I.− Emploi trans., vieilli ou littér. [Le suj. désigne une pers. ou un inanimé] Rendre pire.
A.− [Le compl. d'obj. dir. désigne une situation, un fait] Empirer la misère, une position, une situation. Lui-même empira son affaire par son silence farouche (Taine, Notes Paris,1867, p. 104).
Emploi pronom. à sens passif. Il était impossible que notre situation s'empirât (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 462).
Spéc. [Le compl. d'obj. dir. désigne un état, un mal physique ou moral] Empirer un état. Quelque pauvre diable dont les recettes des sorcières ou les talismans du marabout ont empiré le mal (Tharaud, Fête arabe,1912, p. 42).
Emploi pronom. réciproque. Il [Maxime] était un produit défectueux, où les défauts des parents se complétaient et s'empiraient (Zola, Curée,1872, p. 425).
B.− Rare
1. [Le compl. d'obj. dir. désigne une pers.] Rendre pire d'un point de vue moral. Il a (...) empiré les hommes, gâté les mœurs déjà mauvaises en multipliant les manufactures (Michelet, Journal,1848, p. 696).
2. [Le compl. d'obj. dir. désigne un inanimé concr.] :
1. J'ai pensé qu'il valait mieux la donner telle que je l'ai faite [une feuille] que de la laisser courir défigurée et empirée par les sottises des imprimeurs. Courier, Lettres de France et d'Italie,1821, p. 900.
II.− Emploi intrans. Devenir pire.
A.− [Le suj. désigne une situation, un fait] Empirer encore, tous les jours; une position empire; les choses empirent. Elle connaissait, au contraire, à plusieurs signes, que les affaires ne feraient qu'empirer (France, Dieux ont soif,1912, p. 50).
Spéc. [Le suj. désigne un état, un mal physique ou moral] Empirer à vue d'œil; un mal, une maladie empire; sembler empirer; aller (en) empirant. L'état de monsieur votre fils, loin d'avoir empiré, s'améliore sensiblement (Gautier, Fracasse,1863, p. 438).
B.− [Le suj. désigne une pers. ou un inanimé concr.]
1. [Le suj. désigne une pers., un de ses attributs physiques ou une collectivité] Devenir pire sous l'effet d'un agent physique ou moral. L'harmonie doit (...) marquer au deuxième couplet que le malade empire (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p. 387).Ma jambe empire tellement que le DrJullien m'ordonne l'Hôpital Saint-Louis (Verlaine, Corresp.,t. 2, 1893, p. 243):
2. ... il y a bien des jours où on se dit qu'il vaudrait mieux être comme elle, et ne pas voir les vilaines gens et les méchantes choses. Le monde devient bien laid; il empire, de jour en jour... Rolland, Jean-Christophe,La Révolte, 1907, p. 588.
2. Rare. [Le suj. désigne un inanimé concr.] Et le vent peu à peu empire (Saint-Exup., Terre hommes,1939, p. 236).
Rem. 1. Certains dict. signalent que l'emploi intrans. se rencontre, aux temps composés, avec l'auxil. avoir ou être suivant qu'il indique l'action ou l'état. Sa maladie a beaucoup empiré, est empirée (Ac. 1835, 1878). Il semble que la constr. avec l'auxil. être soit vieillie. 2. On rencontre le part. passé du verbe en emploi adj. empiré, ée, vieilli. [En parlant d'une situation, d'un fait et en partic. d'un mal] Rendu, devenu pire. Voilà donc mes affaires empirées (Balzac, Lettres Étr., t. 2, 1850, p. 23).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃piʀe], (il) empire [ɑ ̃pi:ʀ]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1050 part. passé ampairet « devenu pire » (Alexis, éd. Ch. Storey, 10); ca 1135 empirier « endommager, gâter, blesser » (Couronnement Louis, éd. E. Langlois, 1056). Emperier, du b. lat. *impejorare (composé de in- exprimant le renforcement et du b. lat. pejorare « aggraver »); refait en empirer d'apr. pire*. Fréq. abs. littér. : 178. Bbg. Meillet (A.). Rech. sur la synt. comparée de l'arménien. B. Soc. Ling. 1910-1911, t. 16, p. 124.

Wiktionnaire

Verbe

empirer \ɑ̃.pi.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Rendre pire, faire devenir de pire qualité, de pire condition, mettre en pire état.
    • Les remèdes n’ont fait qu’empirer son mal.
    • Au lieu de rendre votre condition meilleure, vous ne faites que l’empirer.
    • La maladie est empirée.
    • Fernande empira la situation par de vains efforts de sollicitude maternelle. — (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux, 1974, collection Folio, page 338)

empirer intransitif

  1. Devenir pire, tomber en pire état.
    • Madame de Chartres empira si considerablement, que l’on commença à desesperer de sa vie — (Mme de La Fayette, La Princesse de Clèves, 1678)
    • Le vieux von Winterfeld entra bientôt dans le coma ; parmi les blessés, trois se rétablissaient assez rapidement, alors que l’état des autres empirait, par suite du manque de bonne nourriture. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 249 de l’éd. de 1921)
    • En juin 1585, il est de nouveau à Croixval ; sa santé empire, et en octobre il prévoit qu’il s’en ira avec les feuilles. — (Raymond Lebègue, La Poésie française de 1560 à 1630, Société d’édition d’enseignement supérieur, 1951, p. 118)
    • Pour tous les ouvriers et toutes les ouvrières du textile la condition empirait avec la hausse des prix […] — (Henri Manceau, Des luttes ardennaises, 1969)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EMPIRER. v. tr.
Rendre pire, faire devenir de pire qualité, de pire condition, mettre en pire état. Les remèdes n'ont fait qu'empirer son mal. Au lieu de rendre votre condition meilleure, vous ne faites que l'empirer. La maladie est empirée. Il est aussi intransitif et signifie Devenir pire, tomber en pire état. Ses affaires empirent tous les jours, empirent de jour en jour. Sa maladie empire, a beaucoup empiré. Ce malade empire à vue d'œil.

Littré (1872-1877)

EMPIRER (an-pi-ré)
  • 1 V. a. Rendre pire. Les remèdes n'ont fait qu'empirer son mal. Si de mes jours l'importune durée Ne m'eût en vieillissant la cervelle empirée, Malherbe, I, 4. Pour vouloir fuir le mal, quelquefois on l'empire, Th. Corneille, Comt. d'orgueil, I, 2.

    Familièrement. Empirer son marché, rendre sa condition plus mauvaise.

    Empirer quelqu'un, rendre sa santé plus mauvaise. Ils m'ont fort assuré que la vendange de cette année m'aurait empirée [on lui avait ordonné de tremper ses mains dans la vendange pour une enflure], Sévigné, 316.

  • 2 V. n. Devenir pire. Poussée à bout, son mal pourrait empirer, Bossuet, Lett. Corn. 78. Les choses empirèrent par sa mort, Bossuet, Var. VII, § 75. Leur état et leurs affaires empirent, Bossuet, Hist. II, 7.

    Terme de commerce. Se gâter, se corrompre, en parlant des marchandises.

    Il se dit aussi des personnes dont l'état devient plus mauvais. Enfin on sortit de table pour le soulagement de tout le monde, excepté de moi qui empirais à vue d'œil, Scarron, Rom. com. I, 13.

  • 3S'empirer, v. réfl. Devenir pire. Leur état allait s'empirant, Bossuet, Hist. II, 1. Tout a réussi contre nos pensées, et telle est sa dépravation [de l'âme d'un mourant] qu'elle s'est empirée parmi nos remèdes, Bossuet, Impénit. 3.

    PROVERBE

    Un qui amende vaut mieux que deux qui empirent.

HISTORIQUE

XIe s. Si'st ampairez [le siècle], tut bien vait remanant [manquant], St Alexis, II.

XIIe s. Mult estes vers le rei enpeirez et medlez, Th. le mart. 36. Respont Rolant : ne sui point empiré [blessé], Ronc. p. 92. Il n'y avoit [épée] …Qui l'enpirast [le haubert], vaillissant un bouton, ib. p. 189. [L'épée] Onques ne put en bataille enpirer [devenir pire], ib. Qui les barons empiriés [corrompus] Sert sans aeur [bonne fortune], jà tant n'aura servi Que leur en prenne pitiés…, Quesnes, Romancero, p. 98.

XIIIe s. Fille, font il andoi [tous les deux], ceste amors vous empire, Audefroi le Bastard, Romancero, p. 16. Là fu sa nés [son navire] empirie, et par estevoir [de nécessité] li convint sejourner au païs, Villehardouin, CXXXIII. Fisicien [les médecins] me dient que la clarté m'enpire [me rend plus malade], Berte, LXXXVIII. Ainz que vous eüssiez m'amur, Futes-vus de mult grant valur ; N'est mie dreiz à chevaler Ke pur amur deive enpeirer, Lai del desiré. Au revenir [je] plains et soupire, Car ma dolor croist et empire, Si que je n'ai mais esperance De garison ne d'eslejance, la Rose, 1842. Car biauté est de tel matire, Que el plus vit, et plus empire, ib. 8362. Que li oirs ne truist [trouve] pas ses edifices empiriés, quant il vient à son aage, Beaumanoir, XV, 11.

XIVe s. Mais aucune foiz par negligence ou pour ce que l'en n'eut cure, sont aucuns ars empirez et oubliez en tout ou en partie par procès de temps, Oresme, Eth. X, 16. Quant l'encre passe trois sepmaines, elle empire, Ménagier, II, 5.

XVe s. Cela l'amendera ou empirera, car les mauvais empirent de beaucoup sçavoir, et les autres en amendent ; mais touteffois il est à croyre que le sçavoir amende plus tost ung homme que l'empirer, Commines, V, 18. Durant ce temps se empiroient les besongnes dudit roy de Portugal, Commines, V, 7.

XVIe s. C'est bien empirer mon marché, Montaigne, I, 33. Les pedantes [forme italienne, pedante] empirent ce qu'on leur commet, et se font payer de l'avoir empiré, Montaigne, I, 146. Ma memoire s'empire cruellement touts les jours, Montaigne, IV, 88.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

EMPIRER, v. neut. devenir pire, être en plus mauvais état. On dit en terme de Commerce que des marchandises empirent quand elles se gâtent & se corrompent, ce qui provient quelquefois de ce qu’on les garde trop long-tems : il est de l’habileté d’un marchand de s’en défaire avant qu’elles empirent. Dict. du Comm. de Trev. & Chambers. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « empirer »

En 1, et pire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Du latin pejorare devenu *impejorare en bas latin → voir en-, pire et -er.
(c. 1050) ampairer (Vie de saint Alexis, ms. du Psautier de St Albans).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « empirer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
empirer ɑ̃pire

Évolution historique de l’usage du mot « empirer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « empirer »

  • Jadis il en allait autrement ; maintenant tout va en empirant. Jean, de Meung, Roman de la Rose Guillaume de Lorris, auteur de la première partie du Roman de la Rose
  • Se lamenter, c'est empirer un malheur. De Bonaventure Des Périers
  • Si quelque chose ne peut plus empirer, ça empirera quand même. De Marcel Gotlib
  • Si les choses peuvent empirer, ne vous en faites pas, elles le feront. De Anonyme / Murphy
  • Le pire, c'est quand le pire commence à empirer. De Quino / Mafalda
  • Si tu commets une erreur, reconnaîs-le. Si tu ne le fais pas, tu ne fais qu’empirer les choses. De Ward Cleaver
  • Rien ne sert de se tourmenter d'une chose quand elle est faite, sinon de l'empirer. De Bonaventure Des Périers / Nouvelles récréations et joyeux devis
  • Une des choses remarquables de la vie, c’est que rien ne va jamais tout-à-fait mal. Tout peut toujours empirer. De Bill Watterson / Calvin et Hobbes - On est fait comme des rats
  • Ce qu'il y a de passionnant au golf, c'est que même si l'on joue très mal, il est toujours possible d'empirer son jeu. De Dave Barry / So Golf
  • Voilà. Tout cela s'inscrit sur le temps long et il ne faut pas voir l'annexion comme une rupture. Ça va empirer la situation actuelle, c'est grave, mais ce n'est pas une rupture. C'est plutôt une continuation de ce qui est en place et elle s'inscrit dans le temps long de la colonisation.  France Culture, Cisjordanie : "L'annexion ne serait pas une rupture mais elle va empirer la situation actuelle"
  • Entre 1982 et 2018, la part des non-diplômés (brevet des collèges au maximum) a été divisée par trois, passant de 54% à 16% des participants au marché du travail, selon une étude présentée dans le cadre de la publication du dossier 2020 "étude, emploi, chômage, revenus du travail" par l'Institut national de la statistique (Insee). Malgré cette évolution favorable, la situation des jeunes sans diplômes pourrait encore empirer dans les mois à venir si la reprise tarde à venir. La pandémie a sérieusement assombri les perspectives des jeunes qui rentrent ou s'apprêtent à rentrer sur le marché du travail. La Tribune, Emploi : la situation des non-diplômés s'aggrave
  • La Commission européenne a revu à la baisse ses prévisions économiques pour la zone euro et a prévenu que les choses pourraient empirer si une deuxième vague de la pandémie force de nouvelles fermetures. News 24, L'UE prévoit une pire récession économique et met en garde contre de nouvelles fermetures - News 24

Traductions du mot « empirer »

Langue Traduction
Anglais to get worse
Espagnol empeorar
Italien peggiorare
Allemand schlimmer werden
Chinois 变得更糟
Arabe لتصبح اسوأ
Portugais ficar pior
Russe становиться хуже
Japonais 悪化します
Basque okerrera egiteko
Corse peghju
Source : Google Translate API

Synonymes de « empirer »

Source : synonymes de empirer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « empirer »

Partager